Métier à tisser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métier à tisser rudimentaire
Tissage rudimentaire
Métier à tisser mécanique
Schéma d'un métier à tisser mécanique

Un métier à tisser est une machine utilisée par un tisserand pour fabriquer du tissu. Il peut être industriel comme dans l'industrie textile (production de textile), ou manuel.

Malgré les progrès mécaniques, le fonctionnement de base est resté le même depuis des siècles : le métier à tisser fixe les fils de chaîne selon la tension désirée, tout en permettant le passage des fils de trame, perpendiculairement, entre les fils de chaîne.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers tissus connus datent de la fin du Néolithique, ils ont été retrouvés en Turquie et en Palestine[1].

Le métier à tisser le plus rudimentaire consiste en un cadre de bois : une série de fils (la chaîne) est tendue entre deux bâtons de bois fichés dans le sol. Avec une perche, un fil de chaîne sur deux est tiré afin de créer un espace vide (la foule) où un autre fil (la trame) passe perpendiculairement aux fils de chaîne puis les nappes de la chaîne sont inversées pour créer une autre foule où repasse le fil de trame[1].

Vers 3 000 avant J.-C., les métiers avaient les fils de chaîne tendus par des poids sur une barre transversale, l'ensouple[1].

Vers 1 400 avant J.-C., les premiers métiers verticaux apparurent; la chaîne était alors tendue entre deux barres horizontales. Ce type de métier est encore utilisé pour la tapisserie par exemple[1].

Vers 1 000 avant J.-C., les métiers horizontaux avaient un cadre rigide et un bâton était attaché à certains fils de chaîne afin d'ouvrir la foule en le soulevant[1].

Ensuite le métier à tisser n'évolua plus jusqu'au Moyen Âge, où des pédales furent utilisées pour soulever tour à tour un certain nombre de lisses différentes, afin d'obtenir des motifs plus complexes. L'adjonction des pédales est une invention chinoise[1].

Les évolutions eurent différents noms : métier à la tire, métier Jacquard, métier sans navette, métier à rapièreetc.[1]

Le moyen pour passer le fil de trame dans la foule est quant à lui resté le même pendant longtemps : une navette renfermant le fil de trame se glissait à la main dans l'ouverture, ce qui limitait de fait la largeur de l'ouvrage. Pour de grandes pièces, deux tisserands devaient se passer la navette. En 1733, un tisserand britannique, John Kay, mit au point un système mécanique pour simplifer l'opération : la navette volante. Cette invention permit de passer de l'artisanat à l'industrie[1].

En 1786, les machines à vapeur permirent la mise en place de métiers mécaniques rapides[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Les inventions qui ont changé le monde, Édition Sélection du reader's digest, 1982. ISBN 2-7098-0101-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]