Rhénanie-Palatinat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 54′ 47″ N 7° 26′ 59″ E / 49.9131, 7.44972 ()

49° 54′ 47″ N 7° 26′ 59″ E / 49.913056, 7.449722 ()

Rhénanie-Palatinat
Rheinland-Pfalz
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Localisation de la Rhénanie-Palatinat (en vert foncé) à l'intérieur de l'Allemagne
Localisation de la Rhénanie-Palatinat (en vert foncé) à l'intérieur de l'Allemagne
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Capitale Mayence
Ministre-président Malu Dreyer (SPD)
ISO 3166-2 DE-RP
Démographie
Population 4 000 000 hab. (30/11/2012)
Densité 201 hab./km2
Rang 7e
PIB (2010)

PIB/hab.
107,631 Md € (6e)

26 900 € (9e)
Géographie
Superficie 1 985 336 ha = 19 853,36 km2
Rang 9e
Politique
Parti(s) au pouvoir SPD-Grünen
Landtag
SPD
CDU
Grünen
Total

42
41
18
101
Nombre de voix
au Bundesrat
4
Liens
Site web rlp.de

Le land de Rhénanie-Palatinat (en allemand : Rheinland-Pfalz) est l'un des seize États fédérés composant l'Allemagne.

Il a été créé le 30 août 1946 à partir de la partie nord de la zone française d'occupation et légalement confirmé par un référendum sur le projet de constitution le 18 mai 1947. Le jour de constitution de land est célébré chaque année le 18 mai.

Le land compte environ 4 000 000 habitants, dont 317 000 étrangers, sur une surface de 19 848 km2 soit une densité de 203 hab./km2.

Situé à l'ouest du pays, la Rhénanie-Palatinat est frontalière avec trois pays européens et quatre autres lands allemands (depuis le nord et dans le sens des aiguilles d'une montre) la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la Hesse, le Bade-Wurtemberg, la France, la Sarre, le Luxembourg et la Belgique (Région wallonne).

Sa capitale (depuis 1946) est la ville de Mayence[1]. Elle est le siège du gouvernement du land, de la 2e chaîne de télévision d'Allemagne, ainsi que d'une université, recréée après la guerre. La ville s'est industrialisée en électrotechnique, chimie, industries graphique, verre et vins. Le bassin de Coblence a la pluviométrie la plus basse de toute l'Allemagne (< 500 mm/an). Ses cultures sont riches en légumes, fruits et vignes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Moselle dans le Massif schisteux rhénan

Le land fait partie de la Grande Région. Au nord-ouest et au nord, la Rhénanie-Palatinat appartient au massif schisteux rhénan qui prolonge l’Ardenne. Le Rhin et ses affluents (Moselle, Nahe et Lahn) la divisent en quatre parties : Eifel et Hunsrück sur la rive gauche ; Westerwald et Taunus sur la rive droite. Les deux derniers plateaux ne se trouvent que partiellement en Rhénanie-Palatinat. Ces quatre plateaux, entre 400 et 820 mètres d’altitude, sont plutôt rudes, couverts de bois et beaucoup moins peuplés que les vallées.

L’Eifel, le massif le plus étendu, est formée de plusieurs éléments :

  • des volcans quaternaires, situés à l'est aux abords du Rhin ;
  • les pittoresques Maars, lacs occupant des dépressions volcaniques ;
  • le tuf, épais de plusieurs mètres et intensivement exploité.

La Hesse rhénane (Rheinhessen) avec les villes de Bingen, Mayence et Worms est bornée à l’ouest par la Nahe et par le Rhin au nord-est. Plus au sud se trouve le Palatinat rhénan, avec la montagne moyenne du Haardt, limité à sa droite par la plaine rhénane, au sud par la Lauter et à l’ouest par le land de Sarre.

Le land de Rhénanie-Palatinat est divisé en 24 arrondissements (en allemand Landkreise - littéralement « cercles ») et 12 villes-arrondissements (kreisfreie Städte - littéralement « villes hors cercles »), 163 communes fusionnées (Verbandsgemeinden), 37 villes non fusionnées (verbandsfreie Städte und Gemeinden) ainsi que 2 257 communes. En 2004, les arrondissements comportaient 3 051 313 habitants et les 12 villes-arrondissements 1 009 792.

Histoire[modifier | modifier le code]

La république de Mayence est la première république d'Allemagne d'aujourd'hui fondée après sa séparation du Saint-Empire romain germanique en 1793.

De 1798 à 1815, une grande partie des territoires de l'actuelle Rhénanie-Palatinat, notamment ceux situés sur la rive gauche du Rhin sont occupés par les armées françaises (à l'exception donc du Westerwald situé sur la rive droite). Ils sont alors associés à la France, sous la forme d'une "république sœur", la République cisrhénane, dont trois des quatre départements qui la composent se situent aujourd'hui dans le Land[2] : « Mont-Tonnerre » (chef-lieu : Mayence), « Rhin-et-Moselle » (chef-lieu : Coblence), et « Sarre » (chef-lieu : Trèves). Ces départements seront ensuite intégrés à la république en 1801.

Sur les conseils de son ministre, par arrêté des Consuls du 3 nivôse an IX (23 décembre 1802), Napoléon rétablit les Chambres de Commerce supprimées en 1791, et en crée 10 nouvelles, Mayence bénéficiant d'une Chambre.

Le congrès de Vienne rétrocède ces territoires au Royaume de Prusse et à celui de Bavière, devenus membres de la nouvelle Confédération germanique créée par les vainqueurs.

Le Deutschhaus, siège de parlement régional Landtag de Rhénanie-Palatinat

Le land d'aujourd'hui est une création de l'administration d'occupation française, qui malgré l'opposition d'Adenauer, englobe, par l'ordonnance no 57 en date du 30 août 1946 signée du général Koenig, dans une même entité : le Palatinat rhénan auparavant rattaché à la Bavière (tandis que l'arrondissement de Birkenfeld dépendait de l'Oldenbourg), la Hesse rhénane et la partie sud de la Rhénanie prussienne. Certaines communes sont détachées du nouveau land pour intégrer le Protectorat de la Sarre.

Cette région subit les conséquences de la fin de la Seconde Guerre mondiale avec de lourdes séquelles de guerre, qui s'ajoutent aux séquelles du développement industriel et agricole. La région subit particulièrement le passage du nuage radioactif de Tchernobyl[3].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Arrondissements (Landkreise) et villes-arrondissements (kreisfreie Städte)[modifier | modifier le code]

Les 24 arrondissements (Landkreise) de Rhénanie-Palatinat:

carte des arrondissements en Rhénanie-Palatinat
  1. Ahrweiler (AW)
  2. Altenkirchen (AK)
  3. Alzey-Worms (AZ)
  4. Bad Dürkheim (DÜW)
  5. Bad Kreuznach (KH)
  6. Bernkastel-Wittlich (WIL)
  7. Birkenfeld (BIR)
  8. Cochem-Zell (COC)
  9. Mont-Tonnerre (Donnersberg) (KIB)
  10. Eifel-Bitburg-Prüm (Eifelkreis Bitburg-Prüm)(BIT)
  11. Germersheim (GER)
  12. Kaiserslautern (KL)
  1. Kusel (KUS)
  2. Mayence-Bingen (MZ)
  3. Mayen-Coblence (MYK)
  4. Neuwied (NR)
  5. Rhin-Hunsrück (SIM)
  6. Rhin-Lahn (EMS)
  7. Rhin-Palatinat (Rhein-Pfalz) (RP)
  8. Route-du-Vin-du-Sud (Südliche Weinstraße) (SÜW)
  9. Palatinat-Sud-Ouest (Südwestpfalz) (PS)
  10. Trèves-Sarrebourg (Trier-Saarburg) (TR)
  11. Vulkaneifel (DAU)
  12. Westerwald (WW)

Les 12 villes-arrondissements (kreisfreie Städte) de Rhénanie-Palatinat:

Autres villes[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

L'entrée du Landtag, à Mayence

Le land de Rhénanie-Palatinat a été créé par les autorités françaises d'occupation en 1946, par la réunion du sud de la Rhénanie prussienne, de la Hesse rhénane et du Palatinat rhénan. La capitale régionale, un temps établie à Coblence, est localisée à Mayence, où siège également la Zweites Deutsches Fernsehen (ZDF), la deuxième chaîne publique fédérale.

La Constitution régionale (Verfassung für Rheinland-Pfalz) a été approuvée en 1947. Comme dans les autres länder et au niveau fédéral, elle met en place un régime parlementaire dans lequel le parlement régional, appelé Landtag, élu pour cinq ans depuis 1991, investi et contrôle l'action du ministre-président (Ministerpräsident) et du gouvernement régional (Landesregierung).

L'actuel gouvernement est le cabinet Dreyer, formé le 16 janvier 2013 par la nouvelle ministre-présidente, Malu Dreyer. Il est soutenu par une coalition rouge-verte entre le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen), qui dispose de 60 députés sur 101 au Landtag.

Histoire politique[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui fief du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), la Rhénanie-Palatinat a été, de 1947 à 1991, soit pendant près de quarante-cinq ans, un bastion de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU). Le land a joui d'une extraordinaire stabilité politique, comme en témoigne le record de longévité consécutive à la tête d'un gouvernement régional établi par le chrétien-démocrate Peter Altmeier, ministre-président de 1947 à 1969 à la tête d'une coalition noire-jaune, et ce alors même qu'il a bénéficié de la majorité absolue pour la seule CDU entre 1955 et 1963. En 1969, le futur chancelier Helmut Kohl, surnommé « le géant noir du Palatinat », en raison de sa taille, de la couleur de son parti et de son origine, prend la succession d'Altmeier. Il retrouve la majorité absolue deux ans plus tard, et obtient, lors des élections de 1975, le meilleur résultat pour un parti dans le land avec 53,9 % des voix.

Kohl quitte un an plus tard la Rhénanie-Palatinat pour entrer en politique fédérale et cède son poste au ministre de l'Éducation, Bernhard Vogel, qui maintient facilement la domination de la CDU aux élections de 1979 et 1983. En 1987, il est contraint de s'allier avec le Parti libéral-démocrate (FDP) dans une coalition noire-jaune, avant de renoncer à la direction du gouvernement un an plus tard, victime d'une intrigue interne à la fédération chrétienne-démocrate. Son remplaçant, le vice-ministre-président Carl-Ludwig Wagner, reste le dernier chrétien-démocrate à avoir gouverné le land : il est en effet battu en 1991 par le social-démocrate Rudolf Scharping, qui obtient le pouvoir après avoir dépassé, pour la première fois depuis 1947, la CDU aux élections régionales et formé une coalition sociale-libérale avec le FDP. Scharping rejoint trois ans plus tard la politique fédérale et cède la place à Kurt Beck, qui maintient l'alliance avec le FDP après les élections de 1996 et 2001, ce qui en fait un cas unique en Allemagne.

Le SPD remporte finalement la majorité absolue des sièges aux élections régionales de 2006, et gouverne désormais seul, à la suite du refus du FDP de poursuivre la coalition. Aux élections de 2011, les sociaux-démocrates reculent fortement et ne conservent qu'un siège d'avance sur les chrétiens-démocrates. Beck constitue alors une coalition avec l'Alliance 90 / Les Verts, qui réalise une percée avec plus de 15 % des voix.

Affaibli par un scandale financier lié au complexe automobile du Nürburgring, le ministre-président annonce, en septembre 2012, sa démission prochaine. Il est remplacé, en janvier 2013, par Malu Dreyer, ministre du Travail, première femme à prendre la tête du Land.

Sur les huit ministre-présidents du Land, trois ont accompli un mandat supérieur à dix ans. Seul le Land de Brême fait mieux, avec trois présidents sur sept.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Coat of arms of Rhineland-Palatinate.svg

Le land de Rhénanie-Palatinat est de création récente et ne prend pas la succession d'une entité politique plus ancienne. Il ne dispose donc pas d'armes « historiques », comme sa voisine la Hesse. Ses armes ont été composées au milieu du XXe siècle en s'appuyant sur une particularité unique du Land. Trois électeurs en effet de l'empereur germanique étaient établis sur son territoire : les deux princes-archevêques électeurs de Trèves et de Mayence et le comte palatin du Rhin, électeur laïc qui donne son double nom au Land.

Blasonnement :

Tiercé en chape (ou en mantel), au premier d'argent à la croix de gueules (archevêque de Trêves), au second de gueules à la roue de six rayons d'argent (archevêque de Mayence) et au troisième de sable au lion d'or armé, lampassé et couronné de gueules (Palatinat du Rhin). Le blason est surmonté d'une couronne à fleurons.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Universités[modifier | modifier le code]

L'université Johannes Gutenberg de Mayence est une université publique allemande localisée dans la ville de Mayence. Fondée en 1477 par Diether von Isenburg, archevêque de Mayence, elle doit son nom à Johannes Gutenberg, inventeur de l'imprimerie.

Il y a trois autres universités en Rhénanie-Palatinat : l’université de Coblence-Landau, l’université de technologie de Kaiserslautern et l’université de Trèves. Les universités de sciences appliquées sont l’université de sciences appliquées de Kaiserslautern et l’université de sciences appliquées de Mayence, l’université de sciences appliquées de Bingen, l’université de sciences appliquées de Coblence, l’université de sciences appliquées de Ludwigshafen, l’Université catholique de sciences appliquées de Mayence, l’Université Allemande des Sciences politiques de Spire, l’université de sciences appliquées de Trèves, et enfin l’université de sciences appliquées de Worms.

Économie[modifier | modifier le code]

Fin janvier 2005, le taux de chômage en Rhénanie-Palatinat s’élève à 9,4 % contre 7,4 % en mai 2004.

En revanche, en 2010, une nette diminution du chômage a pu se remarquer puisque son taux atteignait alors les 6 %[4].

Agro-alimentaire[modifier | modifier le code]

Essentiellement formée de moyennes montagnes, cette région, jadis très pauvre pour l'agriculture, a fait d'énormes progrès depuis 1945, avec la restructuration agricole et l'industrialisation.

Viticulture[modifier | modifier le code]

La Rhénanie-Palatinat comporte six des treize régions viticoles d'Allemagne : des Ahr, le Rhin moyen, Mosel, Nahe, la Hesse rhénane et le Palatinat. La surface viticole de Rhénanie-Palatinat est d'environ 63 995 ha (juillet 2009) vers 98 600 ha viticulture en Allemagne. Les cépages blancs sont les plus cultivés (environ 44 364 ha), par ordre décroissant : riesling (16 291 ha), muller-thurgau (rivaner), sylvaner, kerner, scheurebe, pinot blanc, bacchus, pinot gris (ruländer), faberrebe, huxelrebe, ortega, chardonnay, morio-muskat, elbling, gewurztraminer, reichensteiner, ehrenfelser. Les cépages rouges (environ 19 631 ha) sont, par ordre : dornfelder (7 348 ha), pinot noir (3 909 ha), portugais bleu (3 860 ha), regent, saint laurent, dunkelfelder, merlot, pinot meunier, cabernet sauvignon, heroldrebe, pinot noir précoce, cabernet mitos, acolon, cabernet Dorsa, domina[5].

Industrie[modifier | modifier le code]

Les branches importantes sont :

  • l'industrie chimique : BASF à Ludwigshafen (le plus grand employeur de la ville)
  • L'industrie pharmaceutique Boehringer-Ingelheim Pharmaceuticals
  • La construction mécanique et de véhicule : DaimlerChrysler-usine à Wörth (le plus grand producteur de camions d'Europe), usine Opel à Kaiserslautern, Stabilus (chefs de marché mondial a la fabrication ressorts pneumatiques est amortisseur), Schottel (construction mécanique de navire)
  • Dans l'industrie alimentaire on trouve les Griesson - de Beukelaer (pâtisserie, revendue par le groupe Danone en 2007)
  • On compte aussi les producteurs de boissons Bitburger (brasserie) et Gerolsteiner (eau minérale).

Les caves à vin mousseux sont aussi importantes: Kupferberg et Goldhand (Mayence), Deinhard (Coblence), Schloss Wachenheim, Faber (Trèves), Kurpfalz (Spire) ainsi que beaucoup de producteurs moyens du vin champagnisé de viticulteur (voir aussi RM: Récoltant manipulant, RC: Récoltant coopérateur).

Sur l'Eifel, on cultive (à taille réduite) des céréales, des cultures sarclées et fourragères.

La vallée de la Moselle est réputée pour son vignoble. Les meilleurs crus se localisent dans la partie centrale.

À l'est de la Moselle se trouve le Hunsrück qui est similaire à l'Eifel. L'industrie rurale y est plus répandue et l'influence protestante est plus forte.

Le Westerwald forme l'essentiel du Land. Elle comporte : mines, bois, industrie et tourisme. Le Palatinat rhénan, en partie protestant, est la zone la plus industrialisée. Ludwigshafen est la ville industrielle (chimie) la plus importante du Land.

Culture[modifier | modifier le code]

La Maison de Rhénanie-Palatinat est une organisation de Land Rhénanie-Palatinat de renforcer l’amitié franco-allemande et de promouvoir la coopération entre la Bourgogne et la Rhénanie-Palatinat et entre la France et l’Allemagne[6].

Musées et monuments[modifier | modifier le code]


Liste du patrimoine mondial en Rhénanie-Palatinat[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Kreuz - Rad - Löwe. Rheinland-Pfalz und seine Geschichte; Verlag Philipp von Zabern, Mainz 2012
    • Band 1 (Von den Anfängen der Erdgeschichte bis zum Ende des Alten Reiches): ISBN 9783805345101
    • Bände 2 (Vom ausgehenden 18. Jahrhundert bis ins 21. Jahrhundert) und 3 (Historische Statistik): ISBN 9783805342919

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Officiel du Commandement en Chef Français [1]
  2. Seul le département de la « Roer » (chef-lieu : Aix-la-Chapelle) se situe, pour l'essentiel, dans l'actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie.
  3. avec le plus de sangliers radioactifs, 12 % au-dessus des normes admissibles, selon deux études publiée en 2005, ayant porté sur l'analyse de plus de 1000 sangliers dans ce Land. Ulf Hohmann Æ Ditmar Huckschlag, Investigations on the radiocaesium contamination of wild boar (Sus scrofa) meat in Rhineland-Palatinate: a stomach content analysis
    Hohmann et al. (2005) XXVIIth-IUGB-Congress, Hannover-Germany 2005. Investigations of the medium scaled spatial distribution of radiocaesium contamination of wild boar (Sus scrofa) in Rhineland-Palatinate, Germany
  4. aperçu sur: arbeitsagentur.de, mars 2010. consultation de 29 avril 2010.
  5. aperçu sur statistik.rlp, mars 2010. consultation de 29 avril 2010
  6. Mission de la Maison de Rhénanie-Palatinat

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :