Corbas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corbas
Corbas
L'hôtel de ville en 2018.
Blason de Corbas
Blason
Corbas
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Alain Viollet
2020-2026
Code postal 69960
Code commune 69273
Démographie
Gentilé Corbasiens
Population
municipale
11 108 hab. (2018 en augmentation de 1,28 % par rapport à 2013)
Densité 935 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 07″ nord, 4° 54′ 10″ est
Altitude 210 m
Min. 188 m
Max. 228 m
Superficie 11,88 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune du pôle principal)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Corbas
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Corbas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbas
Liens
Site web www.ville-corbas.fr

Corbas [kɔʁba] est une commune française située dans la métropole de Lyon et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Corbas.

La commune se développe sur 1 190 hectares.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située en banlieue sud-est de Lyon, à 10 kilomètres de cette ville et à la limite sud de la Métropole de Lyon au périmètre de laquelle elle appartient depuis 1969. Elle fait partie des communes dites de l'Est lyonnais.

Compte tenu de sa proximité avec Lyon, elle a connu une rapide urbanisation à partir des années 1960, passant du statut de village rural à celui de petite ville. Elle inaugure son premier lotissement en juin 1960 "La Villerme" dédié aux ouvriers de l'entreprise Berliet (située à Vénissieux) en présence de Paul Berliet.

Les municipalités successives ont toujours voulu préserver l'environnement agricole et naturel de Corbas, de plus en plus indispensable au fil des années et de l'urbanisation[1]. La ville s'est aussi investie dans l'embellissement de la cité, en particulier dans son effort de fleurissement, remportant une première fleur en 1993 puis trois au classement des villes fleuries.

Elle héberge la Maison d'arrêt de Lyon-Corbas.

Corbas essaie de ralentir son urbanisation depuis le début des années 1990 (une trentaine de logements nouveaux sont construits chaque année en moyenne[réf. nécessaire]) malgré toutes les difficultés pour maîtriser le plan d'urbanisme.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief, hydrographie et climat[modifier | modifier le code]

Le territoire communal n'est traversé par aucun cours d'eau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans le sens nord - sud par la route départementale 57 de Lyon à Marennes et dans le sens est - ouest par la route départementale 301 aménagée en autoroute, qui relie l'autoroute A7 à Feyzin à l'ouest à l'autoroute A46 à l'est.

Transports en Commun Lyonnais[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les réseaux TCL et les Cars du Rhône du SYTRAL

  • Ligne Bus TCL Ligne Zi1 de Gare de Vénissieux à St-Priest Gare
  • Ligne Bus TCL Ligne 54 de Gare de Vénissieux à Corbas les Taillis
  • Ligne Bus TCL Ligne 76 de Décines Grand Large à Corbas les Balmes
  • Ligne Bus TCL Ligne 87de Gare de Vénissieux à Mions Bourdelle
  • Ligne Bus en mode C Ligne C25 de Gare Part-Dieu Vivier-Merle à Sogaris Promotrans
  • Ligne Bus TCL Ligne 111 de Vénissieux Parilly - Corbas Mairie (limite TCL) à Vienne (Les Cars du Rhône)
  • Ligne Bus TCL Ligne 112 de Vénissieux Parilly - Corbas Musée de l’aviation (limite TCL) à Valencin (Les Cars du Rhône)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Corbas est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[5] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (66,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (52,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (33,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (32,7 %), zones urbanisées (24,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (8,3 %), mines, décharges et chantiers (0,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune viendrait de corbier, dérivé du mot cormier[12] et non du corbeau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie, aujourd'hui appelée « mairie 1860 ».

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945[a 1]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 Charles Jocteur ... ...
Pierre Rivière PS  
André Sardat RPR puis UMP  
[14] Thierry Butin PS Agriculteur
Jean-Claude Talbot PS Retraité
En cours Alain Viollet[15] DVG[16] Cadre commercial

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Métropole de Lyon, dont elle représente environ 2,23 % du territoire et 0,8 % de la population en 2018[Note 3].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation de Corbas et Corbetta.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[17],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 11 108 habitants[Note 5], en augmentation de 1,28 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
354377374396427412408387414
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
4574374225155856306077341 362
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
2 2083 2256 3758 1019 2599 48610 62111 20911 108
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Corbas est située dans l'académie de Lyon.

La commune gère trois écoles primaires publiques : Jacques-Prévert, Jean-Jaurès et Marie-Curie. Le département gère le collège René-Cassin[20].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'association Mémoires corbasiennes a fêté en 2010 avec la ville, les écoles et les associations, le 150e anniversaire de la commune, qui s'était séparée de celle de Marennes en 1860. À cette occasion, l'association a publié un livre sur l'histoire de la commune "Corbas, du hameau à la ville". Elle organise également tout au long de l'année des visites et des conférences.

Mais le vrai grand pôle culturel de Corbas est son centre culturel municipal "Le Polaris" situé avenue de Corbetta. Il regroupe le théâtre (spectacles, expositions et projection cinéma), la médiathèque municipale, l'école municipale de musique, l'école municipale d'arts plastiques, le Point Accueil Jeune (PAJ) et un studio de danse.

