Ordre (sacrement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ordination)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordre.
Le sacrement de l'ordination, Pietro Antonio Novelli, 1779.

L'ordination sacerdotale (du latin ordinatio, intégration dans un ordo, c'est-à-dire un corps constitué) est, chez les catholiques, les orthodoxes et les anglicans, l'acte liturgique qui confère le sacrement du sacerdoce chrétien, appelé sacrement de l'ordre. Celui qui confère ce sacrement - un évêque - est l'« ordinateur » ou le « consécrateur » [1], celui qui le reçoit est l'« ordinand ».

Dès l'Ancien Testament, le service des Lévites (membre de la tribu de Lévi), de même que le sacerdoce d’Aaron et l’institution des soixante-dix Anciens (Nb 11,25) sont l'organisation d'une structure sacerdotale. « Grand-prêtre selon le sacerdoce de Melchisédech » (He 5,10), est le lien qui unit l'Ancien et le Nouveau Testament dans la vie du peuple de Dieu.

Dans le catholicisme, l'un des sept sacrements[modifier | modifier le code]

Dans le catholicisme, le sacrement de l'ordre est le sixième des sept sacrements, avec le baptême, la confirmation, le sacrement de pénitence et de réconciliation, l'eucharistie, le mariage et l'onction des malades. « Les sacrements sont des signes sensibles et efficaces de la grâce, institués par le Christ et confiés à l’Église, par lesquels nous est donnée la vie divine »[2].

Pour l'Église, l'ordre est le sacrement par lequel la mission confiée par le Christ à ses Apôtres continue à être exercée dans l’Église, jusqu’à la fin des temps.

En plus du don de la grâce divine, le sacrement de l'ordre marque l'âme d'un caractère indélébile qui « permet d’exercer un pouvoir sacré au nom et par l’autorité du Christ pour le service du Peuple de Dieu »[3]. Le sacrement de l'ordre est un sacrement qui ne peut être conféré qu'une fois, et qui ne peut être « annulé » ni conféré pour une période limitée[4] : « Tu es sacerdos in aeternum » (ps 110), prêtre pour l'éternité, chante le chœur pendant la cérémonie d'ordination. Pour le recevoir il faut avoir reçu les sacrements de l'initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie).

Ce sacrement est exclusivement réservé aux hommes, à l'instar de ce qui se fait dans les Églises orthodoxes, et l'ordination des femmes est un objet de débats dans l'Église, depuis le XXe siècle[5] .

La notion de sacerdoce[modifier | modifier le code]

Sacerdoce ministériel et sacerdoce commun[modifier | modifier le code]

Dans la constitution Lumen Gentium du concile Vatican II, promulguée par Paul VI (1964), le sacrement de l'ordre correspond à l'accession au sacerdoce ministériel, l'autre type de sacerdoce étant le sacerdoce commun des fidèles. Ce sacerdoce ministériel induit une différence de nature[6] entre le fidèle et l'ordonné : le sacrement « donne une effusion particulière de l’Esprit Saint, qui configure l’ordinand au Christ dans sa triple fonction de Prêtre, Prophète et Roi, selon les degrés respectifs du sacrement »[4].

Participation à l'unique sacerdoce du Christ[modifier | modifier le code]

Le sacerdoce ministériel est au service du sacerdoce commun, il est relatif au déploiement de la grâce baptismale de tous les chrétiens. Le sacerdoce ministériel fait donc l'objet d'un sacrement spécifique, le sacrement de l'Ordre, en la personne du Christ-Tête, au nom de toute l'Église :

« Au nom de toute l'Église, cela ne veut pas dire que les prêtres soient les délégués de la communauté. La prière et l'offrande de l'Église sont inséparables de la prière et de l'offrande du Christ, son Chef. C'est toujours le culte du Christ dans et par son Église. C'est toute l'Église, corps du Christ, qui prie et qui s'offre, par Lui, avec Lui, et en Lui, dans l'unité du Saint-Esprit, à Dieu le Père. » [7]

Les trois degrés[modifier | modifier le code]

Ordination d'un prêtre selon gravure du XVe siècle

Le sacrement de l'ordre possède trois degrés :

  • l'épiscopat, les évêques ont la plénitude du sacrement de l'ordre, au service d'une Église locale (diocèse ou prélature) ;
  • le presbytérat, les prêtres sont destinés à collaborer avec les évêques, envoyés au service d'une partie du diocèse, paroisse, aumônerie ou service ;
  • le diaconat, les diacres sont au service de l'évêque (et non du prêtre), spécialement pour le ministère de la charité et de l'annonce « ad extra » (à l'extérieur).

Tout candidat doit recevoir les ordres successivement, diaconat, presbytérat puis épiscopat. L'Église catholique latine ordonne depuis le concile Vatican II des « diacres permanents » qui ne sont pas destinés à devenir prêtres ; les églises orientales et les Églises orthodoxes l'ont toujours fait.

Le candidat au diaconat fait promesse de rester « en l'état », c'est-à-dire qu'il ne peut plus recevoir le sacrement du mariage : s'il est marié, il le demeure : c'est le cas des diacres permanents dans l'Église latine et de la plupart des diacres orientaux ; s'il est célibataire il le demeure aussi. Et s'il devient veuf, il ne peut se remarier. Alors que les Églises orientales et orthodoxes le font, l'Église catholique latine n'élève pas, par principe, d'hommes mariés au presbytérat, mais le pape peut accorder une dispense et intégrer en son sein des prêtres mariés convertis issus d'autres Églises. Par contre elles n'appellent à l'épiscopat que des prêtres, célibataires (veufs éventuellement). L'Église catholique latine n'a pas ordonné d'hommes mariés évêques depuis le haut Moyen Âge [réf. nécessaire].

Dans tout cérémonial d'ordination de quelque degré, on distingue trois temps :

  • Les rites initiaux : il y a d'abord la présentation et l'élection de l'ordinand, l'allocution de l'évêque, l'interrogatoire de l'ordinand, les litanies des saints. Tout cela atteste que le choix du candidat s'est fait conformément à l'usage de l'Église et préparent l'acte solennel de la consécration.
  • Puis l'ordination proprement dite, l'imposition des mains en silence est suivie de la prière consécratoire.
  • Et enfin des rites complémentaires, plusieurs rites viennent exprimer et achever d'une manière symbolique, le mystère qui s'est accompli.

Ordination épiscopale[modifier | modifier le code]

Consécration épiscopale - représentation du XIVe siècle

« La consécration épiscopale, en même temps que la charge de sanctifier, confère aussi des charges d'enseigner et de gouverner. (…) En effet (...) par l'imposition des mains et par les paroles de la consécration, la grâce de l'Esprit Saint est donnée et le caractère sacré imprimé, de telle sorte que les évêques, d'une façon éminente et visible, tiennent la place du Christ Lui-même, Maître, Pasteur et Pontife et agissent comme Sa personne (in Eius persona agant) »[8]. Un évêque est ordonné au service d'une église locale précise (d'où l'usage du titre des diocèses « in partibus »), sur laquelle il possède la juridiction ; il jure obéissance au Pape et à ses successeurs.

Un évêque est en principe ordonné par l'évêque de la province (archevêque ou évêque métropolitain) ou son délégué, assisté par au moins deux autres évêques. La matière du sacrement est cette imposition des mains en silence. La forme est la prière consécratoire qui suit. Les rites complémentaires ont lieu : l'onction d'huile se fait ainsi sur la tête du nouvel évêque, signe de l'onction spéciale du Saint-Esprit qui rend fécond leur ministère ; remise du livre des Évangiles, de l'anneau, de la mitre et de la crosse au nouvel évêque en signe de sa mission apostolique d'annonce de la Parole de Dieu, de sa fidélité à l'Église, épouse du Christ, de sa charge de pasteur du troupeau du Seigneur

S'il est nommé à la tête d'un diocèse, il est alors installé par l'archevêque, et on parle de sacre. Quand un évêque est transféré d'un diocèse à un autre, on ne célèbre pas un sacrement, mais une installation. C'est le cas notamment pour l'évêque de Rome, le Pape, qui est installé par le Cardinal-Doyen.

Ordination des prêtres[modifier | modifier le code]

Onction d'huile des mains d'un prêtre nouvellement ordonné

« L’onction de l’Esprit Saint marque le prêtre d’un caractère spirituel indélébile ; elle le configure au Christ-prêtre et le rend capable d’agir au nom du Christ-Tête. Coopérateur de l’ordre épiscopal, il est consacré pour annoncer l’Évangile, célébrer le culte divin, surtout l’Eucharistie, dont il tire la force pour son ministère, et pour être le pasteur des fidèles. »[9] Un prêtre est ordonné au service d'un diocèse (une prélature) précis et promet obéissance à l'évêque et ses successeurs ; cela s'appelle l'incardination. Il peut ensuite être mis à la disposition d'un autre diocèse ou incardiné définitivement dans celui-ci. Cependant, les religieux réguliers qui ont reçu le sacrement de l'ordre ne sont pas incardinés au titre d'un diocèse : il le sont au sein de leur ordre religieux.

Lors de l'ordination d'un prêtre, l'évêque impose les mains au candidat ; puis les autres évêques et tous les prêtres présents font de même. L'évêque prononce alors la prière de consécration. La matière du sacrement est cette imposition des mains en silence. La forme est la prière consécratoire qui suit. Puis des rites complémentaires ont lieu : onction d'huile des mains du consacré pour que celui-ci sanctifie le peuple et offre à Dieu le sacrifice eucharistique, porrection (=toucher) par le prêtre de la patène et du calice, représentant l'offrande du peuple saint qu'il est appelé à présenter à Dieu, vêture de l'étole sacerdotale et de la chasuble, insignes de sa fonction sacerdotale. L'ordination confère une « marque indélébile » à ceux qui reçoivent ce sacrement.

Ordination des diacres[modifier | modifier le code]

« Le diacre, configuré au Christ serviteur de tous, est ordonné pour le service de l’Église. Sous l’autorité de son Évêque, il exerce ce service dans le cadre du ministère de la Parole, du culte divin, de la charge pastorale et de la charité. »[10] Il est ordonné pour un diocèse précis et promet obéissance à l'évêque et à ses successeurs.

Pour l'ordination d'un diacre, seul l'évêque impose les mains au candidat. Pour les diacres permanents mariés, l'évêque demande son accord à l'épouse du candidat (cet accord est obligatoire, l'obéissance matrimoniale l'emportant sur l'obéissance sacerdotale). Après l'imposition des mains et la prière consécratoire, il y a une remise du livre des évangiles au diacre qui vient de recevoir mission d'annoncer l'Évangile du Christ[11]. Il est aussi revêtu de l'étole diaconale et de la dalmatique, insignes de son service.

Ordres majeurs et mineurs[modifier | modifier le code]

Au sein du clergé, on distinguait autrefois les « ordres mineurs » et des « ordres majeurs ». Les ordres mineurs comprenaient les degrés suivants : portier, lecteur, exorciste, acolyte.

Selon la scholastique les ordres majeurs comprenaient le sous-diaconat, le diaconat, et le sacerdoce. Ce dernier termine comprenait le presbytérat et l'épiscopat, mais les théologiens plus récents considèrent qu'il n'y a que trois ordres sacramentels : l'épiscopat, le presbytérat et le diaconat[12]. Dans Lumen gentium le Concile Vatican II accepte cette opinion et définit que le sacrement de l'ordre ne compte que trois degrés (diaconat, presbytérat et épiscopat), sans mentionner ni le sous-diaconat ni les ordres mineurs.

Depuis l'entrée en vigueur du motu proprio du pape Paul VI Ministeria quaedam du 15 août 1972, les fonctions des ordres mineurs sont appelées ministères[13]; sont conservés pour toute l'Église latine les ministères de lecteur et acolyte, et ce dernier peut en certains lieux, au jugement de la conférence épiscopale, porter le nome de sous-diaconat[14] Outre à ces deux fonctions, les conférences épiscopales sont autorisées à proposer au Saint-Siège « celles dont elles auraient jugé, pour des raisons particulières, l'institution nécessaire ou très utile dans leur propre région. De cette catégorie relèvent, par exemple, les fonctions de portier, d'exorciste et de catéchiste, et d'autres encore, confiées à ceux qui sont adonnés aux œuvres caritatives, lorsque ce ministère n'est pas conféré à des diacres<Ministeria quaedam» ; les fonctions qu'exerçait le sous-diacre « sont confiées au lecteur et à l'acolyte et par suite, dans l'Église latine, l'ordre majeur du sous-diaconat n'existe plus[14]».

Les communautés (instituts de vie consacrée et sociétés de vie apostolique) qui maintiennent ce que le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI appelle forme extraordinaire du rite romain peuvent utiliser encore le Pontifical romain en vigueur en 1962 (dix ans avant le Ministeria quaedam) pour conférer les ordres mineurs et le sous-diaconat [15]. Ceux qui reçoivent ces ordres mineurs ou le sous-diaconat restent dans le laïcat, parce qu'on ne devient clerc que par l'ordination diaconale[16].

Dans l'orthodoxie[modifier | modifier le code]

L'Ordination est le sacrement (ou Saint Mystère) des Saints Ordres. Les mots grecs utilisés pour l'ordination sont cheirotonia et cheirothesia, ce qui signifie "imposition des mains". Les membres des ordres majeurs du clergé - évêque, prêtre et diacre, sont ordonnés au cours de la Divine Liturgie par l'évêque, qui est généralement assisté par plusieurs prêtres. Selon l'enseignement orthodoxe, le déroulement de l'ordination commence par la congrégation locale ; mais l'évêque seul, qui agit au nom de l'Église universelle, peut compléter l'action.

Ceux qui sont placés dans les ordres mineurs (lecteur, chantre) sont faits aussi par cheirothesia, terme qui signifie également "imposition des mains", mais qui a fini par être techniquement distinct du terme cheirotonia, utilisée seulement pour les grands ordres. Selon le DEC, cheirothesia n'est pas considéré comme faisant partie du Saint Mystère de l'ordination (p. 117) tout en étant un ordre de sorte que les lecteurs peuvent se marier ultérieurement à la cérémonie (contrairement aux prêtres qui doivent être mariés préalablement).

Les termes de cheirotonia et cheirothesia étaient auparavant presque interchangeables, mais ont acquis des significations distinctes. Les évêques sont également mentionnés comme étant "consacrés" plutôt que "ordonnés", mais cette distinction n'est pas présente dans l'Église primitive.

Les ordres mineurs[modifier | modifier le code]

Lecteur[modifier | modifier le code]

À la veille de sa tonsure, le candidat doit assister aux vêpres, et après un léger souper, commencer son jeûne eucharistique. Durant ce temps, il doit éviter autant que possible d'interagir avec d'autres personnes afin de passer ce temps dans le recueillement et la prière en préparation à la tonsure. Les candidats mariés doivent s'abstenir de relations conjugales pendant cette période. Il doit s'être confessé, soit après les vêpres ou pendant l'Orthros le jour de la tonsure.

Le jour de la tonsure, à la suite de la Grande Doxologie, mais avant la Tropaire précédant la Divine Liturgie, le candidat est dirigé par l'assistant de l'évêque du centre de la solea en face de l'évêque. Il fait alors trois prosternations vers le saint autel. Il se tourne ensuite et se prosterne en direction de l'évêque. L'évêque lui tend le Liturgicon qu'il ouvre au hasard et dont il lit un passage afin de s'assurer qu'il n'est pas illettré (pratique russe). L'évêque pose alors sa main sur la tête du candidat.

Sous-Diacre[modifier | modifier le code]

Les sous-diacres sont ordonnés au cours de la Divine Liturgie, immédiatement avant le "Béni soit le Royaume...". Selon les canons, personne ne devrait se marier après être devenu sous-diacre.

Les ordres majeurs[modifier | modifier le code]

Les prêtres et les diacres peuvent être mariés. Cependant ils doivent se marier avant d'être ordonnés : il ne leur est plus permis de se marier s'ils étaient célibataires au moment de leur ordination. Les évêques sont choisis parmi les moines ou parmi les prêtres veufs.

Diaconat[modifier | modifier le code]

Le diacre est le troisième et le plus bas niveau des Ordres majeurs du clergé dans l'Église orthodoxe, à la suite de l'évêque et du prêtre. Le mot diacre (en grec διάκονος, diakonos) signifie originellement servant.

Le diacre assiste et sert le prêtre et l'évêque dans le service divin et aide à la célébration des mystères de l'Église. Un diacre ne peut pas, toutefois, célébrer les mystères par lui-même.

Avec la bénédiction du prêtre qui préside ou de l'évêque, le diacre a la charge au cours de la liturgie d'inviter l'assemblée aux prières collectives ("Prions le Seigneur..") et des lectures de l'Écriture Sainte au cours du service. Il est également responsable de la bienséance du culte public et appelle l'assemblée à l'attention lors de moments appropriés. En outre, le diacre peut parfois accomplir d'autres tâches liées à la vie de l'Église, avec la bénédiction et sous la direction du prêtre ou de l'évêque.

Un diacre peut recevoir la bénédiction par son évêque et le prêtre de la paroisse de distribuer l'Eucharistie aux fidèles, soit à partir d'un second calice à la liturgie ordinaire où un prêtre est présent, soit dans le cadre d'une typika qui est célébrée lorsque le prêtre est absent. En aucun cas, cependant, le diacre n'a la capacité ou le pouvoir de consacrer les Saints-Dons par lui-même.

Classement des Diacres[modifier | modifier le code]

Sacramentellement, tous les diacres sont égaux. Toutefois, ils sont classés par l'ancienneté et servent en fonction de la date de leur ordination. Tout comme pour les évêques et les prêtres, il existe des classements parmi les diacres en fonction de distinctions administratives. Le titre de protodiacre peut être attribué au diacre d'une cathédrale ou de l'église principale d'une ville : il bénéficie alors d'une forme de préséance lors du service avec les autres diacres. Le diacre qui est rattaché à la personne de l'évêque est appelé un archidiacre. Un diacre qui est aussi moine est appelé un hiérodiacre.

Étiquette[modifier | modifier le code]

Pour les occasions formelles (par exemple, en-tête d'une lettre ou pour introduire un appel dans un haut-parleur), on se réfère poliment à un diacre comme "Le Révérend Diacre [Michel]". Diacre est souvent abrégé Dcn. Ou Dn.

Dans un cadre informel, par exemple, dans une conversation normale, il y a lieu de faire simplement référence à un diacre comme "Diacre [Michel]". Notez que dans certaines traditions, cependant, il est courant de se référer aux diacres en l'appelant "Père" - par exemple, «Père diacre [Michel]" ou encore "Père [Michel]."

Les bénédictions des personnes sont données par les évêques et les prêtres, pour lesquels ces expressions d'honneur sont réservées à eux seuls.

L'habit de Diacre[modifier | modifier le code]

Les habits du diacre sont le sticharion, l'orarion, et l'epimanikia.

Les trois principaux degrés de l'ordre majeur portent le sticharion ou aube. Le sticharion est une longue tunique descendant jusqu'au pied. Il rappelle à celui qui le porte que la grâce de l'Esprit Saint le couvre comme un vêtement de salut et de joie. Pour les diacres, le sticharion dispose de larges manches et est constitué d'un tissu plus lourd que celui du prêtre et évêque, qui portent leurs sticharia (pluriel de sticharion) sous d'autres habits.

La deuxième partie des vêtements du diacre est l'orarion. L'orarion est une étroite bande de tissu que le diacre porte enroulé autour de son corps et drapée sur l'épaule gauche. Il représente la grâce de l'Esprit Saint dont est oint comme de l'huile le diacre lors de son ordination. C'est le vêtement principal du diacre, et sans lui, il ne peut pas servir. Lorsque le diacre amène le peuple à la prière ou les invite à être attentifs, il en tient l'une des extrémités dans sa main droite et la soulève. L'epitrachelion du prêtre et l'omophorion de l'évêque sont des types spéciaux de l'orarion.

La dernière partie du vêtement de diacre sont les epimanikia. Les epimanikia sont des sortes de surmanches qui sont portés autour des poignets, attachés par une longue cordelette. Ceux-ci sont également portés par l'évêque et le prêtre. Elles servent d'une part à le but pragmatique de maintenir les manches trop larges du sticharion pendant le service et d'autre part symbolisent le fait que "les mains du célébrant sont liées en signe d'obéissance à Dieu". Elles rappellent ainsi au porteur qu'il ne sert pas par sa propre force, mais avec l'aide de Dieu.

Avant que le diacre puisse enfiler l'un de ses habits, il doit d'abord recevoir la bénédiction de l'évêque ou du prêtre avec qui il sert. Le diacre s'approche du prêtre en tenant dans la main droite le sticharion (ou aube) et l'orarion (ou étole diaconale) pliés ; il incline la tête et dit : "Bénis, père, le sticharion et l'étole" Le Père répond : "Béni soit notre Dieu en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles." Il baise la croix figurée sur le sticharion et dit en le revêtant : "Mon âme se réjouira dans le Seigneur, car il m'a revêtu des vêtements du salut ; il m'a couvert d'une tunique d'allégresse, comme un fiancé ; il m'a ceint d'une couronne, comme un fiancé, il m'a paré de beauté." Il baise l'étole et la passe sur l'épaule gauche. Il met la manchette sur le bras droit en disant : "De ta droite, Seigneur, magnifique en puissance, ta Droite, Seigneur, écrase l'ennemi ; dans la plénitude de ta gloire tu as renversé les adversaires" (Ex 15, 6-7). Il met la seconde manchette en disant : "Tes mains m'ont créé, elles m'ont formé : donne-moi l'intelligence pour que j'apprenne tes commandements" (Psaume 118,73).

Sacerdoce[modifier | modifier le code]

Au cours de l'office d'ordination, un prêtre conduit le candidat qui se met ensuite à genoux et repose sa tête devant l'autel. L'évêque pose son étole et sa main droite sur la tête du candidat afin qu'il reçoive le don du Saint Esprit. L'ensemble de la congrégation témoigne et proclame l'action du Saint Esprit en criant : "Axios !" (mot grec signifiant "Il est digne").

Habit[modifier | modifier le code]

Le prêtre porte comme le diacre sticharion, une robe à longue manche décrite ci-dessus, ainsi qu’une étole (longue bande étroite de tissu) qui ne s'appelle plus orarion mais épitrachilion. L'épitrachilion symbolise l'effusion du Saint Esprit. Sans elle, aucune célébration n'est possible. Une ceinture permet de maintenir le sticharion et évoque sa force spirituelle. Il porte aussi les manchettes, les epimanikia qui lui rappellent que sa force lui vient du Christ seul.

Il porte en outre à sa ceinture l'épinogation (marque honorifique), losange suspendu à la ceinture par une cordelette. Il symbolise le glaive spirituelle (Ephésien, 6,16), la victoire sur la mort par la Résurrection du Christ.

Le phénolion ou (Fénolion) est le vêtement le plus visible, sorte de chape portée au-dessus du sticharion et de l'épitrachilion et couvre tout le corps. Elle symbolise la tunique que portait le Christ.

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Les candidats à l'épiscopat doivent être consacrés par trois (ou au moins deux) évêques. Le patriarche, l'archevêque primat ou le métropolite comme primus inter pares, président les assemblées d'évêques, puis viennent les évêques (du grec episkopos, c'est-à-dire surveillant, inspecteur), prêtres (du grec presbyteros, ancien), enfin les diacres (grec. diakonos, i.e. aide ou assistant).

Habit[modifier | modifier le code]

Aux habits du diacre et du prêtre décrits ci-dessus, on ajoute l'omophore, la crosse et la panaghia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. De Clerck, "Ordination. Ordre", dans l'Encyclopédie Catholicisme, t. 10, col. 162-206 (historique, en catholicisme)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « consécrateur » peut se dire pour un prêtre aussi[réf. nécessaire], mais on parlera de « consécration » ou « consécration épiscopale » spécifiquement pour les évêques
  2. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §224
  3. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §323
  4. a et b Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §335
  5. Bien que des précédents aient existé, à l'instar des guillelmites[réf. nécessaire] au début du XIVs siècle à Milan, vigoureusement combattus par l'institution ecclésiale
  6. « De ce fait, le sacerdoce ministériel se différencie radicalement, et pas seulement par une différence de degré, du sacerdoce commun des fidèles, au service duquel le Christ l’a institué. » Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §336
  7. Catéchisme de l'Église catholique, numéro 1553.
  8. Lumen Gentium 21
  9. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §328
  10. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §330
  11. Catéchisme de l'Église catholique, numéro 1574
  12. Bernard Bartmann, Théologie dogmatique (Société anonyme des Éditions de l'Ouest, 1935), tome 2, pp. 474–475
  13. Pape Paul VI, Motu proprio Ministeria quaedam du 15 août 1972, II
  14. a et b Ministeria quaedam, IV
  15. Instruction sur l’application de la Lettre apostolique Summorum Pontificum donnée motu proprio par sa sainteté le pape Benoît XVI, 31
  16. Instruction sur l’application de la Lettre apostolique Summorum Pontificum donnée motu proprio par sa sainteté le pape Benoît XVI, 30

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :