Forces armées des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Armée américaine)
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées des États-Unis
United States Armed Forces
Sceau du Département de la Défense des États-Unis
Sceau du Département de la Défense des États-Unis
Fondation 14 juin 1775
Branches L'US Army
L'US Navy
L'US Air Force
L'US Marine Corps
L'US Coast Guard
Quartier-général Pentagone
Commandement
Président des États-Unis Barack Obama
Secrétaire à la Défense des États-Unis Chuck Hagel
Chef d'état-major des armées des États-Unis Général Martin Dempsey
Main-d'œuvre
Âges militaires 17 - 45
Actifs 1 428 868 (hors gardes côtes au 31 mars 2010)[1] (2e)
Déployés hors du pays 283 100 (au 31 décembre 2009)
Réservistes 848 000
Budgets
Budget 580 milliards de dollars (est. 2014)[2]
Pourcentage du PNB 4 (est. 2014)
Industrie
Fournisseurs nationaux Complexe militaro-industriel des États-Unis
Importations annuelles 2,33 % du marché mondial en 2007 (10e rang) [3]
Exportations annuelles 30,93 % du marché mondial en 2007 (1er rang)
Articles annexes
Histoire Histoire militaire des États-Unis
Grades Grades des forces armées des États-Unis
Décorations militaires des États-Unis

Les forces armées des États-Unis (United States Armed Forces), souvent appelées armée américaine (US military) dans le langage courant, sont l'armée entretenue par les États-Unis. Au 30 juin 2010, elle compte 1 434 761 militaires actifs[4]; si les gardes-côtes sont exclus du décompte, il s'agit, en effectifs, de la deuxième ou troisième armée mondiale, derrière l'armée populaire de libération chinoise, et pratiquement à égalité avec les forces armées indiennes. Le Département de la Défense des États-Unis (DoD ou DOD) emploie également, au 30 juin 2010, 770 569 civils dont 12 851 étrangers[5].

En termes de budget (environ 640 milliards de dollars en 2013 soit 36 % du budget officiel de la défense dans le monde[6]), de force de frappe et de capacité de déploiement, il s'agit de la première armée mondiale.

Une partie relativement importante de l'armée des États-Unis est déployée hors du territoire national[7]. Elle joue un grand rôle dans la politique étrangère du pays[8].

L'armée américaine comprend cinq composantes. Il s'agit, par nombre décroissant de soldats actifs, de :

  1. United States Department of the Army Seal.svg l'US Army (l'armée de terre) ;
  2. United States Department of the Navy Seal.svg l'US Navy (la marine militaire) ;
  3. Seal of the US Air Force.svg l'US Air Force (l'armée de l'air) ;
  4. USMC logo.svg l'US Marine Corps (troupes de Marine essentiellement d'infanterie mais ayant aussi des marins et des aviateurs, dépendant du Département de la Marine des États-Unis) ;
  5. USCG S W.svg l'US Coast Guard (les garde-côtes dépendent du Département de la Sécurité intérieure en temps de paix).

Une armée au service de la première puissance du monde[modifier | modifier le code]

Les effectifs militaires américains dans le monde en 2007
Les pays de l'OTAN

La puissance militaire des États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale s'explique notamment par leur avance technologique : ils sont le premier pays à avoir développé la bombe atomique ; dans les années 1970, leurs recherches amènent la production d'engins furtifs. Le programme spatial des États-Unis déploie la moitié des satellites artificiels militaire du monde qui sont utilisés pour de nombreuses fonctions, de la communication au guidage des missiles. Le bouclier antimissile est en fonction depuis novembre 2004. Internet et le GPS sont des innovations américaines qui ont d'abord servi à des fins militaires[9]. La domination militaire américaine découle aussi de la faiblesse des autres pays : la puissance russe a décliné depuis la disparition de l'URSS et du pacte de Varsovie. L'Union européenne n'a pas de véritable armée ni de politique étrangère commune. De fait, le complexe militaro-industriel est important aux États-Unis, il est le premier exportateur entre 2007 et 2011 avec 30 % en volume des exportations d'armement dans le monde[10].

Déploiement d'un satellite d'alerte du Defense Support Program lors de la mission STS-44 en 1991.

La présence de l'armée américaine est depuis la Seconde Guerre mondiale globale : elle possède des bases militaires sur tous les continents bien que nombre d'entre elles ont été fermées dans le cadre des Base Realignment and Closure depuis 1989, essentiellement en Europe de l'Ouest. La plupart des effectifs américains à l'étranger sont actuellement dans les pays où les États-Unis sont en guerre (Irak entre 2003 et 2011, Afghanistan depuis 2001), dans les anciens pays de l’Axe (Allemagne, Japon, Corée du Sud[11], Italie) et dans les régions stratégiques (Djibouti depuis 2002 [12], Golfe Persique). Tous les océans sont quadrillés par des flottes permanentes. Les États-Unis sont actuellement le seul pays du monde à pouvoir intervenir massivement partout dans le monde.

Depuis la fin de la guerre froide, les interventions armées américaines se sont multipliées, soit avec l'aval de l'ONU (Somalie, ex-Yougoslavie, Afghanistan, Libye), soit sans (Irak). La politique étrangère dépend du président qui est le chef des Armées, qui négocie les traités et dispose du feu nucléaire ; mais elle est également tributaire du Congrès qui décide de la guerre et entérine les traités internationaux. Durant le XXe siècle, les États-Unis ont connu des phases isolationnistes et sont entrés en guerre pour réagir à des attaques. Avec la guerre froide, ils se sont posés en défenseurs du monde libre et démocratique contre le bloc soviétique et ont mis en place un réseau d'alliance dont la pièce maîtresse est l'OTAN. Aujourd'hui, certaines de ces alliances existent toujours et l'OTAN se renforce avec l'entrée des pays de l'est de l'Europe et le retour de la France dans le commandement intégré. Les États-Unis garantissent aussi leur aide militaire à de nombreux pays.

