Guy Bagnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy-Marie Bagnard
Biographie
Naissance (80 ans)
Montceau-les-Mines (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Albert Decourtray
Dernier titre ou fonction Administrateur apostolique de Belley-Ars
Évêque de Belley-Ars

Blason
« Ut unum sint » (Jn 17,21)
« Qu'ils soient un »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guy-Marie Bagnard, né Guy Claude Bagnard le à Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire, est un évêque catholique français, évêque émérite du diocèse de Belley-Ars depuis juin 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Guy Bagnard est issu d'un milieu ouvrier[1],[2], né d'un père mineur, Raymond Bagnard, et d'Henriette Donet. Il suit tout d'abord ses études pour devenir prêtre au Petit Séminaire de Rimont, puis au Séminaire universitaire de Lyon (université catholique de Lyon), puis à l'Institut catholique de Paris où il obtient son DEA de théologie et enfin à la Faculté des lettres de Paris où il obtient son DEA de philosophie.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre pour le diocèse d'Autun le . Son évêque l'envoie tout d'abord comme vicaire à Gueugnon, avant qu'il se donne à l'enseignement, sauf de 1968 à 1971 où il est vicaire à la paroisse Saint-Sulpice de Paris. Il devient professeur au Petit séminaire de Semur-en-Brionnais de 1967 à 1968, puis professeur au Séminaire Saint-Sulpice d'Issy-les-Moulineaux de 1971 à 1974, et Supérieur du Séminaire de Paray-le-Monial de 1974 à 1984.

Il est nommé évêque de Belley-Ars le 8 juillet 1987 par le pape Jean-Paul II. Il succède à Mgr René Dupanloup. Il est consacré à ce titre par le cardinal Albert Decourtray le 4 octobre de la même année en l'église souterraine d'Ars-sur-Formans et sa prise de possession a lieu le même jour. Il ajoute à son prénom "Marie" en hommage à la Vierge et prend donc comme nom Mgr Guy-Marie Bagnard, évêque de Belley-Ars.

Il est le fondateur d'un séminaire international à Ars en 1988, puis de la « Société Jean-Marie-Vianney » en 1990, à la fois pour encadrer les séminaristes, et pour rassembler les prêtres diocésains par une spiritualité spécifique, sacerdotale, permettant de réduire leur isolement[3].

Le 15 juin 2012, sa démission, présentée pour raison d'âge, est acceptée, et Mgr Pascal Roland, jusque là évêque de Moulins est nommé pour lui succéder. Il demeure administrateur apostolique du diocèse jusqu'au 9 septembre suivant, date de la prise de fonction de son successeur.

Au sein de la Conférence des évêques de France, il a été membre de la Commission pour l'unité des chrétiens et est actuellement membre du Conseil pour les mouvements et associations de laïcs.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Polémique sur le Téléthon[modifier | modifier le code]

En 2007, Mgr Guy Bagnard rappelle la dignité intrinsèque de l'embryon, puisque "l'humanité de l'embryon n'est pas une question de foi, mais une réalité scientifique". Il s'oppose donc à toute utilisation de l'embryon humain à des fins de recherche[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Mgr Guy Bagnard est l'auteur de diverses publications. En voici quelques-unes :

  • Le Curé d'Ars, portrait d'un Pasteur, éditions Tempora.
  • Séminaire et mission : Quelques réflexions à partir d'une expérience de dix ans au service de la formation, cahier de Lumen Gentium.
  • Fais la joie de Jésus, éditions des Béatitudes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]