Ahmed Boumendjel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Boumendjel
Ahmed-boumendjel.jpg

Ahmed Boumendjel

Naissance
 +
Beni Yenni
Décès
Nationalité
algérienne
Activité
Avocat et homme politique
Parti politique

Union Démocratique du Manifeste algérien (UDMA)

puis Front de Libération nationale (FLN)
Père
Mohand-Mohammed Boumendjel
Conjoint
Gilberte Charbonnier
Fonction
sénateur (d) +

Ahmed Boumendjel, né en 1908 à Aït Yenni (Tizi-Ouzou), décédé en 1982[1], est un avocat et homme politique algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père instituteur, Ahmed étudie pour devenir avocat. Il représenta la défense de Messali Hadj en 1939.

Ahmed Boumendjel adhère au parti de l'Union démocratique du Manifeste algérien (UDMA).

En 1949, il occupe le poste de conseiller de l'Union française. Puis, il rejoint les rangs du Front de libération nationale (FLN] et il devient membre du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA).

Il obtient le poste de conseiller politique au ministère de l'Information du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Il participe aux pourparlers de Melun en 1960 avec Mohamed Seddik Benyahia et aux accords d'Évian le 18 mars 1962. Il est nommé ministre de la Reconstruction, des Travaux publics et des Transports en septembre 1962. Après deux ans, Ahmed Boumendjel quitte le pouvoir en décembre 1964.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur http://www.zoom-algerie.com, voir aussi Rahal, Malika, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne, Belles Lettres, 2010