Ponte Vecchio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ponte Vecchio (homonymie).
Ponte Vecchio
Le Ponte Vecchio sur l'Arno entre Oltrarno et Lungarno
Le Ponte Vecchio sur l'Arno entre Oltrarno et Lungarno
Géographie
Pays Italie
Région Drapeau de la Toscane Toscane
Localité Florence
Coordonnées géographiques 43° 46′ 05″ N 11° 15′ 11″ E / 43.767989, 11.25319243° 46′ 05″ N 11° 15′ 11″ E / 43.767989, 11.253192  
Fonction
Franchit Arno
Fonction Pont, rue piétonne, galerie marchande
Caractéristiques techniques
Type Pont à 3 arches
Portée principale 30 m
Construction
Construction 1335 - 1345
Architecte(s) Neri di Fioravante et Taddeo Gaddi

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Ponte Vecchio

Le Ponte Vecchio (le « pont vieux » en italien) (XIVe siècle) est le pont / rue piétonne / galerie marchande le plus ancien, le plus célèbre et le plus touristique de la ville de Florence en Italie dont il est l'emblème. Haut lieu de la joaillerie / orfèvrerie de luxe de la ville et de l'Italie, il traverse le fleuve Arno à son point le plus étroit, presque en face de la Galerie des Offices, entre l'Oltrarno et le Lungarno, ses rives gauche et droite. Ce pont couvert est soutenu par trois arcs, dont le plus grand mesure 30 m et les deux autres mesurent 27 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première construction en bois remonte à l'époque romaine. Détruit en 1333 par une crue, le pont est reconstruit en pierre en 1345 par Taddeo Gaddi ou Neri di Fioravante, suivant les sources. Pour contenir l'Arno on construit des quais maçonnés (lungarni).

Renaissance[modifier | modifier le code]

Ses boutiques étaient initialement occupées par des bouchers, des tripiers et des tanneurs, bientôt remplacées, en 1593, par la volonté de Ferdinand Ier de Médicis (qui n'en supportait pas les odeurs fétides[1],[2]), par celles des joailliers et bijoutiers. Les sporti sont les supports qui ont permis la construction en surplomb des arrière-boutiques.

Le Corridor de Vasari fut construit en 1565, avec ses trois arches centrales. Grâce à lui, les Médicis, depuis Cosme Ier, pouvaient circuler sans danger, donc sans escorte, entre le Palazzo Vecchio, la Galerie des Offices (Galleria degli Uffizi) et le Palais Pitti.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pour la visite d'Adolf Hitler, en 1939, à l'occasion d'un voyage des dirigeants allemands venus voir Mussolini pour conclure l'alliance des nazis et des fascistes en 1939, trois fenêtres panoramiques furent ouvertes au centre du Corridor de Vasari. Contrairement à tous les autres ponts de Florence, le Ponte Vecchio échappa à la destruction en août 1944[3], lors de la retraite des troupes allemandes : sa largeur limitée ne pouvait en effet livrer passage aux chars alliés[4].

Ses abords furent néanmoins endommagés, comme la zone de la via Por Santa Maria, la via Guicciardini et du Borgo San Jacopo, qui ont été reconstruits dans les années 1950.

Le Corridor de Vasari, dans la période de la Libération, fut emprunté pour le passage entre les deux rives nord et sud de la ville, comme en témoigne l'épisode dédié à Florence dans le film Paisà de Roberto Rossellini, où le protagoniste passe incognito, venant d'une Galerie des Offices vandalisée, pleine de statues antiques emballées.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La rue qui traverse le pont est à ce jour un des principaux lieux touristique de la ville et un haut lieu de la joaillerie / orfèvrerie de luxe de la ville et de l'Italie.

Le buste de Benvenuto Cellini, le célèbre orfèvre florentin, réalisé par Raffaello Romanelli[5], est inauguré le 26 mai 1901.

Les boutiques furent gravement endommagées durant les inondations de Florence de 1966.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. liées à l'utilisation d'urine de cheval pour le traitement des peaux
  2. Gianna Giovanetti, guide officiel de la ville de Florence, spécialiste en histoire de l'art [1]
  3. le pont a été miné dans le but d'être détruit mais aurait été épargné sur ordre du maréchal Albert Kesselring in Florence Gallimard 1999 p. 184
  4. [vidéo] « le Ponte Vecchio au moment de la Libération », sur ina.fr
  5. Raffaello Romanelli, célèbre sculpteur florentin (1856 - 1928) à qui l’on doit également le cénotaphe de Donatello à la basilique San Lorenzo de Florence

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]