Passementerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manche d'un costume d'ancien Régime décorée de passementerie.
Applique de dentelle.

La passementerie regroupe l'ensemble des productions en fil de toute nature (végétal, animal, métallique...) utilisées en décoration vestimentaire ou architecture intérieure. Elle désigne également le commerce de ces produits.

Des exemples de passement : cordons, dentelle, frange, liseré, ruban.

Technique[modifier | modifier le code]

La passementerie utilise trois sortes de métiers à tisser :

  • le métier à main ;
  • le métier ratière ;
  • le métier à crochets pour les séries industrielles.

Passementerie et vêtement[modifier | modifier le code]

Exemple de passementerie aux Palais Bourbon

La création d'une Guilde de Passementiers est propre à la France et remonte au XVIe siècle. La guilde imposait un apprentissage de sept ans au moins. Le gland fut le premier article de passementerie, mais bientôt elle inclut les franges (en applique), puis les cordons, les galons, les pompons, les rosettes, les guimpes etc. gland, pompons et rosettes sont des ornements ponctuels, les autres des ornements linéaires. Les motifs se sont multipliés au fil des siècles et formaient la signature des grands ateliers.

La passementerie étant un ornement coûteux, elle a longtemps été réservée à une élite comme signe de distinction sociale, d'un pouvoir royal, aristocratique, religieux ou militaire. Dès la fin du XVIIIe siècle, elle devient obsolète avec la simplification des vêtements, et ses principaux débouchés seront désormais le mobilier et l'architecture intérieure.

De nos jours, la passementerie est essentiellement utilisée pour les uniformes de parade dans l'armée.

Les passements les plus utilisés dans la mode sont :

  • les franges moulinées (souples) ;
  • les franges torses guipées (rigides) ;
  • les franges méchées ou quadrillées.

Certains boutons ou brandebourgs peuvent être en passementerie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine Montupet, Ghislaine Schœller, Fabuleuses dentelles, Robert Laffont,‎ 1988, 192 p. (ISBN 2221057546)

Voir aussi[modifier | modifier le code]