Pourtant, la puissance militaire des États-Unis n'est pas sans faiblesse : face au terrorisme et à la guerre asymétrique, les stratégies conventionnelles semblent mal adaptées, comme le montrent les progrès des Taliban en Afghanistan. Washington a besoin de ses alliés pour mener des expéditions[13]. Des oppositions se sont développées contre la politique étrangère de George W. Bush, y compris aux États-Unis, et des alliances concurrentes se mettent en place comme l'Organisation de coopération de Shanghai. En 2009, le président Barack Obama a confirmé le retrait des troupes américaines d'Irak pour en redéployer en Afghanistan.

Commandement[modifier | modifier le code]

Le déploiement des forces armées des États-Unis dans des bases militaires du monde selon le schéma mouvant des sphères d'influence est perceptible au travers de la répartition géographique du commandement Interarmées de Combat. Cette présence globale permettant la projection de la puissance armée, sous la forme la plus adaptée à l'action requise par la géostratégie et la tactique, fournit la base arrière des interventions militaires depuis 1947.

Commandant en chef[modifier | modifier le code]

La Constitution des États-Unis, Article II Section 2[14], donne le titre de Commandant en chef au président des États-Unis, qui « sera commandant en chef de l'armée et de la marine des États-Unis, et de la milice des divers États quand celle-ci sera appelée au service actif des États-Unis. »

Autorité du Commandant en chef sur le champ de bataille[modifier | modifier le code]

En tant que Commandant en chef, le président des États-Unis a la prééminence sur tout officier de l'armée et donc le droit inhérent d'assumer le commandement sur le champ de bataille. Cependant, parce que les présidents sont rarement présents sur les zones de guerre et ont souvent moins d'expérience que les commandants militaires, seuls deux présidents firent usage de cette prérogative, George Washington et James Madison.

Washington mena en personne une troupe de 70 000 hommes lors de la révolte du Whisky, pendant son second mandat. Il ne fut cependant pas présent lors des diverses escarmouches de ce conflit relativement peu sanglant.

Lors de la guerre de 1812, Madison se retrouva sous le feu de l'ennemi le 24 août 1814, lorsque les forces américaines furent mises en déroute par les troupes britanniques à Bladensburg (Maryland). Exaspéré par l'incompétence du général américain, il prit le commandement des seules forces américaines restantes, une batterie navale commandée par le Commodore Joshua Barney. Il fit cela pour stopper l'invasion britannique de la capitale américaine, mais ses efforts furent vains et les Britanniques incendièrent Washington pendant deux jours.

Pendant la guerre de Sécession, Abraham Lincoln considéra la possibilité d'assumer lui-même le commandement de l'Armée de l'Union sur le champ de bataille et se mit à étudier des textes militaires car l'apathie et l'incompétence de ses généraux l'exaspéraient. Il se retrouva sous le feu ennemi en 1864 lors d'une attaque confédérée sur Fort Stevens dans le District de Columbia, mais il n'exerça à aucun moment son autorité de commandant en chef sur le champ de bataille.

Commandement effectif[modifier | modifier le code]

Le Pentagone, quartier général et siège du ministère de la Défense des États-Unis

La direction des forces armées des États-Unis est assurée par le comité des chefs d'état-major (Joint Chiefs of Staff) créé en 1949 qui comprend :

Ce comité dépend directement du Secrétaire à la Défense, ministre chargé du Département de la Défense qui, lui, répond directement devant le président des États-Unis.

Le Goldwater-Nichols Act de 1986 a complètement réorganisé la structure de commandement des forces armées américaines qui repose actuellement sur dix Unified Combattant Command qui couvrent chacun une zone géographique du monde (ou une responsabilité fonctionnelle).

Contrôle parlementaire[modifier | modifier le code]

Le Comité des forces armées du Sénat des États-Unis est l'organe de contrôle du Sénat américain sur les forces armées, les programmes de recherche et développement militaires et l'énergie nucléaire au service de la sécurité nationale. Le Posse Comitatus Act interdit, sauf exceptions, aux armées de s'occuper d'affaires du gouvernement civil, dans celles de la Justice ou dans une procédure judiciaire.

Comparaison armée soviétique/forces armées des États-Unis en 1991[modifier | modifier le code]

Voici la comparaison des effectifs et des matériels conventionnelles entre les deux superpuissances en 1991, l'année de la dislocation de l'URSS[15] :

Catégorie Union Soviétique États-Unis
Effectifs d'active 3 400 000 1 985 555[16]
Réserve militaire 5 240 000 nc
Paramilitaire 580 000 -
Chars 54 500 18 000
VTT/VCI 86 000 34 000
Artillerie/Mortiers/LRM 64 000 12 000
Batteries de missiles sol-air 8 500 1 200
Hélicoptères terrestres 4 500 9 000
Avions de combat tactiques 4 900 7 000
Bombardiers moyenne portée 400 -

Structures des forces pour la période 2011-2015[modifier | modifier le code]

L'examen quadriennal de la défense 2010 (Quadrennial Defense Review) publié le 1er février 2010 donne entre autres le format prévu des forces pour la période 2011-2015[17] mais les réductions d'effectifs et des coupes budgétaires annoncés ont influencer ce format.

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Colonne de M1A1 Abrams et M2 Bradley en Somalie en janvier 1994.

Les prévisions pour l'US Army portent les effectifs à 569 000 militaires à la suite d'une décision du 20 juillet 2009[18]. Il a été annoncé en janvier 2011 une baisse des effectifs à 552 000 militaires après la fin programmée des opérations de combat en Afghanistan en 2014[19], mais en septembre 2011, on annonce une baisse dès mars 2012 pour atteindre un maximum de 520 400 militaires d'active au 30 septembre 2016[20] et le 26 janvier 2012, alors que les effectifs à cette date sont de 562 000 hommes, c'est désormais le plafond de 490 000 militaires d'ici 2017 qui est dévoilé[21] :

  • 4 quartiers généraux de corps
  • 18 quartiers généraux de division
  • un total de 73 brigades de combat (Brigade combat team, BCT) (45 d'active et 28 de réserve), se composant de :
    • 40 brigades d'infanterie (Infantry Brigade Combat Team, IBCT)
    • 8 brigades Stryker (Stryker Brigade Combat Team, SBCT)
    • 25 brigades lourdes de combat (Heavy Brigade Combat Team, HBCT)
  • 21 brigades d’aviation de combat (Combat Aviation Brigade) (13 d'active et 8 de réserve)
  • 15 bataillons Patriot, 7 batteries THAAD

En 2017[modifier | modifier le code]

Il est annoncé en juin 2013 que l'arme de terre doit réduire ses effectifs d'active de 570 000 personnes à cette date à 490 000 en 2017, soit une baisse de 17 % les faisant descendre au niveau auquel ils étaient avant les attentats du 11 septembre 2001.

Le nombre de brigade d'active passera de 45 à 32 soit :

  • 14 brigades d'infanterie
  • 7 brigade Stryker
  • 12 brigades lourdes de combat (brigade blindées), 7 Stryker et 14 d’infanterie

Le nombre de bataillons de combat reste à peu prés stable et passe de 98 à 95. Un bataillon supplémentaire étant affecté aux brigades restantes[22],[23].

Force aérienne[modifier | modifier le code]

Un bombardier Northrop B-2 Spirit et des chasseurs F-15 Eagle et F-16 Falcon de l'USAF, des F/A-18 Hornet de l'US Navy et des P-3 Orion des Forces japonaises d'autodéfense à Andersen Air Force Base sur l'île de Guam en 2006.

Voici les prévisions pour l'USAF dont les effectifs sont de 335 950 militaires au 31 mars 2010 :

  • 8 équivalents d’escadres de renseignement, surveillance et reconnaissance C4ISR

(avec jusqu’à 380 aéronefs de mission principale)

(avec 33 aéronefs de mission principale par équivalent d’escadre)

  • 10 – 11 équivalents d’escadres de frappe de théâtre

(avec 72 aéronefs de mission principale par équivalent d’escadre)

  • 5 escadres de frappe à longue portée

(avec jusqu’à 96 bombardiers)

  • 6 équivalents d’escadres de supériorité aérienne

(avec 72 aéronefs de mission principale par équivalent d’escadre)

  • 3 escadres de commandement et de contrôle et cinq centres d’opérations aériennes et spatiales

entièrement opérationnels (avec un total de 27 aéronefs)

Marine de guerre[modifier | modifier le code]

L'exercice Valiant Shield mené dans la partie ouest de l'océan Pacifique en juin 2006 regroupa dans un groupe de forces combinées 28 navires, 300 aéronefs et environ 20 000 militaires. De gauche à droite : les porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72), USS Kitty Hawk (CV-63) et USS Ronald Reagan (CVN-76).

Voici les prévisions pour l'United States Navy dont les effectifs en 2010 sont de 330 000 personnels d'active, 103 000 réservistes employables immédiatement et 192 000 employés civils pour 286 navires de guerre début mai 2010[24] :

Corps des Marines[modifier | modifier le code]

Débarquement de LAV-25 et d'HMMWV des Marines depuis un LCAC de l'US Navy en 2002.

Voici les prévisions pour le United States Marine Corps dont les effectifs sont de 203 213 militaires au 31 mars 2010. Il est annoncé, en janvier 2012, des effectifs de 182 000 hommes en 2017 :

  • 3 corps expéditionnaires de Marines
    • 4 divisions de Marines (3 d'active et 1 de réserve)
      • 11 régiments d’infanterie
      • 4 régiments d’artillerie
    • 4 unités d’aviation de Marines
      • 6 groupes aériens
      • 7 groupes d'hélicoptères
      • 4 groupes de contrôle
      • 4 groupes de soutien
    • 4 groupes de logistique de Marines
    • 9 régiments de logistique de combat
    • 7 éléments de commandement des unités expéditionnaires de Marines

Forces spéciales[modifier | modifier le code]

Un MH-6 Little Bird du 160th SOAR faisant une démonstration d'infiltration avec des hommes du 5th SFG(A) en 2008.

Voici les prévisions pour le United States Special Operations Command regroupant des unités de toutes les branches des forces armées :

  • Environ 660 équipes d’opérations spéciales (dont des équipes ODA, des sections SEAL, des équipes d’opérations spéciales des Marines, des équipes tactiques spéciales de l’armée de l’air et des détachements d'aviation opérationnels)
  • 3 bataillons de Rangers
  • 165 aéronefs à rotors basculants/à voilure fixe pour l'aéromobilité et l’appui-feu.

Effectifs globaux[modifier | modifier le code]

Membres des quatre armes lors d'une passation de commandement du United States Pacific Command en 2007. De gauche à droite, on peut identifier : une Staff Sergeant de l'USAF, un membre de l'US Navy et un Marine sans grades visibles, au centre arrière, un Admiral de la Navy, au centre devant, un Lieutenant-General de l'US Army, une Sergeant de l'US Army, un Marine vraisemblablement Lance corporal d'après son insigne de manche à moitié cachée, une Petty Officer 2nd Class de la Navy, une Sergeant First Class de l'USAF et un marin dont le rang n'est pas visible.

Les États-Unis se classent deuxième derrière la Chine pour le nombre de soldats actifs (1,4 million)[25], mais 57e si l'on ramène ce nombre à la population totale (6 soldats pour mille habitants[26]). Il faut rajouter les forces de réserve, qui totalisent 1,2 million d'hommes et de femmes prêts au combat (Garde nationale, armée de réserve et garde côtière).

Les effectifs militaires ont énormément fluctué dans l'Histoire. Historiquement faible en temps de paix, elle a atteint un maximum de 16 millions de militaires américains à fin de la Seconde Guerre mondiale[27] ; après avoir démobilisé, elle remonta à la suite de la guerre de Corée à 3 555 000 en 1953, baissa à 2 483 000 en 1961, et remonta sous l'impulsion de Robert McNamara à 2 808 000 au 30 juin 1962. Au début de l'engagement massif dans la guerre du Viêt Nam en 1965, 2 700 000 personnes étaient sous les drapeaux et le pic durant cette période fut de 3 550 000 militaires mi-1968 [28].

Depuis l'abandon de la conscription en 1973, les forces armées des États-Unis ont été réduites de près de 60 %. Dans les années 1980, ses effectifs étaient de 2 millions contre 1,4 million dans les années 2000[29].

La conscription en temps de paix fut établie aux États-Unis en septembre 1940, et ses conditions furent élargies par une loi établissant un service national le 13 décembre 1941, six jours après l’attaque japonaise contre Pearl Harbor. La conscription cessa en 1947, mais le service sélectif se poursuivit dans les années 1950, en raison de l’engagement dans la guerre de Corée. Les lois sur le service militaire continuèrent à être appliquées, bien que subissant de fréquents amendements, et fournirent des contingents pour la guerre du Viêt Nam. En 1969, un système de loterie fut institué pour sélectionner les conscrits. En 1973, l’intégration aux forces armées américaines fonctionna exclusivement sur la base du volontariat ; depuis 1980, les hommes doivent se faire recenser auprès des autorités dans les trente jours suivant leur dix-huitième anniversaire.

De 65 à 75 % des effectifs peuvent être déployés hors du territoire métropolitain (contre 10 à 15 % des forces européennes).

Soldats américains de la 2e division d'infanterie en Irak en 2007.

En proportion de leur population, les États-Unis ont, en 2008, 507 militaires d'active pour 100 000 habitants (45e rang mondial) et 807 militaires pour 100 000 habitants. en incluant les réservistes (61e rang mondial)[30].

Voici quelques chiffres sur les engagés au sein des forces armées des États-Unis à la mi-2004 :

Service/Arme Personnel
actif
Taux de
féminisation

[note 1]
Hommes
du rang
Officiers
US Army 500 203 15,2 414 325 69 307
US Marine Corps 176 202 6,0 157 150 19 052
United States Navy 375 521 14,5 319 929 55 592
United States Air Force 358 612 19,6 285 520 73 091
US Coast Guard 40 151 10,7 31 286 7 835
Total 1 450 689 14,9 1 196 210 254 479
  1. Il s'agit du pourcentage des postes occupés par une femme.

Un étranger ayant la carte de résident permanent aux États-Unis (dite « green card ») peut s'engager dans les forces armées en tant que simple soldat ; il peut recevoir la nationalité américaine durant son séjour sous les drapeaux. Les officiers doivent, eux, déjà avoir la nationalité américaine.

En 2005, environ 31 000 militaires actifs n'étaient pas citoyens américains et entre 2001 et début 2010, 58 000 étrangers ont intégré les forces armées[31].

Service/Arme Non-américains en 2005  % de l'effectif
US Navy 15 880 4,2
US Marine Corps 6 440 3,8
US Army 5 596 1,2
US Air Force 3 056 0,8

Depuis la fin de la Guerre froide, il y a une diminution sensible des installations militaires, tant sur le territoire métropolitain qu'outre-mer (hors zones de conflits) dans le cadre du Base Realignment and Closure mais les États-Unis restent le seul état ayant une capacité de déploiement planétaire de grande envergure avec des bases sur tous les continents.

Durant l'année fiscale 2007, les différentes armes ont recruté[32] :

Service/Arme Recrues
US Army 80 407
US Air Force 27 801
US Navy 37 361
US Marine Corps 35 603

Forces armées en 2011[modifier | modifier le code]

Au 30 juin 2011, l'ensemble des forces militaires américaines, c'est-à-dire l'US Army, l'US Navy, l'US Air Force et l'US Marine Corps (exception faite de l'US Coast Guard) regroupaient 1 434 312 militaires dont 15 % étaient à l’étranger.

Total[33]
Pays Total Army Navy Marine Corps Air Force
A terre 1 332 656 571 108 233 368 194 451 333 729
Embarqué 101 656 0 95 280 6 376 0
Total 1 434 312 571 108 328 648 200 827 333 729
Stationné aux États-Unis[33]
Pays Total Army Navy Marine Corps Air Force
Flag of the United States (Pantone).svg États-Unis contigus 1 019 767 454 495 193 663 114 607 254 302
Alaska Alaska 21 506 13 677 44 26 7 759
Drapeau : Hawaii Hawaï 42 360 22 974 8 595 5 905 4 886
Drapeau de Guam Guam 4 137 55 2 035 20 2 027
Drapeau de Porto Rico Porto Rico 190 111 30 24 25
Drapeau des Îles Vierges des États-Unis Îles Vierges des États-Unis 2 0 1 1 0
Wake Island flag unofficial.png Wake 4 0 0 0 4
En transit 55 356 10 793 9 688 28 756 6 119
Embarqué 83 316 0 83 316 0 0
Total - États-Unis et territoires 1 226 638 502 105 300 072 149 339 275 122

Armement nucléaire et défense anti-missile[modifier | modifier le code]

Le USS Wyoming (SSBN-742) en surface. Il s'agit de l'un des 14 SNLE de classe Ohio en service en 2010. Ces « boomers »[34] peuvent embarquer jusqu'à 24 missiles Trident II emportant eux-mêmes un maximum de 12 MIRV soit 288 ogives par bateau mais depuis les accorts START II sont limités à cinq ogives. Ils sont les principaux vecteurs d'armes nucléaires des États-Unis devant les 450 missiles balistique intercontinentaux basé au sol Minuteman III et la centaine de bombardiers stratégiques en service.
Malgré leurs accords de non-prolifération, le stock d'armement nucléaire des deux grands est resté très important.

Les forces armées des États-Unis ont été les premières à obtenir l'arme nucléaire en 1945. Utilisé lors des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki pour en terminer avec la Seconde Guerre mondiale, l'apparition de la guerre froide a fait construire de grands stocks d'ogives et de multiples vecteurs conduisant à l'équilibre de la terreur avec l'URSS.

Le Single Integrated Operational Plan conçue dans les années 1960 est la planification stratégique en cas de guerre nucléaire.

On compta un maximum de 31 255 ogives en 1967 dans l'arsenal américain et constituant toujours un élément central de la stratégie américains de dissuasion, leur importance et leur nombre ont décru avec la fin de la guerre froide et depuis le milieu des années 1970, l'armée soviétique, puis son successeur, les forces armées de la fédération de Russie dépasse le mégatonnage américain mais reste inférieure au niveau de la précision de ces armes.

Les armes nucléaires sont depuis 1992 sous le contrôle du United States Strategic Command, les ogives tactiques hors bombes embarqués à bord d'avions tels missiles à courte portée, obus, mines ou torpilles ne sont plus en service depuis cette période.

Le DoD a annoncé disposer de 5 113 têtes nucléaires déployées, non déployées, stratégiques et non-stratégiques fin septembre 2009[35].

Le traité de réduction des arsenaux nucléaires stratégiques signé en 2002 la réduction de l'arsenal à la limite maximale de 2 200 armes opérationnelles en 2012. Il sera remplacé par le Traité de réduction des armes stratégiques de 2010 prévoyant un maximum de 1 550 ogives pour chaque parties contractantes, les bombardiers ne comptant que comme une seule ogive.

Tableau récapitulatif de l'avancée du Memorandum of Understanding (MOU) de START-1
Date ICBM, SLBM et bombardiers lourds ICBM lourds Ogives (ICBM, SLBM et bombardiers lourds) Ogives (ICBM et SLBM) Ogives (ICBM sur lanceurs mobiles) Ogives (ICBM lourds) Puissance (ICBM et SLBM) (Mt)
Limites imposées par START-1
31 juillet 1991 1 600 154 6 000 4 900 1 100 1 540 3 600
Drapeau des États-Unis États-Unis
1er septembre 1990[36] 2 246 0 10 563 8 210 0 0 2 361,3
1er janvier 2008[37] 1 225 0 5 914 4 816 0 0 1 826,1
1er janvier 2009[38] 1 198 0 5 576 4 514 0 0 1 717,3
1er juillet 2009[39] 1 188 0 5 916 4 864 0 0 1 857,3
L'un des premiers Ground Based Interceptor installé dans un silo à Fort Greely en Alaska en 2004.

D'importants systèmes de détection et de prévention d'une éventuelle attaque adverse furent parallèlement mis en place tels les satellites d'alerte précoce MIDAS et les réseaux radars du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord.

Après plusieurs programmes destinés depuis 1957 à contrer les attaques de missiles balistiques mais qui ne furent pas opérationnels, le système Missile Defense, dont l'objectif est d'intercepter une vague limitée d'ICBM lancés vers le continent nord-américain et de protéger certains alliés (Japon et OTAN, entre autres), est progressivement mis en place depuis 2004.

Budget[modifier | modifier le code]

En 2009, le budget total de la défense américaine a été de 636,5 milliards de dollars.

La répartition entre les armes se fait approximativement ainsi : 35 % pour la Navy (incluant 4 % pour les Marines), 35 % pour l'Air Force et 30 % pour l'Army (armée de terre).

Les dépenses militaires des États-Unis représentaient 36,6 % des dépenses militaires mondiales en 2013, dont une partie absorbée dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan[40]. Cependant, les dépenses militaires (équipement, personnel et frais de gestion) ne représentaient que 21 % du budget du gouvernement fédéral en 2008, soit un total de 2 979 milliards de dollars[41], et environ 4 % du PIB américain[42],[43], ce qui classe le pays en 26e position mondiale[44]. Le budget de la défense des États-Unis en temps de paix était jusqu'à la fin des années 1940 relativement faible, voire insignifiant par rapport à d'autres grandes nations ; il fallut la Guerre froide pour que celui-ci devienne de loin le premier au monde. Après une baisse dans les années 1990, la guerre contre le terrorisme et le renouvellement d'une partie du matériel hérité de la guerre froide a fait augmenter le budget de 66,5 % entre 1999 et 2008.

Le cout moyen d'un militaire américain au niveau salaire et soins à augmenté entre 2000 et 2010 de 73 % passant de 73 300 à 126 800 dollars et les soins de santé pour les 9,6 millions de militaires d'active, retraités, membres de la Garde Nationale, réservistes et personnes à charge représente presque un dixième du budget de la défense 2011 soit 50,7 milliards de dollars[45].

Ce budget a représenté plus de 40 % des dépenses militaires mondiales entre la chute de l’URSS fin 1991 et 2013.

Voici la répartition de celui-ci en 2004 :

Répartition des dépenses en 2004
Division Montant
(milliards USD)
Opérations et maintenance 174,081
Personnel militaire 113,576
Appro­vision­nement 76,217
Recherche et développement 60,756
Construction militaire 6,310
Total 437,111

Grades d'officiers[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Le jour des forces armées est célébré le troisième samedi du mois de mai.

Droits civiques et place des femmes[modifier | modifier le code]

Novembre 1864 : Deux soldats de l'USCT armés de fusil Springfield Model 1861 posent pour le photographe à Dutch Gap.

Des Amérindiens combattirent dès la guerre d'indépendance du côté des insurgés, certains dont Pushmataha furent nommés à des postes d'officier supérieur. Ils ont le taux d'enrôlement dans l'armée le plus important de n'importe quel autre groupe ethnique[51].

Durant la guerre de Sécession, des Afro-Américains furent intégrés dans des unités de combat spécifiques à la suite de la ségrégation raciale, les United States Colored Troops qui furent surnommés les Buffalo Soldiers, plus de 100 000 servirent au total dans l'armée de l'Union.

En 1901 et 1908, la création du corps des infirmières de l'Armée et du corps des Marines entrouvre très légèrement la porte pour l'accès des femmes à la carrière militaire.

Lorsque les États-Unis sont rentrés dans la Première Guerre mondiale; alors que l'armée de terre rechignait à engager des femmes, près de 13 000 d'entre elles se sont enrôlés dans la Marine, les Marines et les Gardes-Côtes avec le même statut que les hommes dans les services administratifs à « l'arrière »[52].

Le premier Afro-Américain à être promu général dans l'US Army a été Benjamin O. Davis, Sr. le 26 octobre 1940, son fils Benjamin Oliver Davis, Jr. a été le premier général noir de l'USAF le 27 octobre 1954. Plus d'un million d'Afro-Américains servirent dans toutes les branches des forces armées pendant la Deuxième Guerre mondiale tandis qu'un demi-million de femmes occupèrent de nombreux postes hors unités de combat.

Le 26 juillet 1948, en déclarant qu'il « aura égalité dans le traitement et dans les chances accordés à tous les membres des forces armées, sans distinction de race, de couleur, de religion ou d'origine nationale », le président Harry S. Truman ordonne la fin de la ségrégation raciale dans l'armée américaine[53] et le dernier des régiments de couleurs fut dissous en 1951.

Le 11 juin 1970, pour la première fois, deux femmes furent promues brigadier général aux États-Unis[54].

Bien que les forces armées utilisent à l’heure actuelle du personnel militaire féminin sur les théâtres d'opérations pour obtenir des renseignements auprès des femmes locales et aider la police quant aux femmes suspectes, il est expressément interdit à ces mêmes femmes soldats d’être dans des unités de combat. Le président George W. Bush avait annoncé dans une conférence de presse en 2005 qu’il n’autoriserait pas les femmes à servir dans des unités de combat terrestre alors qu’il acceptait que des femmes aient un rôle embarqué sur des véhicules et dans des avions de combat. Bien qu'il ait interdit aux femmes de servir dans l’infanterie, l’artillerie et les blindés ainsi que dans toutes les forces d’opérations spéciales, il ne donna pas l’ordre de les démobiliser des unités qui ont pour tâches les appuis au combat, comme celles d’infirmières[55].

Mais la réalité des conflits actuels largement asymétriques où les lignes de front n'existent plus fait que celles-ci se retrouvent effectivement en zone de combat.

Lors de l'invasion du Panama par les États-Unis en 1989, 4 % de l'effectif engagé était féminin soit 800 membres parmi lesquelles 150 participèrent aux combats notamment dans les rangs de la police militaire[56].

En 1993, le secrétaire de la défense autorise les femmes de suivre une formation de pilote de chasse.

Le 28 avril 1993, l'United States Air Force déclare commencer à accepter les femmes comme pilotes de chasse et instructeurs des pilotes de chasse[57].

Kara Spears Hultgreen fut en 1994 la première femme pilote de chasse dans l'aéronavale de la US Navy mais périt lors d'un accident d'avion quelques mois après sa nomination.

La première femme afro-américaine à être pilote de chasse dans l'USAF passa son brevet en août 1999.

Le sergent Hester arborant sa Silver Star le 16 juin 2005

Le sergent Leigh Ann Hester, de la Garde nationale du Kentucky et affecté à la police militaire fut la seconde femme de l'Histoire à recevoir une Silver Star et la première à la suite de son action au combat lorsque son unité tomba dans une embuscade en Irak le 20 mars 2005. La première femme l'ayant été étant Mary Roberts Wilson, infirmière durant la bataille d'Anzio en 1944[58]. L'infirmière Monica Lin Brown fut elle la 3e à recevoir cette haute distinction le 21 mars 2008 pour avoir par sa bravoure et l’aide médicale rendue sous le feu sauvé la vie de ses camarades en avril 2007[59].

En 2008, il y a 14 000 pilotes dans l'USAF dont 3 700 sont pilotes de chasse parmi lesquels 70 sont des femmes[60]. C'est également en 2008 qu'une femme accéda pour la première fois au grade de général quatre étoiles avec la promotion d'Ann E. Dunwoody.

En février 2010, les femmes sont autorisées à servir dans les sous-marins de la United States Navy[61], l'un des unique postes, avec les SEAL ou elles n'avaient pas encore droit de cité.

Le 18 décembre 2010, le Sénat américain adopte un projet de loi supprimant la règle « Don't ask, don't tell » qui impose aux militaires américains de cacher leur orientation sexuelle ; le texte entrera en vigueur dès signature apposée par le président Barack Obama[62].

Statistiques diverses[modifier | modifier le code]

  • Selon l'United States Army Materiel Command, un milliard six cents millions de cartouches de petit calibre (du 5,56 × 45 mm OTAN à la .50 BMG) ont été consommées en 2007 par les forces armées. Un milliard trois cents millions sont fabriquées aux États-Unis dans deux usines, trois cents millions sont importées essentiellement d'autres pays alliés tels Israël et Taïwan. En janvier 2005, une commande de 300 millions de cartouches de 5,56 mm fut passé a une usine de l'Armée de la République de Chine en échange de plus de 400 AGM-114 Hellfire[63].
  • En 2006, le département de la défense est le plus grand consommateur de carburant des États-Unis avec 110 millions de barils de pétrole pour une consommation de 300 000 barils par jour représentant 1,5 % de la consommation nationale pour 13,6 milliards de dollars; il a utilisé également 3,8 milliards de kWh soit 78 % de la consommation d'énergie du gouvernement fédéral et 0,8 % de la consommation totale des États-Unis [64]; 70 % de la consommation de carburant a lieu lors d'opérations militaires[65]; L'USAF consomme 200 000 barils par jour, l'US Navy 100 000 et l'US Army 30 000 [66]. En 2010, la consommation énergétique du DoD s'est élevé à un total de 211 milliards british thermal units pour un coût de 15,2 milliards de dollars[67].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Military Personnel Statistics
  2. « Budget des Forces Armée des États-Unis: 1962–2015 Fiscal Year 2011 (Table 3.2) » (consulté le 2013-12-21)
  3. Stockholm International Peace Research Institute
  4. (en) [« ACTIVE DUTY MILITARY PERSONNEL STRENGTHS BY REGIONAL AREA AND BY COUNTRY (309A) JUNE 30, 2010 », sur http://siadapp.dmdc.osd.mil/, DoD Work Force Statistics or Procurement Information,‎ 30 juin 2010 (consulté le 5 novembre 2010) [PDF]
  5. (en) [« Report of Federal Civilian Employment », sur http://siadapp.dmdc.osd.mil/, DoD Work Force Statistics or Procurement Information,‎ 30 juin 2010 (consulté le 5 novembre 2010) [PDF]
  6. (en)SIPRI - Trends in world military expenditure, 2013
  7. (en) 280 000 soldats actifs fin 2006 et 100 000 undistributed - Département de la Défense des États-Unis [PDF]
  8. Noam Chomsky, De la guerre comme politique étrangère des États-Unis (ISBN 2-7489-0037-5)
  9. Pascal Boniface, Charlotte Lepri, 50 idées reçues sur les États-Unis, Hachette Littératures,‎ 2008 (ISBN 978-2-0123-7638-0), p. 92
  10. « The Top 20 Arms Exporters, 2007–2011 », sur Institut international de recherche sur la paix de Stockholm,‎ 2012 (consulté le 24 janvier 2013)
  11. Colonie japonaise depuis 1905, la guerre de Corée fait intervenir les États-Unis qui disposent depuis de forces permanentes face à la Corée du Nord
  12. (fr) Le départ des Forces françaises à Djibouti est déjà programmé, 17/06/2008
  13. André Kaspi, Les États-Unis. Mal connus, mal aimés, mal compris, Paris, Plon (coll. Tribune libre),‎ 1999 (1°éd. ), 289 p. (ISBN 2-2591-8903-2) p. 199
  14. Constitution des États-Unis Article II Section 2 :
    The President shall be Commander in Chief of the Army and Navy of the United States, and of the Militia of the several States, when called into the actual Service of the United States;…
  15. « La force mécanisée du Pacte », Ligne de Front, no 3H,‎ janvier-février 2008, p. 47
  16. (en) « Active Duty Military Personnel, 1940–2011 », sur Infoplease,‎ 2011 (consulté le 29 avril 2014)
  17. [« Examen quadriennal de la défense », sur http://www.defense.gov/, Département de la Défense,‎ 1er février 2010 (consulté le 6 avril 2010) [PDF]
  18. « L’US Army recrute 22 000 hommes supplémentaires », sur La Croix,‎ 21 janvier 2009 (consulté le 27 septembre 2011)
  19. Mathieu Rabechault, « Le Pentagone va faire des efforts pour lutter contre le déficit budgétaire », sur AFP,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 27 septembre 2011)
  20. (en) Jim Tice, « Army to cut nearly 50,000 soldiers over 5 years », sur Army Times,‎ 25 septembre 2011 (consulté le 27 septembre 2011)
  21. « Les États-Unis diminuent drastiquement leur budget de défense », sur FranceTV,‎ 26 janvier 2012 (consulté le 28 janvier 2012)
  22. (en)« Army Announces Force Structure and Stationing Decisions », sur Département de la Défense des États-Unis,‎ 25 juin 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  23. « L’US Army réduit le nombre de ses brigades de combat », sur Zone Militaire,‎ 26 juin 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  24. (en) Status of the Navy, 3 mai 2010
  25. (en) Military Capabilities > Active Troops (most recent) by country - Nation Master, consulté le 25 avril 2009
  26. [Armed forces personnel (per capita) (most recent) by country, http://www.nationmaster.com/graph/mil_arm_for_per_percap-armed-forces-personnel-per-capita]Nation Master, consulté le 25-04-2009
  27. (en) Armed Forces: 1939-1945
  28. « Robert S. McNamara January 21, 1961 - February 29, 1968 8th Secretary of Defense Kennedy and Johnson Administration », sur http://www.defenselink.mil, Département de la Défense des États-Unis (consulté le 11 juillet 2009)
  29. (fr) George Bush veut renforcer l'armée américaine, Le Figaro
  30. (en) Information is beautiful: war games, The Guardian, 1er avril 2010
  31. (en) President Hosts Servicemember-Citizenship Ceremony, The Military Family Network, 23 avril 2010
  32. Défense et Sécurité internationale no 31, novembre 2007
  33. a et b (en) Personnel militaire des différents corps d'armée américaine par secteur géographique et par pays, Département de la défense, au 30 juin 2011.
  34. Surnom donné aux SNLE dans les marines du monde anglo-saxon
  35. (fr) Les États-Unis révèlent posséder 5.113 têtes nucléaires dans leur arsenal - Le Point, 3 mai 2010
  36. (en) START au 1er septembre 1990 - Federation of American Scientists
  37. (en) START au 1er janvier 2008 - Center for Defense Information
  38. (en) au 1er janvier 2009 - U.S. Department of State [PDF]
  39. (en) START au 1er juillet 2009 - U.S. Department of State [PDF]
  40. Pascal Boniface, Charlotte Lepri, 50 idées reçues sur les États-Unis, Hachette Littératures,‎ 2008 (ISBN 978-2-0123-7638-0), p. 86
  41. (en) Congressional Budget Office
  42. CIA World Fact book 2008, consulté le 25-04-2009
  43. Pascal Boniface, Charlotte Lepri, 50 idées reçues sur les États-Unis, Hachette Littératures,‎ 2008 (ISBN 978-2-0123-7638-0), p. 91
  44. Expenditures (most recent) by country, Nation Master, consulté le 25-04-2009
  45. (en) Greg Brand, « DOD’s Guns Versus Butter Debate », sur http://www.dodbuzz.com, DoD Buzz,‎ 1er juin 2010 (consulté le 29 septembre 2010)
  46. Il n'existe pas d'insigne commun pour le grade d'élève officier. L'insigne de la Navy est ici présenté.
  47. a et b Insigne non officiel proposé pour le grade de General of the Armies en 1945. Insigne de GAS de John Pershing : General of Armies insignia.svg ; insigne de AN de George Dewey : US Admiral of Navy shoulderboard.svg
  48. a, b, c, d et e Rang utilisé uniquement pour certains officiers durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée seulement.
  49. a, b, c, d, e, f, g, h et i Grade jamais créé ou autorisé.
  50. Grade autorisé par le Code des États-Unis mais jamais créé.
  51. Margot Guillois, « 1914-1918 • L'arme insoupçonnée des Américains », sur Courrier International,‎ 27 mai 2014 (consulté le 31 mai 2014)
  52. (en) WWI Thirty Thousand Women Were There
  53. (fr) La déségrégation de l'armée des É.-U. ouvre le champ au mouvement des droits civiques, David McKeeby, 14 mars 2008, America.Gov
  54. (en) Women In Military Service, Women's Memorial Foundation Office of History & Collections
  55. (en) Enrin Solaro, Women in the Line of Fire : What You Should Know About Women in the Military, Californie, Avalon Publishing Group,‎ 9 aout août 2006, 300 p., p. 141
  56. (en) Operation Urgent Fury and Operation Just Cause, Military Womens Veterans
  57. (en) First female active-duty fighter pilot retires, Tarsha Storey, 13 octobre 2010, 31st Fighter Wing Public Affairs
  58. (en) Sara Wood, « Female Soldier receives Silver Star in Iraq », US Army,‎ 17 juin 2005 (consulté le 18 mai 2011)
  59. (en) Micah E. Clare, « 2nd Woman Since WWII Gets Silver Star », US Army,‎ 21 mars 2008 (consulté le 18 mai 2011)
  60. (en) [USAFs first female African-American fighter pilot], Justin Weaver, 21 mai 2008, 31st Fighter Wing Public Affairs
  61. (fr) Le Pentagone annonce la fin de l’interdiction faite aux femmes d’embarquer sur sous-marin, 24 février 2010
  62. USA : le Sénat met fin au tabou gay dans l'armée - tsrinfo.ch, 18 décembre 2010
  63. « Emplettes américaines à Taïwan », Raids, vol. 225,‎ février 2005, p. 7 (ISSN 0769-4814)
  64. (en) Gen. Michael P.C Carns, « Testimony of Gen. Michael P.C Carns before the readnisses subcomittee of the house armed services comittee », sur http://armedservices.house.gov, Commission des forces armées de la chambres des représentants,‎ 13 mars 2008 (consulté le 15 octobre 2009) [PDF]
  65. (en) Sharon E. Burke, « NAVY ENERGY FORUM REMARKS Tuesday, 12 October, 2010 HONORABLE SHARON E BURKE », sur http://www.dtic.mil, Defense Technical Information Center,‎ 12 octobre 2010 (consulté le 20 juin 2011) [PDF]
  66. (en) « Navy Energy Security », sur http://www.informationdissemination.net, Information Dissemination,‎ 14 octobre 2009 (consulté le 15 octobre 2009)
  67. Sohbet Karbuz, « The DOD Energy Consumption in FY2010 », sur Sohbet Karbuz,‎ 31 août 2011 (consulté le 7 novembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]