Mouchamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouchamps
Le château du parc Soubise
Le château du parc Soubise
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Les Herbiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Herbiers
Maire
Mandat
Hervé Robineau
2014-2020
Code postal 85640
Code commune 85153
Démographie
Gentilé Mouchampais
Population
municipale
2 744 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 53″ N 1° 03′ 42″ O / 46.7813888889, -1.06166666667 ()46° 46′ 53″ Nord 1° 03′ 42″ Ouest / 46.7813888889, -1.06166666667 ()  
Altitude Min. 47 m – Max. 121 m
Superficie 55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Mouchamps

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Mouchamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouchamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouchamps
Liens
Site web http://www.mouchamps.com

Mouchamps est une commune française située dans le département de la Vendée et la région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Juché sur un escarpement rocheux, Mouchamps domine la rivière du Petit-Lay.

La présence préhistorique est attestée par la découverte de silex et de haches polies au lieu-dit « La Verrie ».

L'ancienne église paroissiale, abandonnée au XVIe siècle en ruine, a complètement disparu. Elle a été remplacée par l'église actuelle, ancienne chapelle du château-fort, construite au XIIe siècle. Autour d'elle s'élevait une forteresse, fief des puissants seigneurs du Parc-Soubise, les Lusignan, les Parthenay, puis les Rohan. Son temple témoigne de l'existence d'une communauté protestante « héritière » de l'engagement des mêmes seigneurs dans la Réforme, au XVIe siècle, entraînant une part de la population mouchampaise avec eux. Quelques vieilles maisons, qui ont conservé des éléments d’architecture Renaissance, dispersées dans le bourg et les villages, illustrent l’apogée économique de la commune à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIè siècle.

Les maisons bourgeoises de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle attestent la réussite d’une classe dominant l’économie et la politique de la commune à cette période. En ce début de siècle, Mouchamps est alors une bourgade rurale de près de 2 700 habitants, avec 250 exploitations agricoles.

Dans les années 1960, la commune passe au stade semi-industriel, avec l’implantation de diverses entreprises.

Aujourd’hui, Mouchamps mise aussi sur le tourisme : elle a récemment créé le « Hameau du Petit Lay » , constitué d’un village de chalets et d’un camping, et est labellisable « Petite cité de caractère »[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine du nom : du latin mollis campo qui a donné Mol-Champ puis Mouchamps.

Administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Pierre-Paul Clemenceau   Docteur en médecine
Sous-préfet de Montaigu (1800)
Député de la Vendée (1805-1810)
juin 1995 mars 2001 Véronique Besse MPF Assistante parlementaire
Conseillère générale des Herbiers (depuis 1998)
Vice-présidente du conseil général de la Vendée
Députée de la quatrième circonscription de la Vendée (depuis 2005)
mars 2001 en cours Hervé Robineau[Note 1],[2] MPF Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 744 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 720 1 500 2 089 2 186 2 236 2 329 2 491 2 701 2 820
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 803 2 891 2 878 2 850 2 999 3 141 3 188 3 113 3 089
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 961 3 010 2 740 2 743 2 671 2 651 2 631 2 563 2 554
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
2 434 2 235 2 293 2 398 2 443 2 569 2 585 2 744 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Mouchamps comptait 2 580 habitants (soit une augmentation de 6 % par rapport à 1999). La commune occupait le 3 941e rang au niveau national, alors qu'elle était au 3 811e en 1999, et le 60e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 18,5 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,6 %).
Pyramide des âges à Mouchamps en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
6,6 
75 à 89 ans
10,2 
11,7 
60 à 74 ans
11,8 
21,4 
45 à 59 ans
19,1 
21,0 
30 à 44 ans
21,2 
18,3 
15 à 29 ans
18,4 
20,8 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tombes de Benjamin et Georges Clemenceau (bois du Colombier) - fin du XIXe et XXe siècles
  • La Chaussée - XIXe siècle
  • Le château du parc Soubise - fin du XVIIIIe siècle
  • Logis du Colombier - XVIe siècle
  • Temple protestant - 1833
  • Cimetière protestant du « Moulin aux Draps » - XIXe siècle
  • Château Masson - 1851
  • La fontaine de la rue de la Poterne - 1861
  • Le lavoir (rue du Beignon) - 1925
  • Le monument Guilbaud (la gare) - 1930
  • Calvaire du Parquet (place Clemenceau) - 1947
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blason de François Viète (portail).
  • Pierre-Paul Clemenceau (1749-1825), ancien maire de Mouchamps et arrière-grand-père de Georges Clemenceau.
  • Georges Clemenceau, précité et son père sont enterrés au « Colombier » à Mouchamps, propriété de la famille.
  • Le commandant René Guilbaud, aviateur né à Mouchamps et mort en 1928 avec Amundsen lors de la tentative de sauvetage de l'équipage du dirigeable Italia de Umberto Nobile sur la route du pôle Nord.
  • L'écrivain André Ducasse, né en 1894 à Mouchamps, agrégé de lettres, professeur retraité et homme de lettres. Chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1914-1918.
  • Catherine de Parthenay (1554-1631), humaniste et femme de lettres née et décédée à Mouchamps.
  • Le mathématicien François Viète (1540-1603), initiateur de l'algèbre nouvelle, précepteur de la précédente, qui produisit ses premières œuvres à Mouchamps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :