Académie des arts et techniques du cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Académie des arts et techniques du cinéma
Situation
Région Paris, Île-de-France
(Drapeau de la France France)
Création
Type organisateur des César du cinéma
Domaine 7e art
11 rue de l'Avre Paris 75015 (Drapeau de la France France)
Langue Français
Organisation
Membres 4681 (2018)
Organisations affiliées Centre national du cinéma et de l'image animée

Site web www.academie-cinema.org

L'Académie des arts et techniques du cinéma, usuellement appelée Académie des César[1], est un organisme remettant les César du cinéma qui fut créé en 1975 à l'initiative de Georges Cravenne.

Régie par l'Association pour la promotion du cinéma (APC), elle a pour vocation de récompenser les réalisations, les productions ou les travaux artistiques les plus remarquables du cinéma français en leur conférant chaque année un trophée appelé César (d'après le nom du sculpteur homonyme qui en a réalisé la statuette), pour encourager la création cinématographique et attirer sur elle l'attention du public et des médias[2]. Elle se revendique comme la seconde plus grande académie de cinéma derrière l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences.

La direction[modifier | modifier le code]

L'académie est régie par l'Association pour la promotion du cinéma (APC), une association loi de 1901. Elle vérifie le fonctionnement de l'académie, le mode d'admission de ses membres, les critères d'éligibilité des personnes et des œuvres ou encore le nombre de trophées mis en jeu[2]. Elle compte, au , 50 personnalités membres. Peuvent y figurer les personnalités françaises détentrices d'un Oscar du cinéma, le président du CNC, les anciens présidents de l'APC ainsi que 13 personnes choisies pour leur contribution exceptionnelle au cinéma (en référence aux 13 membres fondateurs de l'académie)[3].

Présidents de l'Académie[modifier | modifier le code]

L'académie est dirigée par un président depuis sa création[4].

Les membres[modifier | modifier le code]

Collèges de membres et critère d'éligibilité[modifier | modifier le code]

Les votants des César sont obligatoirement membres cotisants de l'académie (60  par an)[5]. Ceux-ci sont classés selon 9 collèges de métiers du cinéma[2] :

  • acteurs
  • réalisateurs
  • scénaristes
  • techniciens
  • producteurs
  • distributeurs et exportateurs
  • professionnels des industries techniques
  • agents artistiques, directeurs de casting, attachés de presse
  • exploitants

Les professions servant les intérêts et la promotion du 7e art sont prises en compte sur examen ; si elles ne sont concernées par aucune de ces catégories (par exemple les directeurs de festivals de cinéma), elles entrent dans un dixième collège dit des « membres associés »[1],[2]. L'adhésion se fait sur demande, avec parrainage obligatoire d'au moins deux membres actuels[1]. Les professionnels souhaitant devenir membres doivent avoir participé à la réalisation d'au moins trois longs métrages sur une période de cinq ans précédant leur demande d'admission. Les personnes ayant été nommées ou ayant obtenu un César sont dispensées de ces formalités et font l'objet d'une adhésion directe si elles en font la demande écrite[2].

Répartition des membres de l'Académie[modifier | modifier le code]

Au , l'Académie se compose de 4 509 membres, dont 4 225 membres votants, issus de différents métiers du cinéma et répartis sur 10 collèges[1] :

  • 641 acteurs (14 %)
  • 613 producteurs (14 %)
  • 760 réalisateurs (17 %)
  • 206 auteurs (4 %)
  • 1 301 techniciens (29 %)
  • 133 distributeurs, vendeurs internationaux et exportateurs (3 %)
  • 50 représentants des industries techniques (1 %)
  • 219 directeurs de casting/attachés de presse/agents artistiques (5 %)
  • 302 exploitants de salles de cinéma (7 %)
  • 284 autres membres dits « associés » (6 %)

Processus de vote[modifier | modifier le code]

