1934 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1931 1932 1933  1934  1935 1936 1937
Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1934 du calendrier grégorien.

Évènements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Émeute du 6 février place de la Concorde.
  • 6 février : Crise du 6 février 1934. Les nombreuses manifestations organisées par les ligues d'extrême droite dégénèrent en émeutes violentes contre le gouvernement. Les gendarmes mobiles, qui gardent le pont de la Concorde, repoussent les émeutiers qui tentaient de prendre d'assaut la Palais Bourbon. La police tire sur la foule. Les affrontements avec les forces de l’ordre se poursuivent jusqu'au soir et font 34 morts et 2 300 blessés sur la place de la Concorde (Paris).
  • 7 février : à la suite des violentes émeutes de la veille, le président du Conseil Édouard Daladier jette l'éponge et remet sa démission au président de le République Albert Lebrun.
  • 9 février :
    • Le président Lebrun nomme l'ancien président de la République Gaston Doumergue à la présidence du Conseil. Il forme un gouvernement d’union nationale. Il va mener une politique d'austérité et de répression. La politique souhaitée par les ligues se met en place.
    • La répression d'une contre-manifestation, organisée par le parti communiste français, fait neuf morts.
    • une commission parlementaire est créée par le nouveau gouvernement sur la réforme des institutions de la IIIe République, jugées trop instables pour faire face aux défis que traverse la France.
  • 12 février : grève générale et manifestations antifascistes. À l’appel des syndicats et des partis de gauche, des manifestations unitaires contre le fascisme et pour la défense de la république sont organisées.
  • 16 février : création d’une commission d’enquête sur l’affaire Stavisky.
  • 20 février : découverte du corps décapité du Conseiller Albert Prince, le long d'une voie ferrée à la Combe-aux-Fées près de Dijon. Chef de la section financière du parquet de Paris, il avait enquêté sur Alexandre Stavisky. Les circonstances de sa mort (suicide ou assassinat) ne sont toujours pas élucidées (affaire du conseiller Prince).

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 4 avril : Décret-loi visant à réduire le déficit budgétaire.
    • Réorganisation administrative : disparition de cinq trésoreries générales et de leurs recettes affectées.
    • Coupes budgétaires : réduction du montant des pensions à 50 % du traitement d'activité, suppression du cumul des rémunérations.
    • Hausse fiscale : Institution d'une retenue de 3 % sur les pensions de guerre, la retraite du combattant et le salaire des fonctionnaires.
  • 9 avril : le communiste Jacques Doriot démissionne de son poste de maire de Saint-Denis et appelle à l’unité d’action avec les socialistes contre les fascistes.
  • 17 avril : répondant à la Grande-Bretagne, la France refuse le réarmement de l’Allemagne et assure désormais sa défense par ses propres moyens.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 6 juillet : loi instaurant une réforme fiscale :
    • Suppressions de nombreuses taxes, simplification des règles d'assiette des impôts subsistants, unification des taux. L'impôt sur le revenu est majoré de 10 %.
    • Transfert du produit de la redevance des mines aux collectivités locales
    • Renforcement le contrôle de l'administration des domaines sur les prises à bail
  • 10 juillet : loi relative aux conditions de délivrance et à l'usage du titre d'ingénieur diplômé[2]
  • 20 juillet : décret-loi supprimant les déductions d’IGR pour charges de famille, alourdissant les majorations d’IGR applicables aux contribuables sans enfant.
  • 27 juillet : pacte d'unité d’action entre la SFIO et le PCF.

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Société & Économie[modifier | modifier le code]

  • Le revenu national se contracte à 375 milliards de francs pour l'année 1934.
  • 13,5 % de la population active est au chômage.
  • déflation de 4,1 %.
  • Forte augmentation de la dette face aux nouveaux emprunts de l’État pour financer l'économie en crise. L'endettement public atteint plus de 2 fois le revenu national, un record.
  • 9 milliards de francs de déficit (2,4 % du PIB).
  • 60 000 hommes en fonction dans les forces de l'ordre.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1934 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1934[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 1934[modifier | modifier le code]

Naissances en 1934[modifier | modifier le code]

Décès en 1934[modifier | modifier le code]

Raymond Poincaré (1860-1934)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L' Express du Midi 14 mai 1934: Le Congrès radical exclut du parti MM. Dalimier, Proust, René Renoult et André Hesse (Albert Dalimier, Louis Proust, René Renoult et André Hesse)
  2. loi du 10 juillet 1934 (JORF) relative aux conditions de délivrance et à l'usage du titre d'ingénieur diplômé (création de la Commission des titres d'ingénieur et liste d'écoles habilitées publiées par cette commission depuis 1936 (JORF n°174 page 7867)).