David Macaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Macaire
Image illustrative de l'article David Macaire
Mgr David Macaire en juillet 2015.
Biographie
Naissance (48 ans)
Nanterre
Ordre religieux Ordre des Prêcheurs
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le card. Chibly Langlois
Dernier titre ou fonction Archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France
Archevêque de Saint-Pierre et de Fort-de-France
Depuis le

Blason
« Jesum ostende »
« Montre Jésus »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

David Macaire, né le à Nanterre dans les Hauts-de-Seine (France), est un prêtre dominicain français et évêque, archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France en Martinique (Caraïbes Françaises) depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Nanterre, David Macaire et sa famille, profondément catholique, rejoignent la Martinique lorsqu'il a quatre mois. Son père Jean-David (Marceau) Macaire est receveur des P&T, tandis que sa mère Jenny Macaire, née Léger, est infirmière de santé scolaire ainsi que conseillère conjugale et familiale. Il y effectue sa scolarité primaire et secondaire notamment au collège des dominicaines de Notre-Dame de Délivrande au Morne-Rouge (Martinique, 1972-1984) puis au Lycée Schœlcher de Fort-de-France (Martinique, 1984-1987) où il obtiendra son Baccalauréat Série C (1987). Il rejoint ensuite la métropole où il intègre l'École Nationale des Techniciens de l’Équipement (Montpellier, 1987-1988) et travaille pendant quelques années en tant qu'Assistant Technique des Travaux Publics de l’État (DDE Martinique, 1988-1994) au service du ministère de l’équipement[1].

En 1994, il entre au noviciat de la Province de Toulouse de l’Ordre des Prêcheurs (Dominicains) où il fait profession le 17 septembre 1995 avant de suivre le cycle de philosophie à Bordeaux et celui de théologie à Toulouse. Il fait sa profession perpétuelle en 1998 et est ordonné prêtre à Toulouse le 23 juin 2001. Il obtiendra une Licence de Philosophie ainsi qu'une Maîtrise (licence canonique) de Théologie.

À partir de 1995, il est aumônier de collège et de lycée, de scouts d'Europe et de scouts unitaires de France.

À partir de son ordination et jusqu'en 2011, il exerce son ministère dans l'archidiocèse de Bordeaux. Il est père-maître des étudiants au couvent de Bordeaux puis prieur du couvent de Bordeaux. En 2002 il reçoit également une affectation de vicaire en paroisse pour le secteur du Port, à Bordeaux. Au cours de cette période il s'occupe également des équipes Notre-Dame et des fraternités laïques dominicaines.

En 2011, il rejoint le couvent des dominicains de la Sainte-Baume comme prieur et recteur du sanctuaire de la Sainte-Baume. À partir de 2012, il est également exorciste du diocèse de Fréjus-Toulon.

En octobre 2014, il prêche le pèlerinage du Rosaire à Lourdes[2]. Il est également membre de l’équipe des prédicateurs de la messe télévisée du Jour du Seigneur.

Il est nommé archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France par le pape François le en succession de Mgr Michel Méranville, atteint par la limite d'âge[3]. Sa consécration épiscopale a lieu le 12 avril au stade Pierre Aliker de Fort-de-France, présidée par le cardinal haïtien Chibly Langlois[4].

Blasonnement et devise[modifier | modifier le code]

Description héraldique du blason d’archevêque : "D'argent, chapé de sable ; l’argent chargé du revers de la médaille miraculeuse d'or ; la chape dextre à la bisce d'argent ; la chape senestre à la colombe tenant en son bec un rameau d'olivier, le tout d’argent. En dessous de l'écu, le pallium. En pal derrière l’écu, la croix de l’Ordre des Prêcheurs. En cimier, le chapeau d’archevêque.

Le choix du serpent s'impose de lui-même car on le retrouve sur le blason de la Martinique et la colombe est un symbole fort dans l'inconscient collectif mais c'est d'un verset de l’Évangile selon Saint Matthieu (10, 16) qu'ils proviennent tous deux : "Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc prudents comme les serpents et simples comme les colombes".

Monseigneur David Macaire a choisi pour devise « Jesum Ostende », traduction « Montre Jésus », tirée de la prière du Salve Regina.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Père Gaston Jean-Michel, Témoin de l’Évangile (Mémoire martiniquaise et Histoire Ecclésiale), Co-dir fr Gilles Danroc op, éditions La Thune, 2012, 278 pages
  • Les Petites Prières, éditions Peuple Libre, 2012, 126 pages
  • Marie-Madeleine, itinéraire spirituel d’une femme libérée, éditions La Licorne, 2014, 112 pages
  • (à paraître) Les dimensions charismatiques de la Prédication, « Prêcher dans le Souffle de la Parole, Jalons pour une théologie dominicaine de la prédication », coll., Éditions du Cerf, p. 193 à 211.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]