Conseil scientifique Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conseil scientifique Covid-19
Cadre
Type
Pays
Organisation
Président

Le conseil scientifique Covid-19 est chargé d'éclairer la décision publique pour lutter contre la pandémie de maladie à coronavirus de 2020 en France, en abordant aussi les questions de maintien des infrastructures électriques, numériques, et du maintien de l'ordre. À plus long terme, il étudie des moyens de tempérer les conséquences psychologiques de cette pandémie.

Mission[modifier | modifier le code]

À la demande du président de la République française, le conseil scientifique Covid-19 a été institué le 11 mars 2020 par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, « pour éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au coronavirus »[1]. Présidé par le Professeur Jean-François Delfraissy, ce comité compte neuf autres experts qui viennent de champs disciplinaires complémentaires[1].

Ce conseil scientifique se réunit tous les jours, physiquement ou par téléphone, et ses avis sont publics et disponibles en ligne. « Totalement indépendant », le comité peut être saisi par le ministère de la Santé, mais il peut également s’auto-saisir d’une question. Il s’appuie aussi sur des travaux, publiés ou non, de chercheurs étrangers, et peut également inviter des experts extérieurs[2].

Il a porté en particulier un avis sur la tenue des élections municipales, et étudie aussi les mesures à prendre dans le cadre du confinement de la population française.

Composition[modifier | modifier le code]

Les onze experts composant ce conseil scientifique sont[1],[3] :

Experts ayant fait partie du conseil scientifique mais n'ont pu y participer par la suite :

Avis sur le maintien des élections municipales françaises de 2020[modifier | modifier le code]

Dans ses avis du 12 mars[7], du 14 mars[8] et du 16 mars[9], le conseil scientifique s'est exprimé à trois reprises concernant le maintien des élections municipales françaises de 2020. Celui-ci n'ayant « pas vocation à se substituer aux avis et décisions des institutions publiques compétentes en matière de libertés fondamentales », le comité « n’identifiait pas d’argument scientifique permettant d’associer une annulation du premier tour des élections à la réduction de la progression prévisible de l’épidémie ». Il a pris en compte la réduction du risque infectieux associé à cette annulation d'une part mais aussi « les conséquences sanitaires délétères de possibles débordements, imprévisibles après une annulation impromptue du processus électoral », d'autre part pour préconiser que, si le pouvoir exécutif décidaient de maintenir le premier tour des élections municipales, elles devaient être organisées dans des conditions d’hygiène renforcées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Olivier Véran installe un conseil scientifique, sur solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 18 mars 2020).
  2. Coronavirus : Qui compose le comité scientifique et comment conseille-t-il Macron ?, sur 20minutes.fr (consulté le 18 mars 2020).
  3. Coronavirus Covid-19 : qui est dans le conseil scientifique du ministre de la Santé ?, sur sciencesetavenir.fr (consulté le 18 mars 2020)
  4. Le Monde du27 mars 2020 p. 5
  5. « Didier Raoult claque la porte du conseil scientifique »
  6. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/le-pr-raoult-ne-participera-pas-aux-prochaines-reunions-du-conseil-scientifique-de-macron_2121838.html (consulté le 28 mars 2020).
  7. « Avis du Conseil scientifique COVID-19 », sur solidarites-sante.gouv.fr, (consulté le 18 mars 2020).
  8. « Avis du Conseil scientifique COVID-19 », sur solidarites-sante.gouv.fr, (consulté le 18 mars 2020).
  9. « Avis du Conseil scientifique COVID-19 », sur solidarites-sante.gouv.fr, (consulté le 18 mars 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]