Mérinides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynastie mérinide

المرينيون (al-marīnīyūn) (ar)
ⵉⵎⵔⵢⵏⴻⵏ (Imrinen) (ber)

1248 / 12691465

Drapeau
Drapeau
Blason
Emblème
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Royaume mérinide et ses extensions territoriales

Informations générales
Statut Sultanat
Capitale Fès
Langue Arabe
Berbère
Religion Sunnisme
Monnaie Dinar

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Mérinides (ou Marinides, Banû Marin, Bénî Marin), en arabe : مرينيون (marīnīyūn) ou بنو مرين (Banû Marīn), en berbère ⵉⵎⵔⵢⵏⴻⵏ (Imrinen) constituent une dynastie d'origine berbère zénète qui règne au Maghreb al-Aqsa (Maroc) entre le XIIIe et le XVe siècles et qui contrôle, épisodiquement, d'autres parties de l'Afrique du Nord et de la Péninsule Ibérique pendant le XIVe siècle.

Installés dans le bassin de la haute Moulouya pendant le Moyen Âge, ils sont au service des Almohades avant de se rendre maitres d'un fief au nord du Maroc et de prendre le contrôle de Fès en 1248[1].

En 1269 ils renversent les Almohades en prenant Marrakech et forment, jusqu'en 1465, un empire, imposant temporairement leur pouvoir sur le Maghreb et une petite partie de la côte andalouse. Le centre de leur empire se situe entre Taza et Fès, ses frontières, qui évoluent avec le temps, sont l’océan Atlantique à l’ouest, la mer Méditerranée au nord, le domaine des Abdalwadides à l’est et le Sahara au sud.

Entre 1275 et 1340, les Mérinides soutiennent activement le royaume de Grenade contre les attaques chrétiennes, mais leur défaite à la bataille de Tarifa devant la coalition castillano-portugaise marque la fin de leurs interventions dans la péninsule ibérique.

En 1358, la mort d’Abu Inan Faris, tué par l'un de ses vizirs marque le début de la décadence de la dynastie qui ne parvient pas à refouler les Portugais et les Espagnols, leur permettant, ainsi qu’à travers leurs continuateurs wattassides, de s’installer sur la côte. La résistance s’organisera autour des confréries et des marabouts, dont est issue la dynastie saadienne.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon Ibn Khaldoun, les Banu Marin, tout comme les Zianides, sont d’origine berbère zénète, issus de la tribu des Wassin, présente à l'origine dans les Aurès[2] et en Ifrikiya[3] et qui migrent vers l'Ouest, dès le XIe siècle, suite à l'arrivée des tribus arabes des Banu Hilal.

Chronologie[modifier | modifier le code]

La médersa Bou Inania, plus grande médersa mérinide, construite par le sultan Abou Inan entre 1350 et 1355 à Fès.
Minaret des ruines de Mansourah de Tlemcen en Algérie, mosquée bâtie sous le sultan Abu Yaqub Yusuf an-Nasr.
La Medersa de Salé, construite par le Sultan Abu al-Hasan ben Uthman en 1341.
Porte de la nécropole mérinide de Chella, juste en dehors de Rabat.

En 1215, lors d’une bataille sur la côte du Rif, la tribu des Banû Marin met en déroute les troupes almohades du jeune calife de seize ans Yusuf al-Mustansir.

Abd al-Haqq ne savoure pas longtemps son ascendant : en 1217, il meurt au cours d’un combat victorieux contre les Almohades. Son fils Uthman ben Abd al-Haqq lui succède. Les Mérinides prennent possession du Rif et semblent vouloir en rester là. Uthman ben Abd al-Haqq est assassiné, en 1240, par l’un de ses esclaves chrétiens et son frère Muhammad ben Abd al-Haqq lui succède.

Quatre ans plus tard, Muhammad ben Abd al-Haqq est, à son tour, assassiné par un officier des milices de mercenaires chrétiens. Abu Yahya ben Abd al-Haqq, le troisième fils de Abd al-Haqq, lui succède alors. En 1249, il réprime sévèrement une conjuration anti-mérinide à Fès.

Abu Yahya ben Abd al-Haqq meurt de maladie, en 1258 et est enterré dans la nécropole de Chella, près de Rabat. Son oncle Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq, quatrième fils de Abd al-Haqq lui succède. En 1260[N 1] eut lieu la prise de Salé. La cité fut attaquée par les troupes d'Alphonse X de Castille. Ce fut le plus grand massacre jamais connu dans toute l'histoire de la ville. Salé resta pendant deux semaines dans les mains des Castillans avant que le sultan mérinide Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq ne vînt la délivrer[4]. La date coïncide avec la construction de l'une des plus grandes portes fortifiées du Maroc, Bab Lamrissa ; une porte maritime qui, à moitié enterrée aujourd'hui, barrait un canal et laissant passer entre ses piliers des navires pour les abriter de l'autre coté des remparts. Construite par l'architecte sévillan Mohamed Ben Ali , le Sultan Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq participa personnellement au chantier[5].

