François Blondel (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blondel et François Blondel (homonymie).

François Blondel
Biographie
Nom de naissance François Marie Joseph Pascal Louis
Naissance (78 ans)
à Limoges (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Léon Soulier
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Viviers
Évêque de Viviers

Blason
« Gaudium et Spes »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Blondel, né le à Limoges en Haute-Vienne, est un évêque catholique français, évêque émérite de Viviers depuis 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi une classe préparatoire aux grandes écoles scientifiques, François Blondel est entré au séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux. Une fois ordonné prêtre en juin 1965, il a complété sa formation en passant un an à l'Institut catholique de Paris où il a obtenu une licence de théologie.

Il a été ordonné prêtre le pour le diocèse de Limoges.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Après avoir été vicaire pendant deux ans à Limoges, il a consacré la majeure partie de son temps à la formation, comme responsable de la formation permanente pour le diocèse de Limoges, comme professeur de théologie morale au séminaire interdiocésain de 1er cycle de Poitiers, puis comme supérieur de ce même séminaire à partir de 1975. En 1980, il a été nommé vicaire général du diocèse de Limoges.

Nommé évêque de Viviers le , il a été consacré le .

Au sein de la Conférence des évêques de France, il préside la Commission de la vie consacrée.

Le 22 mai 2015, le pape François accepte sa démission pour limite d'âge, et nomme à sa place au diocèse de Viviers, Mgr Jean-Louis Balsa. En septembre 2015, Mgr Blondel est nommé commissaire pontifical par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique pour la communauté Saint-Jean, afin d'accompagner les différentes branches de cette famille spirituelle[1], dans l'organisation d'un meilleur cycle de formation, d'une pratique de gouvernement mieux définie et d'une redéfinition de son charisme et de sa relation à son fondateur, le P. Marie-Dominique Philippe, mort en 2006.

Prise de position[modifier | modifier le code]

Relation avec l'Islam[modifier | modifier le code]

En 2006, il vend un terrain diocésain à la commune de Tournon en Ardèche pour permettre la construction d'une mosquée. Cette vente lui vaut de très vives réactions sur des sites Internet[2] opposés au progressisme dans l'Église, dont certains sont liés aux milieux traditionalistes, mais pas uniquement. Cette campagne est suffisamment violente pour entraîner une enquête judiciaire préliminaire[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site de l'épiscopat français
  • (en) Fiche sur catholic-hierarchy.org

Notes et références[modifier | modifier le code]