Anne Vignot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anne Vignot
Illustration.
Anne Vignot en 2020.
Fonctions
Maire de Besançon
En fonction depuis le
(2 jours)
Élection 28 juin 2020
Coalition EELV-G·s-PCF-PS
Prédécesseur Jean-Louis Fousseret
Présidente de Grand Besançon Métropole
En attente d'investiture –
Prédécesseur Jean-Louis Fousseret
Adjointe au maire de Besançon

(6 ans, 2 mois et 29 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Jean-Louis Fousseret
Conseillère régionale de Franche-Comté

(5 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 21 mars 2010
Président Marie-Guite Dufay
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Dole (Jura)
Nationalité Française
Parti politique EELV (depuis 2010)
Diplômée de Université de Franche-Comté
Profession Ingénieure de recherche

Anne Vignot
Maires de Besançon

Anne Vignot, née le à Dole (Jura), est une géographe et femme politique française.

Membre d'Europe Écologie Les Verts, elle est conseillère régionale de Franche-Comté de 2010 à 2015 et adjointe au maire de Besançon de 2014 à 2020. À l'issue des élections municipales de 2020, elle devient la première femme maire de Besançon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et vie familiale[modifier | modifier le code]

Anne Vignot nait le à Dole d'un père ouvrier à l'usine Solvay de Tavaux et d'une mère femme au foyer[1],[2],[3],[4]. Elle grandit dans la cité ouvrière de Tavaux avec son frère et ses trois sœurs[2],[4].

Elle est mère d'un fils, né en 1988, qu'elle a élevé seule[2],[4].

Études et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Anne Vignot fait des études supérieures à l'université de Franche-Comté à Besançon[3],[4] où elle obtient un DEA de géographie. En 1984, elle entre au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), d'abord en tant que technicienne[1], puis elle y devient ingénieure de recherche[1] au laboratoire Chrono-environnement[3].

Elle est directrice du jardin botanique de Besançon de 2006 à 2014[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Conseillère régionale de Franche-Comté[modifier | modifier le code]

Anne Vignot (à droite) avec les députées européennes Eva Joly et Sandrine Bélier et les autres têtes de listes départementales Europe Écologie pour les élections régionales de 2010.

Anne Vignot entre en politique en 2010, à 50 ans, en rejoignant le député de Besançon Éric Alauzet (LV) aux élections régionales de 2010. Elle est élue conseillère régionale de Franche-Comté[1].

Aux élections régionales de 2015, elle figure en dernière position de la liste écologiste dans le Doubs[6] et n'est pas réélue.

Adjointe au maire de Besançon[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014 à Besançon, elle rejoint la liste d'union de la gauche portée par Jean-Louis Fousseret, qui recueille 33,6 % des voix au premier tour, puis 47,38 % au second tour. Réélu maire, Jean-Louis Fousseret la nomme adjointe chargée du développement durable, de l'environnement, du cadre de vie et de la transition énergétique.

Élection à la mairie de Besançon en 2020[modifier | modifier le code]

Anne Vignot annonce le son intention de briguer la succession de Jean-Louis Fousseret aux élections municipales de 2020 à Besançon en déclarant vouloir mener une liste d'union de la gauche réunissant EELV, G·s, LFI, le PCF et le PS[7].

En mars 2019, Anne Vignot, Christophe Lime, adjoint au maire et membre du PCF, et Joseph Gosset, porte-parole de l'association À gauche citoyens ! se rassemblent dans un collectif dénommé « L'Équipe » en vue d'une candidature unique de la gauche pour les élections municipales[8]. Lors d'une conférence de presse se déroulant le au Kursaal, L'Équipe officialise la candidature d'Anne Vignot comme tête de liste[9]. Au début du mois d'octobre, L'Équipe enregistre le ralliement du Parti socialiste et de son candidat Nicolas Bodin, ainsi que de la section locale du parti Génération.s menée par l'ancienne députée socialiste frondeuse Barbara Romagnan, faisant d'Anne Vignot la tête d'une liste d'union de la gauche. Elle lance sa campagne le au Kursaal en présence des autres figures de proue du rassemblement[10].

Le 21 décembre, le nom de la liste menée par Anne Vignot, « Besançon par nature », est dévoilé et le soutien de trois nouvelles formations, le Parti radical de gauche, Cap21 et Urgence écologie, est officialisé[11]. La composition de la liste est présentée le samedi sur le site de la Malcombe : la moyenne d'âge est de 47 ans et elle comporte 14 élus sortants et 26 personnes issues de la société civile[12],[13]. En deuxième position se trouve le socialiste Nicolas Bodin, 48 ans, deuxième adjoint lors de la mandature 2014-2020 ; Christophe Lime, chef de file du Parti communiste est en quatrième position ; l'ancienne députée socialiste et désormais membre de Génération.s Barbara Romagnan est en dernière position.

