Samy Naceri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naceri.
Samy Naceri
Description de cette image, également commentée ci-après

Samy Naceri au festival de Cannes 2011

Nom de naissance Saïd Naceri
Naissance (55 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Acteur
Films notables Taxi (série de films)
Indigènes

Saïd Naceri, dit Samy Naceri, né le dans le 4e arrondissement de Paris, est un acteur, producteur et rappeur français.

Il est surtout connu pour avoir interprété le rôle de Daniel Morales, un chauffeur de taxi marseillais adepte de la vitesse, dans la saga cinématographique Taxi de Gérard Pirès et Gérard Krawczyk. Ces films lui permettent de devenir une vedette dans les années 1990. Mais, dans le courant de la décennie suivante, sa carrière et son image pâtissent de son comportement personnel ; il commet notamment divers actes de violence qui lui valent plusieurs condamnations à de la prison ferme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Saïd Naceri est né à Paris d'une mère française, Jacqueline Leroux, originaire de Normandie, et d'un père de l'ouest algérien, Djilali[1]. Élevé dans un logement modeste rue Saint-Martin avec ses six frères et sœurs, dont l'un d'eux, Larbi Naceri, est devenu acteur et scénariste, il déménage ensuite avec sa famille dans la ZUP de Fontenay-sous-Bois[2]. Il manque alors souvent l'école, si bien que ses parents l'envoient en internat à Montlhéry, puis dans d'autres établissements, toujours en internat[2]. Son père l'emmène finalement avec lui travailler sur des chantiers[2]. Alors que Samy a 16 ans, son père quitte sa famille pour se remarier en Algérie[1].

Olivier Dahan lui donne son premier grand rôle dans Frères : la roulette rouge, téléfilm pour la chaîne Arte, dans la série Tous les garçons et les filles de leur âge. Thomas Gilou lui confie ensuite le rôle de Nordine dans le film Raï. Naceri récolte deux prix d'interprétation, Le Léopard de bronze au Festival international du film de Locarno et une mention spéciale au Festival du film de Paris, le film Raï obtenant dans le même temps Le léopard d'or du long métrage. Une trentaine de films et téléfilms s'ensuivront.

Samy Naceri a rencontré Luc Besson lors du tournage de Léon (1994), dans lequel le jeune acteur tenait le rôle d'un policier encagoulé Swat américain no 11. Ils se rencontrent à nouveau lorsque Samy Naceri fait une apparition dans le clip Nés sous la même étoile du groupe IAM.

Samy Naceri au festival de Cannes 2000.

Besson confie à l'acteur le rôle de Daniel Morales, un jeune chauffeur de taxi de Marseille qui se passionne pour les voitures puissantes et la vitesse folle. C'est ce rôle qui fera connaître Samy Naceri du grand public. Le film Taxi (1998) atteint 12 millions d'entrées. Le succès du premier épisode permis la production de Taxi 2 (2000), Taxi 3 (2003) et Taxi 4 (2007).

En 2006, Rachid Bouchareb lui propose le rôle de Yassir dans le film Indigènes ce qui lui vaudra à lui et à ses partenaires (Jamel Debbouze, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan) le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes[3].

Des problèmes de santé ainsi que judiciaires ont rendu sa présence à l'écran plus rare les années qui suivent. En 2012, de retour devant les caméras, il participe à la comédie française Tip Top de Serge Bozon, aux côtés d'Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain, et Francois Damiens, ou son étreinte sado-maso avec Isabelle Huppert est l'un des sommets du film. Cette comédie est sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes 2013.

Il incarne le rôle de Murph dans la pièce de théâtre L'Indien cherche le Bronx d'Israël Horovitz dès 2014, au théâtre du Gymnase, en province, ainsi que dans de multiples festivals, notamment à Cayenne en Guyane.

En 2015, il accepte de jouer pour une jeune réalisatrice, Sandra-Jessica Koban, le rôle d'un ancien détenu en réinsertion dans le court-métrage Heliopsis[4].

Prises de position : Salman Rushdie et Charlie Hebdo[modifier | modifier le code]

Le , Naceri participe à l'enregistrement de l'émission Tout le monde en parle. Pendant son entrevue avec l'écrivain Salman Rushdie, l'animateur Thierry Ardisson pose une question au sujet de la fatwa de 2,8 millions de dollars dont il a été frappé après la parution de son ouvrage Les Versets sataniques. Présent sur le plateau, Naceri aurait alors déclaré à Rushdie : « Pour 50 balles, moi, je te fume. » d'après le journal Le Point[5]. Interrogé à ce sujet, Ardisson déclare que Naceri « ne l'a jamais menacé de mort » mais confirme qu'il a été très agressif envers l'auteur britannique et qu'il a coupé plusieurs extraits lors du montage de l'émission. À la suite de l'incident, l'acteur aurait adressé une lettre à l'animateur pour s'excuser de son comportement lors du tournage[6].

Cette confrontation a été citée par Audrey Pulvar le sur D8, lors d'un plateau auquel participait Samy Naceri au sujet de l'assassinat des caricaturistes de l'hebdomadaire Charlie Hebdo. L'acteur a décidé à cette occasion de prendre position publiquement et, tout en condamnant les attaques, a exprimé que l'hebdomadaire n'avait pas à caricaturer le prophète.

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Après une condamnation en 1984, pour braquage[7], depuis les années années 2000, il apparaît régulièrement dans la chronique judiciaire pour divers délits qui le conduisent plusieurs fois en prison[8].

  • En , pour injures[9],[10],[11],[12].
  • En 2003, pour voies de fait[13],[14],[15] commises en 2000[16].
  • En 2006, pour outrages et injures racistes envers des policiers, il est condamné à six mois de prison ferme[17].
  • En 2007, pour avoir menacé avec un couteau un vigile de boite de nuit, il est condamné à neuf mois de prison, dont trois ferme[18].
  • En 2007, il est condamné à dix mois de prison ferme pour « violences volontaires en récidive »[19] après avoir le 23 novembre 2005 défiguré à coups de cendrier (plus de 30 points de suture) un styliste de la marque Von Dutch, pour être — selon lui — arrivé en retard à un rendez-vous dans un restaurant[20], ce qui l'empêchera de jouer le rôle principal dans la première version théâtrale en France d’Orange mécanique[21].
  • En , pour avoir accidentellement renversé une policière, avec une voiture qu’il conduisait sans permis, il est condamné à six mois de prison ferme et 7 500 euros d'amende[22].
  • Le , il est mis en examen pour « violences volontaires », après avoir agressé au couteau et blessé au cou un proche de son ex-compagne à Paris étant sous l'emprise de l'alcool[23]. Il déclare le sur le plateau du Grand Journal cependant que « c’est pas toujours [sa] faute ». Pour ces faits, le 30 mai 2011, il est à nouveau incarcéré, cette fois à la prison de Grasse, après s'être présenté à un commissariat dans le cadre de son contrôle judiciaire[24]. Le 23 juin, Samy Naceri est interné d'urgence dans une unité psychiatrique de Nice[25] sur la demande de sa compagne, qui dénonce des mauvais traitements infligés en prison à l'acteur et l'ayant poussé au suicide[26]. Il y demeure une quinzaine de jours. Il est ensuite envoyé à l'hôpital de Fresnes où des soins lui sont prodigués. Puis, à sa demande pour rapprochement familial, il est transféré à la prison de la Santé dans une chambre VIP pour les personnalités. Il en sort le , muni d'un bracelet électronique pour quelques mois[27].
  • Samy Naceri a comparu le devant la XVIe chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris pour blessures volontaires et menaces de mort. Le ministère public a requis cinq ans de prison, dont deux fermes pour « blessures volontaires », « menaces de mort » et « harcèlement téléphonique ». Dans le cadre de cette affaire, le , il est condamné à 16 mois de prison ferme[28]. Une peine aménagée lui permet de ne pas retourner immédiatement en prison.
  • Durant le festival de Cannes 2011, Samy Naceri s'illustre avec un comportement agité. Il devra comparaître en justice pour « outrage à agent et exhibitionnisme »[26].
  • Le , un chauffeur de taxi a porté plainte contre Samy Naceri pour exhibition sexuelle et injures. Le comédien aurait eu ce comportement après avoir été bloqué, pendant quelques minutes, dans une rue parisienne dans laquelle il circulait[29].
  • Le dimanche , l'acteur est placé en garde à vue pour dégradations et violences volontaires[30].
  • À quatre reprises en 2014, il est placé en garde à vue dans le cadre de violences conjugales[31],[32]. Cependant, en octobre 2014 puis le 14 septembre 2015, il est relaxé pour ces faits[33],[34].
  • Le , il est de nouveau placé en garde à vue, car « il aurait menacé une femme avec un couteau » après que celle-ci aurait refusé ses avances, selon Le Parisien ; aucune plainte n'a été déposée contre lui[35].
