Aller au contenu

Diocèse du Mans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Diocèse du Mans
(la) Dioecesis Cenomanensis
Image illustrative de l’article Diocèse du Mans
Cathédrale Saint-Julien du Mans.
Informations générales
Pays Drapeau de la France France
Église catholique (latine)
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse suffragant
Création Ve siècle
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Rennes
Siège Le Mans
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel Jean-Pierre Vuillemin
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Statistiques
Paroisses 93
Prêtres 79
Religieux 245
Religieuses 290
Territoire Sarthe
Superficie 6 206 km2
Population totale 579 120 (2021)
Population catholique 371 760
Pourcentage de catholiques 64,2 %
Site web site officiel
Image illustrative de l’article Diocèse du Mans
Localisation du diocèse
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse du Mans (en latin : dioecesis Cenomanensis) est une Église particulière de l'Église catholique en France. Il couvre le département de la Sarthe.

Il a été érigé canoniquement au Ve siècle.

Depuis le 3 avril 2023, Jean-Pierre Vuillemin est évêque du Mans.

Caractéristiques

[modifier | modifier le code]

Le saint patron du diocèse est saint Julien. Les patrons secondaires sont les martyrs saints Gervais et Protais[1]. Parmi les saints vénérés se trouvent les martyrs Peregrinus, Marcoratus et Viventianus ainsi que les ermites Leonard, Ulphace et Gault[2].

88 prêtres résidentent dans le diocèse, 56 sont en activité[3].

L’enseignement catholique du diocèse du Mans est constitué de 95 établissements catholiques accueillant plus de 20 000 élèves[4].

Origine du diocèse

[modifier | modifier le code]

Le diocèse du Mans fut, selon les actus pontificum cenomannis (Actes des évêques du Mans), créé par saint Julien dans l’ancienne Vindunum, avec ses disciples Thuribe et Pavace qui furent à eux trois les premiers évangélisateurs de la région. Saint Julien fut ensuite considéré comme le premier évêque de la ville du Mans.

Nous ne savons que peu de choses de la vie de Saint-Julien étant donné que les premiers documents faisant cas de son existence nous viennent des Gestes du seigneur Julien, premier évêque de la ville ainsi que des Vita Iuliani BHL 4545 et Vita Iuliani BHL 4546 décrivant le saint comme un des disciples de Pierre et datant du IXe siècle. Cependant, un écrit plus tardif s'oppose à ce récit. En effet, la Vie de saint Julien du Mans de Létald de Micy BHL 4544 du XIe siècle, nous montre saint Julien comme un évangélisateur du IIIe siècle envoyé par le pape au même titre que les sept évêques envoyés en Gaule décrit par Grégoire de Tours dans son Histoire des Francs. La figure de saint Julien reste donc complexe et controversée. Malgré tout, nous avons dans le Testament de l’évêque Bertrand de 616 une mention d’une « basilique de l'évêque Julien » ce qui peut laisser penser à l’existence d'un Julien, bien que la mention reste sujette à interprétation.

Le diocèse semble se constituer au Ve siècle sous l'épiscopat de Victeur, premier évêque attesté historiquement du Mans.

Depuis 836, le diocèse est jumelé à celui de Paderborn, en Allemagne[5].

Sous l'Ancien régime

[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien régime, le diocèse du Mans s'étendait sur tout le Maine, c'est-à-dire le domaine de l'actuelle Sarthe[6], et au-delà.

Dans le détail, le diocèse du Mans comprenait :

Ancien diocèse du Mans avant 1790.
  • Toute la Sarthe sauf les communes suivantes (paroisses de l'Anjou) :
Arthezé, Bazouges-sur-le-Loir, Bousse, Chenu, Courtillers, Cré-sur-Loir, Créans (Clermont-Créans : Clermont faisait partie du Diocèse), Crosmières, Dissé-sous-le-Lude, Dureil, La Bruère-sur-Loir, La Chapelle-aux-Choux, La Chapelle-d'Aligné, La Flèche, Le Bailleul, Le Lude, Louailles, Melleray, Montmirail, Notre-Dame-du-Pé, Parcé-sur-Sarthe, Pincé, Précigné, Saint-Germain-d'Arcé, Savigné-sous-le-Lude, Thorée-les-Pins, Villaines-sous-Malicorne et Vion.
  • Toute la Mayenne sauf les communes suivantes (paroisses de l'Anjou) :
Ampoigné, Argenton-Notre-Dame, Athée, Azé, Ballots, Bazouges, Bierné, Bouchamps-lès-Craon, Brains-sur-les-Marches, Château-Gontier, Chatelain, Chemazé, Chérancé, Congrier, Coudray, Craon, Cuillé, Daon, Denazé, Fontaine-Couverte, Gastines, La Boissière, La Chapelle-Craonnaise, La Roë, La Rouaudière, La Selle-Craonnaise, Laigné, Laubrières, Livré, Loigné-sur-Mayenne, Marigné-Peuton, Mée, Ménil, Méral, Niafles, Peuton, Pommerieux, Renazé, Saint-Aignan-sur-Roë, Saint-Denis-d'Anjou, Saint-Erblon, Saint-Fort, Saint-Laurent-des-Mortiers, Saint-Martin-du-Limet, Saint-Michel-de-Feins, Saint-Michel-de-la-Roë, Saint-Poix, Saint-Quentin-les-Anges, Saint-Saturnin-du-Limet, Senonnes et Simplé.
Saint-Bomer
Chemillé-sur-Dême, Epeigné-sur-Dême, Les Hermites et Marray.
Ambloy, Artins, Baillou, Bonneveau, Cellé, Couture-sur-Loir, Fontaine-les-Coteaux, Fortan, Houssay, Huisseau-en-Beauce, Lavardin, Les Essarts, Les Hayes, Les Roches-l'Évêque, Lunay, Marcilly-en-Beauce, Montoire-sur-le-Loir, Montrouveau, Saint-Arnoult, Saint-Georges-du-Bois, Saint-Jacques-des-Guérets, Saint-Martin-des-Bois, Saint-Pierre-du-Bois, Saint-Rimay, Sargé-sur-Braye, Sasnières, Savigny-sur-Braye, Souday, Sougé, Ternay, Thoré-la-Rochette, Tréhet, Troo, Villavard, Villedieu-le-Château et Villiersfaux.
  • Les communes de l'Orne suivantes :
Antoigny, Avrilly, Bagnoles-de-l'Orne (commune créée en 1913), Banvou, Beaulandais, Bellou-le-Trichard, Ceaucé, Ceton, Champsecret, Ciral, Couterne, Domfront, Dompierre, Gandelain, Geneslay, Haleine, Héloup, Juvigny-sous-Andaine, L'Épinay-le-Comte, La Baroche-sous-Lucé, La Chapelle-d'Andaine, La Coulonche, La Ferrière-aux-Étangs, La Ferté-Macé, La Haute-Chapelle, La Motte-Fouquet, La Roche-Mabile, La Sauvagère, Lalacelle, Landivy, Lonlay-l'Abbaye, Loré, Lucé, Magny-le-Désert, Mantilly, Méhoudin, Passais, Perrou, Pouvrai, Rouellé, Saint-Bômer-les-Forges, Saint-Brice, Saint-Denis-de-Villenette, Saint-Fraimbault, Saint-Germain-du-Corbéis, Saint-Gilles-des-Marais, Saint-Mars-d'Égrenne, Saint-Maurice-du-Désert, Saint-Michel-des-Andaines, Saint-Ouen-le-Brisoult, Saint-Patrice-du-Désert, Saint-Roch-sur-Egrenne, Saint-Siméon, Sept-Forges, Tessé-Froulay, Tessé-la-Madeleine et Torchamp.

Depuis la Révolution

[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française, le diocèse du Mans correspond aux territoires des départements de la Sarthe et de la Mayenne.

Le , le diocèse de Laval est créé par démembrement du diocèse du Mans, réduisant celui-ci au territoire de la Sarthe.

20e siècle

[modifier | modifier le code]

En 1988, le diocèse a vu se dérouler un synode diocésain[3].

Suite à Traditionis custodes, église de Montmirail a vu une polémique autour de la suppression de la messe célébrée dans l'ancien rite, en 2022[3]. La messe est finalement maintenue, célébrée par l'Institut du Bon-Pasteur[7].

En 2023, Jean-Pierre Vuillemin est installé comme évêque du Mans. Il succède à Yves Le Saux[3].

Abus sexuels

[modifier | modifier le code]

Le prêtre Max de Guibert est condamné le à trois ans de réclusion criminelle par le tribunal correctionnel du Mans pour avoir agressé sexuellement des enfants[8]. Le , le Dicastère pour la Doctrine de la foi l'interdit de tout ministère paroissial[9],[10].

Saints et saintes du diocèse

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Mur des saints, Église catholique en Sarthe.
  2. « L’évêché du Mans, origines et histoire - Sarthe », sur L’évêché du Mans, origines et histoire - Sarthe (consulté le )
  3. a b c et d « Le diocèse du Mans au défi de l’unité avec les « tradis » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  4. « Direction diocésaine », (consulté le )
  5. Les églises du Mans et de Paderborn, une amitié millénaire !
  6. AAEF, « Diocèse du Mans » [PDF], (consulté le )
  7. « Montmirail – Institut du Bon Pasteur » (consulté le )
  8. Youna Rivallain, « Agressions sexuelles sur mineurs : trois ans de prison pour l’abbé Max de Guibert », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  9. Christophe Henning, « Abus sexuels : un prêtre du diocèse du Mans interdit de tout ministère paroissial », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  10. Diocèse du Mans, « Communiqué du diocèse du Mans », sur Diocèse du Mans, (consulté le )

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Florian Mazel, La fabrique d'une légende, Saint Julien du Mans et son culte au Moyen Age (IXe – XIIIe siècle). Presses universitaires de Rennes, SAIC édition, collection Histoire, Rennes 2021.