Stanislas Lalanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lalanne.
Stanislas Lalanne
Image illustrative de l'article Stanislas Lalanne
Mgr Lalanne en mai 2015
Biographie
Naissance (69 ans)
Metz (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Jean-Pierre Ricard
Dernier titre ou fonction Évêque de Pontoise
Évêque de Pontoise
Depuis le
Évêque de Coutances-et-Avranches

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Stanislas Lalanne, né le à Metz en Moselle, est un évêque catholique français, évêque de Pontoise depuis 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après être entré au Grand séminaire de Versailles, Stanislas Lalanne a poursuivi sa formation au séminaire des Carmes en suivant des cours à l'Institut catholique de Paris et à l'université Paris Sorbonne-Paris IV, ainsi qu'à l'université de Tübingen en Allemagne. Il a obtenu une maîtrise et une habilitation au doctorat en théologie et une licence d’allemand.

Par la suite, il a été auditeur de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) de 1992 à 1993.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre le pour le diocèse de Versailles, il se consacre d'abord aux jeunes par le biais de l'aumônerie de l'ensemble des collèges et lycées de Versailles de 1975 à 1980. Il est ensuite responsable du service diocésain des aumôneries de l’enseignement public et aumônier des étudiants de Versailles jusqu'en 1985, avant de poursuivre cette responsabilité au niveau national comme secrétaire de la commission épiscopale de l’enseignement religieux et directeur du Centre national de l’enseignement religieux (CNER) jusqu'en 1993. Il y dirige la rédaction de plusieurs ouvrages catéchétiques.

Revenu dans le diocèse de Versailles, il assume des responsabilités paroissiales comme curé de la paroisse Sainte-Pauline du Vésinet puis de celle d’Élancourt-Maurepas jusqu'en 1999.

Sur le plan de la communication, après avoir été directeur du centre de presse des journées mondiales de la jeunesse (JMJ) à Paris en 1997, il est nommé vicaire épiscopal chargé de la Pastorale de la communication pour le diocèse de Versailles jusqu'en 1999. Il se fait surtout connaître du grand public comme secrétaire général adjoint et porte-parole de la conférence des évêques de France de 1999 à 2001, puis secrétaire général de cette conférence de 2001 à 2007.

Nommé 9e évêque de Coutances-et-Avranches le en remplacement de Mgr Jacques Fihey par le pape Benoît XVI, il est consacré en la cathédrale Notre-Dame de Coutances le de la même année par le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et président de la conférence des évêques de France, assisté de Mgr Éric Aumônier, évêque de Versailles et de Mgr Hippolyte Simon, archevêque de Clermont.

Le , il est élu membre du comité études et projet de la conférence des évêques de France pour un mandat de trois ans[1] et est réélu à ce poste en 2011[2].

Le , il est nommé évêque de Pontoise[3], à ce titre il est "gardien de la sainte tunique"[4].

Au sein de la curie romaine, il est consulteur du conseil pontifical pour les communications sociales.

Le , le pape François le nomme au secrétariat pour la communication du nouveau dicastère qui regroupe l'information et la communication du Vatican[5].

Distinction[modifier | modifier le code]

Mgr Stanislas Lalanne est nommé chevalier de la Légion d'honneur le [6].

Prise de positions[modifier | modifier le code]

Pour une catéchèse de l'actualité[modifier | modifier le code]

Mgr Stanislas Lalanne se prononce en faveur d'une « catéchèse de l'actualité » qui rejoigne les jeunes dans leur quotidien avec de véritables événements qui soient pour les jeunes des « temps fondateurs », comme les JMJ[7].

Sur la pédophilie[modifier | modifier le code]

En avril 2016, invité sur l'antenne de RCF à répondre à une question sur la pédophilie, il indique que celle-ci est une faute mais « ne sai[t] pas si on peut parler de péché à proprement parler »[8]. Face au tollé suscité par ces propos, il revient sur l'antenne dans les jours suivants en précisant qu'il n'y a pas dans ses propos de « banalisation de la pédophilie »[9], il précise en effet que « la pédophilie est un péché objectivement grave » mais que pour chaque cas se pose la question du « degré de conscience et donc de responsabilité de celui qui commet des actes aussi atroces »[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué sur le site des évêques français
  2. « Elections lors de l'assemblée générale des évêques de France », sur eglise.catholique.fr (consulté le 13 avril 2017)
  3. Communiqué sur le site des évêques français
  4. « Trois questions sur la sainte tunique d’Argenteuil », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  5. « Secrétariat pour la communication: le pape nomme les membres du nouveau dicastère – ZENIT – Francais », sur fr.zenit.org (consulté le 13 juillet 2016)
  6. De nombreux prêtres et religieux promus dans la Légion d’honneur - Les news - Catholique.org
  7. la-Croix.com : Mgr Lalanne : « Il faut inventer une catéchèse de l'actualité »
  8. Cécile Chambraud, « Pour Mgr Lalanne, la pédophilie est finalement « un péché grave » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  9. « Après ses propos sur la pédophilie, Mgr Lalanne « demande pardon » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  10. La croix, « Mgr Lalanne précise ses propos et demande pardon », La Croix, no 40462,‎ , p. 15 (ISSN 0242-6056)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]