Gilles Reithinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gilles Reithinger
Image illustrative de l’article Gilles Reithinger
Mgr Gilles Reithinger (juin 2021)
Biographie
Nom de naissance Gilles Reithinger
Naissance (48 ans)
à Mulhouse
Ordination sacerdotale
par Mgr Joseph Doré
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par le card. Parolin
Dernier titre ou fonction Évêque auxiliaire de Strasbourg
Évêque titulaire de Saint-Papoul
Évêque auxiliaire de Strasbourg
Depuis le
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
Spes contra spem – Rm 4, 18
« Espérer contre toute espérance »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Gilles Reithinger, m.e.p, né le à Mulhouse, est un évêque catholique français, évêque auxiliaire de Strasbourg depuis le . Il a été consacré évêque le , par le card. Parolin.

De juillet 2016 à juin 2021, il a été supérieur général de la société des Missions étrangères de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Gilles Reithinger est né le à Mulhouse (Haut-Rhin). Il est le fils aîné des trois enfants de Paulette et Jean-Marie Reithinger. Il a grandi dans le quartier mulhousien de la paroisse saint Joseph, et a effectué sa scolarité au collège François Villon et au lycée Lavoisier[1].

Après des études de biologie, durant sa formation au Grand Séminaire de Strasbourg, il discerne une vocation à la vie missionnaire durant son séjour à Madagascar, lors de sa coopération, alors qu'il participe à la création d’une infirmerie et à l’organisation de la distribution de repas dans le cadre de l'aumônerie nationale des prisons[2].

En 1997, il obtient une maîtrise en théologie sur saint Irénée, avant de passer un DESU (Diplôme d'études supérieures universitaires en théologie pratique et communication) et de suivre des séminaires de DEA à l'université Marc Bloch de Strasbourg.

Ordination et mission à Londres et Singapour[modifier | modifier le code]

Ordonné diacre le , il assure son ministère diaconal à la paroisse Saint-François-Xavier de Paris.

Il est ordonné prêtre le à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Il reçoit son affectation pour la mission de Singapour et du monde chinois. En , il devient vicaire à la paroisse Holy Redeemer de Chelsea[3], pour se perfectionner en anglais.

Il rejoint son poste en Asie l’année suivante et passe trois ans en mission dans l'archidiocèse de Singapour au sein de la paroisse Holy Family.

Nominations et élections[modifier | modifier le code]

Gilles Reithinger est rappelé à Paris, où il est alors nommé, en 2004, recteur de la chapelle de la rue du Bac, et chargé de la salle des Martyrs[4].

L'assemblée générale de la société des Missions étrangères de Paris demande la création du service d'animation pastorale et culturelle[5] qui lui sera confié.

De 2004 à 2010, il met en place un accueil catéchétique destiné aux visiteurs qui fréquentent la salle des Martyrs, la chapelle, la crypte et les expositions présentées. Il lui est aussi demandé de créer une nouvelle version de la Revue des Missions étrangères tout en assurant la couverture médiatique des activités des MEP[5].

À l'assemblée générale de la société des Missions étrangères de Paris en 2010, il est élu vicaire général de la Société pour une durée de six ans. Il est aussi gérant de la Société de diffusion des Missions étrangères de Paris[6].

De 2010 à 2013, il est supérieur de la maison MEP de Paris et chargé de l'animation culturelle et pastorale. Il participe à plusieurs sessions de l'Unesco dans le cadre de la délégation du Saint-Siège.

Le , il est nommé directeur du Centre France-Asie, rue Royer-Collard, par le conseil d'administration de cette école de langue, pour une durée de trois ans à compter du .

Le , il est également nommé directeur du service de coopération internationale des Missions étrangères de Paris. À ce titre, il organise l'envoi de 150 volontaires par an en Asie et à Madagascar ; il accompagne également la création d'un service de volontariat pour les seniors.

Le , il succède de jure à Mgr Georges Colomb comme supérieur général par intérim des Missions étrangères de Paris, à la suite de la nomination de ce dernier comme évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes[7].

