Sergio Coronado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coronado.
Sergio Coronado
Fonctions
Député de la 2e circonscription des Français établis hors de France

(5 ans)
Élection 16 juin 2012
Législature XIVe législature
Groupe politique Écologiste puis Non-inscrit
Prédécesseur Siège créé
Successeur Paula Forteza
Adjoint au maire du 14e arrondissement de Paris
chargé de la démocratie locale, de la vie associative et des conseils de quartier

(6 ans, 11 mois et 18 jours)
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Osorno (Chili)
Nationalité Française
Chilienne
Parti politique Génération écologie (1992-1994) Convergences écologie solidarité (1994-1998)
Les Verts (1998-2010)
EELV (depuis 2010)

Sergio Coronado, né le 13 mai 1970 à Osorno (Chili), est un homme politique français, membre du parti Europe Écologie Les Verts (EELV).

En 2001-2002, il est directeur adjoint de Noël Mamère pour l'élection présidentielle, qui a vu le candidat vert faire le meilleur score des écologistes depuis 1974. Il est porte-parole et directeur de la communication d'Eva Joly, candidate EELV à l'élection présidentielle de 2012, après avoir été son directeur de campagne pour la primaire écologiste. Depuis 2012, il est député de la deuxième circonscription des Français établis hors de France (Amérique latine et Caraïbes). Il était candidat d'union EELV-PS à ces élections. Son suppléant est François Boucher (PS).

Il se représente pour les élections législatives de 2017 dans la même circonscription, sous une bannière commune de rassemblement EELV-France insoumise[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Il quitte le Chili avec sa famille après le coup d'État du général Pinochet contre le gouvernement de Salvador Allende en 1973. Il grandit en Argentine, et arrive en France en 1982 à 12 ans, faisant ses études secondaires en banlieue parisienne, avant d’entrer en classes préparatoires littéraires.

Après le retour de la démocratie au Chili, il décide avec sa famille de prendre la nationalité française. Apatride jusqu’alors, il devient Français en 1994. Il obtient ensuite de nouveau la nationalité chilienne[2].

Fin 2008, il décroche une bourse de recherche en science politique, et s’installe à Bogota, en Colombie. Il fréquente l’université El Externado, et adhère à l’association Français du monde – ADFE.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En juin 2012, à l'occasion de la Marche des fiertés, il fait son coming out sur Twitter. Il s'agit du 2e député à le faire publiquement, après Franck Riester[3],[4]. Sergio Coronado n'a jamais caché son homosexualité mais ne l'avait pas, jusqu'alors, exprimée d'une façon si publique[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après avoir été responsable syndical au lycée (fondateur de la FIDL, premier syndicat lycéen) et à l'université (responsable de l’UNEF-ID), il adhère en 1992 à Génération écologie, qu'il quitte pour fonder avec Noël Mamère le mouvement Convergences écologie solidarité.

Il rejoint les Verts en 1998, et entre au Collège exécutif. Il y est réélu ensuite pour trois mandats successifs en 2000, 2002 et 2004 dans différentes attributions. Il a notamment été co-porte-parole du parti avec Cécile Duflot de janvier 2005 à janvier 2008, après avoir failli devenir secrétaire national lors de l'Assemblée fédérale de Reims en 2004. Il a été chargé de l’altermondialisation, ce qui lui a permis de suivre l’émergence des forums sociaux mondiaux. Il a également été responsable de la commission internationale du parti.

En 2002, Noël Mamère le choisit comme directeur de la communication et directeur de campagne adjoint pour sa campagne présidentielle. Il obtient un score de 5,25 %, ce qui demeure jusqu’à aujourd’hui le meilleur résultat des écologistes à cette élection depuis 1974.

De mars 2001 à mars 2008, il devient élu municipal du 14e arrondissement de Paris sur une liste de rassemblement de la gauche et des écologistes. Adjoint au maire d'arrondissement, il est chargé de la démocratie locale, de la vie associative et des conseils de quartier.

Lors de la primaire Europe Écologie Les Verts de 2011, il a été directeur de campagne d’Eva Joly. Une fois investie par les écologistes, elle en fait l’un de ses quatre porte-paroles, aux côtés de José Bové, Dominique Voynet et Michèle Rivasi, et son directeur de la communication.

Dans le cadre d'un accord entre EELV et le PS, il est candidat aux élections législatives de juin 2012 pour les Français de l'étranger dans la circonscription Amérique latine et Caraïbes. François Boucher, élu AFE, membre du Parti socialiste et résident au Mexique, est son suppléant. Le 17 juin 2012, il est élu député de la circonscription Amérique latine et Caraïbes.

Le 10 mars 2017, alors qu'il était investi comme député, suivant l'accord de ralliement de Yannick Jadot à Benoît Hamon, il annonce soutenir[6] la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle dans une tribune publiée sur le site Reporterre signée par des militants et représentants d’Europe-Écologie-Les-Verts. Entre les deux-tours du scrutin, avec dix-huit parlementaires écologistes, il appelle à voter Macron pour battre Marine Le Pen[7].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sergio Coronado s’engage très tôt[Quand ?] dans la lutte antiraciste, la solidarité internationale et la défense des droits de l'Homme.

Depuis son adhésion aux Verts, il évolue dans les courants attachés à l’ancrage à gauche de l’écologie, et au rassemblement de la gauche et des écologistes.

Il est partisan du « Oui » au référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005. À ce titre, il participe à des réunions publiques aux côtés de Bertrand Delanoë (maire de Paris), Michel Rocard (ancien Premier ministre), et Daniel Cohn-Bendit (président du groupe des Verts au Parlement européen).

En 2007, il est partisan d’un rassemblement des écologistes à l’élection présidentielle, autour de la candidature de José Bové.

Il a publié le 20 février 2008 une biographie consacrée à Íngrid Betancourt, Ingrid, aux éditions Fayard[8]. Il soutient le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV)[9].

En tant que chef de file des députés écologistes, il a été le principal orateur, avec Christiane Taubira, dans la défense de la loi sur le mariage pour tous[10].

Le , il vote contre l'article 2 du projet de loi relatif au renseignement[11]. Le , il vote contre l'ensemble de ce même projet[12].

Français de l'étranger[modifier | modifier le code]

Il a défendu le budget de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE)[13] et protesté contre les suppressions consulaires qui ont affecté l’Amérique latine et les Caraïbes[14].

Prolongation de l'état d'urgence en France[modifier | modifier le code]

Après les attentats du 13 novembre 2015 en France, Sergio Coronado est l'un des six députés français à voter contre la prolongation de l'état d'urgence en France[15].

Le 30 novembre 2015, il est parmi les signataires de l'Appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence »[16],[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/10/le-depute-eelv-sergio-coronado-choisit-melenchon-plutot-que-hamo/
  2. Il s'affirme binational sur son site officiel, cela est confirmé dans une interview à TV5 Monde en janvier 2016.
  3. « Sergio Coronado, 2e député ouvertement gay après son coming out sur Twitter », Têtu, 2 juillet 2012.
  4. « Sur 577 députés, nous sommes plus de deux homosexuels », Europe 1, 2 juillet 2012.
  5. « Sergio Coronado, un 2e député ouvertement gay à l’Assemblée nationale » (consulté le 27 avril 2017)
  6. « Le député EELV Sergio Coronado choisit Mélenchon plutôt que Hamon », sur lehuffingtonpost.fr, (consulté le 10 mars 2017).
  7. « Appel de parlementaires écologistes à voter Macron pour "mettre en échec" le FN », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Sergio Coronado, Ingrid, Éditions Fayard, 2008, 288 p.
  9. soutien au PSUV
  10. « Mariage gay: Sergio Coronado, le solitaire », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Analyse du scrutin n° 1108 Deuxième séance du 15/04/2015 : Scrutin public sur l'article 2 du projet de loi relatif au renseignement (première lecture). », sur Assemblée nationale (France) (consulté le 6 mai 2015)
  12. « Analyse du scrutin n° 1109 Deuxième séance du 05/05/2015 : Scrutin public sur l'ensemble du projet de loi relatif au renseignement (première lecture) », sur Assemblée nationale (France) (consulté le 6 mai 2015)
  13. (en) « Intervention de Sergio Coronado sur les conséquences de la baisse des crédits alloués à l'AEFE à l’Assemblée nationale », sur Dailymotion, (consulté le 27 avril 2017)
  14. (es) « Interview – La Gazette des Français d’Amérique latine et Caraïbes », Sergio Coronado,‎ (lire en ligne)
  15. « Prolongation de l'état d'urgence : quels députés ont dit non », sur leparisien.fr, (consulté le 7 décembre 2015)
  16. Collectif, « L'appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence » », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  17. AFP, « État d'urgence : 58 personnalités revendiquent la liberté de manifester », Le Point,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]