Danièle Obono

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Danièle Obono
Illustration.
Danièle Obono à la Marche des fiertés de Paris 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 ans, 5 mois et 11 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 17e de Paris
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Prédécesseur Daniel Vaillant
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Libreville (Estuaire,
Gabon)
Nationalité Française (depuis 2011)
Gabonaise
Parti politique SPEB (jusqu'en 2004)
LCR (2004-2009)
NPA (2009-2011)
C&A (2011-2014)
E! (depuis 2014)
LFI (depuis 2016)
Diplômée de Université Panthéon-Sorbonne
Profession Bibliothécaire
Site web deputee-obono.fr

Danièle Obono, née le à Libreville (Gabon), est une femme politique franco-gabonaise.

Porte-parole de La France insoumise, elle est élue députée dans la 17e circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Danièle Obono naît le à Libreville, au Gabon[1], dans une famille de la petite bourgeoisie gabonaise[2]. Elle est la fille d'Hortense Simbou Mbadinga[3], secrétaire à Air Gabon[2], et de Martin Edzodzomo-Ela (en)[4], économiste[5], cadre supérieur à la banque Paribas-Gabon de 1975 à 1979, puis écarté pour son opposition au régime d'Omar Bongo[6], pour avoir été candidat à l'élection présidentielle gabonaise de 1998[7] ; il a ensuite fait quelques jours de prison[4]. Elle vit au Gabon[8], puis rejoint la France lors de son entrée en sixième, à Montpellier[2].

Elle exerce le métier de bibliothécaire à la médiathèque Marguerite-Yourcenar[9] (15e arrondissement de Paris), tout en étant militante associative[10]. En 2002, elle obtient une maîtrise en histoire[11]. En 2003, elle commence une thèse de doctorat en science politique, portant sur les mouvements sociaux et démocratiques au Nigeria[2], à l'Institut des mondes africains[12].

Elle est naturalisée française en 2011[2].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

À 20 ans, soutien de José Bové, Danièle Obono assiste au démontage du McDonald's de Millau[13]. Elle y rencontre des militants d'Attac et intègre le mouvement trotskiste Socialisme par en bas (SPEB)[14]. Quelques années plus tard, le SPEB fusionne dans la Ligue communiste révolutionnaire, qui sera refondée en Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) en 2009[14]. Elle intègre la direction du NPA[15], au sein duquel elle milite pour le courant Convergences et alternative (C&A).

Souhaitant participer au Front de gauche, C&A devient une organisation autonome en 2011[16],[13]. Obono participe au conseil national de la campagne de Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle de 2012[réf. nécessaire].

Lors des législatives de la même année, elle est candidate suppléante de Ian Brossat (PCF), sous l'étiquette Front de gauche[17], dans la 17e circonscription de Paris. Avec 13,19 % des suffrages exprimés, ils arrivent en 3e position.

Elle prend deux ans après, dans le 2e arrondissement de Paris, la tête de la liste « Front de gauche - À Paris, place au peuple ! » qui obtiendra 192 voix (2,8 %) aux municipales de 2014[18]. En 2014 aussi, Convergences et alternatives fusionne avec d'autres partis de gauche pour fonder Ensemble ![14].

Élections de 2017[modifier | modifier le code]

Danièle Obono intègre à sa création La France insoumise[19]. Pendant la campagne de l'élection présidentielle 2017, elle est l'une des porte-parole du candidat Jean-Luc Mélenchon[réf. nécessaire], et porte-parole (« oratrice nationale ») de La France insoumise[19]. Elle coordonne, avec l'agro-économiste Laurent Levard, la collection des « Livrets de La France insoumise », compléments programmatiques de L'Avenir en commun[20], dont elle coécrit l'un des numéros avec le philosophe Benoît Schneckenburger, intitulé Contre le racisme et les discriminations : Faire vivre l'égalité[21].

Danièle Obono est élue députée de la 17e circonscription de Paris lors des législatives de 2017, recueillant 50,71 % des voix au second tour face à Béatrice Faillès, candidate de La République en marche[22].