  • Le , il a été condamné à une amende de 1 500 euros pour consommation de stupéfiants[36].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Figurant dans le clip d'IAM, Nés sous la même étoile
  • 2005 : Figurant dans le clip de Puissance Nord, On lâchera pas le ghetto
  • 2008 : Figurant dans le clip de Tunisiano, Je porte plainte
  • 2011 : Figurant dans le clip de Kenza Farah, Sans jamais se plaindre
  • 2013 : Figurant dans le clip de Röya, Günahsız Günahım
  • 2015 : Figurant dans le clip de Niro, Goodkat
  • 2016 : Une Seconde chance, court métrage musical extrait de son album Autre Regard.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Samy Naceri, Naceri rose, Naceri noir, Paris, Le Cherche Midi, (ISBN 978-2749117126)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christophe Carrière et Pascal Ceaux, « Samy Naceri: le bon et la bête », L'Express,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Geoffrey Le Guilcher et Michela Cuccagna, « Samy Naceri : « D’abord, ce n’était pas un cendrier mais une coupe de champagne » », StreetPress,‎ (lire en ligne)
  3. Fiche biographique sur allocine.fr
  4. « La jeune réalisatrice a fait tourner Samy Naceri », Le Parisien, 4 janvier 2016
  5. Christophe Ono-Dit-Biot, Samy l'embrouille a encore frappé, dans Le Point, jeudi , p. 82.
  6. Garrigos Raphaël, Naceri-Rushdie à « Tout le monde en parle » : la polémique, dans Libération, no 7622, jeudi , p. 19.
  7. Florence Aubenas, « Samy et les chimères », Le Nouvel Observateur, 11 janvier 2007, p. 68.
  8. « Samy Naceri incarcéré après son coup de folie », Le Figaro, 11 janvier 2009.
  9. Philippe du Tanney, Les nouvelles frasques de Samy Naceri, dans Le Figaro, no 17644, jeudi , p. 16
  10. Philippe du Tanney, Sami Naceri condamné pour injures, dans Le Figaro, no 17668, jeudi , p. 11
  11. Philippe du Tanney, Le timide repentir de Samy Naceri, dans Le Figaro, no 18071, samedi , p. 10
  12. Associated Press, Samy Naceri à l'amende, dans Le Monde, samedi
  13. Christophe Cornevin, Nouveaux dérapages pour le chauffeur de « Taxi », dans Le Figaro, no 17475, mardi , p. 15
  14. Éric Pelletier, Les dérapages de Samy Naceri, dans L'Express, no 2606, jeudi , p. 102
  15. Philippe du Tanney, Samy Naceri conducteur violent, dans Le Figaro, no 18282, mardi , p. 13
  16. Angélique Negroni, Samy Naceri perd son permis, dans Le Figaro, no 18306, mardi , p. 11
  17. LCI, « Samy Naceri condamné à 6 mois ferme », 14 décembre 2006.
  18. Le Monde, « Samy Naceri prend trois mois ferme », 16 février 2007.
  19. Condamnation à 10 mois fermes
  20. Le Monde, lundi , p. 8
  21. Nouveaux démêlés policiers pour Samy Naceri, dans Le Figaro, samedi , p. 12.
  22. Samy Naceri retourne en prison
  23. Samy Naceri mis en examen pour « violences volontaires », consulté le 8 janvier 2009.
  24. Retour à la case prison pour Samy Naceri, Libération, 31 mai 2011
  25. Samy Naceri placé en hôpital psychiatrique, Le Figaro
  26. a et b Samy Naceri : de la prison à la psychiatrie, Le Nouvel observateur, 24 juin 2011
  27. Samy Naceri, libre, bientôt au théâtre pour jouer un prisonnier, France Soir, 26 mars 2012
  28. « Naceri condamné à 16 mois de prison ferme », 20minutes.fr, 28 avril 2011.
  29. http://www.europe1.fr/faits-divers/un-taxi-porte-plainte-contre-samy-naceri-1237205
  30. Marie Turcan, Samy Naceri: «La police et les pompiers n'ont pas fait d'alcootest», Le Figaro, 26 juin 2013.
  31. Samy Naceri en garde à vue pour violences conjugales, Le Parisien.
  32. « Nouvelle garde à vue pour Samy Naceri », sur RTL,‎
  33. « Samy Naceri relaxé, sa compagne condamnée par la justice », sur gala.fr,‎
  34. « Poursuivi pour violences conjugales, Samy Naceri relaxé », Le Figaro,‎ (consulté le 27 février 2016)
  35. Samy Naceri à nouveau en garde à vue, Le Parisien.
  36. Public, Samy Naceri a encore été condamné !, 16 juin 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]