Les Nouveaux Démocrates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Nouveaux Démocrates
Image illustrative de l’article Les Nouveaux Démocrates
Logotype officiel.
Présentation
Co-présidents Émilie Cariou
Aurélien Taché
Fondation
Scission de La République en marche
Positionnement Centre gauche à gauche
Idéologie Social-libéralisme
Social-démocratie
Écologie politique
Affiliation française Europe Écologie Les Verts (financement politique)
Affiliation nationale Pôle écologiste (2021-)
Nouvelle Union populaire écologique et sociale (depuis 2022)
Adhérents 600 (revendiqués)
Site web lesnouveaux-democrates.fr
Représentation
Députés
4  /  577

Les Nouveaux Démocrates (LND) est un parti politique français de centre gauche[réf. souhaitée] fondé le par des parlementaires élus en 2017 sous l'étiquette de La République en marche. Il est co-présidé par les députés Aurélien Taché et Émilie Cariou.

Fondation[modifier | modifier le code]

Groupe parlementaire Écologie démocratie solidarité[modifier | modifier le code]

L'idée d'un groupe dissident au groupe La République en marche ressort par plusieurs fois, sans jamais se concrétiser[1],[2]. Début avril 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le lancement par 58 députés, un sénateur et un député européen d'une plateforme collaborative pour élaborer un « plan post-crise », baptisée « Le jour d'après », apparaît comme « le prélude à la scission de la majorité présidentielle à l’Assemblée avant la constitution d’un nouveau groupe parlementaire issu de son aile gauche et écologiste », coordonnée par les députés Aurélien Taché, Paula Forteza et Matthieu Orphelin[3].

Le , Les Échos révèle un projet de scission nommé « Écologie démocratie solidarité » composé d'une cinquantaine de membres[4]. Plusieurs députés ont été dissuadés de le rejoindre par des pressions de LREM[4]. Le groupe Écologie démocratie solidarité est officiellement déposé le , par dix-sept parlementaires. Parmi eux, sept viennent directement du groupe majoritaire, neuf en sont partis ou en ont été exclus, et une seule, Delphine Batho, n'en a pas été membre[5].

Formation d'un parti dissident[modifier | modifier le code]

En juin 2020 est annoncée la fondation d'un parti #NousDemain par sept membres du groupe Écologie démocratie solidarité (Delphine Bagarry, Émilie Cariou, Guillaume Chiche, Paula Forteza, Albane Gaillot, Hubert Julien-Laferrière et Aurélien Taché) et une vingtaine d'autres personnalités (dont Sandrine Josso, une députée non membre du groupe). Son lancement officiel est prévu pour l'automne[6]. Faute d'un nombre suffisant de députés, le groupe EDS disparaît le 17 octobre 2020[7] et tous ses membres deviennent non-inscrits[8].

Le parti est finalement lancé le 16 décembre 2020 sous le nom de Nouveaux Démocrates[9]. Il est coprésidé par les députés Aurélien Taché et Émilie Cariou[10]. À sa fondation, il revendiquait 600 adhérents et comptait dans ses rangs les députés Guillaume Chiche, Delphine Bagarry, Sandrine Josso et Fiona Lazaar (en plus des deux députés co-présidents)[11]. Ces derniers se rattachèrent financièrement à Europe Écologie Les Verts[12].

Adhésion au Pôle écologiste[modifier | modifier le code]

Depuis la désignation de Yannick Jadot comme candidat à l'élection présidentielle par Europe Écologie Les Verts, Les Nouveaux Démocrates rejoint le Pôle écologiste[13].

En vue des élections législatives françaises de 2022, le Pôle écologiste intègre la Nouvelle Union populaire écologique et sociale formée avec La France insoumise. Les candidatures d'Aurélien Taché[14],[15] dans la dixième circonscription du Val-d'Oise et de Delphine Bagarry[16] dans la première circonscription des Alpes-de-Haute-Provence sont confirmées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Groupe Écologie démocratie solidarité » (voir la liste des auteurs).
  1. Jannick Alimi, « Défections de députés : LREM bientôt privée de sa majorité absolue à l'Assemblée ? », sur Le Parisien, (consulté le ).
  2. Rachel Garrat-Valcarcel, « Chez LREM, la vie après le 49.3 ressemble à celle d'avant le 49.3 », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  3. Stéphane Vernay, « Coronavirus. 60 parlementaires veulent « préparer le jour d’après » », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  4. a et b François Vignat, « Frondeurs LREM : un mélange de “tactique” et de “valeurs” », sur Public Sénat, (consulté le ).
  5. Matti Faye, « La députée de Côte-d'Or Yolaine de Courson quitte le groupe LREM à l'Assemblée », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le ).
  6. Sarah Paillou, « INFO JDD. "#NousDemain" : le nouveau parti des ex-macronistes, emmenés par Aurélien Taché », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  7. Tristan Quinault-Maupoil, « Jennifer de Temmerman : “Je quitte le groupe EDS” à l'Assemblée », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  8. Modifications à la composition des groupes.
  9. Yves Revert, « Deux-Sèvres : Guillaume Chiche devient porte-parole national des Nouveaux démocrates », sur La Nouvelle République (consulté le ).
  10. « Les députés Aurélien Taché et Émilie Cariou à la tête du parti « Les nouveaux démocrates » », sur Le Parisien, (consulté le ).
  11. « Aurélien Taché et Émilie Cariou coprésidents des Nouveaux démocrates », sur Le Point, (consulté le ).
  12. Étienne Baldit, « EE-LV au secours financier d'anciens députés LREM », sur Libération, (consulté le ).
  13. « Le Pôle écologiste lance sa campagne pour Yannick Jadot dans le Cher. », sur BFMTV (consulté le )
  14. « Législatives 2022 : ce que contient l'accord conclu entre La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts », sur Franceinfo, (consulté le ).
  15. « Meuse : Emilie Cariou ne briguera pas un second mandat aux élections législatives », sur France 3 Grand Est (consulté le ).
  16. https://www.ledauphine.com/elections/2022/05/12/pour-delphine-bagarry-les-defis-sont-immenses

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]