Pour que les votants puissent constituer les nominations aux César, l'académie recense chaque année les films sortis en France et établit un guide des œuvres et des professionnels éligibles[6]. Depuis 2005, un coffret de DVD des productions françaises ou majoritairement françaises, sorties en salles dans l'année, est envoyé en décembre, avec le catalogue de films, aux votants[6],[7]. Après la révélation, fin janvier, de la liste des œuvres et des personnalités nommées, des séances de rattrapage des films cités sont organisées pour les votants retardataires aux cinémas Les 3 Luxembourg, dans le Quartier latin et Le Balzac, à proximité des Champs-Élysées, dans le 8e arrondissement de Paris[8].

Le vote s'étend sur deux tours de scrutin à bulletin secret, le premier servant à déterminer les différentes nominations selon les propositions majoritaires de noms pour chaque catégorie et le second procédant à l'élection du gagnant dans les domaines présentés[7]. Depuis 2012, les votes des membres s'organisent sur le site Internet de l'Académie, par voie électronique, jusqu'au dernier jour[7].

Les César sont attribués annuellement, à la fin du mois de février ou au début du mois de mars, à l'issue du vote final des membres de l'Académie portant obligatoirement sur les films sortis en salles entre le 1er janvier et le de l'année précédente. Les César sont remis au cours d'une cérémonie, la Nuit des César, télédiffusée par Canal+.

2020 : fin de l'ère Terzian et démission collective du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

En 2020, à quelques semaines de la 45e cérémonie des César, une polémique éclate. La controverse démarre le 13 janvier par une dėcision d'Alain Terzian, le président, qui refuse la participation de Virginie Despentes et Claire Denis, choisies par des acteurs pour être leurs marraines au dîner des Révélations des César[9].

Les critiques fusent, Terzian regrette son attitude et, le lendemain, le soir du dîner des Révélations, plusieurs acteurs et réalisateurs, dont Cédric Klapisch, Michel Hazanavicius et Marina Foïs, refusent « qu’il y ait des artistes désirables et indésirables » et dénoncent « des agissements discriminatoires indignes » ainsi qu'« un fait du prince » dans l’organisation des activités de l'Académie[10]. Alain Terzian présente alors ses « sincères excuses »[11] mais n'explique aucunement sa décision[12].

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le 9 février, il promet de féminiser et de rajeunir l'Académie d'ici un an, le conseil d’administration ne comptant que 28,5 % de femmes , l’assemblée générale 17 % et la moitié des membres étant composée de septuagénaires ou plus[13]. Mais la fronde est tenace et le lendemain, dans une tribune parue le 10 février dans Le Monde[14], 400 personnalités du cinéma dont Jacques Audiard, Bertrand Tavernier, Omar Sy, Michel Hazanavicius, Agnès Jaoui et Marina Foïs, réclament une « réforme en profondeur » de l’Académie des César : il lui est reproché des « dysfonctionnements », une « opacité des comptes » qui ne sont plus publiés, et des statuts qui « n’ont pas évolué depuis très longtemps » et qui reposent toujours sur la « cooptation »[15].

Le 13 février, l'Académie annonce la démission collective de son conseil d'administration et promet le « renouvellement complet » de ce dernier et de son organisation[12].

Le 26 février, la productrice Margaret Menegoz, membre du bureau sortant, est nommée présidente par intérim dans l'attente d'une assemblée générale extraordinaire qui aura lieu le 20 avril[16].

Les actions de l'académie[modifier | modifier le code]

En plus de la cérémonie des César, ainsi que la gestion administrative, l'académie organise d'autres événements, liés aux César : la soirée César & Techniques remet, depuis 2011, le Trophée César & Techniques qui récompense la meilleure entreprise technique cinématographique. Le déjeuner des nommés les réunit au Fouquet's, sur les Champs-Élysées, quelques jours après l'annonce des nominations afin de répondre aux questions des journalistes, participer à un photocall et récupérer leurs certificats officiels de nominations. Le dîner des producteurs rassemble, depuis 2008, des producteurs au Fouquet's ou à l'hôtel George-V quelques jours avant la cérémonie des César. L'événement est à chaque fois présidé par le ministre de la Culture (sauf en 2008 où le dîner fut présidé par Isabelle Huppert, ancienne compagne de Daniel Toscan du Plantier). L'académie y remet à cette occasion le Prix Daniel Toscan du Plantier, qui récompense le meilleur producteur de l'année, en remplacement du César du meilleur producteur (qui fut attribué de manière éphémère en tant que César du cinéma 1996 et César du cinéma 1997).

Depuis 2007, l'académie met en place un projet médiatique afin de mettre en lumière les nouvelles générations d'interprètes. Au mois de novembre précédant la cérémonie, un comité, constitué de directeurs de castings, élabore une liste de « Révélations » : 16 comédiens et 16 comédiennes s'étant distingués dans un film sorti dans l'année. Ces révélations sont valorisées lors d'une soirée spéciale avec une série de photographies (dont un album est édité) ainsi qu'un clip diffusé dans les salles de cinémas[17]. Les listes des révélations féminines et masculines sont élaborées afin de faciliter les choix des nommés pour les César des meilleurs espoirs. Elles sont sans obligation de vote mais sont déterminantes dans le choix des nommés.

Depuis 2007, les Nuits en Or sont une tournée à travers toute la France où sont projetés les meilleurs courts métrages de France et du monde. Une tournée européenne est aussi organisée avec les courts métrages primés dans les académies étrangères de cinéma.

Mémoire de César[modifier | modifier le code]

Chaque année, depuis 2006, l'académie tire à un nombre d'exemplaires limités un livre mettant en relief l'un des gagnants de l'année précédente. L'année indiquée est celle de l'édition de l'ouvrage. Les livres sont édités par les éditions de l'œil :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Devenir membre de l'Académie des César
  2. a b c d et e Présentation de l'Académie des Arts et Techniques du Cinéma
  3. Liste des membres de l'APC
  4. [PDF] Liste des présidents sur le catalogue des Césars 2012 p. 20
  5. Christophe Rossignon, « César et Oscars sont-ils là pour récompenser les chefs-d'œuvre ? », sur www.newsring,
  6. a et b « Césars contre Oscars : deux cérémonies, deux standards », Le Figaro, (consulté le 10 mars 2012)
  7. a b et c Le vote aux Césars (site offiel de l'Académie des Césars)
  8. Le visionnage des films (site officiel de l'Académie des Césars)
  9. « Pour faciliter le vote des membres de l’Académie, le Comité Révélations choisit chaque année plusieurs jeunes actrices et acteurs, qui leur sont apparus comme particulièrement remarquables : les Révélations. Pour les mettre en lumière, et à travers eux l’ensemble des jeunes actrices et acteurs du cinéma français, l'Académie organise le projet Révélations. » Citation extraite du site officiel
  10. Le dîner des révélations des César 2020 perturbé par un scandale, Le Huffpost, 14 janvier 2020.
  11. Césars : la direction de l’Académie annonce sa démission collective, Clarisse Fabre, Le Monde, 13 février 2020.
  12. a et b « César 2020 : pourquoi la démission d'Alain Tierzan était inévitable », sur L'Express,
  13. Alain Terzian, président des Césars : "Il est vital d'arriver à la parité au sein de l'Académie", Stéphane Joby, Le Journal du Dimanche, 8 février 2020.
  14. Des membres des Césars demandent plus de démocratie au sein de l’Académie, collectif, Le Monde, 10 février 2020.
  15. Les César : manque de démocratie, cooptation... le monde du cinéma monte au créneau, France 24, le 12 février 2020.
  16. « La productrice Margaret Menegoz, présidente par intérim de l'Académie des César », sur La Croix avec l'AFP,
  17. Révélations sur le Site de l'Académie

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]