Mouvement d'écologie politique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Mouvement écologiste indépendant.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MEP.

Le Mouvement d’écologie politique (MEP) est une fédération d'associations écologiques, faiblement structurée, qui a été créée en 1974, renforcée en 1979, et qui a disparu en 1982. Il est l’un des « ancêtres » des Verts.

Historique[modifier | modifier le code]

1974 : le Mouvement écologiste[modifier | modifier le code]

À l'origine se trouve la candidature de René Dumont lors de l'élection présidentielle française de 1974, au cours de laquelle le candidat écologique avait obtenu 1,32 % des votes. Dans cette première partie des années 1970, Brice Lalonde est le représentant le plus en vue de l'association Les Amis de la Terre et est l'ancien directeur de campagne de Dumont.

Le Mouvement écologique (ME) est créé en novembre 1974[1] ; ses principaux initiateurs et leaders sont Antoine Waechter, Solange Fernex, Philippe Lebreton[2]. Cette confédération d'associations écologiques est animée par des bénévoles soudés par le « combat contre le nucléaire » et la protection de la faune et de la flore. Le ME donne la priorité à la constitution de réseaux associatifs susceptibles d'avoir une action politique ponctuelle. En 1975, jugeant le mouvement trop peu représentatif des écologistes, l'association parisienne Les Amis de la Terre le quitte[3].

Dès à partir de mai 1976, le ME est concurrencé par le regroupement des différentes associations Les Amis de la Terre, formalisé en octobre 1977 sous le nom Réseau des Amis de la Terre (RAT). Aux élections municipales de 1977, le ME refuse toute alliance et tout désistement, stratégie qui paraît sectaire aux Amis de la Terre[4].

Le ME disparaît formellement en 1978, remplacé par la Coordination interrégionale des mouvements écologistes (Cime)[5].

1979 : le Mouvement d'écologie politique[modifier | modifier le code]

En novembre 1979, à Dijon, est décidée la création d'un Mouvement d'écologie politique (MEP), qui prend forme en janvier 1980[6]. Il est davantage orienté vers la politique (contrairement aux Amis de la Terre).

MEP et Amis de la Terre s'opposent à nouveau aux assises de Lyon, en 1980, à propos du mode de désignation du candidat vert à l'élection présidentielle de 1981. L'écologie politique apparaît divisée[7]. Brice Lalonde, soutenu par les Amis de la Terre, bat le candidat du MEP Philippe Lebreton lors de primaires écologiques (les premières du genre en France). Candidat unique des écologistes à l'élection présidentielle, il obtient 1 126 254 voix (3,88 % des suffrages) avec le slogan « Aujourd'hui l'Écologie »[8].

En novembre 1982, à l'assemblée générale de Saint-Prix (Val-d'Oise), le MEP devient Les Verts-Parti écologiste, ancêtre des Verts, qui sera un « vrai » parti politique et non plus une coalition d’associations diverses[9]. La plupart des membres du MEP adhèrent au nouveau parti Vert, tandis que Brice Lalonde s'en écarte pour se rapprocher du Parti socialiste (il ira fonder Génération écologie en 1989-90).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bennahmias et Roche 1992, p. 42
  2. Jacob 1999, p. 137
  3. Bennahmias et Roche 1992, p. 44
  4. Bennahmias et Roche 1992, p. 45
  5. Serne 2014, p. 35
  6. Serne 2014, p. 39
  7. Patrick Salmon, Les écologistes dans les médias : de René Dumont à Dominique Voynet, Éditions L'Harmattan, 2001, 254 p.  (ISBN 2747508374), p. 45-46
  8. Serne 2014, p. 41
  9. Bennahmias et Roche 1992, p. 68

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]