L'année 1269 est marquée par la prise de Marrakech et la fin de la domination almohade dans le Maghreb occidental. Les Mérinides renoncent à installer le pouvoir à Marrakech et préfèrent édifier Fès-Jdid « Fès-la-Nouvelle », une ville nouvelle à côté de Fès, à partir de 1276. Sijilmassa est prise en 1274.

Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq meurt de maladie, en 1286, à Algésiras après une quatrième expédition en Espagne. Son fils Abu Yaqub Yusuf an-Nasr lui succède et doit combattre les révoltes qui s’étaient produites dans le Draa et la province de Marrakech. En 1288, suite à la visite d’une ambassade du roi de Grenade, le sultan mérinide rend la ville de Cadix.

La reconstruction de la grande mosquée almohade de Taza, en 1291, marque l’édification de la première construction d’influence mérinide conservée. Elle est suivie, en 1339, par la construction de la mosquée Sidi Boumediene de Tlemcen. Le siège de Tlemcen, entrepris en 1299 par les Mérinides, dure huit ans mais n'aboutit pas à la prise de la ville.

En 1307, Abu Yaqub Yusuf an-Nasr est assassiné par un eunuque pour une obscure affaire de harem. Sa mort marque la fin du siège de Tlemcen. Son fils Abu Thabit Amir lui succède et meurt l’année suivante, de maladie, à Tétouan, une ville qu’il venait de fonder. Son frère, Abu al-Rabi Sulayman lui succède. Il conquiert Ceuta en 1309. Il meurt en 1310, emporté par la maladie, après avoir réprimé une révolte des grands chefs de l’armée à Taza, parmi lesquels Gonzalve, chef de la milice chrétienne.

Abu Said Uthman lui succède. Il fait édifier la médersa El-Attarîn à Fès. En 1329, la victoire contre les Castillans, à Algésiras, lui donne une porte d’entrée dans la péninsule Ibérique. Mais, moins de deux ans plus tard, en 1331, il meurt.

Son fils Abu al-Hasan ben Uthman lui succède. En 1333, toujours en possession de Ronda et d'Algésiras, il conquiert Gibraltar, vingt ans après qu'elle a été prise par les Castillans[6].

En 1337, après un siège de deux ans, Tlemcen tombe.

La défaite des Mérinides à la bataille de Tarifa en 1340, puis la perte d’Algésiras, en 1344, au profit des Castillans, signent la fin des ambitions ibériques de la dynastie. En 1347, Abu al-Hasan ben Uthman détruit le royaume hafside de Tunis et établit son autorité sur tout le Maghreb[7]. Ce succès est de courte durée : il meurt l’année suivante et son fils, Abu Inan Faris, lui succède.

La peste noire et les rébellions de Tlemcen et de Tunis marquent, en 1348, le début de la décadence des Mérinides qui ne parviendront pas à refouler les Portugais et les Espagnols, leur permettant ainsi, par le biais aussi de leurs continuateurs les Wattassides, de s’installer sur la côte.

La construction de la medersa Bou Inania de Meknès est entreprise en 1350, celle de la medersa Bou Inania de Fès en 1357.

Tlemcen est prise en 1351, puis perdue, et 1357 marque l’échec du sultan Abu Inan Faris devant la ville. En 1358, Abu Inan Faris est assassiné par son vizir alors qu’il était agonisant. La dynastie mérinide entre dans une première période de confusion, le « règne des vizirs ». Chaque vizir tente de mettre sur le trône son prétendant en choisissant de préférence l’individu le plus faible. Abû Ziân as-Sa`id Muhammad ben Fâris est nommé au trône mérinide par les vizirs, juste après l’assassinat de son père. Il ne règne que quelques mois. Son frère Abû Yahyâ abû Bakr ben Fâris lui succède pour, lui aussi, ne régner que quelques mois. En 1359, Abû Sâlim Ibrâhîm, fils de Abû al-Hasan ben `Uthmân, est désigné sultan par les vizirs avec le soutien du roi Pierre Ier de Castille. Cette année voit la résurgence des Zianides de Tlemcen. Le sultan Abû Sâlim Ibrâhîm est destitué, en 1361, par Abû Omar Tachfîn. Ce dernier est soutenu par les milices chrétiennes et par les vizirs. Il ne règne que quelques mois. Muhammad ben Yaqub, petit-fils de Abu al-Hasan ben Uthman réfugié à la cour de Castille, devient sultan. Son règne clôt la période dite du « règne des vizirs ».

En 1366, suite à l’assassinat de Muhammad ben Yaqub par son vizir, un des fils d’Abu al-Hasan ben Uthman, Abu Faris Abd al-Aziz ben Ali monte sur le trône. Il prend Tlemcen en 1370, mais meurt en 1372, en laissant le trône à un très jeune enfant. Ceci marque le début de la deuxième éclipse Mérinide, période marquée par l’instabilité de la dynastie mérinide. Les vizirs tentent à plusieurs reprises d’imposer un souverain fantoche. Dans le même temps l’empire est scindé entre deux capitales Marrakech et Fès. En 1373, Muhammad as-Sa`îd, héritier de son père Abu Faris Abd al-Aziz ben Ali, meurt à l'âge de cinq ans, il n’a pas régné un an. Abû al-`Abbâs, soutenu par les Nasrides du Royaume de Grenade prend sa succession.

En 1374, le sultanat est scindé en deux suite à une rébellion à Marrakech. Gibraltar est rétrocédé aux Grenadins en retour de leur support militaire[8].

Après dix ans de règne, en 1384, Abû al-`Abbâs est destitué par les princes nasrides de Grenade qui placent sur le trône Mûsâ ben Fâris, un infirme incapable, fils d’Abu Inan Faris qui règne de 1384 à 1386, date à laquelle Al-Wathiq lui succède, avant qu’en 1387, Abû al-`Abbâs ne reprenne le pouvoir jusqu’en 1393. Il reconquiert Tlemcen et Alger.

Abû Zayd `Abd ar-Rahman règne, en parallèle, sur Marrakech de 1384 à 1387.

Abu Faris Abd al-Aziz ben Ahmad est désigné comme sultan à la mort de Abu al-Abbas. Les troubles qui s’ensuivent permettent aux souverains chrétiens de porter la guerre au Maroc.

En 1396, son frère Abu Amir Abd Allah lui succède comme sultan mais meurt deux ans plus tard et son frère Abu Said Uthman ben Ahmad lui succède. Profitant de l’anarchie du royaume mérinide, le roi Henri III de Castille débarque en Afrique, en 1399, s'empare de Tétouan, massacre la moitié de la population et réduit l’autre moitié en esclavage. Le roi Jean Ier de Portugal s’empare de Ceuta, en 1415, et Perejil. Cette conquête marque le début de l’expansion outre-mer des Européens.

Abu Said Uthman ben Ahmad meurt en 1420, son fils Abu Muhammad Abd al-Haqq lui succède comme sultan à l’âge de un an.

1437 voit l’échec d’une expédition portugaise contre Tanger. Une partie du corps expéditionnaire est faite prisonnière et l’infant Ferdinand est gardé en otage. Un traité intervient où les Portugais obtiennent le droit de se rembarquer à la condition de rendre Ceuta. Ils laissent comme otage l’infant Ferdinand, pour garantir l’exécution de ce pacte. Poussé par le pape, Édouard Ier de Portugal préféra sacrifier son frère plutôt que sa place de commerce. Ferdinand meurt à Fès le 5 juin 1443.

En 1458, le roi Alphonse V de Portugal avait préparé une armée pour le départ en croisade contre les Ottomans à l’appel du pape. Il préfère finalement retourner ses forces contre un petit port situé entre Tanger et Ceuta. Il parvint à prendre la place. Ferdinand IV de Castille reprend Gibraltar en 1462.

En 1459. Abu Muhammad Abd al-Haqq se retourne contre son régent et sa famille. Il les fait massacrer ; seuls deux frères survivent, dont celui qui en 1472 deviendra le premier sultan des Wattassides.

Abu Muhammad Abd al-Haqq est égorgé à Fès, en 1465, au cours d’une révolte populaire. Alphonse V de Portugal parvient enfin à prendre Tanger en 1471 en profitant des désordres de Fès. Cette anarchie ne dure qu’un temps. L’un des survivants du massacre de 1459, Abu Abd Allah ach-Chaykh Muhammad ben Yahya reprend Fès.

Dynastie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée « Marinides » sur Larousse.fr (consulté le 8 avril 2012)
  2. Les civilisations de l'Afrique du nord: Berbères-Arabes Turcs. Par Victor Piquet. Publié par A. Colin, 1909, p.370 [1] (screenshot)
  3. Les civilisations de l'Afrique du nord: Berbères-Arabes Turcs. Par Victor Piquet. Publié par A. Colin, 1909, p.364 [2] (screenshot)
  4. Qantara, centre de recherche historique méditerranéen, Version de Ibn Khaldoun sur la prise de Salé
  5. P. Cressier, « Les portes monumentales urbaines almohades : symboles et fonctions », Los Almohades : problemas y perspectivas, Madrid,‎ 2005, p. 149-187
  6. S. Gubert, Pratiques diplomatiques marinides (XIIIe-XVe siècle), dans : Oriente Moderno - Nuova serie, Anno 88, Nr. 2 (2008), pp. 435-468, Publ. Istituto per l'Oriente C. A. Nallino
  7. http://www.larousse.fr/encyclopedie/groupe-personnage/Marinides/131925#922321
  8. Darren Fa, Clive Finlayson, Adam Hook, The Fortifications of Gibraltar 1068-1945, p.9. Osprey Publishing, 2006, (ISBN 9781846030161)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]