Jean-Pierre Cattenoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Pierre Cattenoz
Image illustrative de l'article Jean-Pierre Cattenoz
Mgr Jean-Pierre Cattenoz en 2014.
Biographie
Naissance (71 ans)
Maxéville (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Raymond Bouchex
Archevêque d'Avignon
Depuis le

Blason
« Spiritu et ambulate »
« Ππνεύματι καὶ στοιχῶμεν » (Ga 5,25)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Pierre Cattenoz, né le à Maxéville en Lorraine, est un évêque catholique français, archevêque d'Avignon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Cattenoz a suivi sa formation en philosophie et en théologie à l'Institut catholique de Toulouse où il a obtenu un doctorat en théologie. Il est ordonné prêtre le pour l'archidiocèse d'Avignon. En 1986, il reprend un temps de formation à l'Institut Notre-Dame de Vie avant de devenir prêtre de cet Institut à la spiritualité carmélitaine.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre en 1983, il est vicaire à Carpentras jusqu'en 1985. Pendant sa formation à l'Institut Notre-Dame de Vie, il conserve un ministère paroissial comme curé du secteur Sault de 1986 à 1989. Il est ensuite curé d'Aubignan et de Gigondas jusqu'en 1992 où il part pendant six ans comme prêtre Fidei donum à N'Djaména au Tchad. Il y est directeur des études du séminaire de Bakara. De retour en France, il enseigne au grand séminaire d'Avignon et au Studium de théologie de l'Institut Notre-Dame de Vie. Il est responsable de la branche sacerdotale de cet institut de 2000 à 2002.

Nommé archevêque d'Avignon par le pape Jean-Paul II le 21 juin 2002, il est consacré le 13 octobre de la même année. Au sein de la Conférence des évêques de France, il est membre de la Commission de la vie consacrée, après avoir été membre de la Commission des mouvements apostoliques et des associations de fidèles.

Crise du diocèse[modifier | modifier le code]

Rapidement après sa prise de fonction, des tensions apparaissent dans le diocèse à cause d'un prétendu autoritarisme de l'archevêque à propos notamment de l'implantation de communautés religieuses étrangères qui ne tardent pas à susciter des vocations[1]. Après avoir souhaité et obtenu la fermeture du séminaire interdiocésain d'Avignon (où il avait pourtant été enseignant) auquel certains reprochaient une formation moderniste et trop ouverte sur le monde, Mgr Cattenoz est accusé d'avoir « fait exploser le déficit de l'évêché ». De plus la promulgation d'une « charte diocésaine de l'enseignement catholique », qui demande aux élèves non catholiques des établissements catholiques de participer aux cours de première évangélisation ou de catéchèse, achève de heurter la frange libérale de son « gouvernement » diocésain. Celui-ci reproche aussi à Mgr Cattenoz de favoriser des associations comme le Chemin néocatéchuménal qui se voit confier une paroisse, et ses prises de positions sur divers sujets[2], trop « catholiques ». À l'appui de ces critiques, six des huit curés doyens du conseil presbytéral démissionnent le 3 février 2009, soutenus par leurs deux collègues et rejoints dans la démission par un membre du conseil épiscopal. Ils demandent la démission de leur archevêque, ce qui entraîne une médiation menée par l'archevêque de Marseille, MgrPontier[3]. Finalement, Mgr Cattenoz est confirmé dans sa mission par le pape Benoît XVI en janvier 2010 et de nouveau confirmé par le pape François.

Résultats[modifier | modifier le code]

Selon l'Annuaire pontifical de 2013, le nombre de prêtres passe de 162 en 2001 (avant l'arrivée de Mgr Cattenoz) à 186 en 2012, le nombre de religieux augmente: 78 en 2001, 97 en 2012. En revanche, les religieuses sont en diminution : 257 en 2002 contre 174 en 2012. Dans la même période, les diacres permanents passent de 19 à 27 et les baptisés de 350 000 (70%) à 450 000 personnes (73,1%). Entre trois et cinq ordinations sacerdotales diocésaines ont lieu chaque année pour l'archidiocèse.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Sur l'enseignement catholique[modifier | modifier le code]

En juin 2006, il promulgue une charte de l'enseignement catholique concernant le diocèse d'Avignon, par laquelle il demande que le caractère catholique de ces écoles soit clairement réaffirmé, demandant en particulier que la sélection des élèves soit conditionnée à leur acceptation « de participer au cours de première évangélisation ou de catéchèse »[4]. Depuis lors, plusieurs évêques ont suivi les prérogatives du Vaucluse pour leur charte de l'enseignement.

Sur le mariage et la famille[modifier | modifier le code]

En mars 2007, il a publié une lettre ouverte aux candidats leur demandant de défendre la famille, « sanctuaire de la vie » et l'institution du mariage, « fondement de la famille ». Il s'inquiète par ailleurs de la banalisation de l'avortement, de l'acceptation de l'euthanasie et de la manipulation des embryons humains[5].

Sur les francs-maçons[modifier | modifier le code]

À la suite de la destruction de l'œuvre Piss Christ, il affirme dans une interview que « là où les francs-maçons sont nombreux, les actes antichrétiens sont également nombreux[6] » et suggère qu'il existe un lien entre l'exposition de la photographie et les francs-maçons.

Sur l'ouvrage « L'Église et l'Art d'avant-garde »[modifier | modifier le code]

Dans son bulletin diocésain (L’église d'Avignon N°10, du 10 mai 2003), Mgr Cattenoz s'exprima ainsi sur le livre de Gilbert Brownstone auquel s'étaient associés Mgr Albert Rouet et Mgr Gilbert Louis: « Enfin, avec beaucoup de souffrance, je dois dire que je ne comprends pas pourquoi deux de mes frères évêques se sont fourvoyés dans la publication d'un livre intitulé L’Église et l'art d'avant-garde. De la provocation au dialogue. Ce livre porte bien son nom : une provocation...ces illustrations ne sont que le reflet des pulsions morbides et sexuelles qui habitent le cœur de l'homme blessé et défiguré par le péché et ne sauraient me conduire à percevoir la transcendance du Beau.. »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme la communauté Pantokrator issue du Brésil
  2. Agnès Noël, Avignon : conflit ouvert avec Mgr Cattenoz, in Témoignage Chrétien, 19 février 2009, article en ligne
  3. Claire Lesegretain, Le diocèse d’Avignon en situation de blocage, in La Croix, 19/02/2008, article en ligne
  4. la-Croix.com : "Recentrer l'enseignement catholique"
  5. Défense de la religion catholique - Mgr Cattenoz : Lettre ouverte aux candidats
  6. Interview à Nouvelles de France
  7. Journal Présent du 25 juin 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]