Le , une trentaine d'élus et anciens élus de la ville et de la région publient un texte de soutien à la candidate : « Nous sommes convaincu·e·s qu’Anne Vignot et son équipe feront de Besançon une ville pleinement ancrée dans le XXIe siècle : une ville où il fait bon vivre, une ville résiliente, une ville durable, une ville attractive. »[14]. Parmi les signataires se trouvent la présidente socialiste de la région Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite Dufay, l'ancienne députée socialiste Barbara Romagnan, le sénateur Martial Bourquin, l'ancien conseiller régional écologiste et frère du maire sortant Alain Fousseret, et des anciens ou actuels adjoints du maire sortant. Le , elle reçoit le soutien de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et de la maire de Rennes, Nathalie Appéré[15].

Le , à l'issue du second tour des élections municipales qui se tient durant la pandémie de Covid-19 et qui est marqué par une abstention record, la liste qu'elle conduit arrive en tête avec 43,83 % des voix, devant celles de Ludovic Fagaut (LR) et d'Éric Alauzet (LREM)[16],[17],[18]. Le , elle est élue maire par le conseil municipal de Besançon, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Dir. avec Monique Clavel-Lévêque, Cité et Territoire, t. II, Paris, Presses universitaires de Franche-Comté, , 276 p. (ISBN 2-913322-07-7)
  • Équilibres et rupture dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l'Ouest : Actes du colloque international de Besançon 18-22 septembre 2000, Presses universitaires de Franche-Comté, (ISBN 978-2-84627-057-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Juliette Delage, « Anne Vignot, du CNRS à la mairie de Besançon », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Catherine Chaillet, « Retour sur le parcours personnel et politique d’Anne Vignot, la candidate verte », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  3. a b et c Marie-Coralie Fournier, « Municipales à Besançon : qui est Anne Vignot, la nouvelle maire ? », sur France Bleu Besançon, (consulté le 29 juin 2020).
  4. a b c et d Jérémy Chevreuil, « Portrait. Qui est Anne Vignot, la nouvelle maire écologiste de Besançon ? », sur France 3 Franche-Comté, (consulté le 29 juin 2020).
  5. « Anne Vignot, une femme écologiste à la tête de Besançon », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  6. « La liste des candidats aux élections régionales Bourgogne Franche Comté », sur doubs.gouv.fr, (consulté le 30 juin 2020).
  7. Jérémy Chevreuil, « Anne Vignot : « Je suis aujourd'hui candidate pour un projet écologiste à Besançon » », sur Le blog politique, (consulté le 18 juin 2019).
  8. « Municipale 2020 : trois politiques créent "L'équipe" pour représenter la gauche bisontine », sur macommune.info, (consulté le 12 octobre 2019)
  9. « Anne Vignot pressentie tête de liste de l'"Équipe" EELV - PCF - À Gauche Citoyen », sur macommune.info, (consulté le 12 octobre 2019)
  10. « Municipales 2020 : l’union de la gauche, nouvelle version à Besançon. », sur L'Est républicain, (consulté le 13 octobre 2019).
  11. Virginie Vandeville, « Municipales 2020 à Besançon : la liste " Besançon par nature " est lancée par Anne Vignot », sur francebleu.fr, (consulté le 26 décembre 2019).
  12. Marianne Naquet, « Municipales à Besançon : Anne Vignot dévoile les noms de sa liste "Besançon par nature" », sur francebleu.fr, (consulté le 17 février 2020).
  13. Damien Poirier, « Municipale : Anne Vignot dévoile l'intégralité de sa liste "Besançon par nature" », sur macommune.info, (consulté le 17 février 2020).
  14. « Municipale 2020 : Marie-Guite Dufay, Patrick Ayache, Alain Fousseret soutiennent... Anne Vignot », sur macommune.info, (consulté le 19 février 2020).
  15. Marie-Coralie Fournier, « Municipales à Besançon : la maire sortante de Paris, Anne Hidalgo, soutient l'écologiste Anne Vignot », sur francebleu.fr, (consulté le 24 juin 2020).
  16. « Besançon : L'écologiste Anne Vignot vit ses premières heures comme nouvelle maire de la ville du Doubs », sur France 3 Franche-Comté, (consulté le 29 juin 2020).
  17. AFP, « Anne Vignot, une femme écologiste à la tête de Besançon », Le Point,‎ (lire en ligne)
  18. « Municipales à Besançon: l'écologiste Vignot devance d'une courte tête le candidat LR », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]