Prises de position et activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Danièle Obono avec d'autres députés du groupe France insoumise à l'Assemblée nationale, en juillet 2017.

Secrétaire de la commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale, Danièle Obono est classée après six mois de mandat comme la 6e députée la plus active par le magazine économique Capital[23].

Par ailleurs, peu après son élection, Danièle Obono se revendique altermondialiste, afroféministe, anti-impérialiste, antiraciste[24], antilibéraliste[25], anti-islamophobe et panafricaniste[26]. Elle se définit également avec humour comme « bolcho-trotsko-marxiste » (« Je m'amuse à revendiquer ces « ismes » quand on nous dit qu'il n'existe plus d'idéologie. »)[27], et ajoute que même si « le léninisme a été [s]a porte d'entrée […], les anarchistes sont des alliés »[27].

Activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Secrétaire de la délégation aux outre-mer[28] et vice-présidente du groupe d'étude sur les discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde[29], elle préside le groupe d’amitié France-Bangladesh[30].

Opposée à la loi asile et immigration de 2018, elle la considère « inutile, contre-producti[ve] et dangereu[se] » faisant le « tri entre bons et mauvais migrants, entre les exilés à garder et exilés à chasser »[31]. A contrario, le gouvernement et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb défendent ce projet de loi au nom du « renforcement de la lutte contre l’immigration irrégulière »[32].

Elle apporte, dans une question écrite au gouvernement en décembre 2018, son soutien à Biram Dah Abeid, « une figure anti-esclavagiste en Mauritanie »[33].

Membre de la commission des Lois, elle dépose, le 3 décembre 2019, une proposition de loi relative à « la stabilisation et la pérennisation des financements et des emplois au sein des associations »[34], qui vise à définir la subvention comme « norme du contrat de financement » et à élargir les compétences du Haut Conseil à la vie associative face à la diminution du nombre de salariés dans le tissu associatif[35].

En septembre 2020, elle est cosignataire d'une proposition de loi du groupe parlementaire EDS visant à renforcer le droit à l’avortement[36].

Dans le cadre de la niche parlementaire de la France insoumise en 2021, Danièle Obono défend une proposition de garantie d’emploi, qui doit permettre à tout chômeur qui souhaite travailler d'avoir un emploi rémunéré au salaire de base du secteur public ou davantage. Selon la députée, ce dispositif doit permettre de faire le lien entre une « bifurcation écologique » et le « progrès social ». Cependant, cette proposition fait débat, et Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, la considère comme une philosophie relevant de « l’époque soviétique ». L'économiste Henri Sterdyniak estime que la mesure « ne pourrait répondre aux besoins effectifs des ménages » avec des emplois « de qualité médiocre »[37].

En juin 2021 elle apporte son soutien aux habitants riverains des jardins d'Éole, qui organisent une manifestation chaque mercredi pour dénoncer la situation du quartier en raison de l'insécurité créée par la présence de toxicomanes consommant la drogue du crack. Toutefois, son soutien aux mobilisations est critiqué par la droite parisienne, qui l'accuse de récupération politique[38]. Danièle Obono demande dans un communiqué « une stratégie globale et des moyens d’ampleur »[39] et propose la création de plusieurs nouvelles salles de consommation de drogue à moindre risque[40].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Polémiques sur la liberté d'expression[modifier | modifier le code]

Pétition des Inrockuptibles pour des artistes[modifier | modifier le code]

Le , Danièle Obono est invitée à l'émission Les Grandes Gueules, dans laquelle Alain Marschall lui reproche une pétition signée en 2012, lancée par le magazine culturel Les Inrockuptibles en faveur de la liberté d'expression d'artistes. La pétition dénonçait la mise en examen de Saïdou, chanteur du groupe Zone d'expression populaire (ZEP), et du sociologue Saïd Bouamama à la suite d'une plainte de l'association d'extrême droite, l'AGRIF, qui reprochait l'utilisation de l'expression « Nique la France » dans une chanson de 2010[41].

Danièle Obono explique alors la raison de sa signature cinq ans plus tôt : « défendre la liberté d'expression de ces artistes, oui. Parce que ça fait partie des libertés fondamentales »[42].

Le politologue Laurent Bouvet et Valeurs Actuelles la présentent comme proche d'une autre signataire, Houria Bouteldja, membre des indigènes de la République, ce qu'elle conteste. Après des commentaires de l'extrême droite sur sa réponse[43],[44], une pétition contre elle réunit 5 000 signatures[4]. Le député LFI Éric Coquerel s'étonne que la question lui ait été posée spécifiquement à elle, en raison de sa couleur de peau[45], et non aux autres personnes ayant signé cette pétition cinq ans plus tôt, comme Clémentine Autain, Noël Mamère et Eva Joly mais aussi les artistes Rachid Taha, Zebda et Siné, les syndicalistes Élie Domota et Xavier Mathieu ou la journaliste Rokhaya Diallo[41]. Le , la Cour de cassation déboute définitivement l'AGRIF de toutes ses demandes contre la chanson[46].

Attaque de Manuel Valls[modifier | modifier le code]

En octobre 2017, une polémique sur la liberté d'expression oppose Obono à Manuel Valls, confronté au recours de Farida Amrani, candidate LFI battue de très peu aux législatives dans la circonscription comprenant Évry[47], ville où Dieudonné avait obtenu 3,84 % au premier tour de la législative de 2017[48].

Sur Europe 1, Valls prête les propos suivants à Obono : « le texte qu'elle a écrit après les attentats de janvier 2015 (...) quand elle dit qu'elle a plutôt pleuré pour Dieudonné et pas pour les victimes de Charlie ». Le journaliste Patrick Cohen lui fait alors remarquer que ce texte pleure plutôt, selon lui, sur la censure qui a frappé Dieudonné fin 2013 que sur Dieudonné lui-même[49].

Le 5 novembre, Danièle Obono répond à cette polémique sur Radio J. Elle critique Dieudonné car il est « raciste et antisémite ». Sa déclaration est reprise par l'AFP, en rappelant d'emblée qu'elle avait été « accusée de dérive islamo-gauchiste par Manuel Valls » et en observant qu'elle renvoie « aux nombreux communiqués de la Ligue des droits de l'Homme » pour qui l'interdiction des spectacles de Dieudonné constitue « un grave recul de l’État de droit, qui permet à cette personne de se présenter comme une victime »[50].

Accusations de proximité avec les Indigènes de la République[modifier | modifier le code]

En 2017, Danièle Obono dément des accusations de Valeurs actuelles, qui l'accuse d'être « plutôt du genre indigène »[43], après une pétition, qu'elle n'a pourtant pas signée, défendant le PIR[51] où elle n'a jamais milité[52], dirigé par Houria Bouteldja. En 2020, elle accuse ceux qui la qualifient d'« indigéniste » d'utiliser un « épouvantail, un anathème, médiocre politiquement et intellectuellement ». La députée de Paris déclare ainsi auprès du Monde « Si j’étais sur les théories indigénistes, je le dirais, je le défendrais »[53].

Le 5 novembre 2017, dans une émission de Radio J, Danièle Obono estime que la photo de Houria Bouteldja à côté d'une pancarte « Les sionistes au goulag » n'est « pas acceptable » et « de très mauvais goût ». Elle répond « Je ne sais pas » à la question de savoir si Bouteldja présentant les juifs comme « les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe » relève du racisme ou de l'anti-racisme[54]. Rappelant ne pas être « d'accord avec tout ce qu’elle dit », Danièle Obono ajoute qu'il s'agit d'« une militante antiraciste [...], une camarade, parce qu'elle fait partie de ce mouvement-là », par opposition à Dieudonné, qu'elle vient de qualifier d'« ennemi », « raciste et antisémite »[54].

Djordje Kuzmanovic, alors porte-parole de LFI, rejette immédiatement ce terme de « camarade »[55]. En réponse à la Licra lui demandant de « clarifier » ce qu'a dit Danièle Obono[56], Jean-Luc Mélenchon rappelle sa « totale opposition politique avec le PIR (...) depuis son origine », les déclarations d'Houria Bouteldja constituant selon lui de « l'antisémitisme avéré »[57]. Entre-temps, un communiqué de Danièle Obono a rappelé son « profond désaccord » avec les thèses du PIR[58], après les « désaccords très durs » déjà évoqués en juillet, quand elle souhaitait des initiatives distinctes, précisant : « On peut refuser d’aller à une manif’ où marche le PIR mais quelle autre mobilisation organise-t-on ? »[27].

Commentaire sur des ateliers en « non-mixité »[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, SUD éducation 93 organise un stage de formation syndicale en Seine-Saint-Denis qui comporte deux « ateliers en non-mixité », c'est-à-dire « réservés aux personnes racisées »[59], largement commentés par l'extrême droite sur Internet[a], puis la classe politique et la presse[61],[60]. Le 21 novembre, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, condamne l'organisation de tels ateliers et l'utilisation des termes « non racisés » et « racisés », qui « au nom soi-disant de l'anti-racisme […] véhiculent évidemment un racisme »[61].

Interrogée par Sud Radio trois jours après le ministre, Danièle Obono cite le cas des mouvements LGBT et féministes, intervenant sur les problèmes de sexualité, pour estimer qu'un stage en non-mixité est un outil pour « libérer la parole plus facilement » et n'est pas dangereux lorsqu'il « répond, à un moment donné, à des besoins d'une catégorie. […] Les personnes qui sont victimes de violence, sur un certain nombre de questions, vont avoir besoin de dire qu'il va falloir qu'on puisse discuter en se sentant en confiance. Du coup, il faut le faire avec des personnes avec lesquelles on s'identifie, comme partageant le même type de problèmes »[62].

Des élus de La France insoumise expriment alors une opinion différente : Adrien Quatennens estime que « si on veut traiter la question du racisme, ce n'est pas en triant les gens à l'entrée d'une réunion syndicale », et Alexis Corbière déclare : « par définition, une réunion syndicale, je souhaite qu’elle soit ouverte à tous les syndiqués et je ne souhaite pas que l’on mette en place un système où en quelque sorte, je vais le dire un peu simplement, en fonction de la couleur de la peau, on peut se réunir ou pas »[62].

Manifestations après l'attentat contre Charlie Hebdo[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre 2020, au premier jour du procès de l'attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher, Danièle Obono est interrogée par BFM[63] sur une note de son blog de 2015, dans laquelle elle expliquait son refus de participer à la manifestation massive du 11 janvier. Ce texte titré « Pleurer. Organiser »[64], débutait par une phrase dénonçant une « marche silencieuse derrière les bouchers de la planète »[64], en référence à la polémique sur la présence de chefs d'État de dictatures en tête du défilé[65]. Elle y écrivait plus bas ne pas avoir « pleuré Charlie » mais avoir pleuré « en pensant aux 12 personnes mortes »[66] et aux « centaines d’autres qui ne seront pas pleurées », mais aussi pour « toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les caricatures » selon elle « racistes » de Charlie Hebdo[65].

Danièle Obono affirme alors : « j'ai été dévastée par ce crime atroce ». Selon Marianne, elle aurait alors saisi « l'occasion d'adoucir son propos », par des réponses qui « ne coïncident pas totalement avec ce qu'elle écrivait à l'époque »[65], quand « le gros des larmes de Danièle Obono n'allait pas alors seulement aux victimes »[65]. Danièle Obono réaffirme au contraire lors de son entretien avec Jean-Jacques Bourdin défendre exactement le même point de vue qu'en 2015, réfutant les critiques[67]. Interviewé par Léa Salamé sur France Inter, Richard Malka, avocat du journal, reproche à Danièle Obono de ne pas avoir eu « une seule larme devant les morts »[68] fait démenti par la radio dans la journée[69].

Elle ajoute, le 22 septembre 2020, dans une interview à Counterfire[70], que la gauche, « dans des nombreux cas, [...] a participé aux attaques [contre les musulmans] ajoutant l'insulte aux blessures, comme l'illustre la décennie de caricatures islamophobes de Charlie Hebdo »[71].

Cible d'attaques racistes[modifier | modifier le code]

Fiction la représentant en esclave dans Valeurs actuelles[modifier | modifier le code]

En août 2020, l'hebdomadaire Valeurs actuelles la représente en esclave dans une fiction de sept pages, intitulée « Obono l'Africaine »[72]. Les illustrations, notamment un dessin en gros plan, où elle est enchaînée, sont dénoncées par l'ensemble des partis politiques, jusqu'au Rassemblement national[73]. Danièle Obono reçoit un appel téléphonique de soutien du président Macron[74].

Le directeur adjoint de Valeurs actuelles, Tugdual Denis, présente ses excuses « à titre personnel », assurant que son journal n'est « pas raciste ». La rédaction précise, dans un communiqué : « Il s'agit d'une fiction mettant en scène les horreurs de l'esclavage organisé par des Africains au XVIIIe siècle […] terrible vérité que les indigénistes ne veulent pas voir[75]. »

Toutefois, Danièle Obono récuse toute proximité avec les idées des indigénistes[63]. Au-delà des illustrations, unanimement jugées dégradantes[76], Loris Guémart d'Arrêt sur images et Louis Nadau de Marianne soulignent le caractère violemment raciste et sexiste du texte en lui-même, et son acharnement, tant sur les Africains que sur Danièle Obono elle-même[77],[78]. Pour Antoine Perraud de Mediapart, le texte « raciste, hétérophobe et négrophobe » illustre la définition qu'Albert Memmi donnait du racisme : « La valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelles et imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier ses privilèges ou son agression[79]. »

Danièle Obono dénonce de son côté un racisme provenant d'une « extrême droite [...] égale à elle-même » qui serait « l'aboutissement d'un acharnement médiatique »[80]. Le procureur de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « injures à caractère raciste » et Danièle Obono porte plainte considérant « qu’à travers moi c’est les millions de citoyens et de citoyennes que je représente qui ont été attaqués, insultés » et que « cela concentre tous les fantasmes de l’extrême droite sur le grand remplacement »[81].

L’hebdomadaire Valeurs actuelles est condamné dans le cadre de cette affaire : Le directeur de publication, Erik Monjalous, le directeur de la rédaction, Geoffroy Lejeune, et le rédacteur de l’article, Laurent Jullien, sont jugés pour complicité et condamnés à une amende de 1 500 euros chacun. Ils doivent également verser 5 000 euros de dommages et intérêts à Danièle Obono[82].

Réaction et accusations mensongères d'Éric Zemmour sur CNews[modifier | modifier le code]

Sur la chaîne de télévision CNews, le polémiste Éric Zemmour présente le dessin comme une caricature, selon lui légitimée par le fait qu'on « a le droit de se moquer de tout le monde en France »[83]. Dans la même émission, Éric Zemmour accuse la députée de soutenir le terrorisme[84], déclarant qu'il faut la combattre car il l'a « vu dire tout son amour pour Mohammed Merah », une affirmation immédiatement démentie par Danièle Obono, qui demande un droit de réponse à la chaîne. Après recherche, les services de vérification des faits de la radio France Inter et des quotidiens Libération et La Dépêche indiquent n'avoir « trouvé aucune trace d’une telle phrase, ou phrase approchante, dans la bouche de la députée LFI »[84].

CNews refuse néanmoins de diffuser le droit de réponse rédigé par la députée, qui attaque alors la chaîne en justice et obtient gain de cause : son droit de réponse est lu à l'antenne par Christine Kelly le , presque sept mois après les faits ; il commence par ces mots : « Votre chroniqueur Eric Zemmour a porté atteinte à mon honneur, et à ma réputation de femme noire, députée, qui mène la tête haute un combat pour l’égalité contre le racisme. »[85]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription Premier tour Second tour
Voix % Rang Voix % Issue
2017[22] LFI 17e de Paris 4 481 17,00 2e 11 360 50,71 Élue

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Parti Circonscription Premier tour Sièges
Voix % Rang CM CP
2014[86] E!-PG 2e arrondissement de Paris 192 2,80 6e 0/10 0/2

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Avant-propos[modifier | modifier le code]

  • Léon Trotski, Question juive/Question noire, Paris, Syllepse, , 142 p. (ISBN 978-2-84950-294-5, lire en ligne)
    Avant-propos avec Patrick Silberstein : « Salade russe et melting-pot états-unien en forme de composition française »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'expression « non-mixité » a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, notamment dans la fachosphère[60].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Danièle Obono sur le site de l'Assemblée nationale.
  2. a b c d et e Godeau 2017.
  3. Germaine Mapanga, « France : Une gabonaise d'origine élue députée de la 17e circonscription de Paris », Les échos du Congo Brazzaville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. a b et c « Qui est Danièle Obono, la députée ciblée par la fachosphère ? », Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Philippe Makinalok, « Écrits de l’opposant Edzodzomo-Ela sur l’alternance démocratique : peut-on parler d’OPA sur l’opposition gabonaise ? », sur info241.com, (consulté le )
  6. « Martin Edzodzomo-Ela - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le )
  7. « Présidentielle 2016 : Les doutes de Martin Edzodzomo-Ela », Gabonreview.com,‎ (lire en ligne)
  8. RFI, « Danièle Obono, députée (FI) : (sic) « Un moment de crise démocratique profonde » », sur YouTube (consulté le ).
  9. Cécile Mazin, « Avec Danièle Obono, la France Insoumise place une bibliothécaire à l'Assemblée », sur ActuaLitté, .
  10. « Législatives : duel entre une insoumise et une marcheuse dans la 17e circonscription de Paris », sur France 24, .
  11. Sous la dir. de Jacques Marseille, Les Relations économiques entre la France et le Gabon de 1960 à 2000 (mémoire de maîtrise en histoire), Paris, université Paris-I, , 173 p. (SUDOC 112946798).
  12. Danièle Obono-Edzodzomo, « Dynamiques des changements sociaux et politiques en Afrique Subsaharienne : le mouvement syndical entre luttes sociales et combats politiques ».
  13. a et b Soizic Bonvarlet, « La rentrée de Danièle Obono et Florian Bachelier, deux néo-députés à l'Assemblée », sur slate.fr, .
  14. a b et c Remy Dodet, « Danièle Obono, l'insoumise qui embarrasse les insoumis », sur L'Obs, (consulté le )
  15. Ballast numérique, « Danièle Obono : « Il faut toujours être dans le mouvement de masse » », sur Ballast (consulté le )
  16. « « Convergences et alternative » s'arrête, il se dépasse dans le mouvement «Ensemble !». », sur Convergences et alternative, (consulté le )
  17. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Mélenchon en tournée parisienne », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « L'Express - Actualités Politique, Monde, Économie et Culture », sur L'Express (consulté le )
  19. a et b Coralie Lemke, « Résultat législatives 2017: Danièle Obono, une militante altermondialiste à l'Assemblée », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  20. « La collection des « Livrets de la France insoumise » », sur L'Avenir en commun (consulté le ).
  21. « Contre le racisme et les discriminations, faire vivre l'égalité », sur L'Avenir en commun, (consulté le ).
  22. a et b « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  23. Guillaume Chazouillères, « Les députés d'En marche, cancres de l'Assemblée... Notre classement », sur Capital.fr, (consulté le ).
  24. Danièle Obono, « Ma France insoumise », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Députée Obono, épisode 1 : La Marche de l'insoumise », sur Les Jours, (consulté le ).
  26. « À propos », sur Camaradobono (consulté le ).
  27. a b et c « Danièle Obono : « Il faut toujours être dans le mouvement de masse » », sur Ballast, (consulté le ).
  28. Assemblée nationale, « Délégation aux outre-mer - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  29. Assemblée nationale, « Groupe d'études : discriminations et lgbtqi-phobies dans le monde - 15e législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  30. Assemblée nationale, « Composition du groupe d'amitié France-Bangladesh - 15e législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  31. « Attaqué par Danièle Obono, Collomb répond avec le dérapage de l'ex-insoumis Stéphane Poussier », sur Le HuffPost, (consulté le )
  32. « Loi sur l’asile : Collomb évoque des régions « submergées par des flux de demandeurs » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Camille Polloni, « Danièle Obono face à « Valeurs actuelles » : « Je ne cherche pas des excuses, j’attends la justice » », sur Mediapart, (consulté le )
  34. Assemblée nationale, « no 2480 - Proposition de loi de Mme Danièle Obono relative à la stabilisation et la pérennisation des financements et des emplois au sein des associations - XVe législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  35. Stéphane Guérard, « Le tissu associatif tient malgré les coups de canif de l’État », sur L'Humanité, L'Humanité, (consulté le ).
  36. Soizic BONVARLET, « IVG : les députés se prononcent pour l’allongement des délais | LCP », sur lcp.fr, (consulté le )
  37. Fabien Escalona, « Garantie d’emploi: la proposition qui monte et fait débat à gauche », sur Mediapart, (consulté le )
  38. Cécile Beaulieu, « Paris : crack, trafic et insécurité... les jardins du Nord-Est désertés par les familles », sur leparisien.fr, (consulté le )
  39. « Paris : les images d'un enfant blessé par une toxicomane provoquent l'émoi sur Twitter », sur www.marianne.net, (consulté le )
  40. Florent Zephir, « «Ce n’est plus Paris, c’est Kingston en Jamaïque!»: les riverains de Stalingrad crient leur colère », sur fr.sputniknews.com, (consulté le )
  41. a et b Basile Lemaire, « "Nique la France" : un rappeur et un sociologue poursuivis par une association d'extrême droite" », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Les Grandes Gueules : Émission du 21 juin 2017 partie 3 - invité Danièle Obono », sur YouTube, .
  43. a et b « Danièle Obono, députée de la France insoumise et proche des Indigènes de la République », sur Valeurs actuelles, .
  44. David Rachline, « La députée Obono veut pouvoir “niquer la France” ? Alors qu'elle quitte les dorures de la République ! », Front national, (consulté le ).
  45. « Vidéo. Une députée des Insoumis rechigne à dire « Vive la France » et suscite une polémique », sur Sud Ouest.
  46. Chambre criminelle, 11 décembre 2018, 18-80525, non publié au bulletin - cour de cassation, Légifrance.
  47. Justine Chevalier, « Valls réélu en Essonne : pourquoi le recomptage est impossible », sur BFM TV, (consulté le ).
  48. « Législatives : Dieudonné à 3,84% à Évry », sur BFM TV, (consulté le ).
  49. « Valls dénonce le texte de la députée LFI Obono où elle raconte ne pas avoir pleuré Charlie Hebdo mais pour la censure de Dieudonné », sur Europe 1, (consulté le ).
  50. « Pour Obono (LFI), Dieudonné est « un ennemi », « raciste et antisémite » », sur La Croix, (consulté le ).
  51. « Vers l’émancipation, contre la calomnie. En soutien à Houria Bouteldja et à l’antiracisme politique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  52. Pierre Jacquemain, « Danièle Obono : « Plus que l'opposition, nous voulons représenter l'alternative » », sur Regards, (consulté le ).
  53. « Danièle Obono, une léniniste au cœur de la machine La France insoumise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. a et b Bruno Rieth, « L'Insoumise Danièle Obono défend sa « camarade » Houria Bouteldja pour le pire », sur Marianne, (consulté le ).
  55. Geoffroy Clavel, « Parti des Indigènes : des Insoumis se désolidarisent de la députée Danièle Obono », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  56. « Mario Stasi prend la tête de la Licra, et écrit à Mélenchon après les propos de Danièle Obono », sur Europe 1, (consulté le ).
  57. « Mélenchon met les choses au clair avec le Parti des indigènes de la République », sur L'Express, (consulté le ).
  58. Ludovic Galtier, « Danièle Obono critiquée après avoir soutenu « sa camarade » Houria Bouteldja », sur RTL, (consulté le ).
  59. « Au croisement des oppressions : Où en-est-on de l'antiracisme à l'école ? », sur SUD Éducation 93 (consulté le ).
  60. a et b « Jean-Michel Blanquer porte plainte contre un syndicat Sud », Politis,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. a et b « Les ateliers « en non-mixité raciale » du syndicat SUD Éducation 93 créent une polémique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. a et b Sylvain Chazot, « À contre-courant de La France insoumise, la députée Danièle Obono défend les stages en non-mixité raciale », sur lelab.europe1.fr, (consulté le ).
  63. a et b [vidéo] BFM, Danièle Obono face à Jean-Jacques Bourdin sur YouTube, (consulté le )
  64. a et b « Pleurer. Organiser », sur Blog de Danièle Obono, (consulté le ).
  65. a b c et d Louis Nadau, « "Je n’ai pas pleuré Charlie" : Danièle Obono refait l'histoire de son billet de blog du 11 janvier 2015 », sur Marianne, (consulté le ).
  66. « Danièle Obono avait-elle "les yeux secs" devant les morts de Charlie Hebdo, comme le dit Richard Malka ? », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  67. « Danièle Obono face à Jean-Jacques Bourdin en direct - 02/09 » (consulté le ).
  68. « Richard Malka : "J'espère que les Français sont encore Charlie, mais il y a un malaise" », sur France Inter, (consulté le ).
  69. « Danièle Obono avait-elle "les yeux secs" devant les morts de Charlie Hebdo, comme le dit Richard Malka ? », sur France Inter, (consulté le ).
  70. (en) « Danièle Obono : the French left after the Charlie Hebdo attacks », sur Counterfire, (consulté le ).
  71. Sylvain Chazot, « Valls dénonce le texte de la députée LFI Obono où elle raconte ne pas avoir pleuré Charlie Hebdo mais pour la censure de Dieudonné », sur Europe 1, (consulté le ).
  72. « La députée Danièle Obono porte plainte contre Valeurs actuelles », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. Agence France-Presse, « Condamnations unanimes après la représentation de la députée LFI Danièle Obono en esclave dans "Valeurs Actuelles" », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  74. Agathe Lambret, « "Valeurs Actuelles" : Emmanuel Macron a appelé Danièle Obono pour lui exprimer son soutien », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  75. « "Valeurs Actuelles" présente ses excuses à Danièle Obono après l’avoir représentée en esclave », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  76. « Danièle Obono représentée en esclave dans "Valeurs actuelles": condamnation unanime de LFI au RN », sur BFM TV, (consulté le ).
  77. Loris Guémart, « Obono : Valeurs actuelles fictionne son racisme sans l'assumer », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  78. Louis Nadau, « "Obono l'Africaine", ou l'ivresse de la transgression raciste de Valeurs actuelles », sur Marianne, (consulté le ).
  79. Antoine Perraud, « Pourquoi la fiction de «Valeurs actuelles» sur Danièle Obono est raciste », sur Mediapart (consulté le ).
  80. « Le parquet de Paris ouvre une enquête après la représentation de Danièle Obono en esclave dans « Valeurs actuelles » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  81. « La députée Danièle Obono porte plainte contre « Valeurs actuelles » », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. « «Valeurs actuelles» condamné pour injure raciste pour avoir dépeint Danièle Obono en esclave », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. « Éric Zemmour : “Non seulement on a le droit de critiquer Mme Obono, mais on a le devoir de combattre Mme Obono” », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  84. a et b Service Checknews, « Danièle Obono a-t-elle refusé de dire «vive la France» et affirmé son amour pour Merah, comme le dit Zemmour ? », sur Libération, (consulté le ).
  85. Sandrine Cassini, « CNews a traîné des pieds pour lire un droit de réponse de Danièle Obono », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]