Michele di Lando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La statue de Michele di Lando,
Loggia del Mercato Nuovo, Florence

Michele di Lando (Florence, 1343 - Lucques ? , après 1384[1] est un personnage politique florentin actif à la fin du XIVe siècle

Histoire[modifier | modifier le code]

Michele di Lando, ouvrier de l'Arte della Lana est un important protagoniste de la révolte des Ciompi qui a eu lieu à Florence en juillet 1378, quand il a été élu gonfalonier à la justice pour représenter les intérêts du « popolo minuto » (petit peuple). Il est à l'initiative de la création de trois nouvelles arts : « Ciompi, Farsettai et Tintori ».

Michele di Lando s'est trouvé subitement investi de grands pouvoirs, continuellement harcelé par les revendications utopiques du « popolo magro » (peuple pauvre) et a été mis en difficulté par son alliance avec certains membres du plus riche « popolo grasso » dont Salvestro de' Medicis).

En discrédit avec la classe qu'il représentait, Michele di Lando a été obligé de prendre des mesures répressives pour combattre la violence déclenchée par celle-ci, ainsi que des mesures contre la noblesse.

Le mécontentement contre sa personne prit de l'ampleur en peu de temps, surtout lors de refus d'effacement de la dette envers les employeurs. Ainsi les représentants de l'ancienne oligarchie firent bloc afin d'isoler la corporation des Ciompi. le « popolo grasso » fit alliance avec celui du minuto (petite bourgeoisie), ainsi le 31 août un groupe de Ciompi, regroupé piazza della Signoria, fut facilement chassé par les forces alliées des autres arts de Florence.

La corporation des Ciompi désorganisée et abandonnée par Michele di Lando, qui dirigea même répression est abolie pendant quatre ans.

Michele di Lando est par la suite éloigné de Florence, nommé capitaine à Volterra d'abord puis à Lucques qu'il a quitté probablement vers 1484[1]. Année pendant laquelle on perd sa trace.

La date et le lieu de sa mort n'est pas connue.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Machiavel, Florence insurgée - La révolte des Ciompi, Éditions L'Esprit frappeur, 1998, (ISBN 2-84405-057-3)
  • Un soulèvement prolétarien à Florence au XIVe siècle, introduction de Simone Weil à un texte de Machiavel, in Écrits historiques et politiques, Gallimard, Paris, 1960.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) « Michele di Lando », sur treccani.it)

Sur les autres projets Wikimedia :