L'Avare (film, 1980)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Avare (homonymie).
L'Avare
Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype du film, extrait de l'affiche créée par René Ferracci.
Réalisation Jean Girault
Louis de Funès
Scénario Jean Girault
Louis de Funès
(d'après L'Avare de Molière)
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Christian Fechner
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 120 minutes
Sortie 1980

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Avare est un film français réalisé par Jean Girault et Louis de Funès, sorti en 1980.

Adapté de la pièce L'Avare de Molière, le film est l'un des derniers films de Louis de Funès (dont il est d'ailleurs le co-réalisateur) et met en scène celui-ci dans le rôle d'Harpagon. L'acteur est entouré de nombreux comédiens l'ayant côtoyé durant sa carrière comme Michel Galabru, Claude Gensac, Henri Génès, Grosso & Modo, Max Montavon et Micheline Bourday.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Accroche[modifier | modifier le code]

Harpagon, un riche veuf, vit avec ses enfants, Cléante et Élise. Avare à l'extrême, il a enterré, dans son jardin, une cassette pleine d'or et soupçonne perpétuellement son entourage de vouloir la lui voler. Il souhaite que ses enfants réalisent de beaux mariages d'argent et, pour lui-même, caresse un projet de secondes noces qui devra ne rien lui coûter.

Il ignore que Cléante est amoureux de Marianne, (la jeune femme de condition modeste qu'Harpagon compte épouser), et qu'Élise aime Valère, l'intendant de la maison. Tous deux n'osent avouer leur inclination à leur père. Pourtant, le temps presse. C'est ce soir même qu'Harpagon s'apprête à signer son contrat de mariage.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production et réalisation[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Louis de Funès rêvait depuis très longtemps de jouer L'Avare au théâtre. Mais son état de santé ne lui permettait plus de monter sur les planches (il avait eu un double infarctus en 1975). Il envisagea donc modestement une adaptation pour la télévision, mais les producteurs, dont Christian Fechner, misant sur l'énorme popularité de l'acteur, préférèrent transformer le projet en film pour le cinéma[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

En studio et extérieurs[modifier | modifier le code]

  • Les scènes de rue ont été tournées dans le vieux centre de Senlis.

Dans un désert en Tunisie[modifier | modifier le code]

Les derniers plans du film imaginés par Louis de Funès montrent Harpagon tirant sa cassette dans le sable du désert[b 1]. Christian Fechner pense tourner cette courte scène dans La Mer de sable d'Ermenonville dans l'Oise[b 1]. Louis de Funès a une ambition plus coûteuse, désirant tourner dans l'oasis tunisienne de Nefta, qu'il avait découverte lors du service militaire de son fils Patrick[b 1]. Le producteur, d'abord réticent, cède au caprice de l'acteur, en reconnaissant que le film sera de toutes façons rentable et qu'un tournage en Tunisie ne peut être qu'agréable[b 1].

Les dunes du désert proche de Nefta, lieu de tournage de la séquence finale de L'Avare.

Une Caravelle est affrétée spécialement pour Tozeur, avec Olivier de Funès comme copilote[b 1]. Une équipe de 25 personnes fait le déplacement en Tunisie et séjourne au Sahara Palace de Nefta[b 1]. L'oasis est alors protégé par d'importants dispositifs de police, en raison de la venue du président tunisien Habib Bourguiba, qui rencontre par ailleurs Louis de Funès[b 1]. Le lendemain de leur arrivée, l'équipe tourne la scène finale de L'Avare dans un morceau de désert occupé quelque temps plus tôt par le tournage de La Guerre des étoiles[b 1]. Louis de Funès traîne au bout d'une longue chaîne la cassette d'Harpagon, emplie de trente-quatre kilos de fausses pièces — le poids exact de 10 000 écus d'or[b 2],[2]. Des prises de vues sont également réalisées le lendemain puis toute l'équipe retourne à Paris[b 2]. Quelques heures plus tard, la zone est le théatre d'une violente insurrection armée menée par des opposants au régime de Bourguiba, qui aurait pu empêcher le retour de l'équipe[b 2].

Cette scène finale, d'une durée de 26 secondes, revient ainsi à 260 000 francs[b 2]. Toutefois, lors de la projection des rushes à Paris, Louis de Funès est quelque peu déçu des images tournées : malgré son poids, la cassette ne s'est pas autant enfoncé dans le sable qu'il le souhaitait et Harpagon ne semble pas souffrir lorsqu'il la traîne, puisqu'elle glisse sans mal à la surface de la dune[b 2].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Source
Box-office Paris 407 014 entrées 5 sem. [1]
Box-office National 2 433 452 entrées 5 sem. [2]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Louis de Funès a tenu à ce qu'aucune réplique du texte de Molière ne soit coupée. Ce fut pourtant le cas car quelques répliques lors de la scène où Cléante et La Flèche lisent le mémoire ne figurent pas dans le film. Le film reste très fidèle à l'œuvre originale, mis à part quelques détails ajoutés par de Funès (comme l'imitation de Donald Duck au tribunal ou encore la fuite d'Harpagon devant la femme qui demande de l'argent à la messe). Selon Michel Galabru, de Funès aurait été fortement inspiré par certaines attitudes de sa mère pour interpréter le rôle d'Harpagon[3].
  • Dans l'épisode Les hormones de la série d'animation Il était une fois... la Vie, le « conservateur » de la glande thyroïde, réserve d'iode du corps, a les traits de Louis de Funès dans L'Avare et est très proche de son iode[4]. Le personnage est doublé par Roger Carel et reprend le monologue d'Harpagon. La réplique « Que la peste soit de l'avarice et des avaricieux ! » est reprise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon les propos de Louis de Funès lors de l'émission de Michel Drucker Les Rendez-vous du dimanche (1980).
  2. « Louis de Funès à propos de son film L'Avare » [vidéo], sur ina.fr, Les Rendez-vous du dimanche, Télévision Française 1, .
  3. "Histoire de tournages", bonus du DVD du film.
  4. [vidéo] Il était une fois... La Vie - Louis de Funès sur YouTube

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Dicale 2009, p. 490.
  2. a, b, c, d et e Dicale 2009, p. 491.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]