Histoire de la laine et du drap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le textile reste l'activité de fabrication la plus importante d'Europe du nord et jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, la laine et son principal dérivé, le drap, fut la principale activité textile.

L'essor de la draperie au Xe siècle va entraîner la production de différentes sortes de tissus de laine et contribuer au redémarrage économique de l'occident. L'activité textile se concentre alors dans quelques centres tels que la Flandre à partir du XIe siècle, le Brabant et l'Italie du Nord dès le XIIIe siècle ou l'Angleterre au XIVe siècle.

Grâce aux pièces complètes découvertes dans les tourbières[1], l'emploi de la laine comme fibre textile est attesté dès l'âge du bronze dans les pays du Nord (vers 1600-1500 av. J.-C.) : on y tissait et on filait déjà il y a plus de vingt siècles et la laine s’y est imposée à l'exportation, aux côtés des célèbres charcuteries gauloises[1]. Pourtant, si l'on en croit les auteurs antiques, la laine des Gaules était loin d'être aussi fine et confortable que les produits concurrents du monde méditerranéen.

Un premier essor au Xe siècle[modifier | modifier le code]

L'histoire de la laine a été à la plupart des époques de croissance marqué par un développement du drap, l'un de ses principaux dérivés. Le drap est un tissu de laine retravaillé. Une opération effectuée après tissage, le foulage, qui consomme beaucoup de main d’œuvre, resserre les fibres, les tasse, et leur donne un bel aspect velouté, une surface unie et l'imperméabilise.

L'essor de la draperie en Europe débute au Xe siècle[1]. Puis, dans la deuxième partie du XIIe siècle, avec la croissance de la population, se développent des centres de production en Flandres, comme Bruges, Ypres, Gand, Tournai ou Lille. Dans le Brabant, les villes de Malines, Bruxelles Louvain se développent à une échelle plus modeste. Ces villes obtiennent des chartes dont la plus ancienne est celle de Huy en 1066

Le recours à la matière première anglaise[modifier | modifier le code]

Les moutons paissant sur les prés salés au bord de la mer du Nord et très vite les drapiers vont s’approvisionner juste en face, par l’estuaire de la Tamise, en laine d’Angleterre, qui va se développer autour de la ville de Norwich. L’Angleterre devient le premier partenaire commercial de la Flandre[2] et Bruges prend la tête de la Hanse fédération des 17 villes commerçantes de la Baltique et de la mer du Nord. Au XIIe siècle, les villes du Nord de l’Italie et celles de la Flandre se retrouvent dans les foires de Champagne.

L’essor du drap entraîne deux conséquences : les deux premières régions à en profiter, la Flandre et le pays cathare du Sud-Ouest de la France deviennent les premières d’Europe à être un peu urbanisées. La matière première est produite en plus grande quantité, via des troupeaux de moutons dont une partie sont la propriété de monastères et d’ecclésiastiques, ce qui génère les premières critiques contre l’appauvrissement d’une partie de la population, avec l’apparition des vaudois et des cathares, puis de Saint-François d’Assise, fondateur des franciscains.

La cour des ducs de Brabant à Bruxelles, plaque tournante du drap européen[modifier | modifier le code]

Bruxelles se spécialise dans le drap de haut luxe, parce que le duc Jean Ier de Brabant et sa cour ont une préférence pour la ville. Les riches marchands européens y trouvent un marché de première importance, car beaucoup d’étrangers passent par cette cour. Les différentes opérations des drapiers ont donné leur nom à certaines rues de Bruxelles, où a ouvert un musée du drap. Parmi les métiers recensés, les démêleuses de laine, les ourdisseurs, chargés de préparer la chaîne pour le tissage, les tisserands, les tondeurs, chargés de couper à ras le poil de l’étoffe, une intervention répétée plusieurs fois pour les draps les plus fins, les foulons, dont l’intervention donnaient son apprêt au drap, les rentrayeurs, chargés des coutures, les teinturiers, les débouilleurs, qui immergeaient l’étoffe dans l’eau pour éprouver la teinture, les tendeurs, qui faisaient sécher les draps tendus sur des rames ou perches pour assurer leur bon format.

Les révoltes flamandes du XIIIe siècle et l'alliance entre l'Angleterre et l'Italie[modifier | modifier le code]

En 1256, une série de révoltes des foulons contre les négociants drapiers commence en Flandre, à Gand, puis se propage l’année suivante à Liège[3]. À partir de 1280, ces conflits se durcissent et en 1302, à Bruges les patriciens français sont systématiquement massacrés. Ces révoltes se produisent sur fond de concurrence de l’Italie et de critique de la politique monétaire de Philippe le Bel roi de France qui avait rogné la valeur des pièces, favorisant la montée en puissance du florin et des villes drapières d’Italie.

Entre 1280 et 1300, l’activité lainière connaît une forte croissance en Angleterre[4]. C’est l’époque où apparaît un nouveau marché en forte croissance, celui des villes drapières de l’Italie du Nord, qui font concurrence à celles de Flandres et parviennent à capter la matière première anglaise grâce au succès dans les années 1260 et 1270 d’une monnaie plus fiable, le florin, créé en 1252 et frappée par l'une des Arti, les corporations de Florence, celle des changeurs installée sur le Ponte Vecchio, qui monte en puissance en même temps que la corporation des lainiers.

L'Italie sera à son tour touchée par des révoltes des ouvriers textiles au XIVe siècle, en particulier la révolte des Ciompi de 1378 et d'autres, qui vont peu à peu préparer le terrain pour la confiscation du pouvoir municipal, un demi-siècle plus tard, par la dynastie des Médicis.

Un coup d'arrêt lors de la guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

La guerre de Cent Ans est la conséquence directe du conflit apparu dans les années 1300 entre le Roi de France et les régions flamandes, qui tentent alors de se rapprocher de l'Angleterre. Vers 1350, le roi d’Angleterre Édouard III multiplie les efforts pour le développement de la laine et un siècle plus tard Édouard IV interdit les draps venus de l’étranger[5], pour encourager la production locale, ce qui ne manque pas d’affaiblir la Flandre, en pleine guerre de cent ans[5].

Les manufactures créées sous Colbert[modifier | modifier le code]

Ces manufactures sont souvent des reprises de sites déjà existants mais agrandis et mieux pourvus financièrement, avec pour le drap fin la claire tentative de gagner des clients dans l'empire ottoman par la création en 1670 de la Compagnie du Levant qui travaille au service de la Manufacture de draps des Saptes et manufacture des draps de Villeneuvette, toutes deux créées en 1666 par Colbert dans la perspective de la construction du Canal du Midi.

La Manufacture de draps des Saptes employait en 200 ouvriers en 1689, mais le travail cessa à la mort du directeur, Noël de Varennes, en 1699[6], le site de la [ Villeneuvette étant plus appropriée grâce à la présence d'une rivière.

La manufacture des draps de Villeneuvette, bénéficiant d'un site plus compétitif car mieux desservie sur le plan de l'énergie hydraulique, reprit la quasi-totalité du marché. Elle fut rachetée par ses créanciers puis dissoute en 1703, mais vendue à Honoré Pouget, frère d'André, pour un montant significatif de 142 000 livres[7]. Elle produisait alors 800 à 1 000 pièces de drap par an, soit un peu moins que les deux sites réunis dans les années 1690.

Colbert créé aussi en 1665, la Manufacture royale des Rames, des ateliers de draperie à Abbeville en faisant venir, comme à Carcassonne des ouvriers hollandais. les années 1663/1664 voient à nouveau produits des draps en grande quantité à Perpignan par des marchands facturiers du nom de Roussy et de Bernard, qui débitent quelque 500 pièces de draps par an, exportés vers Marseille puis l'Italie[8].

La concurrence de la soie et du coton[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la soie est importée d'Asie via Venise puis Anvers et son coût est très élevé. À la Renaissance, l'histoire de la soie prend son essor, en particulier dans la région de ToursLouis XI l'implante. Elle commence à être cultivée à grande échelle dans le sud de la France, en particulier en Ardèche, dans la région de Lyon et dans les Cévennes, après l'avoir été en Italie, dans la région de Bologne, dont des artisans importent leur savoir-faire en France. Ce développement de la production en Europe diminue un peu le prix de la soie, mais pas suffisamment pour concurrencer directement la laine et le drap.

L'arrivée de cette soie en plus grande quantité sur le marché européen va cependant stimuler l'intérêt pour les étoffes et l'univers de l'habillement. Les artisans se multiplient, les techniques textiles s'enrichissent et se diversifient. La laine profite aussi de cet attrait global pour les vêtements. En témoigne les innovations des artisans huguenots expatriés à Spitalfields, près de Londres, qui commercialisent des produits alliant le drap, la laine et la soie.

Il faut ensuite attendre la fin du XVIIe siècle pour que la laine subisse réellement la concurrence du coton, à travers le premier épisode de l'histoire des indiennes de coton en Europe. La qualité de ces indiennes est nettement supérieure à la concurrence des textiles connus : laine, chanvre et lin. Le coton est en effet plus léger, plus souple, plus doux, lavable et utilisable en été comme en hiver (doublure). Il prend bien les couleurs et est surtout meilleur marché. On peut aussi l’utiliser pour l’ameublement (rideaux, nappes, couvertures de lit).

Les highland clearance en Écosse dès le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

L'apparition de gigantesques troupeaux parcourant les terres montagneuses de l'Ouest de l'Écosse est à la fois le résultat et la cause de l'émigration des clans vers la côte et vers l'Amérique, phénomène désigné sous le nom de Highland Clearances à la suite des rébellions jacobites soutenues par la France sur le sol et dont la dernière tentative échoue lors de la bataille de Culloden de 1742. Ensuite, la terre n'appartient plus au clan qui y vit mais à des grands propriétaires terriens, au départ les chefs de clans, puis leurs héritiers qui vivent à Londres, ou revendent ces terres d'autres propriétaires.

L'économie lainière devient alors plus concentrée et plus capitalistique, une forme qu'elle développera encore plus à la fin du XIXe siècle lors de son expansion en Australie et en Nouvelle-Zélande sous forme de gigantesques troupeaux de plusieurs dizaines de milliers de têtes de moutons, que les fermiers sont capables de soigner et tondre à une vitesse record.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres articles sur l’histoire des matières premières[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Thérèse Bitsch et Vincent Dujardin, Histoire de la Belgique, Paris, Hatier, 1992 (ISBN 2-8048-0023-7)
  • Gérard Gayot, Les Draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998 (ISBN 2-7132-1241-3)
  • Jean Gimpel, La Révolution industrielle au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1975.
  • Jules Quicherat, Histoire de l'industrie et du commerce de la laine en Occident.

Liens externes[modifier | modifier le code]