Chaponnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chaponnay
Chaponnay
La mairie.
Blason de Chaponnay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ozon
Maire
Mandat
Raymond Durand
2020-2026
Code postal 69970
Code commune 69270
Démographie
Gentilé Chaponnaysards / Chaponnaysardes
Population
municipale
4 336 hab. (2018 en augmentation de 12,07 % par rapport à 2013)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 42″ nord, 4° 56′ 13″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 367 m
Superficie 18,89 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Saint-Symphorien-d'Ozon
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chaponnay
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chaponnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaponnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaponnay
Liens
Site web http://www.mairie-chaponnay.fr/

Chaponnay est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaponnay se situe en banlieue sud-est de Lyon et fait partie des communes dites de l'Est Lyonnais.

Les communes limitrophes sont : Corbas, Mions, Marennes, Saint-Pierre-de-Chandieu, Valencin, Villette-de-Vienne, Saint-Just-Chaleyssin, Luzinay.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chaponnay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[4] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,9 %), zones agricoles hétérogènes (19,9 %), forêts (10,2 %), zones urbanisées (9,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,3 %), prairies (6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement rattachée au département de l'Isère, la commune de Chaponnay est transférée, comme l'ensemble du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, au département du Rhône par la loi no 67-1205 du .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité

[réf. nécessaire]
Henri Valencin[11]    
Joanny Odet[11]    
Jean-Paul Rolland    
En cours Raymond Durand UDF puis NC-UDI Informaticien retraité
Député de la 11e circonscription du Rhône (2008 → 2012)
Conseiller général du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon (1994 → 2015)
Vice-président du conseil général du Rhône (2001 → 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de l'Ozon.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 4 336 habitants[Note 3], en augmentation de 12,07 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0648539661 0801 1631 2151 2621 2851 240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1561 1621 1521 0561 0801 1001 2301 2161 242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2281 2091 1611 0161 0591 0111 0181 0051 079
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1471 2421 4542 7062 9133 3173 4723 7534 212
2018 - - - - - - - -
4 336--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a une école maternelle, une école primaire ainsi qu'un collège.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune organise son carnaval chaque année en février[Note 4]. En 2010 ont eu lieu plusieurs manifestations culturelles dont le concert du quintette de jazz de All blues et Adèle Bracco et la pièce La bonne adresse par la compagnie l’Entracte, réalisée par Marc Camoletti et mise en scène par Daniel Vial.

D'autres événements ponctuels ont lieu comme en 2010 une exposition au Parc municipal sur le thème Paysages de sciences, animée par le musée des Confluences et le CNRS. En mai 2010 aura lieu la 123e édition de la foire de la Pentecôte.

Santé et Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs cabinets médicaux situés dans le centre du village. Le village compte aussi une pharmacie,un podologue, un sophrologue[16], un psychologue et plusieurs kinésithérapeutes[17].

Sports[modifier | modifier le code]

  • FC Chaponnay-Marennes, club de foot associé à la ville. L'équipe Fanion évolue en PHR (8e division). La commune voisine de Marennes fait partie de l'entente[18].
  • BCVO69 est un club de badminton créé en 2002 par l'impulsion de Roland Maillet et Mr Pastor, ce dernier était à l'époque enseignant à l'école élémentaire du village.

Rugby[modifier | modifier le code]

Cadre de vie et environnement[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune a investi dans le développement d'une zone dite humide à l'extérieur du village. La zone comprend des cressonnières, trois petits étangs et différents chemins afin de se promener. La chasse y est interdite.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Le village compte environ 70 artisans et commerçants répartis sur l'ensemble de la commune. L'association Club soleil d'automne est une association qui permet toute activité sociale, discuter et rencontrer des personnes du villages[19].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, on compte une centaine d'entreprises installées dans le Parc d’affaires de la vallée de l’Ozon, qui emploient au total quelque 2 600 personnes[20]. Un centre de recherche du groupe V33, entreprise de peintures et de produits pour le bois, est implanté dans la commune.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 43 100 €, ce qui plaçait Chaponnay au 932e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[21]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Barthélémy.
  • Collège privé de La Xavière : implanté depuis 1985, c'est une décentralisation du site central de Vénissieux - Moulin-à-Vent, devenu trop étroit au fil des années.
  • Église Saint-Barthélémy : elle a l'originalité d'être située à l'écart du centre de la commune, sur une butte à la sortie du village en direction de Valencin. Cette église a été bâtie en 1853, par le nouvel architecte diocésain Alfred Berruyer dont elle est typique du style néo-roman. C'est une des premières églises comprenant des pierres factices de ciment moulé.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « quatre fleurs » au concours des villes et villages fleuris[23].

Transport interurbain[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau Les Cars du Rhône du SYTRAL.

Deux lignes régulières :

Trois lignes fréquences :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue de Buyat.
  • Antonio Bulifon (1649-1707), imprimeur-libraire installé à Naples.
  • Camille Rolland (1875-1964), homme politique, sénateur du Rhône.
  • Louis Guéymard, ténor du XIXe siècle.
  • La famille Buyat a donné plusieurs personnalités locales dont l'une a sa statue sur la place de la Mairie et une autre un nom de rue près de l'église.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. En 2010, le carnaval a eu lieu le 12 février


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Le siècle de Paul-Emile Cugniet, Le Progrès, article du 15 mars 2015.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « SOPHROCOACH "la Sophrologie pour tous" », sur sophrocoach.com (consulté le ).
  17. « Kiné, masseur kinésithérapeute à Chaponnay (69970) », sur www.118000.fr (consulté le ).
  18. (en) « Football Club de Chaponnay Marennes », sur www.fccm.fr (consulté le ).
  19. « Accueil », sur Site de soleildautomne ! (consulté le ).
  20. Voir séance du 21 janvier, présentation du budget 2010
  21. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  22. « Incendie à l'Est de Lyon: l’écomusée de Chaponnay détruit par les flammes », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  23. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :