Sedan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sedan (homonymie).
Sedan
Vue de Sedan nord depuis le château.
Vue de Sedan nord depuis le château.
Blason de Sedan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes (sous-préfecture)
Arrondissement Sedan (chef-lieu)
Canton Chef-lieu des cantons de Sedan-Est, Sedan-Nord et Sedan-Ouest
Intercommunalité Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières / Sedan.
Maire
Mandat
Didier Herbillon
2014-2020
Code postal 08200
Code commune 08409
Démographie
Gentilé Sedanais, Sedanaises.
Population
municipale
18 512 hab. (2011)
Densité 1 137 hab./km2
Population
aire urbaine
41 677 hab.
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 09″ N 4° 56′ 28″ E / 49.7025, 4.9411149° 42′ 09″ Nord 4° 56′ 28″ Est / 49.7025, 4.94111  
Altitude Min. 149 m – Max. 301 m
Superficie 16,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Sedan

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Sedan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sedan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sedan
Liens
Site web www.sedan.fr

Sedan (prononcé [sə.ˈɑ̃ ]) est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Champagne-Ardenne. Elle fait partie de la communauté d'agglomération Charleville-Sedan qui compte près de 130 000 habitants (chiffres 2011).

Ses habitants sont les Sedanais(es)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville de Sedan se situe dans le nord du département des Ardennes, à 19 km à l'est de Charleville-Mézières et à 18 km à l'ouest de Bouillon en Belgique.

La ville se situe au milieu de grands axes et à l'endroit le plus peuplé d'Europe (la diagonale Londres-Milan). Reims est à 98 km, Metz est située à 150 km de Sedan et les trois grandes villes de Belgique les plus proches sont Charleroi à 105 km, Liège à 150 km et Bruxelles à 170 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sedan est traversée par la Meuse qui écoule ses eaux dans un méandre. Le château de Sedan est bâti sur un éperon rocheux au bord de la forêt et domine la vallée de la Meuse.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Sedan est directement desservie par :

  • L'autoroute gratuite A203 (ou E44-E46) reliant Charleville-Mézières à la Belgique. Cet axe porte également le nom d'A34 branche est, puisqu'elle prolonge l'A34 reliant Reims à Charleville-Mézières. Deux sorties permettent d'accéder à la ville : sortie 4 - Frénois, Sedan Centre ; sortie 3 - Balan, Sedan/Château.
  • Le TER Champagne-Ardenne, et le TGV depuis Paris.
  • La voie fluviale par la Meuse avec sa halte où il est possible d'amarrer d'avril à septembre ou le Canal des Ardennes tout proche[2].

Démographie et urbanisation[modifier | modifier le code]

Classement démographique[modifier | modifier le code]

Population de l’agglomération de Sedan
(Recensements Insee de 1999 et 2008)
Zones Population Surface
(km²)
Densité
(hab./km²)
croissance
1999-2008
Agglomération de Sedan
Sedan 19 219 16 1 181 - 6,46 %
Unité urbaine 27 485 60 459 - 5,10 %
Aire urbaine 32 909 180 183 - 2,34 %
Ardennes
Ardennes 284 197 5 229 54 - 2,04 %

Selon les données de l’Insee, la population de la ville de Sedan s'établit à 19 219 habitants au recensement de la population du 1er janvier 2008 (population municipale)[3].

Avec une superficie communale de 1 628 hectares, la densité de population s'élève à 1 180 habitants par km², ce qui en fait deuxième ville la plus densément peuplée du département des Ardennes, après Charleville-Mézières, préfecture du département.

En 2008, l’unité urbaine de Sedan, qui s'étend sur sept communes[Note 1], regroupe 27 485 habitants et se classe au 2e rang départemental, après Charleville-Mézières[4], et son aire urbaine, incluant les communes périurbaines situées dans la zone d’influence forte de la ville, rassemble 42 909 habitants[5].

Ces différentes données font de Sedan non seulement la deuxième ville la plus peuplée du département des Ardennes, mais également la deuxième agglomération urbaine du département. Il en est de même pour son aire urbaine.

Au niveau régional, elle occupe la huitième place en Champagne-Ardenne au niveau de la ville intra-muros, la septième place au plan de son unité urbaine et le huitième rang quant à son aire urbaine.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 18 512 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
12 033 10 634 10 838 12 123 13 806 14 536 15 585 14 635 16 759
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
13 793 14 039 16 593 19 556 19 306 20 292 20 163 19 349 19 599
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
19 516 17 509 18 298 18 908 18 559 13 514 17 637 20 336 23 037
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
23 995 23 477 21 667 20 548 19 934 18 512 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Renouvellement urbain[modifier | modifier le code]

En 2006, Sedan a signé une convention avec l'ANRU qui porte sur une première phase de réaménagement urbain et qui concerne la ZUS de Torcy Cités.

Depuis, la réhabilitation de la ZUP du Lac a également commencé à prendre forme. Le Centre nautique intercommunal a accueilli ses premiers visiteurs depuis la mi-novembre 2011.

Pôle culturel de Sedan -
Richard et Schoeller architectes.

À quelques pas, le Pôle culturel conçu par les architectes Isabelle Richard et Frédéric Schoeller vient d'ouvrir ses portes. Il doit contribuer à repenser le rapprochement avec le centre-ville.

Le château lui-même poursuit sa cure de jouvence : réfection des toitures arrachées par la tempête, installation de nouveaux circuits de visite, illustrés de panneaux et jeux.

La rénovation du centre ancien débutera quant à elle en 2014 pour se poursuivre jusqu'en 2020. En 2009, Sedan a en effet su retenir l'attention du Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) en mettant notamment en avant son récent label de Ville d'Art et d'Histoire.

Économie[modifier | modifier le code]

Sedan est membre de l'association G10 regroupant les 10 principales villes et intercommunalités des départements de la Marne, des Ardennes et de l'Aisne (Reims, Epernay, Châlons-en-Champagne, Vitry-le-François, Charleville-Mézières, Sedan, Rethel, Soissons, Château-Thierry, Laon)[1].

Sedan possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie des Ardennes.

Le château fort, le plus étendu d'Europe, attire environ 60 000 touristes par an. Le château est le lieu payant le plus visité des Ardennes. Le sanglier Woinic (situé sur l'aire d'autoroute des Ardennes, à proximité de Saulces-Monclin), est quant à lui, le lieu le plus fréquenté du département.

  • Textile : tapis et pantoufles : L'industrie textile naguère florissante (draperie) ne subsiste plus que sous la forme de quelques productions artisanales, dont un exemple intéressant était la Manufacture du Tapis Point de Sedan dont les origines remontent à 1878 (à présent fermé depuis octobre 2008 après sa liquidation judiciaire) ou encore l'Atelier de la Pantoufle Ardennaise, où l'on peut suivre la confection de pantoufles en feutre.
  • Métallurgie
  • Bière : L'industrie brassicole sedanaise a perdu en 1979 son fleuron, la GBA (Grande Brasserie Ardennaise), qui s'élevait à l'emplacement de l'actuel hypermarché Leclerc. Mais les années 2000 ont été marquées par un retour dynamique de cette industrie (« Brasserie du Château ») et la nouvelle Grande Brasserie de Sedan qui produit la Princesse et une toute nouvelle bière au guarana, la Sedania.

Zones d'activités[modifier | modifier le code]

À Sedan[modifier | modifier le code]

Zone d'activités économiques Torcy-Sedan d'une superficie de 40 ha.

À proximité[modifier | modifier le code]

Six zones d'activités se trouvent à proximité de Sedan : zone d'activités intercommunale du Pays Sedanais (10 ha), zone industrielle de Glaire (122 ha), zone d'activités de Vivier-au-Court (7,7 ha), zone d'activités de Vrigne-aux-Bois (100 ha), parc d'activités de Donchery (80 ha), parc d'activités Bazeilles-Douzy (200 ha)[8].

Marchés de Sedan[modifier | modifier le code]

Existants depuis l'ère princière, les marchés prennent place les mercredis et samedis matin au centre ville, Place Crussy et Place Alsace-Lorraine.

Composés d'un marché couvert, ouvert de 7 h 30 à 12 h 30, ils se déroulent de 8 h 30 à 12 h 30 du 1er octobre au 31 mars et de 8 h 30 à 13 h du 1er avril au 30 septembre[9].

Cette tradition marchande perpétuée depuis des siècles connaît un temps fort début septembre avec l'organisation de la foire de rue de Sedan qui attire plus de 250 000 visiteurs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villa Sedensi en 997, d'après un diplôme d'Otton III conservé aux archives départementales des Ardennes à Charleville-Mézières.

Esdang en luxembourgeois[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sedan

Les armes de Sedan se blasonnent ainsi :

D’argent à un chêne de sinople englanté d’or, posé sur une terrasse aussi de sinople et traversé au pied d’un sanglier de sable armé d’argent, le boutoir (le groin) de gueules.

La présence de ces éléments se comprend aisément du fait de l'omniprésence du chêne et du sanglier dans les forêts ardennaises.

Histoire de la ville[modifier | modifier le code]

Dans le but de conserver et promouvoir sa riche histoire, la ville de Sedan dispose d'une Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais, fondée le 31 juillet 1928 (Les Amis du Vieux Sedan)[11].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une villa, domaine rural, est attestée à cet endroit en 997. En latin médiéval Villa Sedensi, d'un probable Sedenna basé peut-être sur le gaulois set-, long et le suffixe -enna[12].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ville de Sedan se développe autour du château fort bâti par Évrard III de La Marck à partir de la fin des années 1420. Le château ne cessera d'être perfectionné et agrandi au cours des siècles suivants et en particulier par Jean Errard. Les seigneurs de La Marck sont reconnus princes souverains de Sedan par le roi de France Henri II, en 1549, sous Henri-Robert de La Marck qui choisit la religion protestante. Pour prix de cette reconnaissance de souveraineté du prince sur ses terres, le prince devait au roi assistance en cas de guerre, ne pas prendre parti contre ses intérêts et lui ouvrir les places fortes s'il en faisait la demande. En échange le roi lui accordait sa protection et payait une partie des fortifications.

La devise de la ville de Sedan est UNDIQUE ROBUR, elle fut la devise des seigneurs de La Marck. Elle signifie « force de toute part ».

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Abraham de Fabert d'Esternay, gouverneur de Sedan à sa mort en 1662.

Pendant les guerres de Religion, de nombreux protestants sont accueillis dans la Principauté de Sedan, intellectuels, avocats, artisans, ils sont la source de la prospérité de la ville. L'académie de Sedan attire professeurs et élèves. Le Prince de Sedan bat sa monnaie, contrôle une manufacture d’armes. En 1611, Jean Jannon, graveur de caractères et imprimeur-éditeur, est actif à Sedan. Bernard Palissy invente le procédé de fabrication de ses émaux à Sedan. Les horlogers Forfaict participent à cette richesse. La dentelle point de Sedan est alors très recherchée. Henri de La Tour d'Auvergne devient duc de Bouillon en épousant, en 1591, la dernière héritière des La Marck, Charlotte de La Marck. Prince bâtisseur, il développe la ville et les fortifications urbaines.

La principauté est rattachée à la France le 29 septembre 1642[13], après la bataille de la Marfée et le complot de Cinq-Mars contre Richelieu. En effet, le prince Frédéric Maurice de La Tour d'Auvergne-Bouillon a participé à ce complot. Il obtient la vie sauve en échange de la Principauté. Abraham de Fabert d'Esternay est gouverneur de Sedan de 1642 à 1662.

En 1641, les filles de la Charité s'installent à Sedan pour la création d'un hôpital. La ville connaît alors un important développement économique grâce à la création de manufactures royales de draps, comme la Manufacture royale de draps Le Dijonval en 1646. Le drap de Sedan est en laine, il sert à fabriquer des pardessus et des tentures. Depuis 1878, les tapis « Point de Sedan », fabriqués mécaniquement, font perdurer cette tradition du textile qui employa des milliers de personnes dans le passé (cette manufacture des « tapis point de Sedan » a fermé en 2008 et appartient désormais à la ville de Sedan).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de Ville et la Place Turenne, avant la Première Guerre mondiale.
La ville était alors desservie par le tramway de Sedan.
L'École supérieure, avenue Philippoteaux, et un tramway
de la ligne 4.
Le viaduc de Torcy, sur la prairie éponyme.
Le Kronpriz parade à Sedan en 1917
Article détaillé : Bataille de Sedan.

Dès l'avènement de la Principauté, de nombreux juifs ont toujours pu trouver refuge dans cette ville. Il en est de même pour les protestants d'Alsace-Lorraine voulant rester français après 1870 et qui sont venus en nombre dans les Ardennes ; il y a aussi un temple à Charleville.

Le 1er septembre 1870, l'armée de Châlons, commandée par le maréchal de Mac Mahon, fut encerclée et vaincue à Sedan par les troupes prussiennes et des États allemands coalisées. La bataille eut lieu aux abords de la citadelle de Sedan, particulièrement à Bazeilles où d'intenses combats de rues eurent lieu. Les troupes d'infanterie de marine françaises se défendirent âprement. Ces combats sont symbolisés par l'épisode de la « Maison de la dernière cartouche », des combattants réfugiés dans une maison ne se sont rendus qu'après avoir épuisé leur munitions et les armes à la main. Cette maison est un musée que l'on peut visiter de nos jours. La reddition de la ville de Sedan - signée au château de Bellevue, sur les collines qui entourent la ville - provoqua la fin du Second Empire le 4 septembre 1870. C'est aussi au cours de cette bataille, sur le plateau du calvaire d'Illy, que la 1re division de la cavalerie de réserve sous le commandement du général Jean-Auguste Margueritte se sacrifia pour tenter de rompre l'encerclement de l'armée française. La défaite précipita le déclassement de la place forte et permit l'extension de la ville. Le château de Sedan et les casernes militaires sont conservés.

D'autres batailles eurent lieu ensuite lors de la Première Guerre mondiale en août 1914 et en novembre 1918.

Le 13 novembre 1917, le prince héritier Guillaume de Prusse fait défiler la 13e division d'infanterie allemande sur le cours "d'Alsace-Lorraine"[pertinence contestée].

Article détaillé : Percée de Sedan.

Durant la Bataille de France, l'armée allemande fit une percée décisive en traversant la Meuse le 13 mai 1940 aux abords de Sedan. Frénois et Torcy sont mis en feu par la Luftwaffe le 13[14], et une fois la ville prise dans la journée par les Allemands du XIX. Armee-Korps (mot.) de Heinz Guderian, elle subit le feu de l'artillerie française[15]. Sedan est ainsi en partie détruite au cours des combats, « des rues entières ont été rasées »[15], puis reconstruite après la Seconde Guerre mondiale sous la direction de l'architecte Jean de Mailly.

Vie militaire : Sedan, une ancienne ville de garnison[modifier | modifier le code]

Unités ayant été stationnées à Sedan :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités du XIXe siècle et du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités du XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Louis Dugauguez (1918-1991), Sélectionneur de l'équipe de France de football entre le 17 septembre 1967 et le 6 novembre 1968. Le stade du CS Sedan Ardennes porte aujourd'hui son nom.
  • Yves Congar (1904-1995), théologien dominicain. Né à Sedan, il y vit la Première Guerre mondiale, remplissant cinq cahiers de notes et de dessins qui offrent un aperçu unique de l'histoire de la guerre du point de vue d'un enfant (ce journal de guerre a été publié en 2001)[16].

Personnalités du XXe siècle et du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Ville fleurie trois fleurs (depuis 2001), à l'instar de 24 autres communes ardennaises dont Charleville-Mézières et Rethel[17].

Villes et pays d'art et d'histoire (depuis 2000), tout comme 152 autres villes françaises[18].

Actualité de la ville[modifier | modifier le code]

Tous les deux mois la ville de Sedan fait paraître Sedan Magazine[19].

