Format d'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Définition d’image.

Au cinéma et en vidéo, le format d’image est un abus de langage courant qui désigne en fait le « rapport de format » de l'image et/ou de l'écran ; ce facteur désigne les proportions du rectangle d'affichage, parfois appelé rapport de cadre, ou ratio (ratio image, ratio écran, ratio projection) d’après l’anglais aspect ratio : c'est le rapport entre la largeur et la hauteur d’un photogramme ou d’un écran. Par convention, ce rapport largeur/hauteur est toujours exprimé sous forme d’une fraction, séparées par deux points, du type L:H. Ces données peuvent provenir de mesures ou, dans le cas de la vidéo ou de l’informatique, du nombre de pixels sur les deux dimensions, c’est-à-dire la définition d’écran.

Au cinéma, les formats d’image actuellement utilisés pour la projection sont majoritairement 1,85:1, et 2,39:1, connu sous le terme de « format large anamorphosé ». Les principaux formats utilisés avant eux ont été :

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis les origines du cinéma, de nombreux formats se sont succédé ou ont coexisté. Ceux-ci dépendent du format de la pellicule employée lors de la prise de vues, mais aussi du format de restitution en visionnement direct ou en projection. Les deux formats ne sont pas toujours identiques, ils correspondent à différentes périodes, différentes contraintes techniques ou volontés artistiques.

Les premiers films[modifier | modifier le code]

Les premiers films du cinéma sont tous issus des rouleaux de film souple transparent en nitrate de cellulose de 70 mm de large, non perforé, inventé par l’Américain John Carbutt et commercialisé dès 1888 par George Eastman (Kodak). Seuls, les films d’Émile Reynaud, les premiers dessins animés du cinéma, n’utilisent pas ce support, mais une bande de 70 mm de large, faite de carrés de gélatine reliés les uns aux autres, avec une unique perforation pour chaque dessin (qui sert à entraîner le mécanisme et non à être entraînée par lui). Le format des premiers films, ceux produits dès 1891 par Thomas Edison et réalisés par William Kennedy Laurie Dickson affiche ¾ de pouce en largeur, soit 19 mm, découpé dans les rouleaux Eastman, perforé puis recouvert sur une face d’émulsion photosensible. Cette pellicule est à défilement horizontal, elle comporte une seule rangée de perforations latérales au pied de l’image, et les photogrammes sont parfaitement circulaires, à la manière des jouets optiques, avec un diamètre de ½ pouce (soit environ 13 mm)[1].

Comme elle manque de définition et de stabilité, Edison et Dickson la portent à 35 mm en coupant par la moitié les rouleaux Eastman de 70 mm. Ils choisissent cette fois le défilement vertical et des photogrammes au format rectangulaire. La pellicule reçoit d’abord une seule rangée de perforations rectangulaires, puis une deuxième afin d’améliorer la stabilité dans le couloir de prise de vues. « Edison fit accomplir au cinéma une étape décisive, en créant le film moderne de 35 mm, à quatre paires de perforations par image[2]. »

Les frères Lumière, dans la course qui s’est lancée depuis l’apparition du film Eastman, évitent la contrefaçon industrielle et le conflit commercial avec Edison, dont les 2x4 perforations rectangulaires par photogramme ont fait l’objet de nombreux brevets internationaux, en optant pour une seule perforation ronde de chaque côté des photogrammes. Le ratio image de leurs films est à peu près le même que chez Edison : 18 mm (la hauteur de quatre perforations) × 24 mm (la largeur disponible entre les deux rangées de la perforation), soit un format 4:3, rapport courant dans les supports photographiques de l’époque, et qui s’imposera plus tard pour un temps en télévision.

Dans les années héroïques du cinéma (les années 1890), d’autres formats, avec ou sans perforations, tentent leur chance : 38 mm, 48, 51, 54, 60, 63, 68, 70 et même 75 mm, avec autant de ratios image différents !

Lorsque le cinéma devient parlant, on tire le son (codage analogique optique) sur la pellicule positive, entre l’image et les perforations de gauche (vues en projection). Cela a deux effets : il faut décaler l’axe optique des caméras pour le recentrer sur le photogramme décalé sur la droite (afin de réserver cet espace pour le tirage), et le format d’image devient presque carré. L’académie américaine du cinéma (Academy of Motion Picture Arts and Sciences) définit en 1929 un nouveau standard : le format 1,375:1, appelé format « Academy ». Il est toujours en vigueur aujourd’hui.

Ce n’est que bien plus tard que l’Allemand Oskar Barnack a l’idée d’utiliser ce film cinéma dans un appareil photo, le Leica, en choisissant un défilement horizontal. C’est le film que l’on charge parfois encore dans les appareils « 24 × 36 ».

Les formats larges[modifier | modifier le code]

Le Cinéorama de Raoul Grimoin-Sanson, présenté à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900 à Paris, se compose d'un écran couvrant 360°, éclairé par dix appareils de projection synchronisés.

En 1927, Abel Gance imagine pour son fameux Napoléon de projeter simultanément trois films sur triple écran afin de dépasser les limites habituelles du cadre (une sorte de split screen géant). Le procédé, baptisé Polyvision offre un ratio de 4,00:1.

Dans les années 1950, pour concurrencer l’arrivée de la télévision, on invente les formats larges afin de renforcer le côté spectaculaire des projections de cinéma par rapport au « petit écran ». Ils sont essentiellement de deux types :

  • les formats dits « panoramiques » : 1,65:1 (Europe), 1,75:1 (Italie) et 1,85:1 (États-Unis)[3], obtenus en diminuant la hauteur des photogrammes par modification de la fenêtre de prise de vues des caméras et de la fenêtre de projection, et en agrandissant un peu l’image à la projection pour récupérer l'espace perdu en hauteur, grâce à un objectif à plus courte distance focale sur le projecteur ;
  • les formats très larges de type CinemaScope (35 mm à défilement vertical anamorphosé) / VistaVision (non anamorphosé à défilement horizontal au tournage) Todd-AO (70 mm à défilement vertical sans anamorphose ), pour les plus utilisés de la période argentique.

Le défaut de tels formats panoramiques, auquel seul le 70 mm échappe, est que pour obtenir une image plus vaste en projection, il faut multiplier d’autant l’agrandissement des photogrammes dont la résolution s’estompe au fur et à mesure, bien qu’aujourd’hui le grain est le plus souvent imperceptible du fait des progrès des pellicules argentiques. Le CinemaScope pallie en partie ce défaut : l’image est plus agrandie dans un sens que dans l’autre, il y a donc une perte de résolution moins importante en hauteur qu’en largeur ; en revanche, on observe une déformation des reflets dans l’objectif.

Le CinemaScope est basé sur l’invention de l’Hypergonar par le Français Henri Chrétien en 1926. Il s’agit d’une lentille cylindrique qui anamorphose l’image, c’est-à-dire la comprime horizontalement (généralement dans un rapport de 2.35:1), faisant ainsi entrer un espace filmé plus grand qu’avec un objectif normal, la pellicule utilisée étant le 35 mm standard. À la projection, l’image est désamorphosée par une lentille identique pour obtenir une image très large. Henri Chrétien céda son brevet à la 20th Century Fox en 1953.

Le VistaVision, procédé américain inventé dans les années 1950, nécessite l’utilisation d’une caméra spéciale : la pellicule 35 mm circule dans le sens latéral (horizontal, plutôt que de haut en bas comme c’est le cas normalement) et les photogrammes occupent la surface comprise entre 8 perforations (au lieu de 4 dans le 35 mm standard à défilement vertical). De cette manière, l’image présente — sans adjonction d’un quelconque accessoire optique — un ratio très allongé de 5:3, soit 1,66:1, qui est très proche du fameux nombre d’or. Le problème était de faire admettre aux directeurs de salle l’achat d’appareils de projection coûteux pouvant également faire défiler la pellicule horizontalement, de gauche à droite, un choix économiquement non viable. La solution la plus généralement adoptée a été de réduire optiquement l’image du négatif sur un positif à défilement vertical au format 1,85:1 ou CinemaScope, ou de la gonfler sur un positif 70 mm, comme ce fut le cas pour Sueurs froides (Vertigo) d’Alfred Hitchcock, Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille, et bien d’autres encore. Un des premiers films tournés dans ce procédé était La Cuisine des anges. Le VistaVision est encore utilisé de nos jours, exclusivement pour la prise de vues de séquences à effets spéciaux.

Durant les années 1960, d’autres procédés ont attiré un large public, mettant en œuvre trois pellicules se déroulant en synchronisme dans trois caméras bloquées l’une contre l’autre, dont les trois objectifs se croisaient pour filmer un espace trois fois plus vaste que le champ normal.

  • le Cinérama, technique américaine nécessitant un écran courbe et trois projecteurs, exploitée à Paris à partir de 1952 dans la salle du même nom avenue de Wagram (devenue ultérieurement le théâtre de l’Empire), ou le Gaumont Palace de la rue Caulaincourt (18° arrondissement) de 1962 à 1967. Bien qu’impressionnant, le Cinérama était difficile à mettre en œuvre lors des tournages et, en projection, la jonction entre les trois images était trop visible ;
  • le Kinopanorama russe, quasiment identique au Cinérama, fut exploité dans plusieurs salles à travers le monde, dont la salle parisienne du même nom, pendant quelques années à partir de 1959.

En 2015, la salle privée du palace parisien Le Royal Monceau, avenue Hoche, s'équipe pour la projection en cinéma numérique des triptyques du Napoléon d'Abel Gance au format d'origine 4,00:1[4].

Les films en relief[modifier | modifier le code]

Lunettes à deux couleurs (rouge et bleu) pour la vision en relief.

Des procédés de cinéma en relief dit aussi « stéréoscopiques » (l'expression « 3D » – pour « 3 dimensions » – se généralise dans les années 1930) existent depuis longtemps. Il y eut d’abord le relief avec port de lunettes à deux couleurs (anaglyphe). S'il convenait parfaitement pour le noir et blanc, il dénaturait en revanche les films en couleur.

Dès 1952, le procédé est perfectionné en utilisant des lunettes polarisantes, permettant ainsi la projection de nombreux films en couleur, comme Bwana Devil et L'Homme au masque de cire. Appelé Natural Vision chez Warner Bros., il a été exploité, entre autres, par Alfred Hitchcock qui l’utilisa pour son film Le crime était presque parfait en 1954).

Il nécessitait à la projection deux projecteurs, un écran métallisé et des copies droite et gauche parfaitement synchronisées, ce qui entraînait un coût supplémentaire (deux copies pour un film) et des complications. Si l'opérateur était amené à réparer une copie (généralement en supprimant l'image sur laquelle la copie s'est déchirée) il devait faire la même opération sur l'autre sous peine de désynchronisation et de maux de têtes pour les spectateur. L'avènement du Cinemascope a considérablement fait chuter l'intérêt du public pour les films en relief.

Lors du retour à la mode de la 3D, principalement dans certains films d'horreur de séries B des années 1970-1980, l'anaglyphe plus économe et moins contraignant refit surface. Il est généralement utilisé uniquement sur quelques minutes de ces films. Certains réalisateurs prirent d'ailleurs avantage de la dénaturation des couleurs lors des séquences 3D.

Le procédé est utilisé encore aujourd'hui dans des parcs d’attraction tel que les parcs Disney ou à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris, pour leurs attractions de cinéma en relief. À la projection en relief, les parcs ajoutent fréquemment un plancher flottant dans la salle afin de faire « sentir » aux spectateurs les émotions du film, mouvements de caméra, bougé, tremblements, etc. Les lunettes polarisantes sont également utilisées pour la nouvelle technologie de télévision 3D.

Le Futuroscope propose du cinéma en relief fonctionnant selon un troisième principe beaucoup plus complexe mais aussi plus efficace. Deux images différentes correspondant à l’angle de vue de chaque œil sont projetées alternativement sur un écran en forme de dôme, les spectateurs portent des lunettes à cristaux liquides qui, synchronisées avec la projection, opacifient alternativement chaque verre afin que l’œil ne perçoive que l’image qui lui est destinée.

Actuellement les films en relief font un retour dans les salles grâce au développement de la projection numérique. Classiquement, projeter un film en relief, demandait une installation lourde telle que l’utilisation d’un second projecteur et d’un système de synchronisation. En numérique, l’installation est beaucoup plus simple puisqu’il suffit d’ajouter un équipement spécifique au projecteur existant. Outre cette simplicité d’installation la projection numérique en relief permet de réduire les effets de scintillement en augmentant la fréquence d’obturation à 144 Hz soit 72 Hz par œil. Ce procédé est très en vogue à Hollywood car il permet de redonner à la projection en salle un avantage significatif par rapport à la télévision ou à la vidéo mais aussi parce qu’il n’est pas possible de pirater un film en relief en le filmant avec un caméscope. Trois systèmes sont en concurrence : Real D utilisant une polarisation circulaire, Xpan D utilisant un système actif et Dolby 3D utilisant un système passif basé sur le filtrage des couleurs.

Choix du format[modifier | modifier le code]

Format de pellicule[modifier | modifier le code]

C’est d’abord le format de la pellicule, sa largeur et son pas, qui détermine le format de l’image, auquel s'ajoutent les contraintes techniques : réserve(s) latérale(s) pour la ou les pistes sonores, utilisation éventuelle d'objectifs anamorphiques.

De nos jours, beaucoup de films de fiction sont encore tournés sur pellicule 35 millimètres. Mais les caméras numériques ont depuis peu, définitivement et progressivement pris le relais.

On distingue deux manières d’impressionner la pellicule dans les caméras argentiques :

  • la technique dite hard matte : la fenêtre de prise de vues est au format choisi, les barres noires qui séparent les photogrammes les uns des autres sont créées par le passage de l'obturateur qui masque la fenêtre 24 fois par seconde durant le déplacement d'un pas de la pellicule ;
  • la technique dite soft matte : elle consiste à filmer avec les repères du format visé (en général au ratio 1,85:1) tout en impressionnant la pellicule avec une fenêtre de prise de vues plein cadre (1,37:1), la barre noire de séparation étant réduite à sa plus petite expression (les photogrammes sont pratiquement jointifs). Ce qui permet plus tard de mettre en vente deux versions du film : une version widescreen (1,85:1), et une version fullscreen (1,37:1) ; comme l’image est cadrée pour du 1,85:1, la version fullscreen contient parfois des éléments parasites comme des perches, câbles électriques… Cette technique est essentiellement utilisée aux États-Unis, car elle ne concerne de fait que les ratios 1,66:1 et 1,85:1.

En 35 mm, un procédé des années 1950, le Superscope, équipe les caméras d'une fenêtre de prise de vues spéciale qui donne, sans anamorphoseur, une image au ratio 2:1, en impressionnant la pellicule sur toute sa largeur utile (sans laisser la réserve pour le son, réserve inutile au niveau du négatif), mais en n'utilisant qu'une faible partie de la surface photosensible (les barres de séparation sont énormes), ce qui représente d'une certaine façon un gâchis. Les copies sont tirées ensuite avec des fenêtres du type CinémaScope et une optique anamorphique. Ce format se retrouve plus tard sous l'appellation Super 35 mm.

Durant les années 1960, le Techniscope propose de réduire ce gâchis en utilisant des caméras modifiées dont le pas est de deux perforations par photogramme au lieu de quatre, qui donne directement un ratio d'image de 2,40:1 (2,33:1 au lancement du procédé), donc une image beaucoup plus large que haute sans aucune anamorphose, avec là aussi une quasi absence de la barre de séparation des photogrammes. Le procédé permet une économie de 50 % sur le budget de la pellicule négative. Pour l'exploitation en salles, les copies sont en revanche tirées au pas de quatre perforations par image et les photogrammes sont compressées en largeur (anamorphose du type CinémaScope).

Article détaillé : Format 70 mm.

Le 70 millimètres est un format de projection double de taille par rapport à la pellicule standard de 35 millimètres. Lors de la prise de vues, la pellicule négative est différente. Pour des raisons économiques, elle ne mesure que 65 mm de large, les cinq millimètres économisés servant aux futures pistes sonores qui sont absentes sur le négatif. Le pas du 65 mm et celui du 70 millimètres, tous deux à défilement vertical, est le même : 5 perforations par photogramme, de manière à obtenir là encore une image rectangulaire très large sans procédé optique anamorphoseur, au ratio de 2,2:1. L’image est d’une netteté parfaite, contrairement aux procédés anamorphiques. On ne tourne plus dans ce format que de façon exceptionnelle, pour des raisons de coût.

Pour mémoire, l’IMAX utilise du film 70 mm, mais à défilement horizontal, au pas de quinze perforations par photogramme.

Il arrive que des films tournés en Scope sur pellicule 35 millimètres soient tirés en 70 millimètres par agrandissement (ou gonflage), car il reste des projecteurs 70 mm dans des salles de prestige. Cette pratique était très répandue avant le son numérique, le 70 mm offrant en effet un très bon son sur six pistes. Il arrive aussi que des copies de films tournés en 65 mm soient tirées en 35 mm scope, les salles 70 mm étant peu répandues et ces copies coûtent moins cher que des copies 70 mm.

Projection[modifier | modifier le code]

Au moment de la projection, le projectionniste sélectionne une fenêtre de projection adéquate (cette pièce, facilement amovible, offre plusieurs spécimens) car la partie noire des photogrammes peut être dégradée, rayée, piquée, et la fenêtre doit éviter la projection de rayures ou points blancs parasites hors de l’écran. Il choisit bien entendu l'objectif le mieux adapté. Ainsi, l’image est plus agrandie en 1,85:1 qu’en 1,37:1 ; si une image 1,37:1 était projetée avec un objectif 1,66:1, le haut et le bas dépasseraient de l’écran ; si une image 1,85:1 était projetée avec un objectif 1,66:1, l’image serait moins haute que l’écran.

Pour le format 2,39:1, l’image sur la pellicule est « anamorphosée », c'est-à-dire qu'elle est compressée dans le sens de la largeur, sauf dans le cas d’une pellicule VistaVision (prise à l’horizontale) ; elle est décompressée lors de la projection, ce qui explique que les halos de lumière paraissent elliptiques.

Article détaillé : Format large anamorphosé.

Choix artistique[modifier | modifier le code]

Le choix du format n’est pas seulement dicté par la technique : il est aussi financier et commercial. Les formats les plus larges sont souvent plus coûteux à produire, car comme l'image capture un champ plus large, cela impose de maîtriser un espace plus important (décors plus grands, placement du matériel plus contraignant). Par ailleurs, la part du marché vidéo et des diffusions à la télévision dans les revenus d’un film est de plus en plus importante et certains formats s’accommodent mal d’un écran 4:3. Les chaînes de télévision émettant de plus en plus au format 16:9 numérique (TNT, câble, ADSL, satellite) pour s'adapter au nouveau format de téléviseurs, on constate une quasi disparition du 4:3 dans les nouvelles productions.

Le format est aussi un choix artistique, correspondant à ce que le réalisateur désire montrer au spectateur. Ainsi, un format « carré » du type 1,37:1 permet des cadrages plus serrés, la vision du spectateur étant focalisée sur le sujet central de l’image (comme dans Rosetta des frères Dardenne en 1999) et ne pouvant pas s’échapper sur les côtés. Le format 1,37:1 permet également d’avoir une image plus « verticale » qui peut, par exemple, évoquer l’enfermement ou l'envol (comme dans De bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau en 1988).

Un format large permet au contraire de représenter de vastes paysages (comme les westerns), ou de mettre en scène de nombreux personnages (comme dans Usual Suspects de Bryan Singer en 1995). Le cinéaste André Téchiné a utilisé le CinémaScope pour plusieurs de ses films, notamment J'embrasse pas (1991). Il a déclaré en 1994 que cette utilisation était faite dans l'idée d'obtenir deux gros plans dans le même cadre « et de filmer ce qui se passait entre les gens et les choses, l'air et la distance qui les sépare[5]. »

Dans le film Le Mépris (lui-même en CinémaScope), Jean-Luc Godard fait dire à Fritz Lang à propos du CinémaScope : « Ce n'est pas fait pour des hommes, c'est fait pour les serpents, pour les enterrements[6]. »

Stanley Kubrick ne tourna que deux films en 70 mm et 2,20:1 Spartacus et 2001 : L'Odyssée de l'espace. Pour le reste de sa filmographie, il resta attaché à des formats plus carrés, avec une certaine préférence pour le 1,66:1, qui avait assez longtemps survécu dans les salles européennes à la différence du marché américain[7]. Pour les diffusions télé et vidéo de son vivant, il revenait autant que possible au négatif, qui avait été exposé plein cadre, en 1,37:1 (tournage dit en open matte) pour tirer des masters vidéo 4/3 sans bandes noires, en ouvrant l'image. Après sa disparition, les écrans 16/9 devinrent la norme et les films qui s'y prêtaient sont disponibles aujourd'hui dans des masters vidéo en 1,66:1 ou 1,78:1, supervisés avec l'accord de sa famille.

Liste de formats argentiques[modifier | modifier le code]

En gras, les principaux standards encore projetés en salle :

Projection main aspect ratio.svg
  • 1:1 (carré parfait) : format rare emprunté à la photographie et utilisé dans le précinéma (Une scène au jardin de Roundhay, Louis Le Prince en 1888) ; il est réutilisé en 2014 par Xavier Dolan dans Mommy ;
  • rond parfait : format des premiers films Edison-Dickson, et notamment du premier film de cinéma, Dickson Greeting, sur une pellicule à défilement horizontal de 19 mm de large, format emprunté aux jouets optiques. Chaque photogramme circulaire mesure 1/2 pouce, soit environ 13 mm de diamètre. Cette forme revient à la mode pour les films sur montre ronde connectée ;
  • 1,31:1 : 9,5 mm ;
  • 1,33:1 (ou 4/3) : format du cinéma muet, ainsi que celui du 16 mm et de l'ancien standard de télévision. Pour le 35 mm, la surface d’émulsion utilisée sur la pellicule était de 24 × 18 mm = 432 mm2 ;
  • 1,35:1 : Super 8 ;
  • 1,36:1 : Pathé Kok (28 mm), 8 mm ;
  • 1,375:1 : format académique, standard du cinéma parlant, principalement utilisé à la télévision depuis la généralisation du format 16/9 en remplacement du 4/3. La surface d’émulsion utilisée sur la pellicule est de 20,96 × 15,29 mm = 320,47 mm2 ;
  • 1,43:1 : format IMAX (le format de pellicule lui est de 70 mm) à défilement horizontal ;
  • 1,56:1 (ou 14/9) : format récent développé principalement à la télévision pour servir d’intermédiaire entre le format 4/3 et 16/9 ;
  • 1,60 (ou 16/10) : remplace le format 4/3 généralement adopté pour les écrans d'ordinateurs depuis les années 2000 ;
  • 1,66:1 : format panoramique utilisé en Europe, ainsi que celui du super 16. Il correspond au rapport 5/3. La surface d’émulsion utilisée sur la pellicule 35 mm est de 20,96 × 12,62 mm = 264,5 mm2 Ce format tend à disparaître des salles de projection. Le Super 16 gonflé en 35 mm sphérique est de plus en plus exploité en salle au format 1,85:1 uniquement et l’utilisation du 1,66:1 tend à se limiter à l’exploitation en télévision (téléfilms tournés en Super 16), du fait de sa proximité avec le 16/9 (1,78:1) ;
  • 1,66:1 VistaVision : inventé aux États-Unis dans les années 1950, il est encore fréquemment utilisé de nos jours, exclusivement pour la prise de vues de séquences à effets spéciaux. Conçu initialement pour être utilisé au format 1,66:1, il peut également être étendu au 1,85:1 voire au 2,00:1 ;
  • 1,75:1 : ancien format panoramique utilisé en Italie, qui n’est presque plus utilisé actuellement, sauf en tant que « format étendu » de certains films en 1,375:1 ;
  • 1,78:1 (ou 16/9) : nouveau format vidéo standard utilisé à la télévision et par certaines caméras grand public ;
  • 1,85:1 : sans doute le format panoramique le plus répandu, d’abord utilisé surtout en Amérique du Nord et désormais de plus en plus utilisé en Europe. La surface d’émulsion utilisée sur la pellicule est de 20,96 × 11,33 mm = 237,47 mm2 qui en fait le format le moins résolu en 35 mm ;
  • 2,20:1 Todd-AO : format 70 mm lancé par la Fox en 1955 aux États-Unis (Oklahoma !, Alamo) 65 mm de la pellicule sont dévolus à l’image, les cinq autres au son pouvant délivrer jusqu’à six pistes distinctes également utilisé par le Super Panavision 70 ;
  • 2,35:1 CinemaScope ou Panavision : format 35 mm anamorphosé développé par la société Panavision pour concurrencer le précédent et utilisé jusqu’aux années 1970 (remplacé par le suivant) ;
  • 2,39:1 CinemaScope optique : c’est actuellement le format 35 mm le plus résolu : la surface d’émulsion utilisée sur la pellicule est de 20,96 × 17,53 mm = 367,43 mm2 ;
  • 2,55:1 CinemaScope magnétique : initialement d’un ratio de 2,66:1 avant d’être standardisé la surface d’émulsion utilisée sur la pellicule était de 23,8 × 18,8 mm = 447,44 mm2 ;
  • 2,76:1 Ultra Panavision 70 : utilisant une pellicule au format 65 mm avec compression anamorphique de 1,25, utilisé entre 1956 et 1964 par les studios MGM avec la caméra MGM 65 sur quelques films à grand spectacle tel Ben-Hur (1959) ;
  • 4,00:1 « Triptyque » : format très rare composé de trois pellicules 35 mm au format 1,33:1 projetées côte à côte, utilisé par Abel Gance pour son Napoléon (1927)[8].
Les principaux formats.
États-Unis
Allemagne
  • Arriscope
  • Arrivision
  • Ultrascope
France
Grande-Bretagne
Italie
Japon
URSS
  • Sovscope

Les formats géants (plats ou sphériques)[modifier | modifier le code]

  • l’IMAX est limité aux salles équipées pour ce procédé. Sa particularité est d’avoir une résolution d’image dix fois supérieure au 35 mm. Il s’agit d’un procédé à défilement horizontal, en 70 mm. L’écran peut donc être beaucoup plus grand, ce qui a un effet immersif saisissant. Son format d’image est de 1,43:1 en version plane (IMAX) ;
  • l’Omnimax lui adjoint l’utilisation d’un objectif fisheye et n’a pas de format à proprement parler, puisque l’image sur la pellicule est un disque (légèrement tronqué sur le dessus), projeté sur une demi-sphère (vu sous un angle solide de 2π stéradians par le spectateur). Par exemple : La Géode à Paris ou le Futuroscope de Poitiers projettent en Omnimax.

Les projections circulaires (cylindriques)[modifier | modifier le code]

Vidéo et télévision[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Télécinéma.

La vidéo exploite les formats 4/3 et maintenant 16/9.

Le 16/9 (1,78:1) est un compromis entre les formats cinématographiques les plus courants, qui permet de reproduire des formats larges (1,85:1 ou 2,35:1) tout en limitant les bandes noires en haut et en bas, via le procédé Letterbox. L’argument commercial est que l’on profite d’une plus grande surface d’image.

Les films sont parfois recadrés selon la technique dite du Pan and scan ; on coupe les deux bords latéraux de l’image pour obtenir une image « plein écran ». Comme les bords contiennent parfois des éléments importants, on effectue un glissement du cadre (scan), comme un panoramique artificiel, ou bien un redécoupage de la scène : on montre successivement la gauche et la droite de l’image (comme une sorte de champ-contrechamp en plan de coupe).

À l’époque où la pellicule était encore utilisée pour la diffusion à la télévision, on tirait une copie « pan et scannée », que l’on qualifiait de « copie plate » (par opposition à l’original anamorphosé dans le cas d’un original en CinemaScope ou équivalent). Quelques distributeurs peu scrupuleux ont mis en circulation ces copies dans le circuit des salles (c’est le cas par exemple du Journal d’Anne Frank de George Stevens en 1959).

Souvent utilisé aux États-Unis ce procédé est même complètement assisté par ordinateur et l’œil suit le sujet qui parle ou le sujet le plus volumineux. Cette technique est peu appréciée des cinéphiles car elle détruit le cadrage voulu par le réalisateur.

Format Image Television Cinema.jpg
Affichage sur un écran 16/9

Le 14/9 (1,56:1) est un format utilisé par certaines chaînes de télévision. Il servait initialement de format intermédiaire lors de la diffusion de programmes en 16/9, pour minimiser la gêne pour les possesseurs d’écrans classiques 4/3 : l’image se retrouvait ainsi encadrée par une légère bande noire en haut et bas de l’écran (letterbox).

Depuis le passage progressif des chaînes de télévision au format 16/9 entre 2006 et 2010, le 14/9 est parfois utilisé pour diffuser des anciennes séries, films, spectacles ou émissions tournées en 4/3, l’image y est généralement moins coupée en haut et en bas. Des fines bandes noires sont visibles à gauche et à droite de l’écran, évitant sur les écrans 16/9 un cadre noir trop important et une image trop « lointaine ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles Musser, History of the American Cinema, Volume 1, The Emergence of Cinema, The American Screen to 1907, , 613 p. (ISBN 0-684-18413-3), p. 71
  2. Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial, des origines à nos jours, Paris, Flammarion, , 719 p., p. 11
  3. De nos jours, le 1,75:1 n’est plus utilisé au cinéma et le 1,66:1 tend à disparaître, au profit du 1,85:1, imposé par l'industrie américaine.
  4. Voir Le Royal Monceau, 2015, p. 3.
  5. Thierry Jousse et Frédéric Strauss, « Entretien avec André Téchiné », Cahiers du cinéma, no 481,‎ , p. 15 et 16
  6. En réponse à Paul Javal (Michel Piccoli) qui lui dit « C'est très chouette, j'aime beaucoup le CinémaScope », lors de la séquence de la projection des rushes au début du film. Cette réplique a été citée comme venant de Lang lui-même (cf. Allociné)
  7. Pouvoir assurer un format de projection n'impose que le fait d'avoir un cache et un objectif adaptés, ce qui est un coût minime pour une salle.
  8. Cf. Valérie Peseux, La Projection grand spectacle, CST / Éditions Dujarric, Paris, 2004, p. 74-77 et Le Royal Monceau, 2015, p. 3 [1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Duquesne, Technologie de l'opérateur projectionniste, Dujarric, Paris, 1995.
  • Jean Vivié, Guide de l'opérateur projectionniste
  • Alain Besse, "Salles de projection, salles de cinéma" CST/Editions Dunod, Paris, 2007
  • Recommandations techniques CST, SMPTE, normes Afnor NF S 27100 (projection numérique), normes ISO

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]