Synode des évêques sur les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La IIIe assemblée générale extraordinaire du synode des évêques, dont le thème était les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation, populairement appelée le Synode sur la famille, s'est déroulée au Vatican du 5 au [1], date de la béatification de Paul VI[2]. Il a rassemblé 253 participants et était un synode préparatoire pour le synode des évêques devant se dérouler l'année suivante : le Synode des évêques sur la mission de la famille dans l'Église et dans le monde.

Préparation[modifier | modifier le code]

Assemblée générale du synode sous la présidence du pape François.

La tenue du synode est annoncée par le pape François début , après la première réunion du conseil des cardinaux. Le même sujet de la famille est également à l'ordre du jour du consistoire réuni en février 2014 et du synode ordinaire des évêques de 2015.

Un document préparatoire est réalisé par le Vatican, ainsi qu'un questionnaire envoyé à toutes les conférences épiscopales[3].

Les consultations des fidèles par les évêques ont lieu fin 2013, et un résumé des réponses est envoyé au Saint-Siège par chaque conférence épiscopale au début de 2014, avant le consistoire des 20 et 21 février. Les premières réponses, rendues publiques par les conférences épiscopales suisse, allemande et autrichienne, montrent un décalage net entre l'enseignement du magistère et les réalités vécues par les fidèles[4],[5],[6],[7].

En particulier, il apparaît chez les fidèles d'Europe un décalage entre « l'enseignement de l’Église et les choix des couples », décalage qui apparaît « tout particulièrement à propos de la contraception et des demandes que les divorcés-remariés adressent à l’Église à propos des sacrements de l'Eucharistie et de la réconciliation[8] ».

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Le pape François a nommé trois cardinaux pour présider tour à tour les différents travaux. Ils sont aidés dans leur tâche par un rapporteur général assisté par un secrétaire spécial et un secrétaire général.

Dans la liste des participants, on trouve les primats des églises orientales catholiques (13 personnes), les présidents des conférences épiscopales (114 personnes), les membres de la Curie (25 personnes) et les participants nommés par le pape (26 personnes), 3 représentants des instituts religieux de clercs, ainsi que de nombreux experts.

Portrait Nom
Dates de naissance
fonctions
Président du synode des évêques
Papa Francisco en Canonizazion de Juan XXIII y Juan Pablo II.PNG François
Pape
Secrétaire général du synode des évêques
Lorenzo Cardinal Baldisseri.JPG Lorenzo Baldisseri
cardinal
Présidents délégués du Synode des évêques
Ile-de-France students mass 2012-11-08 n07.jpg André Vingt-Trois
archevêque de Paris
Cardinal Tagle at San Fernando de Dilao.jpg Luis Antonio Tagle
cardinal de Manille
Raymundo damasceno.jpg Raymundo Damasceno Assis
(81 ans)
archevêque d'Aparecida
Président de la Conférence nationale des évêques du Brésil
Rapporteur général du Synode des évêques
Esztergom bazilika erdő Péter.jpg Péter Erdő
archevêque d'Esztergom-Budapest
primat de Hongrie
Président de la Conférence catholique des évêques hongrois
Président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe
Secrétaire spécial du Synode des évêques
BrunoForteFotoThalerTamas (cropped).JPG Bruno Forte
archevêque de Chieti

Conclusions[modifier | modifier le code]

Le 13 octobre, un document de travail est publié, qui propose un assouplissement de la position de l’Église envers les divorcés-remariés et les homosexuels, en reprenant notamment des propositions du cardinal réformateur allemand Walter Kasper. Cette évolution de la doctrine est dénoncée par une partie des participants au synode, dont le cardinal conservateur américain Raymond Leo Burke, un des principaux représentants de l'opposition conservatrice. Le texte reconnaissait des « qualités » et des « aspects positifs » aux unions et couples habituellement non reconnus par l’Église : personnes mariées civilement, en concubinage, divorcées-remariées, ou bien encore homosexuelles[9],[10].

Le 18 octobre, est publié le rapport final, « nettement plus réservé » que le texte intermédiaire, selon le cardinal Christoph Schönborn, en particulier concernant les homosexuels, en tenant compte des évêques de « pays de cultures très différentes »[11],[12]. Trois paragraphes sur soixante-deux sont malgré tout rejetés, chaque paragraphe devant recevoir la majorité des deux tiers pour être adopté. Un des paragraphes rejeté porte sur l'homosexualité, et les deux autres sur les divorcés-remariés, sujets qui ont fortement divisé les prélats durant toute la durée du synode. Ces paragraphes obtiennent tous, néanmoins, la majorité simple : le paragraphe sur l'homosexualité est rejeté à 118 voix pour (64 %), 62 contre et 3 abstentions, et les deux autres paragraphes respectivement à 112 (61 %) et 104 (57 %) voix pour. Le pape François précise, à l'issue du synode, que ce document, incluant les trois paragraphes rejetés qui n'ont pas été retirés du texte final[13], reste un « document de travail », qui servira de point de départ pour la seconde étape du synode, en octobre 2015[14],[11],[15].

Le synode est clos par la béatification de Paul VI, en présence des 253 pères synodaux et du pape émérite Benoît XVI.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Radio Vatican, « Un synode extraordinaire sur la famille en octobre 2014 », sur news.va, (consulté le 11 septembre 2014)
  2. « Béatification de Paul VI en clôture du synode sur la famille en octobre », sur rtbf.be, (consulté le 10 octobre 2014)
  3. « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation », Synode des évêques, sur vatican.va, (consulté le 11 septembre 2014)
  4. Le Point, « Questionnaire sur la famille : l'Église en décalage avec ses fidèles », sur lepoint.fr, (consulté le 11 septembre 2014)
  5. « Le sondage papal révèle des fidèles critiques », sur 20min.ch, .
  6. « Le Vatican et la famille : les fidèles veulent une Eglise plus ouverte », .
  7. « Réponses vigoureuses des catholiques allemands au questionnaire sur la famille », .
  8. « Les catholiques sont-ils en train de se tromper de synode sur la famille ? », sur lavie.fr, (consulté le 6 octobre 2014)
  9. Cécile Chambraud, « Le synode se divise sur les questions familiales », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 octobre 2014).
  10. « Les homosexuels "ont des qualités à offrir à la communauté chrétienne" », sur france24.com, France 24, (consulté le 18 octobre 2014).
  11. a et b « Le synode sur la famille se clôt sans consensus sur divorcés et homosexuels », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 18 octobre 2014).
  12. Sébastien Maillard, Nicolas Senèze, « Vers un profond recadrage du rapport du Synode », sur La Croix.com, (consulté le 19 octobre 2014).
  13. AFP, « Synode sur la famille : le rapport final adopté », sur Le Point.fr, (consulté le 19 octobre 2014).
  14. « Synode : pas d'accord sur les divorcés-remariés et l'accueil des homosexuels », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 18 octobre 2014).
  15. Jean-Marie Guénois, « Le synode continue de contester les passages sur l'homosexualité et les divorcés remariés », sur Le Figaro.fr, (consulté le 19 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]