Langue d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Langue d'Auvergne, avec celles de Provence, de France, d'Italie, d'Angleterre (comprenant la Bavière et la Russie), de Castille (et Portugal), d'Allemagne, puis d'Aragon (en 1462), est l'une des huit premières « langues » (ou « provinces ») de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Hospitaliers).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Grand prieuré d'Auvergne.

La Langue d'Auvergne ne comporte qu'un prieuré, créé en 1233, et regroupe jusqu'à 51 commanderies. Le siège du prieur est d'abord à Olloix, puis à Lureuil en 1475 et à Bourganeuf en 1530 dans l'ancienne Marche (département de la Creuse), avant d'être déplacé à Lyon en 1787[1]. En dépendait tout le centre et l'est de la France : l'Auvergne et le Velay, le Limousin, la Marche, le Berry, le sud de l'Orléanais, le Bourbonnais, le sud du duché de Bourgogne et le Bugey, la Franche-Comté, le Lyonnais et le Forez, le nord du Dauphiné, le nord de la Savoie et la partie ouest de la Suisse[2].

Le pilier de la « langue d'Auvergne », qui était un chevalier de la langue élu par tous les autres chevaliers de cette langue avait la responsabilité de la tenue de l'auberge au siège de l'Ordre à Rhodes puis à Malte. Il portait dans l'organisation hiérarchique de l'Ordre la dignité de bailli capitulaire et était automatiquement investi de la responsabilité de « grand maréchal » de l'Ordre, ce qui faisait de lui le commandant militaire des frères chevaliers et servants d'armes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. J. A. Sire (1994) p. 126-130.
  2. Ces régions possèdent des dialectes ayant un fond médioroman commun avec la langue auvergnate. Source : "De l'Auvergne : 2600 ans au cœur de la Gaule et de la France centrale." Pierre Bonnaud ; éditions Créer, 2003, Nonette. (ISBN 2-84819-0019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hippolyte Bouffet, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne.
  • Anatole de Charmasse, « État des possessions des Templiers et des Hospitaliers en Maconnais, Charollais, Lyonnais, Forez et partie de la Bourgogne d'après une enquête de 1333 », Mémoires de la Société éduenne, Autun, t. 7,‎ , p. 105-147, disponible sur Gallica
    Les premières maisons enquêtées sont du grand prieuré de Champagne (jusqu'à Beaune, p. 128), voir à partir de Nushiles (Rhode, Saône-et-Loire) pour les maisons de la langue d'Auvergne.
  • Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte -- Langue d'Auvergne, t. I, (lire en ligne), p. 197 (H. 244.)
    En particulier p. 197 (H. 244) qui contient le nom latin de toutes les commanderies d'Auvergne en 1374-1375 (comptes du receveur dans le grand prieuré d'Auvergne).
  • Georges Guigue et Claude Faure, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 - Rhône : 48 H 703 à 48 H 2400 : Ordre de Malte, Langue d'Auvergne, Henri Georg, (présentation en ligne)
  • Georges Guigue et Claude Faure, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 - Rhône : 48 H. 2401 à 48 H. 3422 : Ordre de Malte, Langue d'Auvergne, Henri Georg, (présentation en ligne)
  • Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, 1883, Lyon, Genève, Bâle, Librairie Générale Henri Geors.
  • E. Parinet, « Le Grand prieuré et les Grands prieurs d'auvergne », Mémoires de la société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, t. XXV,‎ , p. 1-40, disponible sur Gallica
  • Éric Thiou, Dictionnaire biographique et généalogique des chevaliers de Malte de la langue d'Auvergne sous l’Ancien Régime, préface du bailli de Pierredon, Éditions Mémoire et Documents, Versailles, 2002, 344 p.
  • Jean-Bernard de Vaivre, « Les six premiers prieurs d'Auvergne de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, vol. 141, no 4,‎ , p. 965-996 (lire en ligne)
  • Vialet Frédérique, Besson-Benoît Christiane, Chabanon-Pouget Claude, L'Ordre souverain de Malte en Haute-Loire, Association des amis du Baptistère Saint-Jean, Le Puy-en-Velay 1989

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :