André Vingt-Trois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Vingt-Trois » redirige ici. Pour le nombre, voir 23 (nombre). Pour les autres significations, voir Vingt-trois.
André Vingt-Trois
Image illustrative de l'article André Vingt-Trois
Mgr Vingt-Trois accueillant les étudiants d'Île-de-France en la cathédrale Notre-Dame de Paris le .
Biographie
Naissance (74 ans)
Paris (France)
Ordination sacerdotale par le
card. François Marty
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Benoît XVI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Louis-des-Français
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Jean-Marie Lustiger
Archevêque de Paris
Depuis le
Archevêque de Tours
Évêque titulaire de Thibilis
Évêque auxiliaire de Paris
Autres fonctions
Fonction religieuse

Signature de André Vingt-Trois

Blason
« Dieu a tant aimé le monde » (Jn 3,16)
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
(en) Articles sur www.cardinalrating.com

André Armand Vingt-Trois, né le à Paris, est un cardinal français, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France du au [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

André Vingt-Trois est né à Paris dans le Ve arrondissement, d'une famille franc-comtoise. C'est le fils d'Armand Vingt-Trois et Paulette Vuillamy. Son patronyme sous forme de nombre a vraisemblablement été donné à un ancêtre abandonné : cela pourrait être « le numéro d'une porte ou le numéro d'un lit ou le numéro du jour. »[2]

Prêtre[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Henri-IV, il est entré en 1962 au séminaire Saint-Sulpice, à Issy-les-Moulineaux. Il est ordonné diacre en octobre 1968 par Mgr Daniel Pézeril, puis prêtre le par le cardinal François Marty, puis nommé vicaire de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal dans le XVIe arrondissement de Paris, dont le curé était Jean-Marie Lustiger. En 1974, il est nommé directeur au séminaire de Saint-Sulpice, où il enseigne la théologie des sacrements.

Lorsque Jean-Marie Lustiger devient archevêque de Paris en 1981, il nomme André Vingt-Trois comme vicaire général. Celui-ci contribue à toutes les initiatives du début de l'épiscopat du cardinal Lustiger (École cathédrale de Paris, Radio Notre-Dame, redécoupage des secteurs paroissiaux, refonte de la formation des prêtres).
Il est également membre du conseil pontifical pour la famille depuis février 1995.

Évêque[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé évêque auxiliaire de Paris, avec le titre d'évêque titulaire de Thibilis, et consacré le 14 octobre suivant.

En novembre 1998, il est élu président de la Commission épiscopale pour la famille.

André Vingt-Trois est nommé archevêque de Tours le . Le , il autorise par décret les pèlerinages et le culte public célébré à L'Île-Bouchard en l’honneur de « Notre-Dame de la Prière », au terme d’une enquête diocésaine de dix-huit mois.

Étant le « fils spirituel »[réf. nécessaire] du cardinal Lustiger, dont il a été l’adjoint pendant 18 ans, il a été nommé archevêque de Paris[3] par le pape Jean-Paul II le , jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes. Il succède au cardinal Lustiger qui était en fonction depuis le 2 février 1981 et qui était démissionnaire depuis l'âge de 75 ans, comme le veut la règle. Il est installé le 5 mars 2005 et devient ainsi le 30e archevêque de Paris.

Le 9 mars 2007, il est nommé membre de la congrégation pour les évêques par le pape Benoît XVI[4].

Il donne la communion et administre l'onction des malades[réf. nécessaire] au cardinal Lustiger, peu avant le décès de ce dernier, le 5 août 2007. Le lendemain 6 août 2007, il célèbre une messe nocturne à la cathédrale Notre-Dame de Paris pour le repos de l'âme du défunt cardinal.

Le , il est élu président de la Conférence des évêques de France (CEF).

Cardinal[modifier | modifier le code]

André Vingt-Trois est créé cardinal par le pape Benoît XVI avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Louis-des-Français lors du consistoire du .

