1981 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1978 1979 1980  1981  1982 1983 1984
Décennies :
1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la France

Événements de l'année 1981 en France.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

  • 1er février : suppression de la cotisation patronale supplémentaire de 1 % sur les salaires.
  • 2 février : nommé par le pape Jean-Paul II, Jean-Marie Lustiger succède à Mgr François Marty comme archevêque de Paris. Né de parents juifs, il s'est converti au catholicisme à l'âge de 13 ans.
    • Devant la montée de la délinquance dans le pays, le parlement adopte la Loi sécurité et liberté, sur proposition du ministre de la justice Alain Peyrefitte, qui étend les pouvoirs de la Police et du Parquet et restreint le pouvoir d'appréciation du juge. Vives protestations de l'opposition de gauche sur la restriction des libertés publiques.
  • 16 février : Lors de l'émission Audition publique diffusé sur Antenne 2, un militant de la CGT prend la parole sans autorisation des présentateurs qui arbitraient le débat et ses collègues de la CGT, des jeunesses communistes, et des membres du PCF empêchent toute discussion obligeant les présentateurs à interrompre l'émission après seulement 20 minutes.

Mars[modifier | modifier le code]

  • 30 mars : les cinq plus importantes fédérations de ciné-clubs organisent la manifestation « Six heures pour les Ciné-Clubs » à la Cinémathèque de Chaillot.

Avril[modifier | modifier le code]

  • 15 avril : loi no 81-357 transcrivant la convention internationale du travail no 111 dans la législation française. Elle inaugure la lutte contre la discrimination à l'emploi et au travail.
    • Les mesures de rigueur prise par le premier ministre Raymond Barre réduisent le déficit public à 0,7 % du PIB. Mais le budget de l'État, malgré les efforts des différents gouvernements, ne retrouvera jamais la situation d'équilibre qu'il a connu.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 1er juillet :
  • le SMIC augmente de 10 % et le traitement des fonctionnaires de 3,4 %. Les allocations familiales et les autres prestations sociales sont revalorisées. La SNCF augmente ses tarifs marchandises mais pas ses tarifs voyageurs.
  • circulaire interministérielle sur la démocratisation de la formation scolaire[1]. Création des ZEP (zone d'éducation prioritaire) par le ministre de l'éducation Alain Savary.
  • 2 juillet : Louis Mermaz est élu président de l’Assemblée nationale.
  • 18 juillet : tuerie d'Auriol.
  • 29 juillet : suppression de la Cour de sûreté de l'État
  • Rébellion urbaine des Minguettes à Vénissieux (dans la banlieue lyonnaise). De violents incidents (rodéos de voitures volées, incendie d'automobiles) durant l'été vont entraîner une série de mesures nationales à commencer par la politique de DSQ (développement social des quartiers). 250 voitures et des dizaines de bâtiments seront détruites par des jeunes immigrés en l'espace de deux mois.

Août[modifier | modifier le code]

  • 3 août : loi fiscale majorant de 7,7 milliards de francs les recettes fiscales. Surtaxe sur les hauts revenus, hausse des impôts sur les bénéfices des sociétés, des banques et des compagnies pétrolières. Majoration de la taxe sur les produits pétroliers.
    • Plan de relance Mauroy de 1,7 % du PIB :
      • Augmentation de 2,3 milliards de francs des pensions de retraite.
      • Suppression des cotisations employeur pour 2,5 milliards de francs.
      • 12,8 milliards de francs affectés à la création de 150 000 emplois et à la formation professionnelle.
      • 5,5 milliards de francs d'aide aux agriculteurs.
      • 26 milliards de francs de capital aux entreprises publiques.
      • 250 millions de francs pour la construction de logements.
      • 17 milliards de francs de prêts accordés par le Fonds industriel de modernisation et le Fonds de développement économique et social.
      • Crédit d'impôt sur l'investissement privé : 10 % du montant de l'investissement peut être déduit de l'impôt sur les sociétés. On peut noter que cette mesure représente un coût budgétaire très élevé (4,5 milliards de francs) pour un résultat limité (cf. plus bas).

Ce plan de relance n'obtient pas les effets escomptés par le gouvernement qui sera contraint d'appliquer un plan de rigueur à partir de 1982. On peut noter que la politique de rigueur appliquée en Europe et aux États-Unis, le refus de la dévaluation, l'évasion des capitaux, la hausse de la fiscalité et surtout l'ouverture des frontières (qui interdit toute mesure protectionniste) aboutiront à l'échec du plan de relance et au retour à un classique plan de rigueur.

  • 10 août : « loi Lang » imposant un prix unique sur les livres.
  • 11 août : lancement d'une opération de régularisation des étrangers : 132 000 seront concernées d'ici à 1983.
  • 26 août : le Conseil des ministres approuve le projet de loi abolissant la peine de mort.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 4 octobre : dévaluation de 3 % du franc.
  • 9 octobre : promulgation de la loi contre la peine capitale par le président Mitterrand.
  • 9 octobre : une loi ouvre aux étrangers le droit d'association.
  • 10 octobre : abolition définitive de la peine de mort.
  • 17 octobre : une loi renforce la lutte contre le travail clandestin et instaure des sanctions contre les employeurs.
  • 23 octobre : au congrès socialiste de Valence, on demande « des têtes ».
  • 26 octobre :
    • Adoption du IXe Plan par le parlement :
      • nationalisations de 5 grands groupes industriels et des principales banques et assurances.
      • Mesures fiscales et réglementaires pour diminuer la consommation et la dépendance énergétique
      • Renforcement du processus de décision dans l'entreprise pour le partage des bénéfices
      • Hausse des prestations et des salaires pour soutenir la consommation des ménages
      • Ciblage des aides industrielles sur les entreprises et les produits à haute valeur ajoutée.
    • Réouverture de l'université de Corse-Pascal-Paoli, initialement fondée en 1765, qui avait été fermée par l'armée de Louis XV lors de la conquête de la République corse par le royaume de France en 1769.
  • 27 octobre : abrogation de la loi Bonnet et création du certificat d'hébergement.
  • Suppression de l'anonymat des transactions sur l'or. Les intermédiaires ont l'obligation de noter l'identité des acheteurs et vendeurs d'or non monnayé ou d'or en barre ou en lingot. L'importation et l'exportation du commerce d'or sont toujours interdites.

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 10 décembre : grève des médecins hospitaliers pour maintenir le secteur privé dans l'hôpital.
  • 18 décembre : loi sur les nationalisations : tout le capital des firmes sidérurgiques, de cinq grands groupes industriels (Pechiney, CGE, Saint-Gobain, Rhône-Poulenc, Thomson), de 36 banques de dépôt, de deux holdings financiers (Paribas et Suez), ainsi que 51 % du capital de compagnies fortement spécialisés dans l’armement (Dassault, Matra) tombent dans le patrimoine public.
  • 29 décembre : Majoration de 15 milliards de francs des dépenses militaires. L’accroissement du déficit oblige le gouvernement à décréter une hausse fiscale de 36 milliards de francs des impôts (TVA, droits d'accise) et des cotisations salariales pour financer l’accroissement des dépenses sociales votées en août par le parlement.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Creusement du déficit avec les nombreuses mesures sociales votées par le parlement (-1,6 % du PIB).
  • Le niveau de prélèvements obligatoires atteint 42,5 % du PIB. La hausse continue de la fiscalité directe (impôts et cotisations) et indirecte (TVA et droit d'accise) ne parvient pas à réduire le déficit qui s’accroît régulièrement depuis le début des années 1970.
  • 4,5 milliards de francs de déficit commercial.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

  • 1 617 000 chômeurs (6,3 % de la population active).
  • 2,9 millions de crimes et délits constatés en France[3]. Le taux de criminalité, estimé à 53,5 ‰, a été multiplié par 4 depuis le début des année 60 alors que la population n'a augmenté que de 17 % entre 1965 et 1981.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1981 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1981[modifier | modifier le code]

Les uns et les autres de Claude Lelouch

Autres films sortis en France en 1981[modifier | modifier le code]

  • x

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Naissances en 1981[modifier | modifier le code]

  • x

Décès en 1981[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]