Nouvelles Éditions latines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1928
Dates clés , immatriculation société actuelle
Fondée par Fernand Sorlot
Fiche d’identité
Forme juridique société à responsabilité limitée

Siren 324 335 314

Dirigée par Fernand Sorlot
Site web nouvelles-editionslatines.com

Les Nouvelles Éditions latines[1] (NEL) est une maison d'édition française créée en 1928 par Fernand Sorlot dont le nom reste associé à la publication de la traduction française de Mein Kampf d'Adolf Hitler.

La ligne éditoriale des NEL se situe généralement dans la mouvance de l'extrême droite traditionaliste.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

En avril 1928, Fernand Sorlot, proche du mouvement d'Action française de Charles Maurras, et Marcel Bucard, créent les éditions Les Étincelles situées 34 rue des Archives. En février 1931, les Nouvelles Éditions latines sont fondées par un groupe de jeunes écrivains. D'abord en dépôt aux Étincelles, elles s'installent à la fin de l'année au 21 rue Servandoni et confient la distribution de leurs ouvrages à la Maison du livre français. Elles sont dirigées par Georges Raeders et Fernand Sorlot.

Au cours des années 1930, la maison rachète les Éditions Bossard ainsi que les Éditions Catalogne, consacrées à la littérature étrangère. Par ailleurs, certains ouvrages sont publiés sous des marques comme Fernand Sorlot ou Sorlot.

Le 18 juin 1934 est rendu le jugement dans le procès intenté par l'éditeur munichois d'Hitler contre la récente traduction de Mein Kampf aux Nouvelles Éditions latines, laquelle traduction est saisie. Sorlot, qui est accusé d'avoir publié la traduction sans autorisation, déclare que c'est volontairement qu'il a passé outre l'interdiction, voulant mettre à la disposition des Français, pour les informer, une traduction non expurgée alors que celle qui a été cédée aux Anglais et aux Italiens l'est[2]. Il est condamné à ne plus vendre le livre et à détruire les stocks existants et les clichés.

L'Occupation et l'épuration[modifier | modifier le code]

Le 10 décembre 1941, Fernand Sorlot accepte l'aide[3] de l'éditeur allemand Paul List Verlag pour publier trois nouvelles collections : « Écrivains du siècle », « Les Chefs-d'œuvre » et « La Vie européenne ». Il est arrêté le 5 septembre 1944, puis remis en liberté le 24.

Entretemps, le Syndicat des éditeurs décide l'exclusion de Bernard Grasset, Gilbert Baudinière, Jacques Bernard, Jean de La Hire, Henry Jamet et Fernand Sorlot.

Le 6 décembre 1944, il est de nouveau arrêté ; il est remis en liberté le 17 janvier 1945. Le 17 mai, la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration prononce un blâme sans publicité à l’encontre de Sorlot. Son jugement a lieu le 15 mai 1948 pour ses activités pendant l’Occupation[4]. Il est condamné à vingt ans[5] d’indignité nationale et à la confiscation de ses biens à concurrence de deux millions de francs de l'époque[6].

La maison d'édition continue par la suite son activité éditoriale, diffusant également l'éditeur Les Sept Couleurs (la maison créée par Maurice Bardèche).

Catalogue éditorial[modifier | modifier le code]

Le catalogue des Nouvelles Éditions latines compte plus de 2 000 titres et différentes collections telles :

  • « Art et Tourisme » (petites brochures sur le patrimoine régional[7])
  • « Le Monde catholique »
  • « Le Monde littéraire »
  • « Histoire » (comprend de nombreuses sous-sections)

Quelques publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « NOUVELLES EDITIONS LATINES (LE VAUMAIN) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 324335314 », sur societe.com (consulté le 5 avril 2019).
  2. Eugen Weber, Action française: Royalism and Reaction in Twentieth Century France, Stanford University Press, 1962, 594 p., p. 285.
  3. Pascal Fouché, L'Édition française sous l'Occupation (1940-1944), 2 volumes, Bibliothèque de Littérature française contemporaine, 1987.
  4. Pascal Fouché, Dictionnaire encyclopédique du Livre, éditions du Cercle de la librairie, t. 1, 2003, p. 593, § 2.
  5. Pascal Ory, Les Collaborateurs. 1940-1945, Le Seuil, 1976.
  6. D'après Chronologie de l'édition française de 1900 à nos jours, en ligne.
  7. Voir liste des titres de la collection.
  8. Camus et Monzat 1992, p. 452.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]