Le , il est élu supérieur général de la société des Missions étrangères de Paris pour une durée de six ans renouvelable.

Évêque auxiliaire du diocèse de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Consécration épiscopale de Mgr Gilles Reithinger par le cardinal Pietro Parolin à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg le 4 juillet 2021.

« Par décret du Président de la République en date du 24 juin 2021, la bulle donnée à Rome le 19 avril 2021 par Sa Sainteté le Pape François est reçue en tant qu’elle confère au père Gilles Reithinger, supérieur général des Missions étrangères de Paris, le titre d’évêque titulaire de Saint-Papoul et le nomme évêque auxiliaire de l’archevêque de Strasbourg »[8],[9].

Il a été ordonné évêque par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, assisté par Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg et par Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, en la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg le [10].

Mgr Gilles Reithinger est, à 48 ans le jour de sa nomination, le plus jeune évêque de France[9].

Devise épiscopale[modifier | modifier le code]

Spes contra spem  – Rm 4, 18 : « Espérer contre toute espérance » [1], Ce qui signifie : « Espérant contre toute espérance, il a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole : Telle sera la descendance que tu auras ! ».

Cette expression est utilisée « pour définir l’attitude de quelqu’un qui cultive une foi inébranlable en un avenir meilleur, et incite à ne pas abandonner l’espoir, même quand tout semble être perdu. »

Blason épiscopal[modifier | modifier le code]

La Croix : signe héraldique de l’ordre épiscopal.

Le fond rouge et blanc reprend les couleurs de l’Alsace.

L’ancre : est un symbole du christianisme primitif.

La couleur bleue de l’ancre est un « bleu Mep » conçu pour la Société MEP.

Le rameau d’olivier est un symbole de paix dans la culture occidentale.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

Une spiritualité christocentrée issue de l'Ecole française[modifier | modifier le code]

Façonné par sa lecture de la Bible et sa méditation en groupe, il vit d'une spiritualité centrée sur le Christ héritée de la tradition de l'École française de spiritualité[11]. Au début de son ministère de prêtre missionnaire, quand il présente son quotidien à Singapour, il affirme : « Chaque fois, j’ai perçu que c’est le Christ qui me donnait rendez-vous ; et aujourd’hui à Singapour, je sais que le Christ a quelque chose de précis à me dire, c’est ici qu’il voulait le faire et pas ailleurs »[12]

Une spiritualité missionnaire influencée par Henri de Lubac[modifier | modifier le code]

En tant que missionnaire, Gilles Reithinger se distingue par une spiritualité sacerdotale tournée vers la mission Ad Gentes. Ainsi, il a passé ses trois premières années à Singapour à perfectionner sa connaissance de la langue chinoise, s'efforçant de rejoindre les peuples dans leur culture selon la tradition missionnaire de l'inculturation. Imprégné de la spiritualité d'Henri de Lubac[13], il place la rencontre de l'autre au cœur de son apostolat et affirme reconnaître le visage du Christ dans les peuples chrétiens qu'il sert, toujours marqué par l'importance du « vivre ensemble » et du dialogue dans un contexte multiculturel[2].

Avant cela, c'est son expérience à Madagascar qui va façonner sa dynamique missionnaire en étant formé par Mgr François Vollaro et Mgr Antoine Scopelliti, évêques d'Ambatondrazaka. Saint Irénée, particulièrement par sa compréhension de la notion de récapitulation va marquer son parcours.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Gilles Reithinger, Vingt-Trois Saints pour l'Asie : les martyrs des Missions étrangères de Paris, France, CLD et Missions étrangères de Paris, , 280 p. (ISBN 978-2-85443-548-1)
  • L’Annonce de l’Evangile chez les Chin, Frémur,
  • L'Asie face au pardon, Frémur,
  • Gilles Reithinger, Saints pour la mission. Les missions étrangères de Paris en Asie, CLD et Missions étrangères de Paris, (ISBN 978-2854435849)
  • Lettres à mes frères prêtres, MEP, juillet 2021

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Suivre le chemin de l’étoile qui brille » in Peuple du monde, .
  • « Présentation des MEP », Nouvelle Rive Gauche, .
  • « Une porte ouverte sur l’Asie », Paris Notre-Dame, .
  • « La décapitation de saint Pierre Borie », Les Essentiels, La Vie, .
  • « Insolites Martyrs d’Extrême Orient », L’Alsace, .
  • « Théophane Vénard », Sources Vives, , p. 142.
  • « La Salle des Martyrs », Histoire du Christianisme Magazine,
  • (it) « MEP, un’avventura missionaria lunga 350 anni », Mondo e Missione, .
  • « Les Missions Etrangères de Paris », Spiritus, , p. 416-422.

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Gilles Reithinger et Julien Spiewak, Découvrir les martyrs d'Asie, Mep,
  • Michel Launay, Gérard Moussay et Gilles Reithinger, Les missions étrangères : trois siècles et demi d'histoire et d'aventure en Asie, France, Librairie Académique Perrin, , 424 p. (ISBN 978-2-262-02571-7), notamment les articles Fondation du Séminaire des Missions Etrangères (pages 63 à 73) et La Salle des Martyrs (pages 259 à 261)
  • Catherine Marin en collaboration avec Gilles Reithinger, Femmes missionnaires en Asie, Angers, Frémur Éditions, coll. « En mission avec les MEP », , 133 p.
  • Francesco Follo en collaboration avec Gilles Reithinger, Mission et Cultures, Angers, Frémur Éditions, coll. « En mission avec les MEP », , 154 p. (ISBN 978-2-9525252-9-9)
  • « Le Séminaire des Missions étrangères de Paris », dans Raymond Brodeur, Hermann Giguère et Gilles Routhier, Parce qu'ils y ont cru, on le voit ! : Le Séminaire de Québec célèbre ses 350 ans, Québec, Presses de l'Université de Laval, , 264 p. (ISBN 978-2-7637-2103-3), p. 83-102.
  • (en) « Foi et culture à la suite des Mep » in Faith and culture, Pontifical institute Alwaye, Kerala, India, .
  • Dialogue social, Rapprochement des cultures par les langues, Actes du colloque UNESCO, p. 59-66,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le père Gilles Reithinger est nommé évêque auxiliaire de Strasbourg », sur Missions Étrangères de Paris, (consulté le 26 juin 2021)
  2. a et b Étienne Séguier, Gilles Reithinger s’affirme le prêtre des rencontres, magazine La Vie, no 3009, publié le 1-05-2003, consulté en ligne le 24-03-2013.
  3. Church of Our Most Holy Redeemer and St Thomas More, Chelsea
  4. Notice biographique de Gilles Reithinger, Archives des Missions étrangères de Paris, consulté le 26-03-2013
  5. a et b Rapport AG juillet 2010 : Archives des MEP
  6. Présentation du P. Gilles Reithinger, Société.com, consulté le 27-03-2013
  7. « Mgr Georges Colomb, nouvel évêque de La Rochelle », sur la-croix.com, (consulté le 9 mars 2016)
  8. JORF n°0147, « Décret du 24 juin 2021 portant réception d'une bulle nommant un évêque titulaire et le chargeant des fonctions d'évêque auxiliaire », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 27 juin 2021)
  9. a et b « Le père Gilles Reithinger nommé évêque auxiliaire de Strasbourg », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 26 juin 2021)
  10. « Ordination d'un second évêque auxiliaire à Strasbourg », sur Diocèse de Strasbourg, (consulté le 26 juin 2021)
  11. « L'Ecole française de spiritualité », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 22 juin 2021)
  12. Renaud de Dinechin, 24 heures avec le Père Gilles Reithinger, prêtre des missions étrangères de Paris, à Singap, Mavocation.org, consulté le 24-03-2013
  13. Henri de Lubac, Le Fondement théologique des missions, Paris, Le Seuil, 1946

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéogramme[modifier | modifier le code]