Compagnie du Levant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En 1670, Colbert crée la Compagnie du Levant, héritière de la première Compagnie du Levant de Jacques Cœur et des frères Pierre Godart et Berthommier Godart, qui deviendra en 1685 la Compagnie de la Méditerranée. Pennautier[1], et Claude François Paparel en sont les deux principaux actionnaires et dirigeants[2]. La Compagnie du Levant a pour mission de vendre dans l'empire turc, où ils ont du succès, les draps fins de deux nouvelles manufactures de drap du Languedoc, région où existait depuis près de deux siècles une expertise locale.

Face aux difficultés des deux manufactures concurrentes fondées par Colbert en 1667, la Manufacture des draps de Villeneuvette et la Manufacture de draps des Saptes, fut créé en 1670, à nouveau à la demande deColbert[3], une Compagnie du Levant, chargée de la commercialisation des draps languedociens à plus grande échelle, à Constantinople, Smyrne, Alexandrie. Le projet ne fut cependant concrétisé qu'en 1682, avec pour actionnaire Pierre Louis Reich de Pennautier, tandis qu'une nouvelle société regroupe les deux manufactures.

Les résultats sont restés longtemps modestes : dans les années 1690[4], les exportations au Levant du total des deux manufactures dépassent à peine 1000 pièces de drap par an[5].

La Manufacture de draps des Saptes employait en 200 ouvriers en 1689, mais le travail cessa à la mort du directeur, Noël de Varennes, en 1699[6], le site de la [ Villeneuvette étant plus appropriée grâce à la présence d'une rivière et du Lac du Salagou, la Guerre de la Ligue d'Augsbourg pénalisant par ailleurs les deux sites.

La manufacture des draps de Villeneuvette, bénéficiant d'un site plus compétitif car mieux desservie sur le plan de l'énergie hydraulique, reprit la quasi-totalité du marché. Elle fut rachetée par ses créanciers puis dissoute en 1703, mais vendue à Honoré Pouget, frère d'André, pour un montant significatif de 142 000 livres[7]. Elle produisait alors 800 à 1 000 pièces de drap par an, soit un peu moins que les deux sites réunis dans les années 1690.

À la mort de Louis XIV, de nombreuses manufactures se développèrent dans la région de Carcassonne. Les Compagnies européennes fondées au XVIIe siècle ont dans l'ensemble négligé la méditerranée, où sévissait la piraterie, mais la Compagnie du Levant a contribué au développement des ports méditerranéens de Sète, créé à la même époque, et Marseille, plus ancien mais bénéficiant d'une zone franche sous Colbert alors qu'il était auparavant mal vu en raison de nombreuses révoltes de la population protestante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Louis Reich de Pennautier, trésorier des États du Languedoc et receveur général du clergé de France
  2. Les financiers de Languedoc au XVIIIe siècle, Par Guy Chaussinand-Nogaret, p. 40
  3. http://www.archive.org/stream/annalesdumidi14univuoft/annalesdumidi14univuoft_djvu.txt
  4. Histoire des Industries Françaises, page 245
  5. http://books.google.fr/books?id=A9xHnArfZSMC&pg=PA245&lpg=PA245&dq=%22draps+de+Saptes%22&source=bl&ots=ueVZWZ2jUe&sig=dzBnkTiOM0SI9T6FUvSjsr65gUI&hl=fr&ei=XfitS4q7BZTD4gaNi_y9Dw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CBsQ6AEwAw#v=onepage&q=%22draps%20de%20Saptes%22&f=false
  6. http://www.ladepeche.fr/article/2004/08/16/245090-1699-decadence-de-la-manufacture-des-Saptes.html
  7. http://pagesperso-orange.fr/pat.hernandez/villeneuvettevisite.htm