Bernard Ginoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ginoux.
Bernard Ginoux
Biographie
Naissance (69 ans)
Avignon (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Robert Le Gall
Dernier titre ou fonction Évêque de Montauban
Évêque de Montauban
Depuis le

Blason
« Servite Domino in laetitia »
« Servez le Seigneur dans la joie »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Bernard Ginoux, né le à Avignon, est un évêque catholique français, évêque de Montauban depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Devise épiscopale[modifier | modifier le code]

« Servite Domino in laetitia ».

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études à l'Université d'Aix-en-Provence où il a obtenu une maîtrise en lettres classiques en 1969, complétée par un CAPES en lettres modernes en 1974, il a enseigné pendant 10 ans dans un lycée de Carpentras.

Entré au séminaire interdiocésain d'Avignon en 1980, il a poursuivi sa formation au séminaire français à Rome à partir de 1982, où il a obtenu une licence canonique en théologie morale à l'Université pontificale grégorienne en 1986.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Il a été ordonné prêtre le pour l'archidiocèse d'Avignon.

En complément d'un ministère paroissial à Orange, comme vicaire, puis curé à partir de 2001, il a assumé plusieurs responsabilités à l'échelle du diocèse comme aumônier du monde scolaire et de la pastorale des jeunes, aumônier diocésain de l'enseignement public et aumônier diocésain des hôpitaux.

Nommé évêque de Montauban le 11 mai 2007, il a été consacré le par l'archevêque de Toulouse, Mgr Robert Le Gall.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Sur la légalisation du travail du dimanche[modifier | modifier le code]

Dans un bulletin publié début janvier 2008, Mgr Bernard Ginoux s'oppose ouvertement à la légalisation du travail du dimanche, considérant cette mesure comme "contraire au bien social"[1]. Il considère que l'affirmation que seuls des volontaires travailleront le dimanche est un leurre et risque d'aboutir à un "éclatement plus grand de la cellule familiale[2]".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]