Marie-Christine Blandin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blandin (homonymie).
Marie-Christine Blandin
Image illustrative de l'article Marie-Christine Blandin
Fonctions
Sénatrice du Nord
En fonction depuis le
(15 ans 2 mois et 3 jours)
Élection
Réélection 25 septembre 2011
Présidente du Conseil régional du
Nord-Pas-de-Calais

(5 ans 11 mois et 17 jours)
Prédécesseur Noël Josèphe
Successeur Michel Delebarre
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Roubaix, Nord
Nationalité Française
Parti politique Les Verts (1984-2010)
EÉLV (2010-2014)
DVG (depuis 2014)
Profession Professeur de biologie

Marie-Christine Blandin, née le à Roubaix (Nord), est une femme politique française, membre des Verts puis d'Europe Écologie Les Verts jusqu'en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de biologie dans un collège, elle s'engage en politique au côté des Verts en 1984. À la suite des élections régionales de 1992, elle est élue présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Cette élection résulte de négociations difficiles entre les partis composant la majorité au conseil régional (PCF, PS, Verts, Génération écologie) : le PS a le plus de conseillers régionaux sans avoir la majorité absolue, alors que les Verts sont minoritaires, mais le choix de Marie-Christine Blandin permet finalement un consensus. Il symbolise notamment le rajeunissement et la féminisation du personnel politique français ; Marie-Christine Blandin est la première femme à être présidente d'un conseil régional en France. Elle reste à ce poste jusqu'en 1998 (date à laquelle le socialiste Michel Delebarre lui succède)[1].

Elle est élue sénatrice du Nord le 23 septembre 2001. Membre de la commission des affaires culturelles et de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, elle est rattachée au groupe socialiste.

Dans « Grenelle Environnement » préparé par Jean-Louis Borloo, Marie-Christine Blandin copréside un groupe de travail[2]. À la suite de la victoire de la gauche aux élections sénatoriales de 2011, Marie-Christine Blandin devient présidente de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication. Elle est membre du nouveau groupe écologiste formé le 11 janvier 2012.

En avril 2013, le sénat adopte définitivement la proposition de loi relative à l'indépendance de l'expertise et à la protection des lanceurs d'alerte, dont elle est l'auteure. Il s'agit de la première proposition de loi initiée par un groupe parlementaire écologiste [3].

En mai 2013, s'adressant au Sénat lors de l'examen de la loi relative à la refondation de l'école, elle dénonce l'« appel à la xénophobie » que représenteraient, prises hors de leur contexte, certaines des paroles de la Marseillaise et souhaite que soit proposée une version alternative[4],[5].

La elle annonce sa décision de quitter Europe Écologie Les Verts, lassée de voir les « luttes personnelles » des cadres prendre le pas sur les convictions écologistes ; elle reste toutefois membre du groupe écologiste au Sénat[6],[7].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Marie-Christine Blandin est au centre de La Présidente, un reportage en bande dessinée réalisé par Jean-Christophe Menu et Blutch dans l'ouvrage collectif Noire est la terre (éd. Autrement, 1995).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]