Archidiocèse d'Albi, Castres et Lavaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Archidiocèse d'Albi,
Castres et Lavaur
(la) Archidioecesis Albiensis
(-Castrensis-Vauriensis)
La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi
La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi
Informations générales
Pays France
Affiliation Église catholique en France
Archevêque Mgr Jean Legrez
Langue(s) liturgique(s) Français
Superficie 5 758 km2
Création du diocèse IIIe siècle
Élévation au rang d'archidiocèse
Patron Sainte Cécile
Province ecclésiastique Toulouse
Diocèses suffragants Aucun (jusqu'en 2002, les diocèses de Cahors, Mende, Perpignan, Rodez)
Adresse rue de la République Albi, France
Site web http://albi.catholique.fr/
Statistiques
Population 389 638 hab.(2019)
Nombre de paroisses 21
Nombre de prêtres 118 dont 75 en activité
3 séminaristes[1]
Nombre de diacres 25 diacres permanents
Nombre de religieux Abbaye d'En Calcat, 60 moines
Nombre de religieuses Abbaye Sainte Scholastique, 65 moniales.
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse d'Albi a été érigé dès le IIIe siècle. Il a été élevé au rang d'archidiocèse le . Depuis le concordat de 1817, le diocèse d'Albi a fusionné avec ceux de Castres et Lavaur, d'où sa dénomination complète actuelle diocèse d'Albi, Castres et Lavaur. Il compte à ce jour quatre doyennés et 21 paroisses érigées à la Pentecôte 2018 par Mgr Legrez et 509 clochers (anciennes paroisses). L'archidiocèse d'Albi a été le siège de la province ecclésiastique regroupant les diocèses d'Albi, Cahors, Mende, Perpignan et Rodez jusqu'en 2002, date du découpage de la France en quinze provinces ecclésiastiques. Depuis cette date, il est rattaché à la province ecclésiastique de Toulouse. Il a toutefois conservé le titre d'archidiocèse mais n'est plus métropolitain ; de même, son évêque garde le titre d'archevêque, mais ne porte plus le pallium (symbole du métropolitain). Le dernier archevêque métropolitain d'Albi est Mgr Pierre-Marie Carré, actuel métropolitain de Montpellier.

Depuis la séparation des Églises et de l'État en 1905, le palais épiscopal (palais de la Berbie d'Albi) est devenu propriété du département du Tarn. L'archevêché a dû être installé dans un couvent de la rue de la république. Ces locaux regroupent la résidence de l’archevêque, et des lieux de travail pour les services administratifs et pastoraux du diocèse, les services de l’Enseignement catholique du Tarn, la radio RCF Pays tarnais, des mouvements d’Église (Mej, MRJC, CCFD Terre-Solidaire…), la Collégiale Sainte-Cécile où vivent des prêtres âgés.

Le diocèse[modifier | modifier le code]

Ce diocèse a notamment été le théâtre de la croisade des Albigeois. Diocèse important et riche, de nombreux évêques mécènes se sont succédé dont les Louis d'Amboise qui ont permis de réaliser la riche décoration intérieure de la cathédrale, dont les peintures datent de 1509 (la plus grande cathédrale de brique au monde, et la plus grande cathédrale peinte en Europe[2],[3]).

L'archevêque d'Albi est Mgr Jean Legrez, op. depuis .

Le père Sébastien Diancof, vicaire général du diocèse.

Le diocèse est riche de trois cathédrales :

  • Cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, siège épiscopal, élevée au rang de basilique mineure en 1948 en présence de Mgr Roncali alors Nonce apostolique en France ,futur Pape JeanXXIII.

Deux sanctuaires mariaux :

Saints du diocèse :

Le diocèse d'Albi est riche du rayonnement de communautés religieuses :

À cela vient s'ajouter l'école d'évangélisation internationale du père Daniel Ange, Jeunesse Lumière, située à Pratlong (Vabre), école qui fête ses trente ans en .

Les évêques d'Albi[modifier | modifier le code]

Évêques originaires du diocèse d'Albi[modifier | modifier le code]

Vivants :

Décédés

  • Mgr Pierre-Marie Puech (1906-1995), évêque de Carcassonne, reconnu Juste parmi les Nations.

Quelques figures tarnaises :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En mars 2020
  2. « La cathédrale Sainte-Cécile », sur www.albi-tourisme.fr, (consulté le )
  3. « ADMIRER la plus grande cathédrale de briques au monde », sur ladepeche.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis de Lacger, « La crise religieuse de la Révolution dans le Tarn », dans Bulletin de littérature ecclésiastique, 1957, tome 58, no 1, p. 25-51 (lire en ligne)
  • Louis de Lacger, « L'Église d'Albi du Concordat de 1801 à l'année 1879 », dans Bulletin de littérature ecclésiastique, 1958, tome 59, no 2, p. 95-118 (lire en ligne)
  • Louis de Lacger, « L'Église d'Albi au tournant de la Séparation sous la Troisième République (1879-1925) », dans Bulletin de littérature ecclésiastique, 1960, tome 61, no 3, p. 204-222 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]