Bonneterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enseigne de mercerie-bonneterie à Bruxelles

La bonneterie ou bonnèterie[1] désigne la fabrication, le commerce, ou le lieu de fabrique et de vente des articles d'habillement en maille, et tout particulièrement des chaussettes, des bas et de la lingerie. Ils sont en laine, en coton, en fil ou en soie, fabriqués à la main ou à la machine sous forme de jersey.

Bonnetier[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, le bonnetier est un marchand qui fabrique ou qui vend des articles de bonneterie.

Ce nom est attesté depuis 1449[2]. Au Moyen Âge, les bonnetiers forment un des sept grands corps de métiers.

L'histoire de la fabrication des bonnets de coton tricotés commence avec l'invention du métier à tricoter par l'Anglais William Lee en 1589. Dans la ville de Troyes, Jean de Mauroy, contrôleur des Tailles et Aides du Royaume, crée en 1745 la première manufacture de bas en tricot à l'Hospital de la Trinité où sont recueillis les enfants pauvres.

En 1770, Troyes compte 40 bonnetiers[3].

Bonneterie[modifier | modifier le code]

Ce mot, apparu au XVe siècle, dérive du mot bonnet qui à cette époque signifiait étoffe à coiffure. Il se prononce bon'tri, et non bonnaiterie, car il n'a plus rien à voir avec la fabrication des bonnets.

La bonneterie de fantaisie comporte tous les vêtements de mailles, les tricots[4].

Bonneteries est aussi le terme qui désigne les magasins, actuellement disparus, où sont vendus des articles de bonneterie.

La fabrication, elle, continue et il existe des formations spécifiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc-Albert Moriamé, Outils d'orthographe : une méthode simple à l'usage de tous, Namur, Presses universitaires de Namur,‎ 2003, 199 p. (ISBN 978-2-930378-07-7, lire en ligne), p. 165
  2. Le Nouveau Petit Robert 2009
  3. site de l'histoire de la bonneterie
  4. Larousse ménager 1926

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Mortier, Le Tricot et l'Industrie de la Bonneterie, Troyes, L. Lacroix,‎ 1891, 98 p. (OCLC 54999446)
  • Jean Ricommard, La Bonneterie à Troyes et dans le département de l'Aube : origines, évolution, caractères actuels, Paris, Hachette,‎ 1934, 207 p. (OCLC 36378794)
  • Martin Vanier (préf. Jean Darbot), Maille et bonneterie auboise, Châlons-en-Champagne, ORCCA, coll. « Histoire et modernités »,‎ 1993, 188 p. (ISBN 978-2-909983-01-1, OCLC 421149788)
  • Jean-Louis Humbert, Les Établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), Troyes, CRDP de Champagne-Ardenne,‎ 1995, 80 p. (ISBN 978-2-903776-22-0, OCLC 47216820, LCCN 2001366035)
  • André Colomès (préf. Jean Darbot), Économie et vie ouvrière à l'âge d'or de la bonneterie auboise, Troyes, La Maison du Boulanger,‎ 1996, broché, 245 p. (ISBN 978-2-9507895-2-5, OCLC 40359705)