Nativité de Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nativité de la Vierge)
Aller à : navigation, rechercher
Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie à Santa Maria Novella (Florence) par Domenico Ghirlandaio

La Nativité de Marie, ou Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie est une des vingt fêtes mariales du calendrier liturgique catholique (dont 14 principales)[1]. Rappelant la naissance de la Vierge Marie, mère de Jésus-Christ, elle est célébrée le 8 septembre aussi bien dans les Églises orientales (dans le calendrier julien pour la Russie) qu’occidentales.

Le Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Le Nouveau Testament ne dit rien du lieu ni de la date de naissance de Marie mère de Jésus. Il ne dit rien non plus des parents de Marie, ni des circonstances de sa naissance.

Les évangiles apocryphes[modifier | modifier le code]

D’après un évangile apocryphe, le Protévangile de Jacques, composé au IIe siècle, les parents de Marie s’appellent Joachim et Anne. Anne était stérile. "Affligé, Joachim ne voulut pas reparaître devant sa femme" ; il se retire au désert où il jeûne 40 jours. Un ange vole vers Anne et lui annonce qu'elle aura un enfant ; ensuite il fait de même avec Joachim. Ainsi, la naissance de Marie est présentée comme miraculeuse (Protévangile, chapitres 1 à 5).

D'après un autre apocryphe, très proche du Protévangile de Jacques, L'Évangile de la Nativité de sainte Marie, Joachim, époux d'une femme stérile, "se retir[e] auprès des bergers qui étaient avec ses troupeaux dans ses pâturages" pour éviter les reproches humiliants de la communauté. Un ange lui apparaît et lui rappelle que Sara a enfanté malgré sa stérilité, de même que Rachel. "Lorsque [Dieu], dit l'ange, rend quelqu'un stérile, ce n'est que pour faire ensuite éclater ses merveilles et montrer que l'enfant qui naît est un don de Dieu, et non pas le fruit d'une passion désordonnée" (chapitre 3)[2].

Très proche de ces deux textes apocryphes, un troisième, intitulé Évangile de la Nativité de Marie et de l'enfance du Sauveur, reprend la même histoire avec quelques variantes. Joachim et Anne sont tous deux de la tribu de Juda et de la race de David. Anne est stérile. Un ange apparaît à Joachim dans son sommeil et lui dit : "il vous a été donné un rejeton, tel que jamais, ni les prophètes, ni les saints, n'en ont eu depuis le commencement, et tel qu'ils n'en auront jamais. » (chapitre 3). Ces trois textes sont cités dans la traduction de Gustave Brumet.

Dans Marie des apocryphes, Enrico Norelli souligne l'importance qu'ont prise dans l'imaginaire chrétien, au sein même de l'Église, des éléments contenus dans un évangile apocryphe comme le Protévangile de Jacques, réécrit à plusieurs reprises au cours des siècles, comme les noms des parents de Marie, (Joachim et Anne, canonisés au XVIe siècle) ou la stérilité d'Anne ; "alors que d'un côté les autorités ecclésiales rejetaient fermement les apocryphes, de l'autre elles en prélevaient des éléments, passant sous silence leur origine ou les "blanchissant" via une nouvelle légitimation du récit[3]".

Lieux de culte liés à la Nativité[modifier | modifier le code]

Depuis le début du Ve siècle on vénère près de la piscine de Bethesda (porte des Lions) à Jérusalem, le lieu où elle serait née[4] car la tradition orientale y fixe la maison d'Anne et Joachim, parents de Marie, au niveau de l'église Sainte-Anne de Jérusalem dont la dédicace a eu lieu un 8 septembre[5]. D'autres traditions occidentales localisent la naissance de Marie à Bethléem (cette thèse dépend de la doctrine présentant Marie comme la descendante du roi David né à Bethléem), Nazareth (thèse qui apparaît dans le De natitivite Mariae du IXe siècle qui repose sur l'argument que Marie a vécu principalement dans cette ville) et Sepphoris (tradition galiléenne qui apparaît au temps des Croisades)[6].

Fête[modifier | modifier le code]

Dans Jérusalem, près de la maison considérée comme « la maison d'Anne » a été érigée une église dont la dédicace a eu lieu un 8 septembre. L'anniversaire de cette dédicace fut commémoré chaque année. Au Ve siècle, cette fête s'est étendue à Constantinople. À la fin du VIIe siècle, le pape Serge Ier[7], inscrit au calendrier de l’Église de Rome cette fête mariale, le 8 septembre étant considéré comme le jour de naissance de Marie. À cette fête de la « nativité »,sera ajoutée ultérieurement[8] la fête de sa conception, neuf mois plus tôt, soit le 8 décembre[5]. C'est également Serge 1er qui instituera la fête de la Dormition de Marie, reprise en Occident sous le nom d'Assomption.

Au VIIIe siècle, Jean de Damas célèbre cette fête dans la basilique de la Nativité de Marie[9] en proclamant : « Venez tous : avec allégresse fêtons la naissance de l'allégresse du monde entier ! Aujourd'hui, à partir de la nature terrestre, un ciel a été formé sur la terre. Aujourd'hui est pour le monde le commencement du salut ». Ces paroles sont reprises en partie par la liturgie byzantine, qui proclame à cette occasion : « Ce jour est le prélude de la joie universelle. En ce jour se sont mis à souffler les vents annonciateurs du salut »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 8 décembre : Solennité de l’Immaculée Conception de Marie ; 1er janvier : Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu ; 11 février : Mémoire facultative de Notre Dame de Lourdes ; 25 mars : Annonciation 31 mai : Fête de la Visitation de la Vierge Marie ; Samedi de la 3e semaine après la Pentecôte : Mémoire facultative du Cœur Immaculé de Marie ; 16 juillet : Mémoire facultative de Notre Dame du Mont Carmel ; 5 août : Mémoire facultative de la dédicace de la basilique Sainte-Marie Majeure à Rome ; 15 août : Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie ; 22 août : Mémoire de la Vierge Marie, Reine ; 8 septembre : Fête de la Nativité de la Vierge Marie ; 15 septembre : Mémoire de Notre Dame des Douleurs ; 7 octobre : Mémoire de Notre Dame du Rosaire ; 21 novembre : Mémoire de la Présentation de la Vierge Marie.
  2. Analyse de l'apocryphe sur le site remacle.org
  3. Enrico Norelli, Marie des apocryphes. Enquête sur la mère de Dieu dans le christianisme antique, Labor et Fides, 2009, p.54-55.
  4. a et b « Fête de la nativité de la Vierge Marie », Magnificat, no 238,‎ , p. 107.
  5. a et b « Nativité de la Vierge Marie », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 5 septembre 2017).
  6. Simon Claude Mimouni, Dormition et assomption de Marie. Histoire des traditions anciennes, Éditions Beauchesne, , p. 478
  7. Le pape Serge Ier est lui-même d’origine orientale (syrienne) même s'il est né à Palerme en Sicile.
  8. Sixte IV au XVe siècle.
  9.  Une église byzantine dédiée à Marie est construite sous l'impératrice Eudocie. Elle est détruite par l'invasion perse de 614, puis reconstruite et de nouveau détruite en 1009 par Al-Hakim. La basilique actuelle, de style roman, est érigée par les Croisés en 1140 et dédiée à sainte Anne. Après la conquête de Jérusalem par Saladin, elle est transformée en école de droit coranique, puis tombe en ruines au fil des siècles. En 1856, après la guerre de Crimée, la France reçoit l'église du Sultan Abd-al-Majid en remerciement de son aide à la Turquie et la fait restaurer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]