Il est membre de la Congrégation pour les évêques[5], du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement[6] et du comité de présidence du Conseil pontifical pour la famille[5].

En 2013, il préside le jubilé de la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l'occasion de son 850e anniversaire, il nomme et bénit entre autres les nouvelles cloches et le nouveau bourdon installé pour l'occasion.

Il participe au conclave de 2013 qui élit le pape François. Du 5 au 19 octobre 2014, il est l'un des trois présidents délégués du Synode des évêques sur la famille.

Le il est nommé comme envoyé spécial du pape François à l'occasion de la consécration de la nouvelle cathédrale du diocèse de Créteil[7].

Le 28 mars 2017, le diocèse de Paris annonce que le Cardinal est hospitalisé depuis plus d'un mois, atteint du syndrome de Guillain-Barré à la suite d'une infection virale[8].

Prises de position[modifier | modifier le code]

André Vingt-Trois envoie aux évêques de France le 25 juillet 2012 une lettre contenant une proposition nationale de prière pour la France à l’occasion de l’Assomption[9].

En 2012, l’archevêque de Paris a exposé plusieurs points d’attention concernant l’ouverture du mariage aux ménages de même sexe. Devant la Commission des lois, il déclarait le 29 novembre 2012 : « Toute la jurisprudence française des procédures d’adoption est fondée sur “l’intérêt supérieur de l’enfant”. Or, on est frappé ici par l’absence de référence aux conséquences prévisibles pour les enfants. Comme si le projet ne visait qu’à satisfaire les attentes des adultes, auxquels, par ailleurs, il semble reconnaître un “droit à l’enfant”. »[10]

Il célèbre le dimanche 15 novembre 2015 la messe en souvenir des victimes des attentats de Paris du 13 novembre 2015[11].

Le 27 juillet 2016, il célèbre une messe en mémoire du père Jacques Hamel en la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence du président de la République, François Hollande, du président du Sénat, Gérard Larcher, du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, du Premier ministre, Manuel Valls, ainsi que de plusieurs ministres et personnalités du monde politique dont les anciens présidents, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing[12], au cours de laquelle il dénonce dans son homélie, le « silence des élites devant les déviances des mœurs et la légalisation des déviances »[13].

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nominations suite aux élections de l'Assemblée plénière d'avril 2013, sur le site de la Conférence des évêques de France
  2. Cardinal André Vingt-Trois, Une mission de liberté, entretiens avec Pierre Jouve, Denoël, 2010, (ISBN 978-2-20726187-3).
  3. À ce titre, il est aussi ordinaire des catholiques de rite oriental résidant en France et n'ayant pas leur propre ordinaire depuis le 14 mars 2005.
  4. Bulletin de nomination sur le site du Vatican
  5. a et b Nomination par le pape Benoît XVI, le 12 juin 2008.
  6. Nomination par le pape Benoît XVI, le 12 juillet 2008.
  7. Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 17 août 2015)
  8. Ouest-France, « Le cardinal Vingt-Trois atteint du syndrome de Guillain-Barré », sur ouest-france.fr, (consulté le 28 mars 2017)
  9. La Croix, 30 juillet 2012, Les évêques proposent de prier pour la France
  10. Audition du cardinal Vingt-Trois devant la Commission des Lois, sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, sur le site officiel de l'Archevêché de Paris
  11. « À Notre-Dame de Paris, un message d’espérance », La Croix, 15 novembre 2016.
  12. « À défaut d'unité nationale, rassemblement de politiques à Notre-Dame de Paris pour une messe d'hommage », sur huffingtonpost.fr,
  13. « Polémique sur l'homélie du cardinal Vingt-Trois : "il faut éviter toute polémique stérile », Europe 1, 28 juillet 2016
  14. « La biographie de Mgr Vingt-Trois, nommé cardinal le 24 novembre », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 25 juin 2014)
  15. Ambassade de France à Cotonou, « Le cardinal André Vingt-trois fait grand officier », sur ambafrance-bj.org, (consulté le 19 janvier 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]