Verviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Verviers
Le palais de justice
Le palais de justice
Blason de Verviers
Héraldique
Drapeau de Verviers
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Verviers
Bourgmestre Marc Elsen (cdH)
Majorité cdH-MR
Sièges
PS
cdH
MR
Ecolo
PP
37
12
11
10
3
1
Section Code postal
Verviers
Ensival
Lambermont
Petit-Rechain
Polleur[réf. nécessaire]
Stembert
Heusy
4800
4800
4800
4800
4800
4801
4802
Code INS 63079
Zone téléphonique 087
Démographie
Gentilé Verviétois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
56 594 (1er janvier 2014)
48,56 %
51,44 %
1 711 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,04 %
60,30 %
16,67 %
Étrangers 10,54 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 24,53 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 524 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 35′ N 5° 51′ E / 50.583, 5.8550° 35′ Nord 5° 51′ Est / 50.583, 5.85  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
33,07 km2 (2005)
47,12 %
5,44 %
45,69 %
1,75 %
Localisation
Situation de la ville au sein de son arrondissement et de la province de Liège
Situation de la ville au sein de son arrondissement et de la province de Liège

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 13.svg
Verviers

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 13.svg
Verviers
Liens
Site officiel verviers.be

Verviers (en wallon Vervî) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne, chef-lieu d'arrondissement en province de Liège, à l'extrémité est du sillon industriel. L'entité actuelle est le résultat de la fusion le 1er janvier 1977 des anciennes communes de Verviers, d'Ensival, de Heusy, de Lambermont, de Petit-Rechain et de Stembert.

Verviers est également le centre d'une agglomération urbaine, dite agglomération verviétoise, composée des communes de Dison, de Pepinster ainsi que d'une partie du village de Polleur, comptant environ 85 000 habitants ; elle est par conséquent la 2e ville de la province en importance après Liège, ce qui en fait l'une des 10 villes les plus importantes de la Région Wallonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de l'arrondissement de Verviers dans la province de Liège

Elle est située à une trentaine de kilomètres de la frontière allemande et de la frontière néerlandaise, ce qui en fait le carrefour entre Liège, Aachen et Maastricht. Dans la vallée de la Vesdre, elle se trouve non loin du barrage de la Gileppe et des Hautes Fagnes. L'agglomération est bordée au nord par le Pays de Herve et au sud par l'Ardenne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Verviers est attesté au XIIe siècle sur un document de l’abbaye de Stavelot.

L’élément -viers se retrouve dans trois communes du nord de la France : Louviers et Reviers (Normandie), ainsi que Grand-Laviers (Picardie)[1]. Il pourrait procéder de l’élément celtique uer- / uar- hydronyme assez commun, signifiant « eau, rivière »[2], cf. les rivières de la Vire et du Var. Le premier élément Ver- peut s’expliquer par le celtique uer(o)- « sur, super- », préfixe fréquent de la composition nominale (cf. Vercingétorix et les noms de lieux Uer-cellae > Verceil, Ureo-dunum > Verdun)[3]. Le sens global serait « (endroit) sur l’eau, sur la rivière », la ville est en effet traversée par la Vesdre.

Des étymologies fantaisistes sont courantes : Le nom de Verviers pourrait provenir de l’anthroponyme Virovius, qui aurait donné le toponyme Viroviacus. La plus populaire, quoique fantaisiste, reste « Vert et vieux », qualités désignant le chêne qui aurait ombragé Verviers, et dont les branches figurent sur les armoiries de la ville. Sur le linteau d’une porte de l’ancienne Grand’Poste on peut lire un laconique « Verre vieux ». André Blavier a quant à lui imaginé une étymologie beaucoup plus élaborée en même temps que plus laborieuse : « Verviers. De « verve ». Lieu d’inspiration, où exercer sa verve. « Votre verve me ragit », lui confessa certaine comtesse (« ragir » est une forme dialectale de « rager » et « agir », faire enrager par des agaceries) ; à quoi le défenseur et préfacier de L’École verviétoise put répondre : « J’aime quand ma verve joue ravie. » »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Verviers (Milieu du XIXe s.)
Aquarelle de Joseph Fussell

Dans l'ancien régime elle faisait partie de la principauté de Liège, dont elle devint l'une Bonnes Villes (la 23e et dernière à obtenir ce titre), et était le chef-lieu du Marquisat de Franchimont. À l'ère industrielle (du XVIIIe siècle au début du XXe siècle), elle fut un centre important de production lainière connu et reconnu mondialement pour ses innovations technologiques. Verviers fut d'ailleurs le point de départ de l'industrialisation de la région. Par exemple, c'est dans la vallée de la Vesdre que s'établirent une famille d'industriels d'origine britannique, les Cockerill. Parmi les familles qui contribuèrent au développement industriel de Verviers, on peut citer les Simonis, Biolley, Pelzer, Hauzeur, Renkin, Paulis, Schwachhoffer, Brunninghausen, Lamboray, Adolphy.

