Éric de Moulins-Beaufort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éric de Moulins-Beaufort
Image illustrative de l’article Éric de Moulins-Beaufort
Eric de Moulins-Beaufort en 2015.
Biographie
Nom de naissance Éric de Moulins d'Amieu de Beaufort
Naissance (59 ans)
Landau in der Pfalz (Allemagne)
Ordination sacerdotale par le
card. Lustiger
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Vingt-Trois
Dernier titre ou fonction Archevêque de Reims
Archevêque de Reims
Depuis le
Évêque titulaire de Cresima
Évêque auxiliaire de Paris
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
« Il entrera et il sortira » (Jn 10,9)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Éric de Moulins d'Amieu de Beaufort dit Éric de Moulins-Beaufort (né le à Landau in der Pfalz en Allemagne) est un évêque catholique français, évêque auxiliaire de Paris de 2008 à 2018. Il est nommé archevêque de Reims le . Il est élu président de la Conférence des évêques de France le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-Louis de Moulins[2], qui fut autorisé par décret du à ajouter à son nom celui d’Amieu de Beaufort[3], et de Françoise Liénard. Il est le cousin germain du journaliste Xavier de Moulins.

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études en sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences-Po Paris) et en sciences économiques à l'université Panthéon-Assas, Éric de Moulins-Beaufort entre à l'Institut d'études théologiques de Bruxelles[4] en 1985 avant de poursuivre sa formation au séminaire français de Rome en 1990[5].

Prêtre[modifier | modifier le code]

Éric de Moulins-Beaufort est ordonné prêtre le pour l'archidiocèse de Paris.

Il consacre la majeure partie de son ministère sacerdotal à la formation des futurs prêtres, comme directeur au séminaire de Paris et enseignant au Studium du Séminaire (devenu Faculté Notre-Dame de l'École cathédrale) de 1992 à 2000 et comme responsable de la Maison Saint-Roch du séminaire de Paris de 1997 à 2000.

En complément, il est aumônier du collège Montaigne de 1992 à 1993 et aumônier du lycée Louis-le-Grand l'année suivante.

En 2000, il est nommé curé de la paroisse Saint-Paul-Saint-Louis tout en enseignant toujours à la Faculté Notre-Dame de l’École cathédrale.

Il exerce cette fonction pendant cinq ans avant d'être nommé secrétaire particulier de l’archevêque de Paris, André Vingt-Trois, conservant son ministère d'enseignement à la Faculté Notre-Dame de l’École cathédrale.

Évêque[modifier | modifier le code]

Il est nommé évêque auxiliaire de Paris avec le titre d'évêque titulaire (ou in partibus) de Cresima le [6] par le pape Benoît XVI en même temps que Renauld de Dinechin.

Leur consécration épiscopale a lieu à Notre-Dame de Paris le . Ils sont consacrés par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, assisté d'Éric Aumonier, évêque de Versailles, d'Olivier de Berranger, évêque de Saint-Denis, de Jean-Yves Riocreux, évêque de Pontoise, et de Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes et ancien évêque auxiliaire de Paris.

Archevêque[modifier | modifier le code]

Le , Éric de Moulins-Beaufort est nommé archevêque de Reims par le pape François[7]. Il est installé le en la cathédrale de Reims[8]. Il est élu président de la Conférence des évêques de France le [1]. À ce titre il devient aussi co-président du Conseil d'Églises chrétiennes en France.

Abus sexuels dans l'Église[modifier | modifier le code]

Le 06 octobre 2021, à la suite de la publication du rapport Sauvé, il s'oppose publiquement à l'obligation légale de signalement des violences sexuelles, estimant que « le secret de la confession est plus fort que les lois de la République », et provoque l'opposition de plusieurs représentants politiques[9].

Il est alors invité par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des cultes, à la demande d'Emmanuel Macron, « pour que les choses soient claires »[10],[11] à une rencontre le 12 octobre 2021[12].

Décoration[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

  • Anthropologie et mystique selon Henri de Lubac : « l'esprit de l'homme », ou la présence de Dieu en l'homme, Éditions du Cerf, 2003
  • L'Église face à ses défis, CLD, (ISBN 9782854436013)

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Vatican II, une boussole pour notre temps : plus de quarante ans après qu'est devenu le Concile ?, Parole et Silence, 2010
  • Henri de Lubac et le mystère de l’Église : actes du colloque du à l’Institut de France, Éditions du Cerf, 1999

Préfacier[modifier | modifier le code]

  • Dominique Struyf, Noëlle Hausman, La vie consacrée : lumières et obscurités, Cahiers de la NRT, CLD, 2019
  • Le « sensus fidei » dans la vie de l'Église, Commission théologique internationale, Éditions du Cerf, 2014
  • Inspiration et vérité de l'Écriture sainte : la parole qui vient de Dieu et parle de Dieu pour sauver le monde, Commission biblique pontificale, Éditions du Cerf, 2014
  • Dieu trinité, unité des hommes : le monothéisme chrétien contre la violence, Commission théologique internationale, Éditions du Cerf, 2014

Éditeur scientifique[modifier | modifier le code]

  • Henri de Lubac, Œuvres complètes, tome XXIII : La pensée religieuse du père Pierre Teilhard de Chardin, Éditions du Cerf, 2002
  • Henri de Lubac, Œuvres complètes, tome XV : Corpus mysticum, l'Eucharistie et l'Église au Moyen Âge : étude historique, Éditions du Cerf, 2010
  • Gouvernance mondiale et éthique au XXIe siècle, Collège des Bernardins, Lethielleux Éditions, 2013

Directeur de publication[modifier | modifier le code]

  • Henri de Lubac, Œuvres complètes, tome IV : Révélation divine, affrontements mystiques, athéisme et sens de l'homme, Éditions du Cerf, 2006
  • Henri de Lubac, Œuvres complètes, tome V : La foi chrétienne : essai sur la structure du symbole des apôtres, Éditions du Cerf, 2008

Articles[modifier | modifier le code]

Éric de Moulins-Beaufort est membre du Conseil éditorial de la Nouvelle revue théologique[14] et de l’association Communio[15]. Il publie des articles dans ces revues ainsi que dans la Revue théologique des Bernardins[16].

Infographie[modifier | modifier le code]

« l’épidémie nous a fait toucher du doigt que chacun de nous était, par son comportement, responsable du sort de tous les autres ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Monseigneur de Moulins-Beaufort, un nouveau chef de file pour l'Église de France », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  2. Famille indiquée comme de fausse noblesse dans l'ouvrage de Charondas intitulé « À quel titre ? ».
  3. Pierre-Marie Dioudonnat, Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence, 1994, p. 508.
  4. L'IÉT : Une aventure théologique….
  5. « Mgr Éric de Moulins-Beaufort, nommé archevêque de Reims », eglise.catholique.fr, 18 août 2018.
  6. Communiqué de presse sur le site de la conférence épiscopale de France
  7. « Nomination de Mgr Éric de Moulins-Beaufort : communiqué officiel de l’Archevêché de Reims – Le diocèse », sur catholique-reims.fr (consulté le )
  8. Valérie Coulet, « VIDÉO. À Reims, première messe pour le nouvel archevêque à la cathédrale Notre-Dame », L'Union, (consulté le )
  9. « Abus sexuels dans l'église : bronca autour des propos de Mgr Éric de Moulins-Beaufort qui tente d'éteindre la polémique », sur Nice Matin, (consulté le )
  10. « France: Recadrage d'Attal après des propos contestés du président de la conférence des évêques », sur La Tribune (consulté le )
  11. « Secret de la confession : le président de la Conférence des évêques de France « invité » au ministère de l’intérieur pour s’expliquer sur ses propos », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Secret de confession: rencontre prévue entre Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  13. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043788354
  14. « À propos de la Nouvelle revue théologique », sur Cairn.info (consulté le ).
  15. « Association Communio », sur communio.fr (consulté le ).
  16. Dossier « Christianisme et poésie », n° 27, septembre 2019. Collège des Bernardins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]