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monument aux morts

Sedan est classée Ville d'Art et d'Histoire. Ses principaux monuments sont :

Châteaux[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Charles-Borromée, de Robert de Cotte (1685), classée en 1980[24].
  • La synagogue de Sedan, 6 rue de Verdun, inscrite en 1984[25].
  • Le temple protestant, 1896 de Charles-Auguste Goulden. Ce temple remplace le précédent.
  • L'ancien temple protestant, en 1803 les protestants de Sedan reçoivent l'ancien couvent des Sœurs de la Propagation de la Foi, devenu gendarmerie après 1790. L'église du couvent devient temple, les autres bâtiments deviennent école et orphelinat.
  • L'ancien couvent des Capucins Irlandais. La crypte, et le tombeau d'Abraham de Fabert d'Esternay, classé en 1962[26]
  • Chapelle Saint-Vincent-de-Paul de l'hôpital.
  • Chapelle du château.
  • L'église Notre Dame-Saint-Léger néo-gothique, quartier de Torcy.
  • Église Saint-Vincent-de-Paul moderne, quartier de Torcy
  • Chapelle du Collège-Lycée Mabillon, quartier de Torcy
  • Église Saint-Étienne, quartier Fond de Givonne.
  • Église Saint Pierre de Frénois
  • Oratoire de la Vierge de Frénois

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Lycée Turenne.

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Le Dijonval
  • La Fabrique Bechet — Ancien atelier de tissage de draps occupant le 1er de la rue des Francs-Bourgeois. L'ensemble du bâtiment fut reconverti en logements[28].
  • La Fabrique Francourt — Ancien atelier de tissage de draps s'étendant aux 23 et 25 rue du Rivage. Édifice hérité du XIXe siècle, une partie des bâtiments date cependant de l'époque de Louis XV. L'ensemble se mua pour finir en logement[29].
  • La Manufacture royale de draps Le Dijonval — Rachetée en 2006 par une société immobilière, l'ancienne Manufacture devrait accueillir divers appartements. Érigée en 1646, la fabrication de draps fins façon de Hollande fut initiée par cette dernière. La Manufacture royale conserva le monopole sur le reste du pays durant 20 ans. Elle cessa toute activité en 1958 et fut classée Monument Historique en 1977[30].
  • La Manufacture des Gros-Chiens — On la trouve précisément au 1 rue du Ménil. Aujourd'hui maison dite du Gros Chien, cette propriété privée fut classée Monument Historique en 1978. Érigée en 1629 par Henri de Lambermont (maître de forges) — sur une ancienne académie militaire, Denis Rousseau en fit l'acquisition en 1688 et la revisita en manufacture de draps. Son fils Antoine lui succédera. Premier concurrent sérieux du Dijonval, la fabrique est rachetée par Laurent Cunin-Gridaine en 1823[31].
Le Moulin Lemoine-Desmarets
  • La Manufacture Ternaux
  • La Manufacture Tapis Point de Sedan — Première industrie mécanique avec ses machines Jacquard, elle fabrique des tapis de laine, dont le point en huit reprend l'appellation du "Point de Sedan", un point de dentelle réputé au XVIIe siècle. Situé au 13 boulevard Gambetta, le Tapis Point de Sedan a fermé ses portes en 2008. L'année suivante les biens immobiliers de la société, parmi lesquels huit métiers à tisser (certains datant de 1878), furent rachetés par la Ville. Le site, que le maire ambitionne fortement de voir se réincarner en Musée, fut acquis en septembre 2010. Classé depuis peu à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, il intéresse notamment pour son immense verrière métallique de type Eiffel.
  • Le Moulin à foulon Lemoine-Desmarets — Situé au 2 place Turenne, il appartint dans un second temps à Ronnet avant de devenir une banque en 1880. Entièrement rénové, il se présente aujourd'hui comme un immeuble d'habitation[32].
  • Le Moulin à foulon Paignon — Ancienne annexe du Dijonval, il abrite à l'heure actuelle le CIO de Sedan. Il est situé au 6/8 place Turenne[33].
  • L'Usine de teinturerie Jean Labauche — Ayant appartenu à Peyre puis à Jean Labauche, elle se trouve au 25/27 rue de Rovigo et abrite différents logements[34].
  • Manufacture de draps Cunin-GridaineLaurent Cunin-Gridaine achète l'édifice en 1823 après s'être fait le nouvel acquéreur de la Manufacture des Gros-Chiens. La manufacture de draps devient finalement un immeuble de logements en 1880. La maison de maître est sise au 9 rue de Bayle, et figure au nombre des Monuments Historiques depuis 1991[35].
  • L'Usine textile Labrosse-Bechet — La Manufacture de draps fins se trouve au 1 rampe des Capucins[36].
  • L'Usine textile Louis-Xavier Labauche — Bâtisse à priori énigmatique, s'étendant du 18 au 22 place de la Halle[37].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Sedan.
Liste des maires depuis 1977
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Gilles Charpentier PS  
1983 1989 Claude Démoulin PS  
1989 1995 Claude Vissac DVD  
1995 2004 Jean-Paul Bachy PS  
avril 2004[38] 19 juin 2008 (décès) Dominique Billaudelle PS Conseiller général
4 juillet 2008[39] en cours
(au 10 avril 2014)
Didier Herbillon PS Conseiller général
Réélu pour le mandat 2014-2020[40]

Cantons[modifier | modifier le code]

Sedan est le chef-lieu de trois cantons :

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sedan fait partie de la Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières / Sedan, qui résulte de la fusion au 1er janvier 2014 de la Communauté de communes du Pays sedanais avec trois autres intercommunalités.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Eisenach (Allemagne) depuis 1991

Drapeau de la France Turenne (Corrèze) (France) depuis 2011

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Manifestations annuelles[modifier | modifier le code]

  • Le festival médiéval : Depuis 1996, il prend place le troisième weekend de mai et offre une reproduction fidèle de la vie au Moyen Âge et de ses croyances.
  • Le festival « Mouvements de Rue » : Ponctuant la rentrée scolaire, le festival des arts de la rue du pays sedanais est entièrement gratuit. Une troupe de saltimbanques de divers horizons artistiques déambule dans les rues du centre historique, invitant les spectateurs à les suivre. Le festival peut également s'établir dans des villages alentour. Ce fut le cas pour ce qui concerne les communes de Fleigneux, Saint-Menges et Floing en 2011.
  • La Foire : Programmée en septembre, elle met en exergue le savoir-faire économique, industriel et agricole de la région. S'étendant sur une majeure partie du centre-ville historique, elle comptabilise plus de 600 camelots et se trouve être la plus grande foire de rue du Nord-Est de la France. Une Foire Agricole et Forestière est à l'honneur dans le même temps, campant sur le lieu-dit de la prairie de Torcy.
  • Le RAMMA : Le rendez-vous d'automne des maquettistes et modélistes des Ardennes se déroule tous les deux ans et réunit 600 exposants dans un espace couvert. Des représentants de plusieurs pays y sont conviés après avoir été sélectionnés.
  • La Frappadingue Ardennes X-TREM[41]: course folle d'obstacles sur 12km (passages d’échelle, ponts de singe, filets à grimper, ballots de paille, amas de pneumatiques, tubes à franchir, boues, traversée de la Meuse à la nage) organisée une fois par an au mois de mai. Devise : "J'y étais et j'ai terminé".

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • la salle Marcel Schmitt. 2000 places. (handball, basket, volley, gymnastique, boxe, karaté.).
  • Le cosec de Balan (basket, handball).
  • Le cosec Esplanade (tir à l'arc, handball, volley-ball, haltérophilie, judo).
  • La salle de sport Jean Jaurès (gymnastique, fitness, musculation, escrime, budo).
  • La maison de la formation (tennis de table, boxe).
  • Le gymnase militaire (roller)[42].
  • Le gymnase du château (basket, handball, futsall).
  • Les cosec du Lac (Tennis, Badminton).
  • Le stade Barré-Faillon (football).
  • Le stade d'athlétisme du Lac (athlétisme).
  • Le terrain de la Marfée, quartier de Frenois (football).
  • La prairie de Torcy (football).
  • Le lac de Sedan (voile, canoë).
  • La Meuse (aviron, canoë-kayak).
  • Le centre aquatique du pays Sedanais (natation, water-polo, aqua-gym, fitness, balneo, plongée...).
  • Le skate-park en béton (ouverture printemps-été 2014).

Ainsi que de nombreuses salles de danse (contemporaine, moderne-jazz, flamenco, classique...)[42].

Football[modifier | modifier le code]

Sedan possède un club de football, le CS Sedan Ardennes, jouant au stade Louis-Dugauguez, celui-ci fut construit en l'an 2000 afin de remplacer le vétuste et mythique stade Émile Albeau. Le stade qui possède 23 189 places, a emprunté son nom à l'ancien sélectionneur de l'équipe de France des années 1960, Louis Dugauguez. Le stade accueille les rencontres de championnat du CSSA, mais également les matchs de coupe et même des rencontres internationales.

L'équipe de football de la ville, qui évolue en CFA2 pour la saison 2013-2014, a un palmarès important :

La ville de Sedan dispose également de deux stades synthétiques : le stade Michel Charlot inauguré en 2008 et accueillant l'École Sedanaise de Football, le club de football Sedan-Le Lac et les établissements scolaires de Sedan ; le stade André Victor récemment rénové et accueillant l'Olympique de Torcy-Sedan ainsi que les établissements scolaires du quartier[43].

Course à pied/cyclisme[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1906 est organisée la plus ancienne course pédestre de ville à ville le Sedan-Charleville[44]. Très populaire près de 3 000 participants y prennent part, tandis que des milliers de spectateurs se précipitent le long de ses 24,3 km.

Un cyclo-cross de renommée s'y est déjà déroulé. Il a été le support d'un Championnat de France de cyclo-cross en 2006 et de deux manches du Challenge la France cycliste de cyclo-cross en 2003 et 2004.

La ville accueille également une épreuve atypique du challenge bike and run, né dans les Ardennes il y a une vingtaine d'années[45].

Le cyclisme sur piste connu ses heures de gloire à Sedan puisqu'un vélodrome atypique par ses deux virages différents fut à l'origine d'innombrables titre de champion de champagne tels que J.L. Vellenriter; S. Magny; Williams BOILLOT qui participa aux championnats du monde des juniors à Mexico 1 an après les titres de champion de France et aussi les médailles d'Argent (poursuite)et de Bronze (route) de Jean François DURY lors des championnats du Monde junior à Buenos-Aires en 1979. Ce jeune champion trouva la mort dans un accident de la route la veille de son départ pour les Jeux Olympique de Moscou en 1980. La municipalité décida de donner son nom à ce vélodrome avant de le vouer à la destruction à la fin des années 1980.

La ville de Sedan possède également un club de VTT: Le Sedan Sprint Club, basé au Bannet (Givonne).

Handball[modifier | modifier le code]

Sedan possède également un club de handball, le HSA. Le club évolue en N3 (division 5).

Canoë-kayak[modifier | modifier le code]

Le club de canoë-kayak de la ville est très réputé et possède des sportifs champions du monde comme Étienne Hubert.

Roller[modifier | modifier le code]

Sedan est également une ville de roller, trois champions ou ex-champions y vivent. Les trois ayant fait partie de l'équipe de France.

Culture[modifier | modifier le code]

La ville de Sedan dispose des équipements culturels suivants :

  • un pôle culturel inauguré en 2013 regroupant le service municipal Espace Vie Associative et Culturelle (Evac), la Maison de la Jeunesse et de la Culture Calonne, un pôle danse, un studio de répétition de musiques actuelles et une salle de spectacle[46].
  • une médiathèque composée de différentes sections : "lecture publique adultes", "images et son", "études et patrimoine", "lecture publique jeunesse"[47].
  • l'amphithéâtre Pierre Mendès-France qui dispose de 160 places et peut accueillir des conférences, des réunions publiques, des assemblées générales ou encore des spectacles[48].
  • la salle Marcillet, rénovée en 2005, qui accueille des spectacles (concerts, pièces de théâtre), mais aussi des salons, des colloques, des spectacles de danse, des thés dansants, des expositions, etc[49].
  • le cinéma Turenne, rénové en 2009. Il comprend trois salles et peut projeter des films 3D[50].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Sedan, p. 1126
  • Pierre CONGAR, Jacques ROUSSEAU, Jean LECAILLON, Sedan et le Pays Sedanais, vingt siècles d'histoire, Paris, F.E.R.N., 1969, 578 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. c'est-à-dire (par ordre alphabétique) Balan, Bazeilles, Floing, Glaire, Saint-Menges, Sedan et Wadelincourt selon la nouvelle délimitation définie par l'INSEE en 2010
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.sedan.fr/presentation_de_sedan.html
  2. http://www.sedan.fr/venir_a_sedan.html
  3. Population légale du recensement de 2008 - département des Ardennes (population municipale)
  4. Unité urbaine de Sedan
  5. Composition de l'aire urbaine de Sedan selon le nouveau zonage de 2010
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. http://www.sedan.fr/l_offre_immobiliere.html
  9. http://www.sedan.fr/le_marche_de_sedan.html
  10. http://engelmann.uni.lu:8080/portal/WBB2009/LWB/wbgui_py?lemid=HE01202
  11. http://www.histoire-sedan.com/index.php?r=1&s=5
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  13. Évolution d'un paysage urbain, la rue à Sedan, 1700-1878 par Gérald Dardart, Presses universitaires du Septentrion, 2001, 540 pages
  14. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 239
  15. a et b Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 275 (photo)
  16. Journal de la Guerre (1914-1918)
  17. http://www.villes-et-villages-fleuris.com/les_villes_et_villages_fleuris-47.html
  18. http://www.vpah.culture.fr/
  19. http://www.sedan.fr/sedan_magazine.html
  20. « Notice no PA00078518 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Château fort de Sedan », sur Structurae (consulté le 25 avril 2010)
  22. Alain Sartelet - Le château fort de Sedan - p. 27-28 - AVACCA (Itinéraires du patrimoine no 162) - Châlons-en-Champagne - 1998 - (ISBN 290538608X) édité erroné
  23. « Notice no PA00078517 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Notice no PA00078520 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no PA00078524 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Notice no PA00078519 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Notice no PA08000002 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Sedan, Francs-Bourgeois (rue des) 1 ; Sainte-Barbe (rue)
  29. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Tissage (usine de draps) Francourt, actuellement maison
  30. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine textile, dite manufacture royale du Dijonval
  31. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine textile, dite manufacture des Gros-Chiens, actuellement maison
  32. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Moulin à foulon Lemoine-Desmarets, puis Ronnet, puis banque, actuellement immeuble à logements
  33. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Moulin à foulon Paignon, actuellement établissement administratif (Centre d'Information et d'Orientation)
  34. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine de teinturerie Peyre, puis Jean Labauche, actuellement maison
  35. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine textile Cunin-Gridaine, actuellement maison
  36. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine textile Labrosse-Bechet, puis Henry Ternaux
  37. Patrimoine industriel Champagne-Ardenne : Usine textile Louis-Xavier Labauche (repérage)
  38. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  39. Didier Herbillon ceint l'écharpe de maire
  40. Orianne Roger, « D. Herbillon : « Il faut se mettre au travail, la campagne est terminée » : Le premier conseil municipal a eu lieu samedi 5 avril, à 10 h, dans le grand salon de l’hôtel de ville. Didier Herbillon a été réélu maire », La Semaine des Ardennes, no 239,‎ 10 avril 2014, p. 15
  41. http://www.frappadingue.net/les-courses/ardennes-xtrem/
  42. a et b http://www.sedan.fr/salles_de_sport.html
  43. http://www.sedan.fr/stades_de_football.html
  44. http://cap08.pagesperso-orange.fr/Pages/Ardennes_sedan_charleville.htm
  45. http://bikeanrundesedan.canalblog.com/
  46. http://www.sedan.fr/pole_culturel.html
  47. http://www.sedan.fr/mediatheque_municipale.html
  48. http://www.sedan.fr/amphitheatre_pierre_mendes_france.html
  49. http://www.sedan.fr/salle_marcillet.html
  50. http://www.sedan.fr/cinema_turenne.html