Aujourd'hui, elle porte le titre de Capitale wallonne de l'eau accordé par la Région wallonne, qui en a fait son pôle de l'or bleu. Verviers est embellie de nombreuses fontaines qui honorent ce titre.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste d’écoles situées à Verviers[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Verviers est jumelée avec [11]:

Économie[modifier | modifier le code]

Verviers fut un grand centre européen de l'industrie lainière du XIIe au XXe siècle, ville prospère reconnue internationalement pour le traitement des laines, jusqu'au déclin de l'industrie lainière dans la région dans la seconde moitié du XXe siècle. Cela s'explique par la qualité de ses eaux particulièrement douces, donc dépourvues de calcaire, qui ne réagissent pas avec les savons pour former des résidus insolubles, par exemple du palmoléate de calcium, qui souillent la laine. Ces eaux sont issues du plateau des Hautes Fagnes, couvertes de sphaigne sur un sol quartzitique, roche non calcaire à caractéristique acide. Le revers de la médaille est que cette eau acide avait une propension à dissoudre des quantités considérables de plomb des anciennes canalisations, si bien que les cas de saturnisme étaient courants à Verviers. Dès lors que l'industrie chimique a développé après la guerre de 1940 des procédés pour obtenir des eaux douces, et que celles-ci ont été produites à bon compte sur les lieux mêmes de leur utilisation, il ne s'est plus avéré ni utile, ni économique de faire parcourir à la laine de grandes distances pour la faire laver à Verviers. Cela sonna le glas de cette industrie.

Aujourd'hui Verviers se tourne vers l'avenir, en développant notamment l'offre touristique en valorisant son riche patrimoine commercial, avec la création de nouveaux centres commerciaux et industriels comme l'Ardennes Outlet Center, attirant sans cesse de nouvelles entreprises dans la région.

Verviers doit aussi son redéploiement à son nouveau titre de capitale wallonne de l'eau. Ce titre se remarque concrètement par ses entreprises actives dans le domaine comme la Société wallonne des eaux (SWDE), son Polygone de l'Eau (centre de formation sur les métiers de l'eau et qui sert aussi de lieu de travail aux élèves technicien(ne)s en Environnement de l'Institut Technique Don Bosco Verviers) ainsi que par les nombreuses fontaines disséminées aux quatre coins de la ville.

Industrie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Promenades[modifier | modifier le code]

  • Rue des Raines
  • Parc de l'Harmonie et son kiosque
  • Parc de Séroule
  • Quai Jules Cerexhe, Jacques Brel et Pierre Rapsat
  • Le piétonnier Pont-aux-Lions et les 2 places (Verte et du Martyr)
  • Le parcours des fontaines dans le centre-ville de Verviers et aux alentours

Événements[modifier | modifier le code]

  • La FiestaCity (festival de concerts gratuits dans toute la ville, dernier week-end d'aout)
  • Plus de 80 spectacles par an
  • Le Concours international de chant de Verviers (tous les 2 ans)
  • Le Concours international Vieuxtemps (violon) (tous les 4 ans)
  • Le Festival de jazz
  • Verviers ville Lumière (illuminations des fêtes de fin d'année)
  • Verviers on Ice (grande patinoire installée Place du Martyr, de novembre à janvier)
  • Le Festival International du Film de l'Eau
  • La grande Brocante du lundi de Pâques
  • Le grand Jogging de Verviers (le 3e dimanche de juin, de 15h00 à 15h10)
  • Les Francs-Jeux de Stembert (tous les 2 ans (parfois 3) fin septembre)
  • Le Festival du chocolat, de la pâtisserie et de la gastronomie (mi-octobre)
  • Le départ de l'Ardenne Blue Rally
  • Les spectacles de la Compagnie de Danse Fabienne Henrot[15]
  • Salon des vins de la vallée du Rhône, en novembre, organisé par l'A.S.B.L. VINAMIS et l'association française Vins en fêtes de la vallée du Rhône à la salle la Boisselée.

Attractions[modifier | modifier le code]

  • Shopping (Grand Bazar, Rue du Brou, Crapaurue, Place Verte et Place du Martyr, etc.)
  • Cinéma (CinéPointCom)
  • Grand Théâtre de Verviers
  • Bowling (Zénith et Prés Carat)
  • Salles de spectacle (Spirit of 66, Espace Duesberg, le Relais des Sarts)
  • Cafés à ambiance (Saint Andrew's, La boule Rouge, Le Beluga, L'Indiana Café, Le Chico, La Casa Cubana, Chez Georges, etc.)
  • Mini-golf fluorescent Goolfy (Zénith)Plus
  • Laser Game
  • Paint-ball
  • Centre jeunes des Récollets, activités culturelles, concerts, détente, 12-26 ans.
  • Air-Soft

Verviétois(es) célèbres[modifier | modifier le code]

Décédés[modifier | modifier le code]

En vie[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Principales équipes

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Portraits verviétois. Verviers, Leens, 1946, avec portraits. Tiré à 185 ex.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l’Eure, éditions Picard 1981.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions Errance (2003). Article treuero- p. 300 et uaria, uera p. 306.
  3. Xavier Delamarre, op. cit., p. 313.
  4. André Blavier, Le mal du pays ou Les travaux for(ce)nés,‎ 1986.
  5. arverdi.be
  6. conservatoire-verviers.be
  7. donboscoverviers.be
  8. Les écoles communales de Verviers
  9. http://www.notredameheusy.be/bienvenue
  10. Le Collège Saint-François Xavier
  11. Jumelages
  12. Aqualaine
  13. maisondadolphehardy.be
  14. L'Église Sainte-Julienne
  15. fabiennehenrot.be

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]