Étienne Tempier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Étienne Tempier
Fonctions
Évêque de Paris
-
Évêque
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Pseudonyme
TassiVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Étienne Tempier, connu également comme Stéphane d'Orléans, né vers 1210[1] et mort le à Paris, est un prélat et un théologien français.

Il est chancelier de l'École cathédrale de Paris, puis évêque de Paris de 1268 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa condamnation de thèses « averroïstes »[modifier | modifier le code]

Le , Étienne Tempier promulgue une première condamnation de treize propositions philosophiques ou théologiques d'inspiration aristotélicienne ou averroïste, qu'on peut regrouper sous quatre rubriques : éternité du monde, négation de la providence universelle de Dieu, unicité de l'âme intellective pour tous les hommes (monopsychisme), déterminisme.

Par la suite, l'évêque de Paris développe sa condamnation dans un nouveau décret de 219 articles le . Y sont visés des penseurs appartenant à la Faculté des arts de l'université de Paris, essentiellement Siger de Brabant, Boèce de Dacie, tenants de ce qu'Ernest Renan appellera l'averroïsme latin et F. Van Steenberghen l'aristotélisme radical (1977), doctrines qui semblent plus imaginaires que réelles.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le texte de Tempier et ses versions[modifier | modifier le code]

  • Étienne Tempier, La condamnation parisienne de 1277, édition du texte latin et trad. David Piché, Vrin, 2002. Première version (1270) : 13 thèses visées ; seconde version (1277) : 219 thèses visées (en ligne).

Études[modifier | modifier le code]

  • R. Hissette, Enquête sur les 219 articles condamnés à Paris le , Louvain et Paris, Philosophes médiévaux, 1977.
  • R. Imbach, « L'averroïsme latin du XIIIe siècle », in: R. Imbach et A. Maieru, Gli Studi di Filosofia fra Otto et Novecento, Rome, 1991, pp. 191-208.
  • S. Piron, « Le plan de l’évêque. Pour une critique interne de la condamnation du  », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 78/2, 2011, pp. 383-415.
  • Fernand van Steenberghen, La philosophie au XIIIe siècle, Louvain, Publications universitaire ; Paris, Béatrice-Nauwelaerts, ollection « Philosophes médiévaux », tome IX, 1966 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]