Jean-Marie Le Vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marie Le Vert
Image illustrative de l'article Jean-Marie Le Vert
Monseigneur Jean-Marie Le Vert à Ecclesia Campus 2012
Biographie
Naissance (58 ans)
Papeete (Tahiti)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Jean Honoré
Dernier titre ou fonction Évêque émérite de Quimper et Léon
Évêque de Quimper et Léon
Évêque auxiliaire de Meaux

Ornements extérieurs Evêques.svg
Ecu-le Vert.svg
« Sous son regard, dans l'amour »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Marie Le Vert, né le à Papeete (Tahiti), est un évêque catholique français, évêque émérite de Quimper et Léon depuis 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le de Jean Le Vert, responsable du Centre de Télécommunications des PTT de Papeete, et de son épouse Anne-Marie Postaire Le Marais, institutrice[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des classes préparatoires scientifiques au lycée Sainte-Geneviève de Versailles, il intègre l'École navale et en sort officier de marine[2].

Il entre ensuite au séminaire de Gênes en Italie au titre de la communauté Saint-Martin. Il obtient une licence canonique de théologie à l'Université catholique de Fribourg[1].

Prêtre[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre le [3] pour l'archidiocèse de Gênes au sein de la Communauté Saint-Martin.

Ayant quitté cette communauté, il est incardiné à l'archidiocèse de Tours en 1995[3].

Il est vicaire de la cathédrale de Tours de 1990 à 1994, puis curé de la paroisse Saint-Jean de Montjoyeux, toujours à Tours, puis de la paroisse des Fontaines, puis enfin curé de la cathédrale de Tours[2].

En parallèle, il est directeur spirituel et professeur en patrologie et en théologie pastorale au séminaire inter-diocésain d'Orléans de 1997 à 2005[2].

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque auxiliaire de Meaux avec le titre d'évêque titulaire (ou in partibus) de Simidicca par le pape Benoît XVI le , il est consacré le par l'archevêque émérite de Tours, le cardinal Jean Honoré[3].

Il est nommé évêque de Quimper et Léon le [3]. Il est installé dans ses fonctions le . Il succède à ce poste à Mgr Clément Guillon devenu évêque émérite[4].

Dans la conférence épiscopale française, il est membre du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes[1].

Il se trouve au centre de polémiques qui culminent en 2014 et amènent à démissionner le vicaire général puis deux prêtres du conseil épiscopal. L'archevêque de Rennes, Pierre d'Ornellas se rend sur place afin de dénouer une situation décrite par le diocèse comme relevant d'un « malaise profond »[5]. Lui est notamment reproché l'influence laissée à des personnes de son entourage, au détriment du conseil épiscopal. Finalement, le pape François l'autorise le 12 mai 2014 à suspendre l'exercice de son ministère d'évêque dans le diocèse sans limitation de durée pour raison de santé. Le même jour, Mgr Philippe Gueneley, évêque émérite de Langres se voit confier la gestion du diocèse en tant qu'administrateur apostolique[6],[7].

Sa démission est acceptée par le pape le . Il rejoint alors l'archidiocèse de Bordeaux pour une « collaboration pastorale temporaire »[8].

Le , il a été nommé par Mgr Rey, évêque de Toulon-Fréjus, commissaire pour l'association publique de fidèles de droit diocésain Fraternité Molokai, ainsi que comme commissaire pour l'association publique de fidèles de droit diocésain Servantes de la Présence de Dieu et délégué épiscopal pour accompagner l'association Points-Cœur.

Orientations pour le diocèse de Quimper[modifier | modifier le code]

À la suite de la démarche synodale lancée en 2010, il a donné au diocèse de Quimper des orientations : constituer des Petites fraternités chrétiennes.

« Je demande que les catholiques du diocèse de Quimper et Léon créent des “Petites Fraternités Chrétiennes”. Ces Fraternités vivront l’écoute et le partage de la Parole de Dieu ; la prière et l’encouragement dans la foi ; le soutien mutuel et l’attention à leur entourage. Elles donneront le témoignage d’une Église accueillante et présente à ce monde. Elles seront en communion entre elles tout particulièrement par leur participation à l’Eucharistie dominicale. Les Fraternités seront composées de personnes ou de familles, enracinées dans un territoire, comme une paroisse ou un quartier dans une ville, ou liées à un mouvement ou une nouvelle communauté. »[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « fiche de Mgr Jean-Marie Le Vert », sur http://www.eglise.catholique.fr (consulté le 3 mars 2013)
  2. a, b et c « Fiche personnelle », sur http://catholique-quimper.cef.fr (consulté le 3 mars 2013)
  3. a, b, c et d (en) « Fiche personnelle », sur http://www.catholic-hierarchy.org (consulté le 3 mars 2013)
  4. (en) « Fiche du diocèse de Quimper », sur http://www.catholic-hierarchy.org (consulté le 3 mars 2013). Mgr Guillon est décédé le , cf « Fiche personnelle », sur http://www.catholic-hierarchy.org (consulté le 3 mars 2013)
  5. Céline Hoyeau, « L’évêque de Quimper suspendu de sa charge "jusqu’à nouvel ordre" », La Croix, 12 mai 2014 Lire en ligne
  6. Communiqué sur le site des évêques de France, 12 mai 2014
  7. L’évêque de Quimper suspendu de sa charge « jusqu’à nouvel ordre », La Croix, 12 mai 2014
  8. Mgr Le Vert rejoint Bordeaux pour une collaboration pastorale temporaire, site de la Conférence des évêques de france, 22 janvier 2015
  9. « Orientations diocésaines » (consulté le 3 mars 2013), voir aussi « le texte intégral de ses orientations »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]