Théorie du ruissellement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La théorie du ruissellement ou théorie du ruissèlement (en anglais, trickle down economics) est une théorie économique non démontrée selon laquelle l'État doit permettre l'enrichissement des plus aisés afin que ceux-ci réinjectent dans le système économique, par le biais de l'épargne (investissement) ou de la consommation, les revenus engrangés. Cela contribuerait à augmenter l'activité économique et l'emploi du reste de la société. Cette théorie est rangée dans la famille des théories néolibérales.

Concept[modifier | modifier le code]

La théorie du ruissellement est une théorie qui estime qu'une politique favorisant les revenus des plus riches, notamment par une réduction de leurs impôts, profite à toute l'économie. Cette réduction d'impôts permettrait de dégager des revenus auparavant ponctionnés par l’État, qui seraient réinvestis par les plus riches dans l'économie. Ce réinvestissement ruissellerait jusqu'aux classes populaires[1].

Histoire de l'expression[modifier | modifier le code]

En économie[modifier | modifier le code]

Le terme de « ruissellement » est employé par Arthur Okun afin de désigner les bienfaits de la diffusion large de l'innovation dans une économie. Ces bienfaits profitent à tous en partant du haut au fur et à mesure que l'innovation est vendue au grand public[2]. Or, l'innovation affecte la distribution des revenus, puisque le surplus de l'innovation prend notamment la forme d'augmentations des salaires réels, qui se diffusent dans toute l'économie, selon le prix Nobel d'économie Paul Romer[3]. L'économiste William Baumol remarque que « l'augmentation générale sans précédent du niveau de vie du monde développé depuis la Révolution industrielle n'aurait pu avoir lieu, pour sa plus grande part, sans les innovations de cette révolution »[4].

Le dictionnaire Merriam-Webster note que le premier usage du mot « ruissellement » dans le sens économique remonte à 1944[5], et celui de « théorie du ruissellement » à 1954[6].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

William Jennings Bryan critique la théorie du ruissellement lors du discours de la Croix d'or de 1896.

En 1896, William Jennings Bryan, candidat démocrate à l'élection présidentielle, utilise le premier la métaphore du ruissellement, sans utiliser ce terme, lors du discours de la Croix d'or :

« Il y a deux conceptions du gouvernement. Il y a ceux qui croient que si on légifère simplement pour laisser prospérer les plus riches, leur prospérité retombera sur ceux en-dessous. La conception démocrate veut que si on légifère pour rendre les masses prospères, leur prospérité remontera à travers toutes les classes qui se reposent sur elle »[7],[8].

L'humoriste Will Rogers plaisante dans un journal de 1932, pendant la Grande Dépression[9] :

« Cette élection a été perdue il y a quatre et six ans, non pas cette année. Ils [les Républicains] n'ont commencé à penser au commun des mortels qu'au début de la campagne électorale. L'argent a été attribué en totalité aux classes supérieures en espérant qu'il parviendrait aux nécessiteux. M. Hoover était ingénieur. Il savait que l'eau ruisselle. Mettez-la en haut d'un versant et laissez-la partir, elle atteindra le point le plus sec. Mais il ne savait pas que l'argent remonte. Donnez-le aux gens au bas de l'échelle, les gens en haut l'auront avant la nuit, d'une façon ou d'une autre. Mais au moins, il sera passé entre les mains des pauvres. Ils ont sauvé les grandes banques, mais les petites sont parties en fumée. »[10]

En politique[modifier | modifier le code]

La théorie du ruissellement apparaît dans le débat public dans les années 1980 avec Ronald Reagan et Margaret Thatcher[11].

Ronald Reagan présente son plan de baisse d'impôts en 1981.

Ronald Reagan, Président des États-Unis de 1981 à 1989, met en pratique les Reaganomics. Le taux marginal d'imposition passe de 70% en 1980 à 28% en 1987. Les inégalités et la dette augmentent, et la croissance est plus faible[12].

Critiques et limites[modifier | modifier le code]

Déficit d'arguments[modifier | modifier le code]

La théorie du ruissellement n'est soutenue par presque aucun économiste. Il est quasiment impossible de trouver un économiste qui, depuis les années 1990, ait pu prouver l'existence d'effets bénéfiques d'une baisse d'impôts sur les plus riches sur la croissance[13]. Cela conduit le journaliste économique Jean-Marc Vittori à écrire que si la théorie économique du ruissellement n'existe pas dans le monde académique, elle continue d'être proposée politiquement[14],[15].

Le sociologue et historien Richard Sennett considère que la théorie du ruissellement est efficace car elle permet de faire rêver d'une économie et donc d'une vie meilleure aux pauvres, de manière analogue à la promesse du paradis de la Bible[16].

Propension marginale à consommer décroissante[modifier | modifier le code]

Un argument utilisé à l'encontre de la théorie du ruissellement est que la propension marginale à consommer décroît en fonction des revenus. Le sociologue Jean Ziegler remarque ainsi que les besoins n'étant pas illimités, il est peu probable que quelqu'un qui gagne 150 000€ par mois dépense, comme celui qui gagne 1500€, 20% de son revenu à l'alimentation[16].

Thésaurisation[modifier | modifier le code]

La théorie du ruissellement se fonde sur l'hypothèse selon laquelle un gain de revenus des plus riches serait immédiatement et en grande partie réinvesti dans l'économie. Cela n'est pas démontré. Une étude de 2012 du Tax Justice Network tend à montrer que l'épargne des très riches, plutôt que de ruisseler vers le bas, ruissellerait vers les paradis fiscaux où elle n'est pas taxée[17].

Accroissement des déficits et de la dette[modifier | modifier le code]

Ziegler remarque que l'échec des politiques de ruissellement se traduit par la perte de revenus de l’État, due à ce que les baisses d'impôts sur les plus riches ne sont pas compensées par un accroissement des revenus suffisant pour accroître la base d'imposition. Cela entraîne des déficits budgétaires importants. La baisse des revenus mène également au démantèlement des services publics qui ont été à la source de la paupérisation croissante des couches inférieures des sociétés occidentales[18].

Accroissement des inégalités et ralentissement de la croissance[modifier | modifier le code]

Les années après la crise économique mondiale de 2008 voient la publication de plusieurs recherches tendant à montrer que l'accroissement des inégalités ralentit la croissance économique et fait augmenter le chômage. Ainsi d'une étude de l'OCDE (2014) et du FMI (2015)[19],[20]. Certaines études régionales ou nationales, comme aux Philippines, montrent que les baisses d'impôts sur les plus riches n'ont ruisselé qu'en infime partie sur les classes non-aisées, qu'elles n'ont pas stimulé l'investissement, et qu'elles ont mené à une augmentation des inégalités[21].

Le papier du FMI conclut que « si la part du revenu des 20% les plus riches augmente, la croissance du PIB diminue sur le moyen terme, ce qui suggère que les bénéfices ne ruissellent pas. A contrario, une augmentation de la part des 20% les plus pauvres est associée avec une augmentation du PIB »[22]. Les canaux de l'épargne, de l'investissement, du crédit et de la consommation sont moins efficaces pour générer de la croissance lorsque les inégalités sont fortes[23].

Effets sur l'emploi[modifier | modifier le code]

Une étude de 2019 du Journal of Political Economy analysant des données de différents pays montre que les baisses d'impôts sur les plus riches n'ont aucun effet ou seulement une faible influence sur le niveau d'emploi. L'étude montre une relation importante entre la baisse d'impôts sur les plus pauvres et la création d'emplois[24].

Une étude de 2020 menée par des chercheurs de la London School of Economics analyse les conséquences de baisses d'impôts sur les plus riches dans dix-huit pays membres de l'OCDE. Les résultats indiquent que ces baisses d'impôts n'ont eu aucun effet significatif sur l'emploi, ainsi que sur la croissance. Elles ont toutefois fait augmenter les inégalités[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud PARIENTY, Le mythe de la " théorie du ruissellement ", La Découverte, , 85 p. (ISBN 978-2-348-04126-6, lire en ligne)
  2. (en) Arthur M. Okun, Equality and Efficiency, the Big Tradeoff, Brookings Institution, (ISBN 9780815764762, lire en ligne), p. 46–47
  3. Paul Romer, « New goods, old theory, and the welfare costs of trade restrictions », Journal of Development Economics, vol. 43, no 1,‎ , p. 5–38 (ISSN 0304-3878, DOI 10.1016/0304-3878(94)90021-3, lire en ligne, consulté le 11 octobre 2019)
  4. (en) William J. Baumol, The Microtheory of Innovative Entrepreneurship, Princeton University Press, (ISBN 9781400835225, lire en ligne), p. 80
  5. (en) « trickle-down », sur Merriam-Webster Dictionary (consulté le 17 septembre 2010).
  6. (en) « trickle-down theory », sur Merriam-Webster Dictionary (consulté le 17 septembre 2010).
  7. (en) Bryan's "Cross of Gold" Speech: Mesmerizing the Masses, historymatters.com.
  8. « There are two ideas of government. There are those who believe that if you just legislate to make the well-to-do prosperous, that their prosperity will leak through on those below. The Democratic idea has been that if you legislate to make the masses prosperous their prosperity will find its way up and through every class that rests upon it. »
  9. « Will Rogers on "trickle up" economics », sur WiredPen, (consulté le 11 mars 2017)
  10. (en) « This election was lost four and six years ago, not this year. They [Republicans] didn’t start thinking of the old common fellow till just as they started out on the election tour. The money was all appropriated for the top in the hopes that it would trickle down to the needy. Mr. Hoover was an engineer. He knew that water trickles down. Put it uphill and let it go and it will reach the driest little spot. But he didn’t know that money trickled up. Give it to the people at the bottom and the people at the top will have it before night, anyhow. But it will at least have passed through the poor fellows hands. They saved the big banks, but the little ones went up the flue. »
  11. Pascal Riché, « La "théorie du ruissellement", fable des années 1980 », sur nouvel obs, (consulté le 20 novembre 2017)
  12. Gérald Roux, « C'est comment ailleurs ? La "théorie du ruissellement" aux Etats-Unis », sur France info, (consulté le 20 novembre 2017)
  13. (en-US) Thomas Sowell, « The “Trickle Down” Left: Preserving a Vision », Capitalism Magazine,‎ (lire en ligne)
  14. Frantz Durupt, « Enrichir les riches: la «théorie du ruissellement» n'existe pas, mais inspire des politiques inefficaces », sur Libération, (consulté le 20 novembre 2017)
  15. Jean-Marc Vittori, « Un vrai problème sous la fausse théorie du ruissellement », sur Les Échos, (consulté le 20 novembre 2017)
  16. a et b Jean Ziegler, Les Nouveaux Maîtres du monde : Et ceux qui leur résistent, Seuil, , 2e éd. (1re éd. 2002) (ISBN 978-2-02-061177-0)
  17. (en) « Wealth doesn't trickle down – it just floods offshore, research reveals », sur the Guardian, (consulté le 20 décembre 2020)
  18. Halimi 2012.
  19. Voir sur latribune.fr.
  20. Voir sur lemonde.fr.
  21. (en) Parel, Danileen Kristel C., « Growth and Redistribution: Is there 'Trickle Down' Effect in the Philippines? », Philippine Institute for Development Studies Papers,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  22. (en) « Causes and Consequences of Income Inequality : A Global Perspective », sur IMF (consulté le 20 décembre 2020)
  23. Guillaume Allègre, « Impact des inégalités sur la croissance : que sait-on vraiment ?: Une (brève) revue de littérature », Revue de l'OFCE, vol. 142, no 6,‎ , p. 371 (ISSN 1265-9576 et 1777-5647, DOI 10.3917/reof.142.0371, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)
  24. Owen Zidar, « Tax Cuts for Whom? Heterogeneous Effects of Income Tax Changes on Growth and Employment », Journal of Political Economy, vol. 127, no 3,‎ , p. 1437–1472 (ISSN 0022-3808, DOI 10.1086/701424, S2CID 158844554, lire en ligne)
  25. David Hope et Julian Limberg, « The Economic Consequences of Major Tax Cuts for the Rich », sur LSE International Inequalities Institute, LSE International Inequalities Institute, (consulté le 18 décembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]