Riccardo Freda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freda.
Riccardo Freda
Description de cette image, également commentée ci-après

Riccardo Freda en 1958

Naissance
Alexandrie, Égypte
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Décès (à 90 ans)
Rome, Italie
Profession Réalisateur, scénariste, acteur
Films notables Les Misérables
Spartacus
Théodora, impératrice de Byzance
Les Vampires

Riccardo Freda (né le à Alexandrie, Égypte - mort le à Rome) est un réalisateur, scénariste et acteur italien.

Carrière[modifier | modifier le code]

Riccardo Freda est un des maîtres du cinéma populaire italien, avec Carmine Gallone, Alessandro Blasetti et une poignée d'autres, reconnu comme un authentique auteur par la critique la plus exigeante. Il réalise pendant trois décennies, parfois sous le pseudonyme de Robert Hampton, aventures historiques, mélodrames, action et horreur.

Il débute en 1942 avec l'adaptation de la pièce de Dumanoir et Adolphe d'Ennery, Don César de Bazan, avec Gino Cervi en vedette, puis tourne Tutta la città canta, au scénario duquel collaborent Federico Fellini et Steno, et surtout L'Aigle noir (1946) qui convoque Alexandre Pouchkine, Mario Monicelli et Rossano Brazzi en vedette, et donne lieu à une suite : La vendetta di Nera Aquila (1951). Il dirige ensuite le portugais Antonio Vilar dans Guarany (it) puis d'excellentes adaptations d'Alexandre Dumas et surtout Victor Hugo (Les Misérables avec un saisissant Cervi), Le Chevalier mystérieux avec Vittorio Gassman en Giacomo Casanova, le mélodrame Le passé d'une mère, sur une histoire d'Ennio De Concini, avec Gianna Maria Canale, épouse et interprète privilégiée de Freda. Il met aussi en scène O Caçula do Barulho au Portugal.

Freda donne coup sur coup trois chefs-d'œuvre : les péplums Spartacus (1953, avec Massimo Girotti dans le rôle-titre) et Théodora, impératrice de Byzance (1954), le fantastique Les Vampires (1956), tous avec Canale. Le succès international de ces films confère un prestige supplémentaire à Freda qui a pour stars dans ses films suivants Micheline Presle (Le Château des amants maudits), Edmund Purdom et Geneviève Page (Agguato une Tangeri). Il débute ensuite un cycle fécond de péplums musculeux qui comprend Le Géant de Thessalie avec Roland Carey et Massimo Girotti, Le Géant à la cour de Kublai Khan avec Gordon Scott et Maciste en enfer avec Kirk Morris, outre Sous le signe de Rome et Les Mongols avec Anita Ekberg et L'Or des Césars avec Jeffrey Hunter et Mylène Demongeot, pour lesquels il n'est pas crédité. À la même époque, Freda signe La Charge des Cosaques (1959) d'après Léon Tolstoï, avec Steve Reeves, première star du genre.

À côté de ces films, Freda s'illustre aussi en maître du fantastique avec Caltiki, le monstre immortel et surtout L'Effroyable secret du docteur Hichcock et sa suite Le Spectre du professeur Hichcock, avec l'anglaise Barbara Steele.

Après Sept épées pour le roi d'après son cher Adolphe d'Ennery, Riccardo Freda s'attelle à deux monuments du mélodrame : Romeo e Giulietta d'après Shakespeare (1964) et Les Deux Orphelines d'après… Adolphe d'Ennery (1965), et enchaîne avec deux films d'action (Coplan FX 18 casse tout et Coplan ouvre le feu à Mexico) et le drame criminel Roger la Honte avec Georges Géret et la grecque Irène Papas. Il s'essaie même au western sur La morte non conta i dollari (1967, avec Mark Damon en vedette), sous le pseudonyme de George Lincoln. Le cinéaste revient au thriller pour Liz et Helen, sur une histoire de Lucio Fulci et avec Klaus Kinski comme interprète. Il effectue son dernier travail, avec le soutien de son admirateur Bertrand Tavernier, sur La Fille de d'Artagnan (1994), et meurt cinq ans plus tard.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

(liste partielle)

Scénariste[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Riccardo Freda, Divoratori di celluloide, Edizioni del Mystfest, Il Formichiere, Milano 1981
  • Éric Poindron, Un pirate à la caméra, Institut lumière/Actes Sud, 1995

Liens externes[modifier | modifier le code]