Hélène Hardy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hardy.
Hélène Hardy
Hélène HARDY.jpg
Hélène Hary en septembre 2017.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Hélène Hardy, née Xavier Hardy le , est une femme politique française. Cadre et conseillère fédérale d'Europe Écologie Les Verts, elle est la première femme transgenre à occuper des fonctions politiques importantes en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses études secondaires à Saint-Omer, Hélène Hardy effectue ses études supérieures à l'Université Lille-I.

Hélène Hardy dirige la Mission locale de Villeneuve-d'Ascq de 1990 à 2017[1],[2].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière politique dans les années 1970 avec Les Amis de la Terre et figure sur la liste Lille écologie menée par Pierre Radanne aux élections municipales de 1977 à Lille. En 1978, lors des élections legislatives, elle figure sur la liste écologiste qui met en ballottage Pierre Mauroy dans la deuxième circonscription du Nord[3].

Elle est candidate aux élections départementales de mars 2015 dans le Canton de Villeneuve-d'Ascq aux côtés de Sandrine Rousseau et recueille 3,98 % des voix[4],[5],[6].

Elle devient conseillère fédérale d’Europe Écologie Les Verts en 2016[7],[8],[9].

En 2017, elle est candidate aux élections législatives dans la deuxième circonscription du Nord et recueille 4,84% des voix exprimées.

Hélène Hardy est la première femme transgenre à accéder à la direction nationale d’un parti politique français[7], en 2016, et la première femme transgenre à se présenter aux élections législatives françaises, en 2017[1],[10], dix ans après la candidature communiste de Camille Barré, première candidate transgenre à ces élections dans les Hauts-de-Seine[11]. Pour ces dernières élections, Hélène est soutenue notamment par Sandrine Rousseau[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hélène Hardy a été mariée deux fois[13],[14]. Transgenre — c'est-à-dire qu'elle a une identité de genre différente de son sexe assigné[15],[16],[17] — elle a « pris conscience d’être une fille depuis l’âge de 4 ou 5 ans » mais entame des modifications d'état civil et biologiques tardivement, en 2015[8],[18].

Positionnement[modifier | modifier le code]

Elle a déclaré : « Je ne suis pas la candidate transgenre qui ne s’occupe que de ça mais cela sert la cause transgenre. C’est un peu facile à dire mais par ma simple candidature, je milite. »[1]. Et aussi « Je milite pour la banalité de la réalité transgenre[13]. » Elle insiste : « Je ne suis pas une candidate transgenre, je suis une candidate écolo qui est par ailleurs transgenre[19]. »

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Philippe Peyre, « « Par ma simple candidature, je milite », estime Hélène Hardy, candidate transgenre aux législatives », sur Têtu, .
  2. Franck Bazin, « Une vie de militance et de travail pour les demandeurs d’emploi », sur La Voix du nord, (consulté le 24 novembre 2017)
  3. Virginie Boulet, « Avec Hélène Hardy, si la première députée transgenre était élue chez nous ? », sur La Voix du Nord, (consulté le 24 novembre 2017).
  4. « Villeneuve d'ascq : « Le fait qu'il n'y ait pas d'écolos dans les départements, ça se sent » », sur La Voix du Nord, (consulté le 24 novembre 2017).
  5. « Vos candidats-Canton de Villeneuve d’Ascq », sur Europe Écologie Les Verts, (consulté le 24 novembre 2017)
  6. « Résultats des élections départementales 2015 NORD (59) - canton de Villeneuve-d'Ascq (40) », sur Ministère de l'intérieur, (consulté le 24 novembre 2017).
  7. a et b « Hélène Hardy, première femme transgenre dans la direction d’un parti français », sur Mediapart, .
  8. a et b Franck Bazin et Édouard Bride, « Villeneuve-d’Ascq : « Si on avait reconnu ma transidentité quand j’avais 5 ans... » », sur La Voix du Nord, .
  9. « Les membres du Conseil Fédéral, Membres du 4/5 du Conseil fédéral au 13 juin 2016 (après le congrès de Pantin) », sur Europe Écologie Les Verts.
  10. (es) « Hélène Hardy, la candidata transgénero que aspira ser diputada en Francia », sur El Espectador, (consulté le 24 novembre 2017)
  11. Le Point, magazine, « Hélène Hardy, candidate transgenre dans le Nord, milite pour la banalité », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2017)
  12. « Je milite pour la banalité de la réalité transgenre-site=[[Le Parisien]] », .
  13. a et b « Hélène Hardy, candidate transgenre dans le Nord, milite pour la banalité », sur Liberation, .
  14. « Hélène Hardy, candidate transgenre dans le Nord, milite pour la banalité », sur La Croix, (ISSN 0242-6056, consulté le 24 novembre 2017).
  15. (en) Oxford Textbook of Palliative Social Work, Oxford University Press, (ISBN 0199838275, lire en ligne), p. 380 :

    « Transgender is an umbrella term for people whose gender identity and/or gender expression differs from the sex they were assigned at birth (Gay and Lesbian Alliance Against Defamation [GLAAD], 2007). »

    .
  16. (en)Encyclopedia of Social Deviance, SAGE Publications, (ISBN 1483364690, lire en ligne), p. 740 :

    « Transgender is an umbrella term for people whose gender identities, gender expressions, and/or behaviors are different from those culturally associated with the sex to which they were assigned at birth. »

    .
  17. (en) Marla Berg-Weger, Social Work and Social Welfare: An Invitation, Routledge, (ISBN 1317592026, lire en ligne), p. 229 :

    « Transgender: An umbrella term that describes people whose gender identity or gender expression differs from expectations associated with the sex assigned to them at birth. »

    .
  18. Sophie Vernet, « Hélène Hardy, candidate transgenre aux législatives 2017 », sur Actu France, .
  19. « Législatives: Hélène Hardy, première candidate transgenre », sur Capital, .

Liens externes[modifier | modifier le code]