Santé et sport[modifier | modifier le code]

Environnement et Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Début du Chemin rouge entre la mairie et la rue du Champ Blanc

L'Apeco, l'association pour la protection de l'environnement de Corbas œuvre dans des domaines très variés comme les sorties nature, des visites d'installations ayant un rapport avec l'environnement[21], des soirées-débats sur un thème précis, le suivi des enquêtes publiques sur les installations à risques ou les projets d'urbanisme, des interventions auprès des responsables et des pouvoirs publics.

Dans le domaine environnemental, son action est surtout orientée vers la sensibilisation. Elle organise des sorties découverte du patrimoine naturel de la commune[22]. D'après les comptages effectués, on trouve aussi le bruant proyé, le faucon crécerelle et des oiseaux migrateurs comme la grande aigrette, la cigogne blanche et le faucon émerillon.

Elle effectue aussi des actions d'inventaire des arbres les plus intéressants répertoriés sur la commune comme le mûrier blanc[23] lié aux magnaneries qui fonctionnaient sur la commune depuis le XIXe siècle, le chêne pédonculé, le saule blanc, le frêne, le cèdre du Liban et le pin noir.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Lyon (située dans la Zone industrielle, au pied du château d'eau) . La ville possède une tradition industrielle dans la technologie de l'Usinage par abrasion.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de Corbas
Planeurs

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Aérodrome de Lyon - Corbas, est aérodrome restreint permettant l'évolution de planeurs et monomoteurs, ainsi que la pratique du parachutisme et du modélisme.
  • En fait d'église, le premier édifice de Corbas fut une chapelle située à l'intérieur du cimetière actuel. Un prêtre, l'abbé Bully, y fut nommé en 1865 quand Corbas devint une paroisse. Après un choix difficile qui opposa les habitants pour savoir s'il fallait construire une nouvelle église, on construisit un nouvel édifice, La nouvelle église St Jacques, inaugurée en pleine guerre contre l'Allemagne, le 13 novembre 1870[26].
  • Le fort de Corbas, ouvrage militaire faisant partie de la deuxième ceinture de Lyon, seul fort de la place doté d'une tourelle Mougin. Il appartient aujourd'hui au Ministère de l'Intérieur (pas visitable par le grand public).
  • EALC Corbas musée d'aviation avec plus de 35 machines exposées ainsi que de nombreux moteurs. Toutes les visites sont guidées par des bénévoles passionnés.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Corbas (Rhône).svg

Les armes de la commune de Corbas se blasonnent ainsi :
De gueules aux trois cellules d'abeilles hexagonales de sable, accolées bordées d'argent, remplies d'or, au chef cousu d'azur chargé d'un dauphin versé d'argent, la tête regardant vers dextre, soutenu d'un vol fait d'un filet en chevron renversé courbé du même[28].

Le logo

Le logo de Corbas a été élaboré en 1992 à partir de symboles aériens évoquant la notion de bien vivre à Corbas[Note 6], et bien évidemment la vocation de base aérienne de la commune avec son terrain d'aviation. Le gros soleil ascendant dont le jaune donne une note claire à l'ensemble représente l'essor économique et la volonté de privilégier le dynamisme, de faire en sorte que chacun puisse s'épanouir et se tourner vers l'avenir.

Cette symbolisation repose sur quatre couleurs : le rouge pour l'industrie, le bleu pour l'habitat, le jaune pour le soleil et la qualité de vie, le vert pour l'environnement[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Calcul basé sur les données de l'INSEE
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. Les espaces verts représentent le tiers de la superficie communale

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une vingtaine d'exploitations agricoles représentant quelque 500 hectares fortement remembrées ces dernières années
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Jean Coste, Dictionnaire des noms propres : toponymes et patronymes de France : quelles origines, quelles significations ?, Paris, Armand Colin, , 701 p. (ISBN 2-200-26969-2), p. 132.
  13. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  14. Son élection a été invalidée par le Conseil d'État le 31 juillet 2009 pour avoir réglé directement une dépense liée à sa campagne électorale sans passer par son mandataire financier. Il a en outre été déclaré inéligible pour un an.
  15. « Corbas: Alain Viollet est le nouveau maire », sur leprogres.fr, .
  16. Florence Villard, « Corbas : Alain Viollet candidat de l’Union de la Gauche », sur leprogres.fr, .
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « La DSDEN du Rhône », sur le site de l'académie de Lyon, (consulté le ).
  21. Par exemple, recyclage des boues d'une station d'épuration ou des eaux usées d'une usine.
  22. Par exemple, observation des courlis cendrés ou des alouettes des champs, espèces très nombreuses avec la présence du terrain d'aviation qui représente un prairie sèche de 114 hectares
  23. Une cinquantaine de mûriers blancs centenaires
  24. Lyon et son agglomération : les enjeux d'une métropole européenne, par Jacques Bonnet, 1987
  25. Metal Fishing", Metals and Plastics Publications, 1991
  26. Coût total de 32 000 francs (de l'époque) payé par la commune avec une subvention de l'état de 5 000 francs
  27. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  28. « Corbas », sur labanquedublason2.com (consulté le ).
  29. « Le logo et le blason », sur ville-corbas.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoires corbasiennes, Corbas, du hameau à la ville, Corbas, Association Mémoires corbasiennes, , 205 p. (ISBN 978-2-7466-2302-6)
  1. p. 47.
  2. p. 167.

Liens externes[modifier | modifier le code]